Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz


Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis la visite des Turks dans mon appartement. Je n’avais pas osé mettre le nez dehors, de peur de les recroiser, alors j’avais tenté de poursuivre mes travaux. J’avais terminé d’arracher le papier peint de tout l’appartement, ce qui me permettait de penser à autre chose, et j’avais même veillé pour ça. En fait, j’essayais chaque jour de retarder autant que je le pouvais le moment où j’allais me coucher, de peur de me faire réveiller par deux costauds en costume.

J’avais aussi tenté de sauver le peu de peinture qui restait dans le pot renversé, puis de sauver mon parquet, mais il était définitivement taché et… à moins de me satisfaire d’une épaisse flaque séchée sur le sol, j’étais bon pour le faire refaire. Evidemment, la Shinra ne devait pas disposer d’un service client pour les actions foirées de ses agents secrets.

Mon gummiphone se mit à vibrer une fois de plus, comme il n’avait pas arrêté de le faire ces derniers jours. Je n’avais même pas pris la peine de regarder ce que l’on me voulait, je le savais. Il n’y avait que mon boss pour m’envoyer des messages. Je devinais aisément que la majorité de ceux-ci portaient sur mon absence au travail. Je continuais de l’ignorer, jusqu’à ce qu’il se mette à vibrer à intervalles réguliers. Je finis par décrocher.


Ouais ?


Evan ? T’as pas eu mes messages ? Qu’est-ce que tu fous ? Ça fait quatre jours qu’on t’as pas vu au bureau. Si tu veux démissionner, tu pourrais au moins nous prévenir.

Non, non, rien, de tout ça. En fait, je me suis fait tabasser par les Turks, t’inquiètes pas. J’ai juste… complètement peur à l’idée de mettre un pied dehors.

Non… Je suis désolé, j’ai eu quelques problèmes … personnels. J’aurais dû vous prévenir.

Ouais. Bah j’espère que ça va mieux, parce que tu pars pour Traverse aujourd’hui. Tu prends ton appareil photo, ton calepin et tu prends le premier vol. On a rien dessus pour l’instant, alors j’aimerais que tu me fasses un petit tour du propriétaire. Tu vends ça bien, tu donnes envie aux gens d’aller y faire un tour, tu te débrouilles comme tu veux, mais je veux ça ce soir sur mon bureau pour l’édition de demain.

Je regarde l’heure à ma montre, il est dix heures trente six.

Très bien. Je m’en occupe.

Voilà. J’attends ton rapport, à ce soir.

Il raccroche. Il avait cette façon d’orienter la discussion de façon à ce qu’on ne puisse rien lui refuser. Je soupirai une fois le gummiphone remis dans ma poche avant de me saisir de mon appareil photo qui trainait là, et de le mettre dans mon sac. Traverse, hein…

Je sortis de chez moi, non sans une horrible boule au ventre. Je jetai un regard vers chaque coin de mon jardin, puis de chaque côté de la rue une fois le portail atteint. Je devais me calmer. De toutes façons j’allais le faire, je n’avais pas vraiment le choix. Je pris une rue, puis une autre, avant de me retrouver au concessionnaire Shinra. Je pris mon billet et la direction du quai d’embarquement. Finalement, en quelques dizaines de minutes, j’entendais l’annonce à l’interphone informant les voyageurs de notre arrivée imminente dans la ville de Traverse.

Je me retrouvais dans le premier quartier, et tout de suite, je sortis mon appareil pour photographier la place devant moi. Le monde n’était pas très peuplé pour le moment, donc il me serait difficile d’en faire des clichés donnant envie aux gens de le visiter. Sans compter qu’il n’y avait pas grand chose à y faire. Passés la terrasse du café du premier quartier, la joaillerie, le cinéma et l’hôtel, le reste n’était qu’habitations en tout genre, des plus modestes aux plus luxueuses. Finalement, il y avait pire que de voir son monde détruit et d’atterrir ici.

C’était peut-être ce qui me frappait le plus ici. Le vide. La ville était disposée à recevoir de nombreux réfugiés, et pourtant elle donnait le sentiment inverse. L’on aurait plutôt cru qu’elle avait été désertée suite à un départ précipité de ses habitants. Les commerces ne devaient pas connaître leur meilleur période, il n’y avait qu’à voir le nombre de tables vides à la terrasse du café.

Je finis d’ailleurs par y faire un tour, pour y prendre un café noir. Je n’eus pas longtemps à attendre avant de me faire servir. Je remerciais la serveuse, qui était une femme plutôt jolie, et bus une gorgée avant de sortir mon bloc de mon sac. Je le posais sur la table et m’armais d’un stylo, autant que je commence la rédaction sur place.

Je gribouillais quelques lignes, qui se transformèrent rapidement en plusieurs paragraphes. C’était beaucoup de remplissage à vrai dire. Beaucoup de phrases qui usaient de toutes les formules nécessaires pour faire croire au lecteur qu’il y avait du contenu. Je parlais de tout les petits lieux que j’avais visité, de l’ambiance calme et sereine qui régnait dans les rues, du coût de la vie aussi, qui était loin d’être aussi élevé que celui du Jardin Radieux. Il ne me restait plus qu’à l’illustrer et ma mission du jour serait remplie.

Je regardais de nouveau l’heure à ma montre avant de voir que le temps était passé beaucoup plus vite que je ne l’avais cru. Il était déjà dix-huit heures vingt-trois et je devais me hâter de rentrer aux bureaux. Je rangeais tout mon attirail, laissais une poignée de munnies sur la table, pour le café et le pourboire, et pressais mon pas jusqu’au concessionnaire. Par chance, mon vol partait d’ici quelques minutes, et j’eus tout juste le temps d’acheter mon billet et de le composter avant de monter dans la navette qui s’apprêtait déjà à partir.

Le trajet du retour dura plus longtemps que celui de l’aller. Le circuit n’était pas le même, et avant de rejoindre le Jardin Radieux, je dus passer par plusieurs mondes. C’est peut-être après une heure et demie, une fois que la navette s’était presque vidée de tout ses voyageurs que j’arrivais à destination. Je descendis et pris la route des bureaux de l’éclaireur sous le ciel nocturne. Les bureaux fermaient dans une demie heure ; je devais me dépêcher.

J’avais la chance de bien connaître le Jardin Radieux, alors je décidais de couper au travers de quelques ruelles rarement empruntées. La plupart bordaient les arrières cuisines des restaurants, ou les petites cours des habitations. Quelques lumières provenant de celles-ci illuminaient les pavés devant les fenêtres, même si les luminaires de la ville, posés sur les axes principaux, suffisaient largement à voir où l’on mettait les pieds.


Hé.

Une voix d’homme, sûrement éraillé à cause d’une consommation excessive de tabac sembla m’appeler. Je décidais de ne pas y prêter attention, mon seul objectif était les bureaux.

Il est beau ton chapeau ! Hurla-t-il, alors que je l’avais dépassé de quelques bons mètres déjà. Un autre homme sortit de sa cachette juste devant moi et se dressa sur mon chemin.

Bah alors ? On répond pas au compliments ?

Il fronçait les sourcils, ce qui lui donnait un air sévère. Je ne parvenais pas à bien le distinguer, mais il me semblait avoir dans la presque-quarantaine. Il fit un pas vers moi, j’en fis un en arrière en guise de réponse.

Qu’est-ce que vous voulez ? Tentai-je, en faisant preuve d’une agressivité relative. Il faut dire que dans ma tête, cela sonnait bien mieux.

Oh, le petit chaton à des dents en plus ! Il mima un feulement alors que son homologue ricanait derrière moi. Lui aussi s’était rapproché. T’as quoi dans ton sac ?

Rien d’important. Là, c’était toute ma pseudo-assurance qui venait de s’envoler.

Boh, tu dois bien avoir quelques munnies en stock, non ? Je vais regard-

Laissez-le !

Comme un ange tombé du ciel, je vis une silhouette de l’autre côté de la ruelle. Les deux « bandits de grand chemin » se retournèrent vers elle, ils la provoquèrent.

Ah ouais ? Et sinon quoi ?

C’est juste un conseil. Si vous refusez d’obtempérer, je ne pourrais plus rien pour vous.

La silhouette s’approcha jusqu’à ce que la lumière nous dévoile son visage. C’était une femme, enroulée dans un hoodie gris. Les deux hommes m’oublièrent quasi-instantanément, leur attention étant reportée vers ma bienfaitrice. Celui qui me faisait face fit quelques pas dans sa direction, suivi du second qui me passa sur le côté. L’espace d’une courte secondes, j’eus l’envie de le frapper dans les cotes à l’aide de la première chose qui me tomberait sous la main, en l’occurence un couvercle de poubelle.

Tu sais que c’est dangereux de trainer seule la nuit, quand même ?

Elle ne répondit rien, se contentant de rester immobile.

Alors, on a perdu sa langue ?


Ils étaient à sa hauteur maintenant, et c’était sûrement ce qu’elle avait attendu tout ce temps. Elle frappa le premier au niveau du thorax, puis de la gorge en des mouvements rapides, avant donner un coup de pied retourné dans le rocher crânien du deuxième. Je n’entendis pas de craquement, mais l’impact était tel qu’il s’étala le sol, la face contre terre.

Ça va ? Rien de cassé ?

N…on ? Je ne crois pas, ils ne m’ont pas touché. Je t’en dois une, dis-je souriant, rassuré.

Qu’est-ce que tu fais dans une ruelle à cette heure là, tout seul ? Un deal qui se passe mal ?

Euh non, non du tout. Je suis reporter pour l’éclaireur, je reviens de la ville de traverse. J’essayais d’aller déposer mon article au bureau et puis… tu connais la suite.

Vos bureaux ferment pas d’ici dix minutes ? Faudrait peut-être te dépêcher ?

Je ne pensais plus y aller de toutes façons. Ça me vaudrait peut-être d’affronter le courroux de mon boss encore une fois, mais la seule chose que je voulais à cet instant c’était de rentrer chez moi.

Dix minutes ne me suffiraient pas à terminer mon article, j’ai pris des photos et… Je le terminerai demain.

Ah… Bon bah dans ce cas, je te raccompagne si tu veux ? T’habites loin ?

Merci, c’est gentil, mais je peux me débrouiller, ne t’embêtes pas.

Oui, j’ai vu ça. Tu te débrouillais plutôt bien contre ces deux gros lourds.

Je baissais le regard. Elle… n’avait pas tort.

Bon eh bien… si tu y tiens. C’est par ici.

J’engageais la marche et elle m’emboita le pas directement. J’avais refusé, c’est vrai. Mais dans le fond, j’étais content qu’elle m’ait proposé. C’était sûrement stupide, mais… Depuis longtemps, c’était sûrement la première personne à me proposer son aide, à discuter avec moi sans que ce soit par intérêt. Je pourrais… me faire à sa compagnie. Nous finîmes par arriver devant le portail devant chez moi.

C’est ici.

T’as besoin d’aide pour traverser la cour ou tu penses que ça va le faire ? Dit-elle, me souriant pour la première fois.

Je… pense que je devrais gérer, dis-je en frottant l’arrière de mon crâne au travers de mon chapeau. En tout cas je te remercie…

Sadie.

Eh bien je te remercie Sadie. C’était vraiment sympa de ta part.

Et toi tu es… E. Townshend, dit-elle en lisant ma boîte aux lettres.

Evan.

[color=#ffcc66Evan, c’est noté. Me remercie pas, c’était trois fois rien. J’étais juste au bon endroit, au bon moment ? Elle regarda tout autour d’elle. Bon, je vois pas de dealer, ou quoi que ce soit d’autre dans le coin. Je pense que tu peux traverser ton jardin en toute sécurité. A la prochaine, Evan.[/color]

A peine terminait-elle sa phrase qu’elle me tournait le dos et disparaissait dans la pénombre, les mains dans les poches de son hoodie. Je la regardais s’éloigner, puis j’ouvris mon portail et rejoignis l’intérieur de mon appartement. Je posais mon sac sur la table, me servis un verre d’eau, et restai adossé contre l’évier quelques instants, pensif.

Merci Sadie.

_______________________________
Une journée à Traverse Dd736708773db3f50ba2
more_horiz
Bon alors… Faut-il se méfier de Sadie ? Je veux dire, la meuf débarque juste au bon moment, genre timing parfait, alors qu’Evan se fait aborder dans la rue.

Puis, sous-question, est-ce que les deux gars étaient là par hasard ? Parce que bon, ok, c’est la nuit, mais on se fait pas tous les jours agresser en pleine rue.

Parce que ouais, du coup ça fait pas mal de coïncidences. J’aurais tendance à avoir des soupçons sur Sadie, vu que les deux agresseurs avaient plus l’air de voyous, mais je peux aussi bien me tromper.

Je remarque également que tu t’es pas beaucoup attardé sur son physique, genre juste elle a un hoodie gris. Ce qui aurait tendance à confirmer mon intuition. Parce que bon, voilà, tu rencontres une meuf sympa, qui t’aide, qui a de l’humour, et avec laquelle tu passes un moment assez cool, et tu fais même pas attention à son physique. J’ai quelques doutes là-dessus. J’aurais tendance à croire que justement tu nous dissimules son apparence parce qu’on risquerait de la reconnaître…. Hmhm…

Sinon, si on oublie ce passage en particulier, le rp évolue déjà moins dans l’intrigue par rapport au précédent. Il n’en est pas moins intéressant. Déjà, tu fais des choses extérieures à ton intrigue personnelle qui enrichissent un peu le concept de l’éclaireur. Moi je la trouve assez bonne cette idée de faire une mini-série sur un journaliste, même si on oublie tout ce qu’il y a autour de l’histoire d’Evan et le fait que c’est la plus grande victime de l’histoire de l’humanité.

J’aime bien ce que tu as fait avec Traverse Town, même si c’est assez bref aussi. Parce que bon,  ça me semble assez logique que l’éclaireur envoie quelqu’un enquêter sur le monde, c’est quand même pas négligeable pour le commun des mortels l’apparition d’un monde. D’autant que celui-ci est une ville habitable vide. Ca veut dire que les gens peuvent décider d’aller y vivre. C’est un peu une page vierge c’est cool. J’ai d’ailleurs trouvé amusant que tu dises qu’un café avait déjà ouvert parce que dans ma tête, bah à son ouverture à la fin du BR, il n’y avait vraiment personne. Là, de ce que je comprends, ya quelqu’un qui est déjà venu s’y installer ! J’ai envie de dire « ok c’est audacieux, ya encore personne dans cette ville et tu viens y ouvrir un commerce ». Mais franchement, là aussi, pourquoi pas ?

C’est aussi l’occasion de parler de ton style avec Evan. On est très loin de ce que tu fais avec Roxas, pas l’ombre d’un doute, mais on est aussi assez loin de ce que tu fais avec Rufus je dirais. Rufus, c’est un style classique, mais cartésien, assez efficace tout en étant par moment assez sensoriel et « ambiancé ». Ici, on est sur quelque chose de plus émotionnel, même si Evan a une attitude assez égale,  genre, il semble souffrir du monde qui l’entoure en permanence et ne jamais vraiment exister. Ouais c’est ça, je trouve qu’il subit le monde. Et à la fois, comme je te dis, je te trouve plus émotionnel et sensible dans ce style. C’est assez logique finalement quand on réfléchit bien à Roxas et Rufus en comparaison, qui sont deux mecs qui ont plus ou moins déjà tout vu, tout traversé.

Je reviens au dialogue avec Sadie qui était clairement pour moi le meilleur moment du rp, ça donne du dynamisme et j’aime bien. Le personnage est sympa de ce que je vois et comme je le disais un peu plus tôt. Elle donne de la fraicheur au style et elle sort un peu Evan de son engourdissement. Ce qui veut dire que soit, comme je le disais, c’est une fausse identité, soit tu développes quelque chose de nouveau autour de ta mini, une relation par exemple ? C’est pas non plus impossible, on ne va pas se fermer de portes.

Voilà, en conclusion, j’aime bien ce rp aussi ! Niveau négatif, j’ai dû voir quelques fautes passer mais vraiment rien d’outrageant.

J’attends la suite avec impatience évidemment…. Qui est Sadie ? Que veulent les Turks ? thinking

Très Facile : 5 points d'expérience + 65 munnies + 1 PS en symbiose
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum