Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
« Mais pourquoi tu l’as laissé nous emmener ici putain ?! C’était trop compliqué de dire « Mais Votre Majesté, vous savez qu’on… QU’ON VA TOUS Y RESTER ! » ?!
- Je ne discute pas les ordres de l’Impératrice, et tu devrais faire de même Francis.
- MDR ! Toi tu me donnes des leçons de discipline et de bonne conduite ? On croit rêver putain, t’entends ça Majesté ? Tu te fous de ma tronche Amiral ? Les prisons de Chengdu c'était pas du propre de mémoire après que t'y sois passé.
- Ainsi tu pourras prouver à l’équipage pourquoi on te surnomme la « Furie Rouge ». C’est plutôt une belle occasion qui se dessine.
- Je t’emmerde al-lé-gre-ment.
- Messieurs, interrompit Huayan en reposant sa tasse de thé, au lieu de vous chamailler comme deux coqs en cage, concentrez-vous sur la mission. »

Le Dernier Mot filait à vive allure à travers la section la plus sombre de l’univers. La Fin des Mondes, le cimetière de tous ceux qui ont succombé aux assauts des ténèbres et des monstres qui personnifiaient l’horreur d’une faim sans fin. Le voyage se passait relativement bien, jérémiades de Francis à part, en direction des ruines de Zanarkand.

L’expédition avait pour vocation d’être brève. Ces ruines étaient infestées de sans-cœurs, l’opération serait périlleuse, mais le gain potentiel était considérable : lors de sa dernière visite sous l’apparence de l’Innommable, elle avait repéré des armes, qui ressemblaient à de gros canons. Impossible à transporter avec un petit vaisseau.

Son intention était de récupérer des prototypes de cette machine et de les acheminer jusqu’à la Grande Forge des Mogs au Jardin Radieux qui décortiqueraient ces objets de guerre, ce qui permettraient ensuite de leur trouver une utilité qui serait certainement valorisée en ces temps troublés. Une fois de plus, Huayan s’attendait à avoir les faveurs d’Arthur suite à sa démarche…Du moins, une fois qu’il aurait été libéré de prison.


« Francis, reprit-elle nonchalamment, va dans le hangar principal et assure-toi que les droïdes ainsi que la grue sont prêts pour l’opération. Je te rejoins dans quelques instants.
- Ok, j’y vais. »

L’acolyte de l’Impératrice quitta la pièce non sans faire une ultime grimace à l’Amiral. Le Dernier Mot pénétrait dans les ruines de Zanarkand et déjà les premiers sans-cœurs étaient en vue. Les canons commencèrent à retentir immédiatement. La vitesse de l’appareil demeurait assez élevée, le but était bien entendu de ne pas attirer trop de monstres avant d’arriver sur les lieux de l’extraction.

Cependant, cela n’allait pas durer. Pour récupérer les machines, il allait falloir se stabiliser, faire du surplace pour tracter les engins de la surface jusqu’au hangar à l’aide d’une grue. L’opération s’annonçait à la fois dangereuse et périlleuse autant pour Huayan que pour l’équipage. L’Impératrice était la seule à pouvoir descendre quelques instants au sol pour installer les câbles qui aideraient à soulever l’objectif de leur venue ici jusqu’au Dernier Mot.

Car c’était déjà une certitude pour tous que les sans-cœurs attaqueraient, et ce en masse, dès qu’ils verront le vaisseau faire du surplace. Les batteries de défense du Dernier Mot éloigneraient probablement les plus gros, mais ils avanceraient par le sol, les ruines pour les atteindre.

L’Impératrice avait donné les coordonnées de l’ancienne tour sur laquelle elle s’était posée lors de sa première visite. Elle l’aperçut au loin et fit signe à l’Amiral qu’elle allait rejoindre Francis prestement.


« Soyez prudente Votre Majesté.
- De même Amiral, de même. » répondit-elle, pensive.

Elle traversa les couloirs à la hâte, s’enfonçant rapidement dans les ascenseurs pour rejoindre les autres au plus vite. Elle n’avait pas mis une tenue d’apparat aujourd’hui, plutôt un uniforme plus propice au combat et à l’exploration. De quoi garder de la mobilité tout en étant mieux protégée qu’avec un simple tissu en soie.

Elle débarqua dans le hangar tandis que les droïdes dédiés au combat étaient tous présents ainsi que quelques combattants humains lourdement armés pour l’occasion. Sa garde personnelle était également présente, en soutien pour une opération qui serait probablement unique.


« Soldats ! » cria-t-elle.

Elle approcha de la rambarde et attendit que tous, humains comme robots se tournent vers elle pour l’écouter. C’était important pour elle de motiver les troupes avant la bataille. Les membres d’équipage étaient de féroces guerriers, mais elle devait bien préciser que les droïdes composeraient les forces les plus en contact avec les monstres. Question de stratégie.


« Aujourd’hui, nous combattons dans un monde hostile infesté par les ténèbres ! Notre objectif est à la fois simple et périlleux : récupérer un prototype d’une ancienne arme de guerre pour assurer protection et prospérité aux peuples des mondes consulaires ! Nous n’avons pas le droit de faillir alors que d’innombrables vies sont entre nos mains. Les bêtes à l'extérieur ne souhaitent que la fin de toute vie dans l'univers. N'ayez aucune pitié pour ces êtres » poursuivit-elle en tâchant d’avoir le port impérial à défaut de la tenue.

« Les droïdes iront en première ligne pour manœuvrer et comme première ligne de défense. Les autres, vous constituerez la seconde ligne de défense et ferez en sorte que les droïdes ne soient pas submergés par les sans-cœurs. Lorsque je ne suis pas à bord du vaisseau, vous obéissez directement à Francis la Furie Rouge qui saura vous guider pendant ma courte absence. Protégez le vaisseau des sans-cœurs à tout prix !
- 在 ! »

Tous se dispersèrent pour se mettre en position. Des caisses et du matériel avaient été disposé ici et là pour faire des barrages éventuels si des sans-cœurs capables de tirer à distance se présentaient à bord. Huayan craignait d’abord les monstres des ténèbres volants dans un premier temps, les autres viendraient autrement, mais plus tardivement.

La vitesse était clef dans cette opération. Les haut-parleurs s’éveillèrent brusquement, la voix de l’amiral annonçant très sérieusement :


« Plusieurs objets de la mission présents au sol en-dessous de nous. Préparation de la grue et ouverture du hangar en cours. Bonne chance à tous. »

Un vrombissement se fit entendre à travers tout l’appareil. Le freinage un peu brusque du vaisseau et l’activation de la grue que l’on ne pouvait pas voir encore mais qui était en cours de déploiement. Le hangar s’ouvrit, dévoilant ce monde ravagé aux yeux de tous.
Les coups de canons et les batteries de défense continuaient et soudainement l’ambiance devint plus tendue pour la petite armée du Dernier Mot. Ils étaient en danger et ils allaient devoir tenir, potentiellement mourir sur un monde oublié et détruit depuis longtemps. Francis brisa le statu quo d’une voix forte et autoritaire :


« ALLEZ LES GARS ! Vous avez entendu l’Impératrice ?! Les droïdes vous allumer tout ce qui bouge comme monstres et les autres vous êtes en soutien ! Dès qu’un putain de sans-cœur se pointe : VOUS L’ALLUMEZ ! ET PLUS VITE QUE ÇA BANDE DE PUCEAUX ! »

Huayan ne perdit pas de temps et se précipita au pas de course vers l’ouverture, observant rapidement la situation : la grue sortait du Dernier Mot horizontalement et les câbles commençaient à être descendus vers le sol où effectivement, là à quelques dizaines de mètres, se trouvait une sorte d’aire de stationnement pour ces machines tant convoitées.

Elle fut bien vite distraite par les premiers sans-cœurs volants qui commençaient à s’amasser malgré les tirs répétés de l’artillerie du vaisseau.


« FEU À VOLONTÉ ! » hurla Francis derrière elle.

Tandis que les premiers tirs retentissaient, Huayan sauta dans le vide pour accompagner les câbles dans leur descente. Elle faisait confiance à ses hommes et aux droïdes. Ils arriveraient à tenir, il le fallait. Ils voulaient rentrer chez eux, alors ils se battraient avec force et courage pour y arriver.

De toute façon, qu’est-ce qui pouvait mal tourner ?

Elle posa un pied au sol prudemment, se concentrant sur son environnement direct. Ne voyant pas encore de sans-cœurs, elle se précipita vers la première machine à portée pour attacher les câbles solidement en usant de télékinésie. Elle en voulait deux, mais ne pouvait qu’en remonter qu’un seul à la fois. Il allait falloir faire vite.

Le premier engin n’était pas encore harnaché que les premières créatures des ténèbres apparurent à proximité. Huayan préféra ne pas perdre de temps et les élimina avec un sort de foudre couplé avec une lame virevoltant dans les airs grâce à son esprit. Il fallait aller vite.

Haletante, elle lançait déjà un appel à l’Amiral pour qu’il entame la première remontée.


Appareil militaire :
Désolé, j'arrive pas à héberger l'image correctement :/ Tapez "  https://www.google.fr/search?q=machina+zanarkand+weapon&tbm=isch&ved=2ahUKEwjl6eGt44fxAhUKWBoKHSA6DukQ2-cCegQIABAA&oq=machina+zanarkand+weapon&gs_lcp=CgNpbWcQAzoECCMQJzoCCAA6BQgAELEDOggIABCxAxCDAToECAAQQzoHCAAQsQMQQzoGCAAQBRAeOgYIABAIEB46BAgAEB5Q3pMLWLrBC2CzwwtoAHAAeACAAU6IAcwIkgECMjSYAQCgAQGqAQtnd3Mtd2l6LWltZ8ABAQ&sclient=img&ei=bz-_YKX2M4qwaaD0uMgO&bih=622&biw=1259#imgrc=J5lptvhC9kZBKM  " Première image


« Active les câbles, maintenant ! » pensa-t-elle en direction du Dernier Mot.

La grue se mit en marche, l’Impératrice grimpa sur l’engin pour l’escorter jusqu’en haut tandis que les sans-cœurs commençaient à essayer de s’accrocher à l’imposante machine. Cela n’allait pas être facile du tout. Les premiers yeux finirent par apparaître : ils rampaient pour s’approcher d’elle et l’attaquer.

Elle ne se laissait pas faire, et au lieu de paniquer, elle engagea le combat en premier. Elle prit de la distance pour planer dans les airs autour des câbles et projetait les monstres dans le vide pour qu’ils retombent et s’écrasent en bas. Bien que ceci fut une réussite momentanée, Huayan avait oublié un élément important : les créatures qui volaient elles aussi.

Ils avaient une apparence singulière. Des sortes de petits humanoïdes noirs avec des ailes orangées et des griffes écarlates relativement imposantes par rapport à leur taille. Ils semblaient porter des bottes et une sorte de chapeau ridicule avec des lunettes par-dessus. Deux d’entre eux se jetaient sur la jeune femme qui fut prise de court et ainsi propulsée vers le sol.

Malgré une chute de quelques mètres, elle reprit le contrôle et évita de s’écraser lourdement dans les ruines et à la merci des monstres qui eux ne pouvaient que contempler ce spectacle aérien. Elle répondit à cette agression en les saisissant et les faisant se percuter mutuellement avec une grande violence.

Le problème, c’est que d’autres étaient attirées par elle, préférant certainement s’éloigner des tirs très fournis en provenance du hangar quelques mètres plus haut pour se concentrer sur une proie plus puissante et isolée. Elle comprit à ce moment-là que la mission allait être difficile pour elle. Les assauts ne feraient que se multiplier encore et encore.

Une première main griffue dégrada son épaulière, elle pensait trop. Elle devait agir. Bien vite un éclair sortit de sa main pour percuter la créature s’étant approchée de bien trop près. D’autres fonçaient sur elle. Elle reprit de la hauteur pour se rapprocher du hangar et bénéficier des tirs de couverture de son équipage.


« CREVEZ-LES TOUS ! FLINGUEZ-MOI CES MERDES ! Équipe trois, surveiller vos flancs bordel ! » hurlait Francis.

La première machine s’apprêtait à rentrer dans le hangar, guidée par la grue. Les sans-cœurs volants tentaient de s’engouffrer dans l’appareil pour rafler et cueillir les membres humains du vaisseau. En effet, leurs cœurs devaient être plus appétissants que celui des droïdes. Si bien que cela créait une certaine diversion qui permettaient aux uns et autres de se couvrir en quelque sorte.

A ce rythme-là, ils allaient vite être submergés.

Se précipitant vers Francis, l’Impératrice projeta une lame pour égorger un sans-cœur qui s’approchait dangereusement de son acolyte de toujours. Elle devait dégager l’endroit où la grue déposerait la pièce d’artillerie de Zanarkand.

Elle s’empressa de récupérer une arme automatique qui traînait et de tirer n’importe comment avec de sorte à prendre le contrôle de toutes les balles. Une fois le chargeur vidé, elle se concentra un peu plus l’espace d’un instant et envoya toutes ses munitions vers les agresseurs, balayés par la rafale de projectiles projetés par télékinésie sur eux.


« Sécurisez la machine ! » ordonna-t-elle.

Les équipes se réorganisèrent vite, l’absence momentanée des sans-cœurs permettaient de recharger les armes et de reformer les lignes de défense.


« Francis, tu aurais une ou deux épées sous la main ?
- Pas du tout ! Les gars ! L’Impératrice a besoin d’une épée ou deux, trouvez-ça bordel et VITE PUTAIN ! »

Bien vite, d’autres sans-cœurs apparurent pour relancer l’assaut. Le problème allait vite devenir ingérable, les premiers droïdes tombaient ou se faisaient agripper pour être balancés par-dessus bord. Ceux qui se faisaient faucher se transformaient en monstre… Bien vite balayés par les hurlements de Francis et des soldats qui voulaient tenir en respect les créatures des ténèbres.

Huayan voulait deux machines. Elle en avait déjà une. Était-ce suffisant ? L’Impératrice avança vers la limite du hangar, plongeant son regard en contrebas. Les sans-cœurs s’amoncelaient comme des insectes pour tenter en vain de rejoindre le vaisseau tandis que ceux qui volaient préparaient leur prochain assaut.

C’était trop tard pour en avoir un second. La mission demeurait accomplie cependant. Ils allaient pouvoir rentrer au Jardin Radieux avec une belle prise. Elle décida d’envoyer le message à l’Amiral :


« Opération accomplie, on lève l’ancre. » pensa-t-elle en affichant un léger sourire sur son visage.

Soudainement, une force agrippa la cheville de Huayan et l’attira vers le vide.


« Qu’est-ce que… ?! » s’écria-t-elle avant de chuter.

Elle tenta de s’agripper au rebord du hangar. Francis se précipitant comme un forcené avec les gardes pour la récupérer. Les portes s’activaient déjà, elle allait se faire broyer les mains si elle restait ainsi. Elle jeta un coup d’œil au monstre qui osait la toucher. Une de ces abominations volantes.

Elle continuait de tirer, si bien que Huayan lâcha prise et tomba. Elle se faisait agiter en l’air par le sans-cœur qui lui dégotait des coups de griffes avec sa main disponible. Elle avait du mal à se concentrer et la bête en profitait. Il finit par la relâcher, elle s’écrasa contre une ancienne tour en ruines. Elle percuta violemment une paroi et demeura au sol quelques instants.

Le visage ruiné par la poussière, elle grimaça. Son dos lui faisait mal. Désorientée l’espace d’un instant, elle était lasse de faire les basses besognes de sa faction. N’y avait-il qu’elle qui se souciait un tant soit peu de l’avenir des Cités Dorées ? L’absence d’Arthur était dommageable à bien des égards.

Elle aurait souhaité rester en Terre des Dragons, s’occuper de ses Mongols plutôt que de courir après les consuls du Sénat pour que le Consulat tint les rangs un minimum en l’absence du Porte-Paroles. Elle risquait sa vie pour les vies du Consulat, même elle n’en revenait pas complètement. Elle aurait pu rester planquée dans son palais… Mais cela n’aurait fait qu’empirer les choses probablement.

Elle se redressa, d’abord à quatre pattes. Crachant par terre et toussant, ce n’était pas très élégant c’était le moins que l’on put dire. Elle rageait intérieurement de devoir tomber si bas. Malheureusement, puissant ou non, elle s’était toujours dit que si un travail devait être bien fait, il fallait le faire soi-même.

Un sans-cœur apparut à ce qui ressemblait à… Un trou vers l’extérieur ? Elle était dans une sorte de tour en ruines. A ce stade, difficile à identifier des fenêtres et des ouvertures béantes. Elle se concentra un instant pour l’éjecter avec force, mais d’autres allaient venir, attirer comme des rapaces par la proie en fuite.


« Saletés de bêtes… » murmura-t-elle vaguement.

Les réacteurs du Dernier Mot faisaient grand bruit dans les ruines endormies depuis longtemps, ils étaient en train de la chercher tandis qu’ils avaient stoppé les tirs pour éviter de la faire exploser avec des décombres. La structure du bâtiment commençait à trembler. Huayan savait qu’elle avait peu de temps.


« Amiral… Je suis dans une sorte de tour à côté du vaisseau, placez-vous au sommet, je vous rejoins là-haut. » pensa-t-elle en direction de Linghun.

Plus facile à dire qu’à faire. Elle se releva difficilement, toujours avec des douleurs dans le corps. Il allait falloir faire vite, elle avança de quelques pas en titubant légèrement. Le choc avait été violent. Un bruit étrange commençait à parvenir à ses oreilles. Une sorte de… crissement.

Les sans-cœurs.


« Je ne veux pas mourir ici… » pensa-t-elle.

Elle s’approcha des sons et jeta un œil vers l’extérieur : une masse informe de milliers d’yeux la fixaient. C’était comme regarder un cauchemar, une meute sans forme et sans fin, enragée et affamée. Comme au Palais des Rêves, rien ne les arrêtait.

Elle ne put s’empêcher de se concentrer un moment pour projeter un sort de foudre vers ces monstres qu’elle détestait au plus haut point. Bien sûr, quelques-uns chutèrent, percutés par le sortilège, mais les autres continuaient toujours et encore leur sinistre ascension vers elle.


« Quelle plaie ! »

Elle ne pouvait pas non plus voler jusqu’au sommet : les créatures volantes tournaient autour de la tour. Si elle sortait, ils la feraient sombrer dans cette abîme mouvante. Francis disait qu’elle ne faisait pas assez d’exercices physiques, il avait probablement raison. Sauf que cette fois-ci, elle devait survivre et non s’entraîner.

Elle repéra un escalier qui montait : elle entreprit de gravir les marches au plus vite. Il n’y avait pas de combustibles disponibles, elle n’avait pas de quoi faire du feu pour les ralentir. Tout allait être une question de vitesse et elle avait du mal à aller vite. L’endurance comme la force n’étaient pas son fort même si elle s’était améliorée par rapport à ces très jeunes années.

La jeune femme haletait à travers les étages vides de cette ancienne tour, poursuivie par des sans-cœurs qui, l’ayant repéré, commencé à la traquer dans les dédales parsemés d’obstacles. Huayan trébucha et manquer de tomber dans une faille. Elle fractura l’étage supérieure par la force de l’esprit et reprit son ascension à partir de là.

C’était comme si la mort était à ses trousses. Tâchant de compliquer la tâche aux bêtes des ténèbres, elle essayait de fracturer des murs ou des plafonds pour les faire tomber aléatoirement en espérant les toucher au passage. La pression montait, elle avait l’impression d’être prise au pièges, encerclée par des ennemis au nombre infini qu’elle ne pourrait jamais vaincre. Huayan était une femme fière, mais elle savait aussi se préserver de la pire chose pour elle : la mort. Elle avait encore trop de choses à accomplir dans sa vie pour mourir sur une planète oubliée et abandonnée aux ténèbres.


« Cours Huayan ! Cours ! » se répétait-elle en gravissant les marches de pierre.

Elle transpirait comme rarement. Elle sentait la sueur dégoulinée le long de son front, se mélangeant à la poussière. Elle avait les yeux irrités, ne prenait même plus la peine de conserver un peu d’élégance dans sa course folle : elle devait évacuer les lieux, elle n’avait pas le droit de mourir. C’était aussi simple que ça.

Le bruit des réacteurs s’intensifiait, c’était bon signe. Elle respirait bruyamment, haletante, elle commençait à être à découvert, les sans-cœurs volants approchaient dangereusement. Elle lança une nouvelle fois un sort d’éclair pour en éliminer un mais c’était sans compter les autres.


« Je vous maudis du plus profond de mon âme sales bêtes ! » s’écria-t-elle en direction du ciel.

Le Dernier Mot s’approchait et se collait à la tour qui tremblait comme une feuille sous le vent. Elle allait s’effondrer d’un instant à l’autre. Le hangar était ouvert et les soldats faisaient bien évidemment feu sur les sans-cœurs qui tentaient de pénétrer à bord par la voie des airs.

Réunissant ses dernières forces en termes de concentration, elle se propulsa en direction du hangar où elle s’écroula sur le sol, crachant du sang.


« On a l’Impératrice ! ON DÉGAGE LINGHUN ! ON DÉGAGE ! » hurla Francis dans son communicateur.

Le mécanisme des portes s’activait pour engager la fermeture et entamer la rapide montée vers les Routes Stellaires. Les derniers sans-cœurs furent éliminés tandis que la garde personnelle de l’Impératrice l’avait entouré pour lui prêter assistance à défaut d’avoir pu remplir leur devoir ultime correctement.


« Je vais bien… Je vais bien. Appelez les médecins de bord.
- Nous allons nous relever, Votre…
- Non, je peux… Le faire. L'Impératrice se lève seule... »

Difficilement et tremblante, Huayan se releva, la main droite sur les hanches, la main gauche au front.

« Francis ?
- Oui ?
- Cap sur le Jardin Radieux. J’espère que les Mogs sont prêts à travailler.  A-t-on des victimes de notre côté ?
- Sept droïdes et deux membres d’équipage. »

Elle ne répondit pas. Les droïdes pouvaient se remplacer aisément, les humains, moins. Des corps de soldats que l’on ne pourrait pas rendre à leurs familles, emportés dans les ténèbres par les monstres. Elle avait une rage silencieuse. Les Mots avaient intérêt à réhabiliter ces armes pour que nous puissions les utiliser pour protéger nos cités face aux éventuels envahisseurs.

Et sans attendre autre chose, elle quitta le hangar pour ses quartiers où les médecins allaient la soigner.

_______________________________
Retour à Zanarkand Signat10

"I'm the light every night in your world
You revel in the glory of my beauty
Ready to watch me be legendary ?
'Cause I'm ultraluminary !"










Porte-Parole -temporaire - des Cités Dorées du Consulat, Haute-Commissaire à la Sécurité Consulaire, Impératrice Céleste Éternelle Meng Tian -蒙天-, Fondatrice de la Dynastie Song, Porteuse du Mandat Divin, Reine des Hans, des Mandchous et des Peuples du Sud, Grande Magistrice des Arts Magiques, Protectrice de la Terre des Dragons, Souveraine Légitime de toutes les Terres sous le Ciel, Ambassadrice des Cités Dorées du Consulat, Consule de l’Étiquette et Dame de Chengdu









more_horiz
Un condensé d'action pour récupérer de gros canons, que demande le peuple ? Je suis un homme simple avec des goûts, un bon rp d'action de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal.

Donc, c'est un raid, un rapt, une opération éclair. Ca s'enchaine, on a pas le temps de poser et j'imagine que c'est le but, ici, vu que l'opération a pour maitre de venir, récupérer un gros canon et repartir fissa. J'aime assez que tout ne se passe pas comme prévu, la simple idée que Huayan voulait récupérer deux canons mais s'en contente d'un, selon moi, ça ajoute à la mission. De même, j'apprécie de voir l'Impératrice en galère et incapable de survoler la mission.

Le rp est très bien d'une manière générale mais j'y vois un défaut récurent. Ce défaut est, j'ai envie de dire, inévitable. C'est... la part d'action et de description. Savoure ce non-sens que je t'offre puisque les actions doivent être écrite.

Le problème avec Huayan, c'est qu'elle a... un gigantesque vaisseau, une armée mi-droïde et mi-humaine, des putains de grues de ouf... et le problème de cette mission, c'est qu'on est à Zanarkand -pas n'importe quel coin de la fin des mondes, donc- et que les sans-cœurs y sont présents en masses. En résumé ? Il se passe beaucoup de choses, avec beaucoup de mondes et le tout, dans un décor particulièrement fourni.

L'idée d'allez vite pour privilégier une action tendue et soutenue -ce que tu arrives à faire, remarque- est louable... mais pas ici. Parce qu'ici, tu n'as pas le choix, tu dois régulièrement te poser pour nous dessiner "la grande image".

Prenons un exemple vidéo-ludique. Ici, tu joues à Skyrim, il se passe des choses autour de ton perso et même des guerres, très bien... mais quand tu ramènes le Dernier Mot, ainsi que l'armée qui va avec, tu t'engages plutôt à jouer à Age of Empire. Ca me fait bizarre parce que... et bien, désolé, tu es victime de ta propre réussite scénaristique comme toujours avec moi... tu ne joues pas une putain d'Impératrice ?
Tout ce côté "maitre des opérations" passe un peu à la trappe, du coup. Le fait d'envoyer un message télépathique à l'amiral, c'est stylé mais en vrai, il y a moyen de faire plus avec ça.

Au-delà de ça, j'y reviens et j'insiste surtout là-dessus... il se passe beaucoup de choses, se poser pour nous dessiner la grande image de temps en temps, c'est essentiel. Ca reste une mission cool, cela dit.

Difficile : 35 points d'expérience + 350 munnies + 4 PS. (2 en Défense et 2 en Vitesse)
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum