Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
Un murmure très aigu venu de tout côté semblait le cri lointain d'un peuple épouvanté ! Sinistre, mutante et froide, cette bête de ferraille affreuse faisait corps avec son fauteuil et c'était bien assez pour l'épouvantement de mes sens convulsés ! Sa bouche édenté et difforme en bec de canard pouvait en avoir le ton désharmonieux si l'animal fut éventré et sa voix, grincheuse et éraillé, siffle encore entre quelques chicots du même sinistre que les roues de son fauteuil rouillé ! A en perdre souffle ! Habillé en médecin mais légiste, du même blanc que l'échappée d'asile et le crâne boulonné pour s'ouvrir et se fermer ?! A le voir, on se prend soudain l'envie de fuir, poussé à l'exil et un instant, j'en fut si révulsé que me vint l'idée saugrenue de me rhabiller pour mieux vomir.
Et voici sous son front ample deux yeux que bride une profonde et noire paire de lunettes rondes insondables.

Il me fixe... à m'en faire déglutir, lorsque son crâne s'ouvre de manière mécanique pour dévoiler l'affreuse vision d'une cervelle organique. Et lorsque ses petits doigts gratte furieusement sa matière grise, j'ai l'affreuse sensation d'imaginer ce que pourrait être son ressenti ! Ce qui ne fut pas pire que de le voir me fixer avec un semi-sourire.

Bientôt, je suis aussi pale que lui qui, pourtant, ne transpire pas à grandes eaux comme je sais si bien le faire maintenant.

« Quelle horrible horreur ! » Que je m'exclame avec un air écœuré et franc, face à celui qui le prend comme un compliment. Un monstre de la sorte ne peut venir que d'Halloween, c'est évident ! Et soudain, je lui souris bien content bien que surpris, serait-ce... ? « Docteur Finkelstein ?! »

« Lui-même ! » Il n'est pas peu fier le bougre ! Et moi-même, je suis sympathique à l'égo qu'on partage tout les deux. « Ma réputation me précède à ce que je vois... ce qui ne m'étonne pas. » Après un instant d'autosatisfaction, le docteur reprend et bondit en avant, du buste seulement, pour pointer d'un doigt ganté sur l'idiot nu qui lui fait face, ses fesses toujours en place. Remarquez, qu'il soit nu ne semble pas tant l'interpeller. Quand à son ton, il est celui d'un vieux grincheux ayant l'âge d'un papi ronchon, le genre qui sortirait avec un fusil pour chasser les bambins de son jardin abandonné. « Et toi, qui es tu ?! »

Sa question sonne comme une menace alors je m'exécute promptement !

« Arthur Rainbow ! D'Erato le Fils et Porte-Parole du Consulat ! »

« Ne me prends pas pour un vieux sénile ! » Râle-t-il en s'agrippant aux barreaux de sa prison pour passer son affreuse bouche entre deux. Ayant un instant cru qu'il passerait au travers, je reste prostré après un sursaut mais... je l'admire ? Comme l'on admire avec dégout une créature hideusement bien pensé dans son allure. Parfois, la laideur et le dégout sont orchestrés avec un tel maestro qu'on en perd ses mots, béat d'admiration face à... ça. « Tu n'es pas Genesis Rhaspodos ! »

« Ce qui ne veut pas dire que je ne suis pas Porte-Parole... pour t'expliquer, il est décédé. »

Le vieux fou me scrute si fort que je sens mon âme frissonner alors qu'il me dissecte du regard... en réponse ? Je me lève et droit et fier : pour le fixer en retour avec un air sévère que ne renieraient pas mes vieux frères.

« Curieux... pourquoi la Lumière t'enferme alors ? »

« Ah, ça... » J'hausse les épaules en détournant le regard, m'avoue vaincu face à la question du savant et lui répond, très franchement ? « ...j'en sais trop rien. Ils veulent une rançon m'a-t-elle dit. »

J'oublie peut-être de lui dire que nous étions officiellement en guerre... mais je m'y perds.

« Elle ? C'est qui ça, elle ? La folle aux cheveux bleux qui m'a enfermé après avoir détruit mon chef-d'oeuvre ?! »

Sans doute doit-il parler de Maitre Aqua mais... elle aussi serait une lumineuse zélée ? Je lui offre un air perplexe et croise les bras pour mieux regarder vers le bas... moi qui croyait que la garde avait seule le rôle de rabat-joie, finalement ? Il se pourrait bien que toute la Lumière soit va-t'en guerre jusqu'à Cissneï elle-même. Fin démon que je croyais ange, la majorité du Consulat... et moi aussi jusqu'ici... pensions Genesis bien aigri d'avoir de la lumière un avis si bas.
Finalement, il me semble que... cette phrase résume de plus en plus justement mon ressenti : fin démon que je croyais ange.

« Je l'ai croisé et ait tenté de l'enfermer à l'occasion de la marier... »

« Ca explique ton incarcération. »

Mon regard se lève en sa direction, à moitié sévère seulement puisqu'il... a sans doute raison, ca fait au moins partie de l'explication. D'un soupir, je balaye son opinion et poursuit avec aplomb en imaginant des toiles fantastiques sur le mur en pierre de ma cellule.

« ...c'est une autre qui m'a enfermée. Une vierge de fer froide et impassible, frigide au possible, qui aurait fait passer sa propre armure pour expressive. »

« Aaaah... Général Primus... » Le Docteur se plongea dans une longue réflèxion muette à marmonner, l'air fasciné, bredouillant de sombres idées à propos d'expériences monstrueuses et d'expérimentés des monstruosités. Je reconnu, dans son absence momentané, une certaine passion digne des savant capable de faire de la science un art. Car de toute évidence, c'est un savant fou... ce qui lui fait deux critères d'adhésions au Consulat : d'être savant et d'être fou. Probablement que les deux lui ont valu de se retrouver en prison car je doute que la Lumière apprécie l'un ou l'autre.
Malgré moi, cet emprisonnement... et la révélation qui va avec... me rendent amer. A avoir ainsi traité et considéré la Lumière, je me sens incroyablement... naïf. Et bête et con, disons-nous les termes entre nous.

J'aurais voulu grandir... mais sans l'humiliation et sans avoir à en souffrir. Est-ce que j'en souffre réellement ? Qu'ici, il y a bien pire. D'un second soupir, je balaye mes hésitations et reprend avec aplomb ! Mon regard se reporte alors sur le répugnant docteur.

« Et vous, qu'est-ce qui vous a valu de vous retrouvez là ? »

« L'obscurantisme... ces ignares refusent de comprendre que la science doit avancer et ont pris un de mes chefs-d'œuvre pour une monstruosité ! »

« De ce que j'en sais, j'ai plutôt l'impression qu'ils ne comprennent pas que vos monstruosités sont d'horribles chefs-d'œuvre. Je n'ai aucun mal à croire que la Lumière ne comprenne à la sublime horreur d'Halloween. »

« Bien dit ! »

« Sachez qu'au Consulat, nous ne portons pas d'œillères et savons très bien reconnaitre le génie, ainsi que le talent, peu importe sa forme. Vous serez fait Consul par ma volontée si c'est ce que vous souhaitez et nous financerons vos recherches avec grand plaisir. »

« Si le Consulat me fait sortir d'ici, tout le plaisir sera pour moi... »

Et je le sens particulièrement sceptique au ton sarcastique, voir acerbe, de sa réponse. A sa réaction, comme j'aime le faire, c'est avec mon sourire le plus simple que je lui répond, une étincelle malicieuse dans mes yeux. Un sourire prometteur, qui ne lâche rien, ni d'amer ni de doux et, il semble réagir... peut-être que l'on se comprend, entre fou ?

« Marché conclu. »

Ce qui me fait sourire, c'est de savoir que la Lumière m'enferme parce que je suis très beau et lui, parce qu'il est très laid. Au bas mot, j'oserais dire que la Lumière enferme tout ce qui détonne de trop. Tout ce qui a trop d'éclats, tout ce qui promet l'effroi... et j'ai bien là un ennemi, en la Lumière, ce fin démon que je croyais ange. Si on laisse faire, ces folles enfermeront elles tout ce qui dérange ? Tout ce qui dérange de trop, jusqu'à étouffer le moindre sursaut, le dernier soubresaut.
Je préfère encore ça à la Coalition Noire... mais à leurs vains et plats espoirs, je choisirais encore l'art.

« Pourriez-vous me parler de votre plus grand chef-d'œuvre ? Celui de votre vie, s'il a eu lieu ou jusqu'au prochain, bien sûr. »

« ... » Son silence en dit long. Et la tendresse dans sa voix qui suit ? A vous en fendre le coeur. « Je vais te parler de mon assistante Sally. C'est peut-être la seule de mes expériences qui a duré et que j'entends conserver. L'une des premières et, je l'espère, la dernière à tenir debout. »

Soudain, me brusquant un peu, la savant fou s'agite sur sa chaise roulante et la fait grincer horriblement !

« Je n'ose imaginer toutes les folies qu'ose faire cette idiote alors que je ne suis pas là pour la surveiller ! »

Je... souris tendrement face à cet amour aussi sincère que si mal dissimulé et j'écoute comme l'enfant face à une histoire qui fait rêver. La Lumière ignore probablement que les monstres ont un coeur, eux aussi.
more_horiz
Coucou beau blond, c'est Tata Huayan !

Alors, alors, qu'est-ce qui se passe dans le donjon aux couleurs chaudes de la Lumière ? ( Elle est pour toi celle-ci Ciss Very Happy )

Bon, plus sérieusement, j'ai apprécié ce RP. Déjà car rp alors qu'on est enfermé dans une cellule, c'est pas forcément aisé -même si en soi c'est l'occasion de faire des choses centrées sur notre personnage, blablabla- et donc je salue la chose. Ensuite, tu refais sortir un personnage intéressant des sous-sols, pourquoi intéressant ? Parce que c'est pas José le contrebandier le détenu, c'est le Dr Finkelstein.

Alors après, le dialogue est assez convenu. Les mecs se chauffent quand même assez vite entre eux, même si en soi, le Dr a pas dû avoir beaucoup de gens avec qui parler depuis qu'il est incarcéré. Donc bon la petite proposition d'Arthur reste intéressante mais il est vrai qu'au de la rapidité de la chose, c'est un peu fait " sur la comète"... Mais d'un autre côté, le Dr Finkelstein n'a pas vraiment d'autres alternatives que de croire Arthur.

Et je dis ça par rapport à un élément qui est amené : Arthur dit qu'il va être rançonné. Déduction : Finkelstein n'est pas rançonné ( du moins j'espère pour lui depuis le temps qu'il est là ), donc il peut se douter qu'Arthur va sortir relativement vite des geôles contrairement à lui. Potentiellement, c'est son seul espoir / porte de sortie.

Pour le reste, j'aime la vision d'Arthur et ce qu'il pense par rapport aux monstres qui ont un coeur toussa, toussa. Ça met du relief je trouve dans l'esprit du personnage et ça met d'autant plus en avant la différence de personnalité entre par exemple lui et Primus.


Voilà, voilà, c'est bien, faut continuer Smile !


Notation :

Très Facile : 5 points d'expérience + 50 munnies + 1 PS en... En... PSY. Oui.

_______________________________
Puisqu'ils sont savants et, ou, fous : aux cachots ! Signat10

"I'm the light every night in your world
You revel in the glory of my beauty
Ready to watch me be legendary ?
'Cause I'm ultraluminary !"










Porte-Parole -temporaire - des Cités Dorées du Consulat, Haute-Commissaire à la Sécurité Consulaire, Impératrice Céleste Éternelle Meng Tian -蒙天-, Fondatrice de la Dynastie Song, Porteuse du Mandat Divin, Reine des Hans, des Mandchous et des Peuples du Sud, Grande Magistrice des Arts Magiques, Protectrice de la Terre des Dragons, Souveraine Légitime de toutes les Terres sous le Ciel, Ambassadrice des Cités Dorées du Consulat, Consule de l’Étiquette et Dame de Chengdu









Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum