Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
C’était une fin de journée qui s’annonçait intéressante.

La tête dans les papiers et autres documents consulaires, elle n’avait pas vraiment vu les heures défiler les unes après les autres depuis le début de matinée. Huayan s’affairait à gérer le commissariat aux affaires militaires qu’elle avait créé tout en assurant la continuité administrative du Consulat… Et autant dire qu’il y en avait des choses à signer.

Non, ce qui la faisait doucement sourire, c’était la venue de la personne qu’elle avait invité à la joindre pour discuter de façon tout à fait sympathique dans ces bureaux qu’elle avait réquisitionné dans une partie du Sénat. Elle n’avait eu ni le courage ni l’envie de prendre l’une des tours où résidait Arthur. De toute façon, elle allait le faire libérer prochainement, donc ce n’était pas la peine d’affliger des déménagements constants aux membres de cette glorieuse entité démocratique.

L’Impératrice avait reçu le rapport de la Consule Isley et même si l’homme semblait clamer son innocence, son attitude indiquait tout le contraire. Il était donc de bon ton que Huayan s’en occupa elle-même avant que le petit oiseau quitte le nid de façon inopinée.

On toqua enfin à la porte.


« Entrez. » répondit-elle aussitôt.

Elle ne leva pas les yeux de ce qu’elle était entrain d’écrire. Elle continuait à maintenir sa cadence d’écriture, n’accordant pour le moment aucune importance au consul qui venait de prendre place dans un siège devant elle. La porte s’était refermée et un silence un peu pesant s’était installé.

Il ne tarda pas à se racler la gorge un peu fort pour tâcher d’attirer l’attention de la jeune femme qui ne réagissait toujours pas. Huayan demeurait muette comme une carpe, faisant volontairement monter la gêne.


« Excusez-moi, vous m’avez fait mander Madame ?
- Un peu de patience, cher consul Nikoleis. Vous êtes pressé ? » répondit-elle en levant enfin ses yeux du document qu’elle rédigeait tout en affichant un léger sourire de courtoisie.

Elle posa sa plume et pris une posture très droite sur sa chaise. Elle jaugea du regard Nikoleis et même si ce dernier était assez grand, elle n’était pas vraiment impressionnée par la personne. Ses compétences semblaient être ce qui le rendait si « rare » et important.


« Je vous ai invité à venir me voir concernant cette sinistre affaire d’enlèvement et de séquestration du Porte-Paroles Rainbow. Comme vous le savez probablement, je…
- Vous êtes l’Impératrice de la Terre des Dragons et vous remplacez le Porte-Paroles pendant son absence, j’étais au Sénat oui.
- Je vois. Parfait alors, allons-en au fait. » déclara-t-elle, affichant un faux sourire.

Elle s’appuyait désormais sur le dossier de sa chaise. Sans qu’il s’en rendit compte, la souveraine projetait son esprit pour tourner les clefs dans les serrures du bureau pour verrouiller les portes. Après tout, c’était peut-être un bon coureur. Il paraissait bien insolent pour la couper ainsi.


« Un peu de thé, peut-être ? Il est encore chaud.
- Pourquoi pas, je vous remercie. »

Huayan fit planer la théière pour verser délicatement le thé dans deux tasses. Elle en destina une au consul tandis qu’elle en conservait une pour elle-même. Elle porta la boisson à son nez pour humer les saveurs des fleurs. On était très loin des produits industriels disponibles sur le marché.

« Je vous ai fait venir car je m’inquiète quelque peu des rumeurs éventuelles qui pourraient courir sur votre compte, cher consul. En effet, certains membres du Sénat commencent à se poser des questions par rapport aux liens qui vous unissent vous et la Lumière, une organisation désormais comme perçue comme très hostile au Consulat.
- Je… Je vais redire ce que j’ai déjà dit à la consule qui est venue chez moi… Je n’ai rien à voir avec l’enlèvement du Porte-Paroles.
- Et je vous crois le plus sincèrement du monde, Nikoleis. Soyez-en assuré. »

Huayan éclata de rire, intérieurement. Bien sûr que non, il n’était pas innocent. La visite de Pamela l’avait déstabilisé et en plus cela concordait avec ce qu’elle venait de lui dire. Huayan pouffait de rire dans son esprit. C’était déjà une aberration que le Consulat ait pu aider ces chevaliers blancs du dimanche alors qu’ils étaient en guerre contre nous, mais alors en plus équiper gratuitement toute leur armée et leur quartier-général.

Il n’était peut-être pas complice de l’enlèvement d’Arthur, mais il était un collaborateur avec des ennemis. Des gens avaient été condamné à mort pour moins que ça en Terre des Dragons. C’était tout simplement inacceptable et ce n’était pas l’envie qui manquait à Huayan de le jeter dans les geôles pour qu’il pourrisse en pensant à l’impact de ses actes sur les événements récents.


« Alors, pourquoi ce rendez-vous si vous me pensez innocent ?
- Le Consulat est une institution démocratique, Nikoleis, vous ne le savez que trop bien. Je suis une Porte-Paroles « honoraire » si vous voulez et je n’ai pas tous les pouvoirs. Si des consuls vous suspectent, ils pourront demander au Sénat de mener une enquête judiciaire contre vous et potentiellement… Vous incarcérez le temps de votre jugement. Malheureusement, je ne pourrais pas les en empêcher, c’est la loi du Consulat.
- Mais… Mais je n’ai rien fait.
- Je le sais, Nikoleis. Je sais. » répondit-elle, avec un sourire peiné tout aussi faux que les précédents.

Huayan, bien que son côté autoritaire l’empressât de le mettre aux fers et de l’emmener en prison ne perdait pas son objectif de vu : Nikoleis, bien que répugnant traître à ses yeux avait des compétences et donc… Une utilité à garder hors de geôles.


« J’ai une solution à vous proposer pour vous sortir de cette mauvaise passe et de prouver à vos collègues que vous êtes aussi blanc qu’une colombe, Nikoleis.
- Qu’est-ce que c’est ?
- Vous avez largement contribué à la création des gummiphones, n’est-ce pas ? Et des technologies qui en découlent ?
- Oui, mais je ne vois pas où vous voulez en venir.
- Réfléchissez. » répondit-elle en quittant sa chaise pour se tourner vers un tableau qu’elle observait faussement quelques instants pour laisser le savant réfléchir.

« Je… Je ne vois pas vraiment ce que je pourrais faire pour cela. Je suis innocent, je n’ai rien à me reprocher. » déclara-t-il une nouvelle fois.

Mine de rien, il commençait à l’agacer sérieusement. Cette espèce de demeuré ne semblait pas avoir compris qu’il avait la possibilité de finir en geôles pour trahison, suivie d’une humiliation en règles au Sénat. Elle avait perdu son sourire et l’attitude de Nikoleis qui consistait à dire qu’il ne pouvait rien faire et était innocent l’énervait au plus haut point.

Ce simple consul pensait qu’il pouvait peut-être aider une faction qui venait de kidnapper notre chef élu, fils d’une muse par ailleurs, en fournissant un matériel technologique pouvant servir pour la guerre sans chercher à compenser cela pour son propre camp. Huayan allait le ramener à la réalité, et la réalité était souvent moche.


« Je crois que vous ne m’avez pas bien compris, Nikoleis. Je vais résumer votre situation actuelle dans nos rangs. » lança-t-elle en s’approchant de sa chaise.

« Vous avez développé un matériel technologique qui a servi, probablement, à kidnapper notre chef qui était en mission diplomatique et qui pourrit actuellement dans une cellule miteuse du Château Disney. La Lumière, une faction avec qui nous sommes en… Guerre. Vous les avez aidés. Dans mon pays, on appelle cela… Oh oui… Une trahison. Passible de la peine de mort par ailleurs. Heureusement que nous sommes au Jardin Radieux ici.
- Mais je n’ai pas trahi le Consulat !
- Je suis certaine que le Sénat sera ravi d’entendre votre point de vue Nikoleis, mais au vu de la peur qui règne dans nos rangs en ce moment suite à la séquestration d’Arthur, vous conviendrez que beaucoup ne vous croiront pas.
- Mais je ne comprends pas…
- Oui, j’ai bien compris cela, Nikoleis. Voilà ce que nous allons faire pour prouver que vous êtes finalement un bon membre du Sénat. »

Il semblait d’autant plus attentif… Bien qu’il fût particulièrement tendu. Huayan posa sa main sur son épaule. Il avait presque sursauté.

« Vous allez corriger vos erreurs.
- C’est-à-dire ?
- La Lumière a du matériel que vous avez fabriqué, hum ?
- Oui ?
- Vous allez me pirater leurs réseaux de communications et de surveillance. Vous allez les espionner en somme.
- Mais l’espionnage est…
- Vous préférez vous faire juger comme coupable par le Sénat, Nikoleis, ou montrer à vos collègues que vous faîtes tout votre possible pour sortir le Porte-Paroles de sa prison, hum ?
- Vu comme ça.
- Je savais que vous entendriez raison, mon cher Nikoleis. » répondit-elle en relâchant son étreinte du consul.

Elle retourna prendre place sur sa chaise, tranquillement. Un léger sourire était de retour.


« Je veux tout savoir sur ce Château Disney. Je veux savoir ce qu’ils regardent sur leurs gummiphones, je veux leurs communications : toute information qui s’échappe de chez eux doit être portée à ma connaissance, même la plus insignifiante. Le moindre détail peut servir pour sortir le Fils d’Erato de là. Vous mènerez vos opérations depuis le Jardin Radieux, si besoin mon vaisseau commandant personnel peut servir d’antenne relais.
- Quand dois-je commencer ?
- Immédiatement.
- Et vous… Enfin…
- Je ferais en sorte de calmer les inquiétudes de vos collègues à votre égard. Une fois qu’Arthur sera libéré, tout redeviendra comme avant pour vous Nikoleis. Je suis sûr que vous comprenez la position délicate dans laquelle je me trouve. Je n’ai pas pour habitude de contraindre les gens de la sorte mais comme vous l’avez voté vous-même : j’ai pour mission de sortir le Consul Rainbow de sa prison au plus tôt et je compte bien accomplir mon devoir. »

C’était tellement faux. Mais bon, Huayan avait suffisamment de pouvoir à présent pour pouvoir user d’autant de coercition sur un consul comme Nikoleis qui a largement contribué à l’effort de guerre d’une faction ennemie. Sans compter qu’une fois Arthur libéré, nous aurons toujours moyen de maintenir l’espionnage sur le Château Disney. Nous avions tout à y gagner.

La seule inconnue était le succès ou non de Nikoleis à pirater le système de la Lumière. La peur était un outil de motivation fort, elle avait bon espoir que cela fonctionne sur lui, même si le consul ne semblait capable de peu de mots si ce n’est qu’il n’avait rien fait de mal.

_______________________________
L'innocence, c'est subjectif Signat10

"I'm the light every night in your world
You revel in the glory of my beauty
Ready to watch me be legendary ?
'Cause I'm ultraluminary !"










Porte-Parole -temporaire - des Cités Dorées du Consulat, Haute-Commissaire à la Sécurité Consulaire, Impératrice Céleste Éternelle Meng Tian -蒙天-, Fondatrice de la Dynastie Song, Porteuse du Mandat Divin, Reine des Hans, des Mandchous et des Peuples du Sud, Grande Magistrice des Arts Magiques, Protectrice de la Terre des Dragons, Souveraine Légitime de toutes les Terres sous le Ciel, Ambassadrice des Cités Dorées du Consulat, Consule de l’Étiquette et Dame de Chengdu









more_horiz
" On était très loin des produits industriels disponibles sur le marché. "

Ca... je le traduit comme ça : On est Consul, alors clairement, nous n'avons pas les mêmes valeurs. Ca m'a fait délirer. Et j'aime assez l'attitude d'Huayan ici. D'ailleurs, on va parler du fait que Huayan Sith Confirmed !

Parce que le Consulat, dirigé par un sénat où on vote, est à la base une démocratie... alors bon, une démocratie où seuls les consuls ont le droit de vote mais... voilà, c'est l'idée que ça doit discuter et tout. Huayan, elle, a à côté de ça un penchant autoritaire très assumé. D'où l'équilibre avec Arthur beaucoup plus fantasque et laxiste. Néanmoins, Nikoleïs est... consul.
J'adore cette idée qu'à un moment, si le Consulat veut fermer des frontières (je dis ça par rapport à un autre rp) où convoquer des gens pour les intéroger, voilà.

A une époque -celle de Genesis- tout ça se faisait à mots couverts et discrètement, à base de déni sur le côté sombre du Consulat mais... voilà, l'époque a changé ! Disons ce que fait Huayan ici est très glissant moralement, particulièrement que Nikoleïs est consul inventeur d'internet alors... !

C'est la stasie, la chine communiste, l'empire sith qui est en marche là... typiquement, Arthur lui-même serait dingue d'apprendre qu'Huayan se permet de faire enfermer quelqu'un sur un soupçon ! Bon, ca a plus ou moins été voter mais... je reste grand fan de cette ambivalence que tu nous apportes. Qui veut la paix (Arthur) prépare la guerre (Huayan).

Espèce d'influenceuse va ! Et... ouais, le coup de le faire attendre et tout. C'est très bien. Je... je ne met pas de bonus ici parce que je me sens un peu partial, pour le coup !

Je note ça normal.

20 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS en... dextérité, sérieux, tu veux que je les foute en quoi ?
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum