Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
La nuit était sombre, propice aux déplacements nocturnes. Nergueï avait fait son œuvre, loin à l’Ouest, instillant un outrage dans le cœur des hommes contemplant leur forêt sacré brûlé. Il avait ensuite remis la lettre que Huayan lui avait transmis pour le Khan du Sud : Erkin.

L’Impératrice s’était envolée tôt, en fin de journée pour rejoindre le lieu du rendez-vous. Elle espérait qu’il viendrait. Un goulet allait servir de lieu de rencontre. Un type de terrain dangereux pour une impératrice en terres mongoles, mais elle ne s’attendait pas à une embuscade. Erkin était le plus âgé des Khans et aussi le plus à même d’avoir des relations avec l’Empire, notamment commerciales.

Huayan se doutait qu’il ne viendrait pas seul, méfiant.

Cela ne la faisait pas paniquer, elle était confiante en ses capacités de défense face aux guerriers mongols. Se glissant dans le maigre feuillage d’un petit arbre à l’entrée du goulet, elle attendait. Elle guettait l’arrivée des Mongols pour apparaître de l’autre côté.

L’attente commençait. Les serres agrippées aux branches presque nues et sèches, elle patientait alors le vent continuait de battre les steppes usées de la Mongolie. La fatigue était présente mais elle se faisait une raison : c’était pour le bien commun, un effort était nécessaire.

Après un long moment, un oiseau s’approcha et se posa à son tour :


« Quatre chevaux en approche, Votre Majesté.
- Des Mongols ?
- Cela m’en a tout l’air.
- Parfait. Mettez-vous en position avec les autres.
- À vos ordres. »

Les battements d’ailes suivirent. Huayan s’élança à nouveau, entendant le bruit des sabots sur la terre. Elle se précipita dans le goulet, reprenant vite forme humaine. Elle s’était habillée richement et élégamment. Elle savait que les Mongols ne prêtaient pas beaucoup d’importance à ce genre de choses.

Ce que l’Impératrice voulait montrer c’était qu’elle était venue en confiance, sans escorte -humaine du moins- et sans armure ou armée. Si avec ça, ils n’étaient pas rassurés, elle ne voyait pas bien ce qu’elle aurait pu faire d’autres.

Elle joignit ses mains et attendit sans bouger. Les autres chevaux n’étaient pas visibles. Ils avaient dû se déployer sur les collines alentours pour observer la scène d’en haut et potentiellement intervenir le cas échéant. Il faisait très sombre, si bien qu’elle avait du mal à discerner les traits de l’homme, supposément âgé d’après les rapports de Nergueï.

C’était d’autant plus difficile qu’il s’était drapé dans une sorte de longue cape de voyage qui couvrait son corps de la tête jusqu’aux lombaires. Huayan espérait qu’il s’agissait bien de son homme et pas d’un vulgaire assassin envoyé en représailles. Le Mongol descendit de sa monture et se planta directement devant elle sans autre forme de cérémonie.


« Vous êtes l’Impératrice Song ?
- Oui. Vous êtes le Grand Khan Erkin ?
- C’est ça. » répondit-il en abaissant sa capuche pour dévoiler son visage.

C’était un homme au teint halé, propre à ceux qui sont souvent exposés à un soleil puissant. Les cheveux grisonnants et une balafre sur son visage : l’archétype du chef de clan expérimenté qui a dû voir beaucoup de choses du côté nord de la frontière. Il n’avait pas une carrure très imposante, mais il demeurait en forme physiquement : il devait être plus menaçant lorsqu’il était plus jeune mais comme tous les humains, le temps passe.


« Merci d’avoir répondu favorablement à mon invitation. Je suis ravie de pouvoir rencontrer un Grand K…
- Vous savez comme moi que cette rencontre est dangereuse autant pour vous que pour moi. Autant aller au but : qu’est-ce que vous avez à proposer pour m’inviter de nuit dans un endroit aussi… Discret ? »

Il voulait aller droit au but. Huayan appréciait sa franchise : au moins elle ne perdrait pas de temps à mettre trop de formes à un discours qui était bien simple en vérité. Elle joignit ses mains et commença à dévoiler son argumentaire.

« Vous savez déjà ce que je vais vous dire. La Mongolie et l’Empire ont une histoire commune de guerres, de sang et de larmes. Contrairement à d’autres, je sais que vous n’êtes pas des sauvages et que la discussion est possible si nous dépassons nos préjugés historiques. » débuta-t-elle avec un ton très sérieux, sans être agressif.

« Vous avez également probablement déjà vu ces monstres de ténèbres que beaucoup appellent « sans-cœurs ». Ces êtres n’aspirent qu’à la destruction de toute forme de vie. Destructeurs, vicieux et mortels, ils ne cherchent qu’à tuer pour se reproduire et à terme, annihiler absolument tout.
- Effectivement, je le sais déjà. » répondit-il, le ton quelque peu condescendant.

Huayan se retint de sourire. Elle allait voir s’il connaissait la suite.


« Je m’en doutais bien, cher Grand Khan…Mais savez-vous comment ces monstres apparaissent et jusqu’où peuvent-ils aller dans la destruction ?
- Hum… »

La réponse tardait à venir. Si bien que Huayan en profita pour sortir des pans de sa robe un petit récipient… Une sorte de bol très fin en bois. D’un geste de la main, elle fit apparaître de l’eau dedans et le tendit à Erkin.

« Tenez ce bol s’il vous plaît. » demanda-t-elle.

Le Grand Khan du Sud regardait l’objet avec méfiance, mais le prit tout de même, quelque peu surpris par l’étrange tour qu’était entrain de lui jouer l’Impératrice de Chine. Il allait devoir boire l’eau ? Huayan observa son air surpris, étonné et lui annonça ce qui allait se passer.


« Je vais vous montrer ce qu’il adviendra de notre monde si nous continuons à nous entretuer sans fin. Observez ce que j’ai vu de mes propres yeux. » lança-t-elle tout en plaçant son doigt sur sa tempe.

Elle força un instant, comme un effort pour tirer quelque chose de sa tête. Soudain, un fin filet blanc, translucide, s’échappa de son corps. Il était assez long, comme un avant-bras. Elle l’observa un instant puis le déposa dans l’eau du bol.


« Observez la vérité, Grand Khan. Plongez votre regard dans mon souvenir. » déclara-t-elle.

Le Khan, d’abord méfiant, avança son visage non sans lâcher un avertissement à Huayan :


« Si c’est un piège ou une malédiction… Mes fils me vengeront, j’espère que vous en avez conscience.
- Ayez confiance. Contemplez la vérité et notre potentiel futur. »

Erkin déposa sa tête à la surface de l’eau puis se vit transporter -par l’esprit- dans un souvenir sombre de l’Impératrice. Bien sûr, Huayan l’avait modifié pour effacer Lenore et l’Innommable de son expédition au Palais des Rêves. Désormais, le Grand Khan pouvait voir la souveraine se déplacer dans les bois, puis dans les ruines du château dans un monde plongé dans les ténèbres et habité par des essaims de sans-cœurs plus monstrueux les uns que les autres.

Avec un peu de chance, il devait ressentir le stress, la peur de voir ces créatures lui courir après. Bien sûr, Huayan avait probablement exagéré un peu le trait de son souvenir mais il n’en demeurait que la réalité était un cauchemar : un monde brisé, détruit, anéanti.

C’était ce qui attendait tous les mondes si l’on continuait ainsi. Huayan voulait à tout prix épargner la Terre des Dragons et si cela passait par la négociation avec les Mongols, alors elle devait s’abaisser à cela même si elle savait qu’il y aurait encore probablement des morts pour y arriver.

Bien vite, le Grand Khan sortit la tête du bol. Il s’essuya rapidement le visage, les yeux écarquillés, tâchant de reprendre une « tenue » face à la souveraine han. Il avait le souffle rapide et se passait inconsciemment la main dans ses cheveux pour les remettre en arrière.


« Qu’est-ce que c’était que ça ? » demanda-t-il, sérieux et inquiet.

« Vous avez vu ce que j’ai vu, Grand Khan. » répondit-elle.

Un silence pesant s’installa ensuite pendant quelques instants. Erkin tentant d’assimiler ce qu’il venait de voir, Huayan le laissant mariner lentement.


« Ce monde que vous avez vu… A été aspiré par les ténèbres. Tous les habitants de cet endroit : hommes, femmes, vieillards et enfants. Tous ont été tués et, ou, transformés en monstres condamnés à errer pour l’éternité en quête de vies à détruire. Une faim sans fin.
- Et vous pensez que c’est ce qui va arriver ici ? Comment vous avez survécu à votre visite là-bas ?
- Ne sous-estimez pas mes pouvoirs, Grand Khan. Si nous continuons de répondre à la violence par la violence, oui. Nous devons nous unir, une bonne fois pour toutes, avant de sombrer comme ce monde et ses habitants. J’ai des raisons de penser que nous avons encore un peu de temps devant nous… Nous devrions en profiter pour mettre fin à notre cycle de haine. Vous êtes le chef du clan qui a le plus à gagner à sortir de cette situation où vous êtes constamment affaibli par les autres dirigeants mongols. »

Erkin ne répondit pas. Il réfléchissait à ce que Huayan était entrain de lui dire.

« Qu’est-ce que vous avez à me proposer en ce cas ?
- Une alliance. Vous et moi dans un premier temps. Vous n’aurez rien à faire pour le moment, juste… Observer et éventuellement échanger des messages avec moi sur les actualités de votre côté du monde. Lorsque la situation le permettra, je proposerai une rencontre avec tous les Grands Khans pour leur montrer ce que vous venez de voir… En espérant que cela suffira pour que nous puissions créer un futur moins… Sombre.
- Vous avez remplacé le précédent Empereur, c’est bien ça ?
- En effet. Son fils, le prince, l’a tué.
- Et vous avez récupéré le pouvoir ensuite.
- C’est cela, oui. Où voulez-vous en venir ?
- Si vous avez été assez intelligente et puissante pour devenir Impératrice à la place de l’ancienne famille, vous l’êtes suffisamment pour déjà savoir que les trois autres clans ne vous suivront pas par la voie diplomatique. « Sauver le monde » ne sera pas suffisant pour eux. »

Huayan sourit légèrement, arquant discrètement son sourcil gauche. Il n’était pas idiot. Huayan savait que la négociation avec les autres chefs, des clans plus brutaux et barbares que celui du Sud, ne fonctionnerait pas. Comme toujours, elle voulait paraître raisonnable et montrer qu’elle croyait en la paix et l’union.

« C’est vrai oui. Il y aura une guerre que j’espère aussi rapide que définitive pour que nous puissions sceller un meilleur destin pour la Terre des Dragons.
- Et pour quelle raison vous pensez que je trahirai les autres clans pour m’allier avec vous ? L’Ennemi de toujours ?
- Pour la même raison qui vous a fait venir jusqu’ici et qui vous fait commercer avec les Hans. Vous avez déjà trahi Grand Khan, il ne s'agit que de finir le travail. Vous savez que l’univers ne se limite pas à votre territoire, vous avez vu des choses et vous faîtes du commerce avec des marchands Hans. Vous êtes raisonnable et vous connaissez les risques, réels, que vont apporter les sans-cœurs s’ils se multiplient. L’ancien empire est mort avec l’Empereur et son fils. Le nouvel empire que j’incarne propose une nouvelle voie.
- Qu’est-ce que j’ai à y gagner ? Pourquoi devrais-je faire confiance à votre offre ?
- Votre avenir et assurer un destin meilleur à vos enfants et votre clan. Vos enfants pourront rejoindre le Consulat et devenir des Consuls, assurant à la fois un rôle ici en Mongolie mais également au-delà de vos frontières. Le commerce fleurira entre vos terres et les autres. Unis, nous serons plus forts. A quoi bon s’entretuer éternellement ? Il est temps pour la Terre des Dragons d’aller de l’avant. Les clans mongols, l’Empire et le Consulat réunis, nous serons une force bien plus puissante à craindre et à respecter. La Gloire n'est qu'à deux pas de nous. »

Les échanges se poursuivirent, finalement Erkin annonça à l’Impératrice :

« Je ne peux rien vous dire encore. Je dois réfléchir à votre proposition d’alliance secrète… Vos conditions sont peut-être bonnes, mais je n’ai pas encore suffisamment de certitude concernant la réussite de votre plan…
- Vous avez le temps de la réflexion, nous ne sommes pas pressés après tout, pour l’instant.
- Comment puis-je vous contacter pour vous signifier ma réponse discrètement ? »

Huayan tourna la tête vers le ciel. Un corbeau en descendit et se posa sur l’épaule du Grand Khan.

« Crôôôôa ! »

« Lorsque vous voudrez me contacter, donnez le message à ce corbeau. Il viendra directement me le rapporter.
- Hum… Très bien. » répondit-il avant de tourner les talons et de remonter à cheval.

Avant de partir au trot, il émit une sorte de sifflement, certainement pour prévenir ses compères qu’il fallait repartir. Il laissa retomber le bol par terre et disparut dans la nuit. Huayan le laissa ainsi, non sans le renverser sur le côté pour que l’eau contenant son souvenir falsifié disparaisse également.

Elle se changea en corbeau, puis repartit vers la Cité Interdite.

_______________________________
Vent de l'Est Signat10

"I'm the light every night in your world
You revel in the glory of my beauty
Ready to watch me be legendary ?
'Cause I'm ultraluminary !"










Porte-Parole -temporaire - des Cités Dorées du Consulat, Haute-Commissaire à la Sécurité Consulaire, Impératrice Céleste Éternelle Meng Tian -蒙天-, Fondatrice de la Dynastie Song, Porteuse du Mandat Divin, Reine des Hans, des Mandchous et des Peuples du Sud, Grande Magistrice des Arts Magiques, Protectrice de la Terre des Dragons, Souveraine Légitime de toutes les Terres sous le Ciel, Ambassadrice des Cités Dorées du Consulat, Consule de l’Étiquette et Dame de Chengdu









more_horiz
Il est où Yan Shu ?! Pas content ! Pas content ! Pas content ! Rendez-nous Yan Shu !

Honnêtement, il a peut-être déjà vaincu où il dirige encore les Huns à l'heure où je parle ? Où... on se base sur le jeu où oui, en effet, il s'est fait rossé ? Bref, j'ai tout de suite penser à Yan Shu !

Je trouve ça malin de la part de Huayan Song d'appuyer sur les sans-cœurs pour sa proposition. Ce n'est pas la dernière à utiliser la peur et, souvent, elle utilise la peur qu'on pourrait avoir pour elle. Ici, y a ce côté... c'est de eux dont il faut avoir peur, pas de moi, l'ennemi de mon ennemi est mon ami. Le coup du bol, c'est pas mal, ça donne un côté un peu mystique au truc et c'est stylé que l'impératrice est des pouvoirs et tout.
Un bien belle petite mission diplomatique à base de PNJ, ça n'a pas... l'éclat que ça peu avoir quand tu as un joueur en face de toi et c'est normal.

Je note ça normal !

20 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS en dextérité.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum