Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz

-Donc ils ont droit à un traitement spécial ?
-C’est ça. Un agent d’entretien passe tous deux jours dans leur chambre pour faire un check de ce qui est mis sur ta liste.

Et telle Janna pour la météo, la tenue du jour sera appelée « Sac informe par Jean-Claude Padegou ». Je peux supposer  qu’à l’étage 70 ou auprès d’autres pontes de la Shinra, les femmes de chambre portent des tenues plus, oserais-je le dire, « tentantes », mais ici il n’en est rien. Je porte l’uniforme : une combinaison en coton épais dans laquelle on ne peut strictement distinguer aucune de mes formes ainsi que des baskets blanches, il faut le reconnaître, confortables.

Ma superviseur pour aujourd’hui, Mellie, de son nom me tend un chariot sur lequel repose une poubelle, le matériel de nettoyage et de quoi remplir les éventuels manquements dans la salle de bain. Aucun doute, on est presque à l’hôtel ici.

Je regarde ma liste, puis mon plan. Les numéros des chambres sont indiqués avec le nom des personnes qui y résident et leurs grades, il faudra que je pense à en faire une photo sur mon gummiphone lorsque je serai à part. Les différentes chambres dont je dois m’occuper sont regroupées sur deux étages, dont justement un non loin de celui où se trouve ma chambre. Je prie intérieurement pour ne rencontrer personne, il n’est pas utile d’ébruiter mes récentes affectations.

Enfin, autant se rassurer, pour le meilleur et pour le pire, à partir de demain, les choses changent, je suis affectée auprès de Scarlett. Si j’ai bien compris, elle pourra me demander de faire ce qu’elle veut, je serai à son service. Je repense à cette aide que j’ai pu lui apporter par le passé, alors que j’étais encore dans les bonnes grâces du Président. Pour ainsi dire, j’avais été logée avec pratiquement les mêmes égards qu’elle, dans le petit palais du Président à Agrabah. Il faut que je m’attende à ce que le climat soit totalement différent. Mais oui, il faut tenir bon.

-Bon allez je te laisse. N’oublie pas de te servir du plan et bipe moi quand t’as fini. Normalement, t’en as pour quelques heures avec ta liste. Vu que c’est ta première fois.

Effectivement sa liste est deux fois plus longue que la mienne, pour le même temps estimé.

-Pour l’étage 34a section verte, t’as un ascenseur par là. Tu marches environ 50 mètres et c’est à ta gauche.
-Ok.

Je hoche la tête et pousse le chariot. Pour l’heure, il est assez léger, la poubelle est vide. Au bout de quelques minutes passées à attendre l’ascenseur puis à le prendre et à rejoindre la section verte, j’arrive devant la chambre du concerné : le capitaine Gofle. C’est un nom qui ne me dit rien, mais je suppose d’après la petite icône qui est mis à côté de son nom qu’il travaille sur le pont. S’il est dans cette liste c’est que c’est un personnage important. La plupart des officiers doivent ranger eux-mêmes leur chambre, faire leur lit —c’est à dire comme ils le peuvent—, nettoyer leur salle de bain, jeter leurs ordures dans les locaux qu’ils peuvent trouver dans leur couloir, et demander de nouveaux draps à la blanchisserie. C’est une façon de travailler militaire et cela sied certainement à la façon dont le Président voit son entreprise. Mais voilà, il y a quelques exceptions.

Je lis les quelques instructions qui sont inscrites sur ma feuille mémo.

« Frappez et assurez vous qu’il n’y a personne avant d’entrer »

Comme un automate, je m’exécute, frappe trois fois, attends qu’on me réponse. Personne. Je me sers alors du pass magnétique, pour lequel on m’a bien précisé que l’accréditation ne serait valable qu’aujourd’hui et pour les chambres qu’on m’a désignées. Ici, on ne rigole pas avec la sécurité.

« Commencez par vider les poubelles de la chambre et de la salle de bain »

En entrant, je peux observer la disposition des lieux. C’est une chambre plus grande que la moyenne, avec un lit simple, quelques armoires, un bureau, un vélo elliptique, et d’autres affaires personnelles. Je laisse mon chariot dans le couloir et vide les deux poubelles.

« Passez l’aspirateur dans la chambre »

Encore une chose que je ne fais que très rarement. Ma superviseur aurait sans doute quelques remarques à faire sur l’état de ma chambre mais si elle savait par quoi je suis passée, peut-être qu’elle comprendrait. Je passe donc l’aspirateur balai, d’une façon assez maladroit, donnant des coups un peu dans tous les sens, mais au final, le résultat est plutôt satisfaisant.

« Changez les draps du lit et mettez-les dans le local que vous trouverez dans tous les couloirs  et prenez de nouveaux draps de qualité supérieure dans l’armoire à laquelle votre pass vous donne accès »

Parce qu’ils ont droit à des draps de qualité supérieure en plus ? Non sans une certaine révulsion, je sors l’édredon des draps, je déhousse ceux du matelas, puis les empoigne pour me diriger vers le local dans lequel je m’en débarrasse dans un très long conduit descendant. Je me demande si un homme pourrait passer dedans.

« Faites un lit au carré »

C’est bien la partie que je craignais le plus. Je sors mon gummiphone et cherche un tuto pour savoir comment le faire dans les règles. Je le pose sur une étagère pour l’avoir en visuel et tandis que la vidéo tourne avec une jeune femme asiatique habillée en soubrette, j’essaie de faire pareil. Bon, le résultat n’est pas égal, mais ça ressemble presque à ce que ça devrait. Je touche les nouveaux draps frais avec un peu plus d’attention une fois que le lit est fait et j’en tire une conclusion : c’est vrai qu’on se fait vraiment rouler. Je me demande si les Turks ont pareil. Je vérifie ma liste et n’y vois aucun nom. Soit, c’est qu’ils n’ont pas le droit à cette faveur, soit qu’on ne m’en a mis aucun, pour des raisons de confiance, soit, ils ont leurs propres…unités de nettoyage ?

« Nettoyez la salle de douche, d’abord la douche en frottant bien partout et en insistant sur les joints et en enlevant les cheveux dans le siphon. Puis passez à l’évier, puis aux toilettes. »

Je ne sais pas ce qui me dégoûte le plus entre nettoyez les toilettes et le coup du siphon.  Je vais chercher mes produits et mes « outils » dans mon chariot, enfile mes gants et mon masque, puis arrive devant les sanitaires prête à en découdre.

Une chance que l’entretien soit fait régulièrement, cet homme est aussi négligent que moi. Je vérifie le siphon et n’y trouve rien. Peut-être qu’il est chauve, puis je m’accroupis et me mets à frotter le bac de douche et les joints. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour accomplir ses objectifs, n’est-ce pas ?

Je passe ensuite aux toilettes restant au maximum en retrait par rapport à la brosse que je frotte très rapidement et intensément pour que le travail se conclut  le plus rapidement.

Puis je passe au lavabo, ce qui représente presque des vacances si on le compare au reste.

« Ajoutez des produits et brosse à dents s’il en manque »

Je ne suis pas certaine qu’il ait besoin de shampoing puisqu’il est chauve, mais je me risque à mettre du shampoing malgré tout. On ne sait pas, peut-être qu’il a une barbe.

« Passez un coup de balais vapeur sur le sol de la salle de douche »

Je prends mon aspirateur et y installe la serpillère neuve comme la superviseur me l’avait indiqué. Puis je me mets à frotter le sol pour lui rendre son éclat d’origine.

« Quand vous avez fini, fermez la porte minutieusement et passez à la chambre suivante »

Plutôt satisfaite de moi, je range mes affaires dans le chariot puis reprends ma marche vérifiant le prochain nom « Directeur Hudd ».  Ce n’est pas très loin d’ici. Allez, plus que dix-neuf.

Déjà un peu plus confiante, j’ouvre la porte, et au moment où je me rends compte de mon erreur….

-BON SANG MAIS QU’…. 

Je reclaque la porte aussi vite et fonce tout droit devant moi sans réfléchir. Il faut que je disparaisse de ce couloir avant qu’il ne sorte et…

-ON FRAPPE AVANT D’ENTRER ESPECE DE. 

D’ailleurs, directeur, étaient-ce vos fesses ou celles de votre ami que j’ai entre-aperçues ?
more_horiz
C’est une façon de travailler militaire et cela sied certainement à la façon dont le Président voit son entreprise

Et c'est ainsi qu'à été écrit ce RP. C'est très militaire effectivement dans la façon de faire. Des couloirs, un chariot, une liste, des instructions et top départ, tu te mets à faire ton boulot d'aujourd'hui. J'ai été surpris, faut dire. Alors, oui, rien d'étonnant à ce qu'on trouve plus de choses à raconter dans une décharge que dans des chambres mais... là où Lionel avait déjà un petit caractère dès sa première apparition, Mellie, ici, est vachement... random.

Deux hypothèses qui me viennent, donc.

a) C'est pour souligner le fait que ce soit une employée comme une autre, depuis les yeux de ton personnage y'a rien de bien fou, peu de raisons qu'elle s'y intéresse.
b) C'est peut-être effectivement une bonne chose que les corvées s'arrêtent là. Ton raz-le-bol se fait ressentir.

Et... si la première est intéressante, j'ai plus eu l'impression que c'était la seconde qui se vérifiait en lisant la suite. J'explique.

D'habitude, tu prends quand même le temps... Non je la refais. D'habitude, la mission te sert de raison, pour écrire ce dont t'as envie. Je pense à la décharge, ou a plein d'autres trucs en fait. C'est rare, sauf quand c'est une mission où y'a du boulot, que tu te contentes "juste" de faire ce qu'on t'as demandé. Ici... c'est tout le contraire. C'est du "je dois faire les chambres, bah, je fais les chambres". 'ffectivement, frotter des chiottes et poncer une douche, y'a rien de sexy, y'a rien de marrant, tout ça. Mais ouais, j'aurais cru que tu te serais détourné de ça pour raconter un autre truc. Ou alors, dresser un portrait du mec chez qui tu frottes, style caissière. "Ce mec à acheté des steaks hachés, du lube et des mouchoirs, il est probablement célibataire." Là, on sait... on devine plutôt qu'il est chauve et... c'est tout !

Petite remarque sur les Turks glissée par ci par là... Non, effectivement les Turks ont des apparts sympa, bien douillets, ah... le rêve. Ils ont même une baignoire, c'est dire.

Et puis... on arrive à la fin du RP où... Petit rappel au truc de "frapper avant d'entrer", excès de confiance, tu frappes pas, tu vois une paire de fesses, un mec qui gueule... tu dégages, et petite punchline qui fait sourire pour conclure. J'ai souri, oui.

Donc. J'en ai parlé dans sa globalité, je sais, mais je me retrouve à pas savoir quoi en penser. Pour le commun des mortels, j'aurais été content je pense. Sauf que là, j'me dis quand même que... tu t'es pas foulée, hein, faut le dire. Et j'pense pas que ce soit une question d'ordre de mission. Ça aurait pu, mais comme je le disais, t'as juste besoin de trois vagues lignes de mission pour écrire un truc sympathique, où tu développes des PNJ, tout ça... Je cherche comment formuler en fait. Là, j'écris mais je gagne du temps.

Voilà.

C'est pas nul, c'est pas génial, c'est une mission suivie à la lettre. Oui, voilà c'était ça que je voulais dire à la base avant de m'autocouper. Pour un autre joueur que je noterai pour la première fois, pour un débutant ou quoi, ce serait bien. Sauf que toi, j'sais que tu peux faire bien mieux et là, c'est dommage.

Fort heureusement. Comme je suis quelqu'un de clément, je ne vais pas t'en tenir rigueur sur les récompenses puisque... d'façon le cadre était pourri de base. On va dire que t'as fait du bon boulot à la décharge du vaisseau-mère, et que là bah... t'es le Cygne, pas Jésus. J'mets ça sur le compte du "les corvées, ça va cinq minutes" et on en parle plus.

Bon et... c'était p'tête pas le bon RP pour faire ça, mais comme ça conclut les taches débiles... Je vais noter ça facile plutôt que très facile, un peu pour souligner la fatigue des derniers jours, à force de taches plutôt éprouvantes.

Facile : 10 xp, 100 munnies, 2 PS en Symbiose.

_______________________________
Mademoiselle Propreté (ou presque) Dd736708773db3f50ba2
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum