• Travailler un peu •


J'étais reparti pour une nouvelle mission, mais cette fois à la Cité des Rêves. Et plus particulièrement vers le centre-ville. Je devais rencontrer là-bas une femme. Professeur de chant, c'était suive ce qu'Evelynn, mannequin et chanteuse voulait que je fasse.

Peut-être n'était-je pas une bonne chanteuse. Peut-être qu'elle allait me trouver pleins de défauts dans ma voix. C'était une professionnelle et moi, juste une petite fille totalement innocente propulsée sous les projecteurs pour promouvoir des un parfum. Et nouvellement, travailler avec des femmes qui n'ont pas été de main morte lors de notre première rencontre.

Je pénétrai seule en regardant chaque petite pancarte qu'il y avait sur les portes. Il y avait beaucoup de professeur en rapport avec le monde des arts. Mais je cherchais une personne en particulier.

Je longeais chaque couloir et fini par atteindre la porte du bureau de la personne que je cherchais. Je frappai à la porte et une voix de l'autre côté m'invita à entrer, ce que je fis.

Devant moi, un bureau derrière lequel une femme était assise, mais relevée immédiatement après que je sois entrée.

C'était une femme d'un certain âge. Ses cheveux blonds cendrés presque blancs étaient coiffés d'une certaine manière, qui donnait un petit effet négligé, mais à la fois très élégant, elle avait de petits yeux marrons, elle portait un tailleur noir avec un foulard jaune.

Elle s'avança vers moi, alors que je pénétrai très lentement dans la pièce.

« Bonjour. »
« Bonjour. Madame Altaï ? »
« C'est moi. Que puis-je pour vous ? »
« Je me présente. Je m'appelle Ahri. Je travaille pour la Shinra. Récemment, je suis aller passer une audition auprès d'Evelynn. »
« Ha Eve. Je vois. Et qu'en pense-telle ? »
« Elle a dit que je n'avais pas une voix de crécelle. »
« Tout Eve ça. Autre chose ? »
« Que j'était plutôt mignonne. »
« Elle a dit « mignonne » ? Ce n'est pas vraiment son genre... »
« Elle a utilisé un autre terme, mais ça n'a rien à voir avec ma performance vocale. »
« Effectivement. »

Elle attrapa quelques documents sur son bureau et me les tendis.

« Ça se sont des partitions. Vous allez d'abord me faire quelques vocalises. Je veux voir ce qu'elle a voulu dire par « voix de crécelle ». Allez-y. Prenez le temps. »

Je ne savais pas trop ce qu'elle attendait de moi, mais elle voyait bien que je n'étais pas une personne de ce milieu et accepta de m'expliquer en quoi ça consistait et m'exécutais.

Je n'arrivais pas à savoir ce qu'elle pensait de moi. Rien ne se lisait sur son visage et ne me reprenait pas pour autant sur des erreurs que j'aurai pu faire. Mais après un moment de silence, elle fini par dire quelque chose.

« Elle a vu juste. Et je comprends mieux pourquoi vous avez été envoyé ici. Vous avez l'air d'avoir peur du regard des autres sur vous. C'est pour ça que votre voix est si douce. Vous ne chantez pas pourtant. Vous avez une très jolie voix. Mais il ne faut pas hésiter à lâcher prise. Vous devez faire abstraction de ce qu'il y a autour. »

Comme une idiote, je me mis à regarder autour de moi, mais elle se mis à sourire, comprenant que je prenais tout au premier degré.

« Voici des paroles de chansons écrites pour les filles. Vous allez tout simplement les chanter. Sans vous soucier de quoi que ce soit. Je vais sortir de la pièce. Ce n'est pas insonorisé, je vous entendrai, mais vous serez seule, personne ne vous jugera. Laissez-vous aller. »

Je pris l'autre papier qu'elle me tendit et la remerciai. J'attendis qu'elle sorte de la pièce et lisais les paroles. Puis je commençais à chanter, mais la voix étouffer de la professeur de chant se fit entendre derrière la porte.

« Un peu plus fort. Je ne vous entends pas. Lâchez vous ! »
« D'accord. Désolée. »

Plus un bruit à nouveau. Je fermais les yeux et je pris une grande inspiration comme je l'avais fais lorsque William était avec moi. Je soufflais le plus doucement possible.

Je ne fis plus aucun bruit, je rouvris les yeux et commençais à chanter, d'une voix très fluette, mais n'entendant rien d'autre autour, le timbre de ma voix augmenta. Je n'entendais plus que ma propre voix qui était à la fois mélodieuse et entrainante.

Je continuais de chanter mais je ne me rendis pas compte que madame Altaï avait ouvert la porte, elle était restée dans le couloir et m'écoutait depuis cet endroit. J'étais tellement obnubilée par ce que je faisais que je me retournais, une fois qu'elle se mit à applaudir en espaçant bien ses claquements de mains.

« Depuis quand vous êtes là ? »
« Vous croyez vraiment que j'allais arrêter ça ? Vous avez une voix. C'est impressionnant. Vous mêlez parfaitement la douceur et la force qu'on attend d'une chanson pareille. »
« Vous êtes sûre ? »
« Dois-je vous rappeler mon métier ? »
« Non. »
« Et puis j'ai le même franc parler qu'Evelynn. »

Je reposais le papier sur son bureau et baissai la tête.

« Ce que je dis, ce n'est pas méchamment. Pensez vraiment à vous endurcir. Car si vous entrez dans cette voie. Il peut y avoir beaucoup de critiques et ce peut importe ce que vous faites. Vous respirez de travers, ça ne sera pas bien vu. Vous serez examiné à chacun de vos mouvements... »
« Est-ce vraiment fait pour moi alors ? »
« Je ne vais pas vous dire ce que vous devez faire ou ne pas faire. Mais vous avez du potentiel. Et vous êtes venu me voir, c'est que dans un sens, vous aspirez à ce monde. »
« Oui. Enfin, on a voulu que je vienne. »
« Et ça ne vous a pas plu ? Osez me dire le contraire... »

Je ne répondis pas, mais elle a bien vu que j'avais aimé faire ça. Elle m'avait vu faire, je n'étais plis pétrifiée comme je l'avais été lorsque j'étais avec Evelynn et les deux autres femmes.

« Réfléchissez. Je ne suis pas voyante, mais je ne vous vois pas être une simple membre de la compagnie Shinra. »

Je la remerciai et repartis de son bureau et cette immense bâtisse pour repartir vers la station Shinra.


j267.png





_______________________________
Travailler un peu Y99t