Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
J’avais les yeux injectés de sang. J’avais passé la nuit à mater les caméras de sécurité, et… surtout à jouer sur mon gummiphone, ouais. J’avais vu le jour se lever, lentement, et j’avais qu’une envie, c’était d’aller pioncer. Franchement, les planques c’était rigolo, mais ça comportait son lot de trucs chiants. Le président avait la belle vie lui, il avait pas de tours de garde.

J’attendais huit heures, pour aller réveiller Rude et enfin pouvoir me reposer. Je crois que c’était les dix dernières minutes les plus longues. Je le savais, j’avais le regard plus souvent tourné sur le cadran de ma montre que sur les écrans. Enfin, jusqu’à ce qu’on sonne.

Je soupirais avant de me rapprocher de l’écran. Un facteur qui sonnait à la porte, avec un colis dans la main. C’était… Ça pouvait pas être Pavani, pas avec un subterfuge aussi con. J’ai levé la tête pour appeler Rude par dessus mon épaule, mais rien pas de réponse. Fallait que je gère ça tout seul.

Je me suis levé, avec toute la fatigue d’une nuit blanche qui me pesait sur les épaules, et j’ai trainé des pieds jusque dans le salon. Rude ronflait. Quand c’était comme ça, même la chute d’un piano juste à côté de lui le réveillerait pas. J’ai vite laissé tomber, et j’ai décidé de m’occuper de ça moi même. J’ai enfilé mes chaussures, j’ai pris mon arme que j’ai accrochée à ma ceinture et j’suis sorti. J’ai avancé jusqu’à la grille et puis…


Ouais, c’est pour ?

Reno, c’est moi, Balto. Le Président nous à demandé une livraison pour ce matin.

Putain je l’avais pas reconnu ce con.

Balto ? Ah merde ! J’pensais pas !

T’as l’air tellement dans les vapes.

Pas loin. J’ai passé la nuit à fixer des caméras, c’était long, et chiant.

Je me doute. Tu… comptes déballer le colis ici ?

Ah non, non, merde. Rentre.

Je débloquais la porte et je le laissais rentrer. Il prit ma suite alors que je retournais à l’intérieur.

Ah, ouais… Pas mal !

Ouais la baraque est cool !

Et Rude dort encore. Attends.

Il s’avance vers Rude et lui pince le nez. Quelques secondes plus tard, notre chauve national se redressait en sursaut.

Balto ? Ça va pas ?

C’est plutôt à toi qu’il faut demander. On avait l’impression d’avoir un moteur de V-12 dans le salon.

Il se frotte l’arrière de la tête avant d’attraper ses lunettes posées sur la table et de les mettre.

[color=#ff0000]On est en intérieur, tu sais ?

Juste un grognement comme seule réponse. Je le vois se lever péniblement et se rendre dans la cuisine se préparer un thé. Malgré son air grognon il nous en propose aussi. On accepte tout les deux avant de s’asseoir dans les canapés. Je vois Rude nous apporter nos tasses et continuer sa route jusque dans le local des caméras. Au moins, il est ponctuel, hein.

Je finis par attraper le carton et je commence à le déballer.

Pas mal le coup du facteur, Balto !

On m’a dit qu’il fallait livrer un truc, sans que ça se remarque. J’ai fait au plus simple. Plus c’est gros…

Plus ça passe, ouais.

J’ouvre le carton et je commence à déballer son contenu. Des munitions, des armes de poing, ouais. Rien de nouveau.

Des lunettes à vision nocturne ? Pour quoi faire ?

Demande du Président, j’en sais pas plus.

Ils ont dû en parler hier soir pendant qu’ils discutaient, je sais pas.

Je réfléchis. Il faisait chier le président sur ce coup là, j’aurais bien aimé moi aussi discuter un peu plus avec Odile.

Ils ? Ah oui, j’ai entendu que y’avait Arad. La tristement célèbre. Ça va, ça se passe bien ?

Bah écoute… On a eu sa soeur en renfort, aussi. Et je dirais que oui, ça va. Elles se débrouillent plutôt bien. J’dis pas qu’on a rien à redire mais… ouais !

Arad à une soeur ?

Ouais, on était surpris un peu comme ça la première fois qu’on en a entendu parler. Au début on était pas chaud mais…. Elle est détér la petite. Puis…

Puis ?

Je me penche un peu plus vers lui, et je commence à secouer la main.

Elle est… super bonne, aïe aïe aïe.

Ah, le grand retour du chasseur ?

Son visage… ouah, vraiment pur tu sais. Puis, pas très grande, des jambes fines… on dirait des … aiguilles ? Ouais ? Et surtout, un de ces culs… Rude la trouve pas ouf, j’sais pas comment il fait. Tu la verrais dans son uniforme, quand elle bosse… A s’en mordre le poing.

Je vois, dit-il en croisant les bras. Et… t’as une ouverture au moins ?

Tss… J’en sais rien.

Ouais, je pense. Y’a des petits jeux de regard et tout. Le seul obstacle c’est…

… le Président ?

Exactement. Quoi, il t’en as parlé ?

Absolument pas. Mais si elles bossent bien, ça m’étonnerait pas que tu te sois fait engueuler.

Hm… Ouais je sais, mais bon. On dirait qu’il a des yeux derrière la tête.

Oui, enfin… excuse-moi Reno mais t’es pas très connu pour ta discrétion à ce niveau-là.

Pardon ?

Il a pas le temps de me répondre. Le plancher de l’étage craque un tout petit peu, puis les pas se rapprochent des marches. Je tourne le regard pour tenter d’apercevoir qui descend. Je vois un pied nu se poser sur une marche, complété par une paire de jambes…. Sa paire de jambes.

Je fais mine à Balto de la fermer et je lui indique les escaliers du regard. Odile finit de descendre et nous salue d’un signe de main. Je lui souris, et je regarde Balto lui sourire aussi. Elle ne prend pas la peine de s’approcher et file dans la cuisine directement pour se préparer quelque chose
.

Alors ? Dis-je en chuchotant.

Ouais. Oui, mais sans plus. Banale, non ?

Tu te fous de moi ? Elle est… parfaite ! Vas-y, donne moi un exemple. Qui est mieux qu’elle ?

Il regarde sa montre, l’air un peu gêné. Je souris. Je sais que ce gars là cache quelque chose et qu’il veut pas nous le dire. Avec Rude on avait parié sur une des scientifiques avec qui il discutait science, astronomie et tout un tas de conneries du genre et ça, pendant des heures. Phyliss je crois ?

En tout cas, merci pour le thé. Tu fais gaffe avec le colis, tu l’as pas sorti mais y’a un Architecte là-dedans. Le perds pas ou tu vas encore te faire engueuler.

Ouais, ouais.

Je prends enfin ma première gorgée de thé en le voyant partir. Je le salue d’un signe de main, et je pose mon regard sur Odile, toujours dos à nous en train de préparer une cafetière complète. Sûrement pour le président.
more_horiz
Ah Odile, il n’y en a toujours que pour elle, hein… Very Happy

C’est encore un des rps dont tu as le secret, et je trouve ça à la fois, tellement cool, et puis ça me fait aussi grincer des dents. Oui, j’ai beaucoup trop d’empathie pour mon main.

J’aime vraiment bien ce rp. C’est un rp très anecdotique, finalement, c’est pas mal ce que tu fais avec Reno, des rps de transition, des rps de détail, si on exclue le coup de la banquière. Donc voilà, t’étais définitivement pas obligé de le faire ce rp, mais tu l’as fait et tu l’as rendu assez intéressant. Si on ne connaissait pas trop les intentions ou l’intérêt que Reno porte à Odile, on le sait maintenant. Et moi je suis contente, parce que ça fait vraiment vivre les personnages quoi, pas juste nos main. Ca fait vraiment genre « en dehors de nos rps avec eux, ils ont une vie, un coeur, des sentiments, des pensées, des pulsions ».

Je suis aussi bien contente que tu aies fait intervenir Batlo. Moi du coup j’ai cru qu’il était gay, mais t’as parlé d’une scientifique donc j’imagine que c’est pas ça.

Les dialogues sont amusants, très spontanés, très parlés, bref très Reno, et ça on aime toujours autant. Seul souci, je crois que t’aurais pu mettre une autre couleur, vu que celle de Balto ici ressemble vraiment fort à celle de Odile, j’étais perturbée. xD

Les descriptions, les gestes et tout, ça donne vraiment un rp dynamique et réaliste, en mode, c’est un événement sans grande importance mais ça devient vraiment agréable à lire, même si on apprend rien d’extraordinaire.

Du coup je me demande si Reno peut avoir un véritable crush sur Odile ou si c’est juste une passade comme il en a avec plein d’autres meufs. Ce sera rigolo de voir l’évolution.

Peut-être ma seeeeeule déception, et encore, c’en est pas vraiment une… C’est que j’ai l’impression que tu te retiens d’utiliser Odile parce que tu le sens pas. Mais en vrai, j’aimerais assez que tu le fasses, même si tu la fais pas exactement comme moi. J’en sais rien, c’est mon pnj, ok, mais moi j’utilise bien Reno. Et je me dis que ce serait cool que t’aies pas besoin de mon intervention (genre en coop) pour avoir de véritables interactions entre tes personnages et mon pnj.

Voilà, c’est dit, à toi de voir, je te laisse juste la porte ouverte là dessus. Evidemment t’en fais ce que t’en veux et ça n’amoindrit pas les qualités de ton rp, mais ici j’aurais été contente que t’oses la faire intervenir, même pour un dialogue. Après, c’est cool aussi, ça renforce le côté un peu… « pas touche, Reno » dont tu parles pas mal dans tes rps.

Bref, bien joué ! Je suis partante pour voir d’autres trucs du même genre.

Très facile : 5XP, 60 munnies, 1PS en symbiose
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum