Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz



Lionel-Salut Nina, c’est Lionel.


Lionel… Le gars de la décharge ? Bon, ce n’est pas si vieux, ça date juste de…

Nina-Salut Lionel.

Lionel-Je crois que t’as oublié un truc hier dans le conteneur de Wall-E 😊

Nina-Ah bon, quoi ?

Lionel-Ton badge. Tu devrais revenir le chercher en fin de journée.


J’inspecte la table sur laquelle je pose habituellement toutes mes affaires que je transfère d’une tenue à l’autre. Je ne m’en suis pas rendue compte mais effectivement, il n’y est pas. Bon, tant pis, il faut quand même que j’aille bosser dans cette nouvelle affectation journalière.

J’arrive une dizaine de minutes plus tard à l’endroit auquel on m’a affectée. Je croise une multitude d’employés de tous types qui en sortent. Apparemment l’heure de pointe est passée. Tant mieux pour moi j’imagine. La salle est désormais presque vide, seuls quelques retardataires finissent leurs repas à table. J’approche du comptoir. Une femme d’un certain âge me regarde depuis un certain temps déjà. Comment l’éviter ?

-C’est toi qui viens aider aujourd’hui, c’est ça ?

Elle me toise de haut en bas.  Elle n’a pas l’air très impressionnée que du contraire.

-Bon, viens, je vais te donner un vieux tee-shirt. On va pas abîmer « tes beaux habits ».
-Oui, enfin ça va, c’est jamais qu’une…
-Viens, j’te dis.

Je la suis dans la cuisine qui est d’une taille absolument… démesurée, comme tout ici, malgré qu’il en existe encore ailleurs dans le vaisseau. Nous passons ensuite dans l’arrière-cuisine, puis dans les vestiaires. En entrant, un nuage de fumée vole autour des têtes qui sont assises autour d’une table. L’une d’elle s’apprête à faire disparaître sa cigarette en urgence et à éventer le brouillard mais…

-C’est bon, t’inquiète, c’est personne.

Ah, ça, c’était la remarque pas obligatoire. Mais c’est toujours apprécié. Merci vraiment. Elle se retourne vers moi tandis qu’elle ouvre un casier, et sourit.

-Ah, bah y’a que la vérité qui blesse hein.

J’entends les autres glousser derrière.  Souviens-toi bien des circonstances qui t’ont amenée ici, ton impulsivité, ta capacité à te mettre dans des situations compliquées, et ton manque de respect pour la hiérarchie. Bien que je ne sois pas d’accord avec ce point, je dois montrer patte blanche. Les ténèbres, donc, resteront bien là où elles sont cachées.

-Ah, j’ai oublié de te demander ton badge. Pour vérifier qui t’est tout ça.
-Euh… Je l’ai oublié hier dans une autre affectation… C’est un problème ?
-Bah, l’idée c’est que t’en profites pas pour empoisonner des gens. On doit garder une traçabilité de tous ceux qui viennent dans les cuisines, tu vois ?
-Je peux toujours montrer mon gummiphone, si vous voulez, je ne sais pas si ça…
-Nan, c’est bon.

Elle me lance un vieux tee-shirt qui a dû être blanc un jour. Un vieux logo Shinra obsolète est dessiné dessus.

-Tu peux garder ton jean. Il risque pas grand-chose, sauf si t’es particulièrement gourde.

Je me mets dans un coin et enfile le tee-shirt tout en sentant les yeux curieux et amusés des personnes présentes.

-Bon, allez, on y va.

Tout ce qu’elle dit, elle le dit avec sa voix cassée par le temps et la cigarette, puis avec cette expression dans la voix totalement désenchantée. Elle me conduit devant un poste , où plutôt devant une très grande plonge, avec plusieurs bacs.

-Voilà.

Elle m’indique la multitude de casseroles de toutes tailles, mais principalement d’énormes spécimens faisant presque ma taille. Il faut bien cela pour nourrir le Vaisseau-Mère.

-Je croyais que j’allais…

J’indique les buffets où est fait le service. Une tâche, somme toute plus publique et sociale, mais qui a au moins pour mérite de ne pas demander trop d’effort physique.

-Ah bah non, c’est fini ça. On reprend un nouveau service dans deux heures. D’ici là, il faut que tout ça soit nettoyé. Et si t’es sage, je te laisserai servir avec moi toute à l’heure.

Gé-nial. Vraiment, je m’en réjouis déjà. Je n’ai tout simplement, jamais fait ça de ma vie. J’attends qu’elle s’éloigne un peu pour essayer de manipuler ces… choses. Ce truc qui pend, là, je pense que c’est un robinet douche. J’attrape une casserole, je vide le reste de son contenu dans une grande poubelle à côté, j’attrape la douchette et….

-Non, attends !

J’appuie sur sans prendre garde sur le levier et je me prends le jet  chaud à haute pression  qui me revient en pleine face et sur tout le torse. Non mais c’est tout simplement une blague. Je ne suis pas en train de faire ça. Je ne suis pas au milieu de la cuisine du Vaisseau-Mère, trempée comme un ver, à essayer de comprendre le métier de plongeur.  

-Tu veux que je t’apporte un nouveau tee-shirt ?
-Non, non, c’est bon. Juste, montrez-moi comment cet engin fonctionne et comment on fait pour…
-Pour faire la vaisselle… ?
-Ouais, c’est ça.

Elle pouffe.

-Putain mais qu’est-ce que vous feriez, vous les agents de terrain si on n’était pas là, vous seriez tous en train de crever de faim perdus dans l’espace à manger des conserve de haricots. Je parie que tu ne sais même pas faire ton lit.

Quoi, il y a une technique pour ça aussi ?

-Bon.

Elle commence à me montrer comment nettoyer efficacement les ustensiles, en enlevant le plus gros dans un premier temps avec la douchette, en mettant ce qui est presque propre dans une machine qui les dégraisse. Puis elle me montre comment frotter les surfaces les plus résistantes. Et clairement, quelques muscles en plus ici n’auraient pas été de trop.

Je me mets donc à la tâche, sous les yeux d’un public qui s’agrandit au fur et à mesure que le temps passe, commentant quand la marmite que j’ai frottée est encore trop sale, ou encore rigolant quand je fais tomber le matériel à terre, m’obligeant à recommencer pour question de propreté. Et la règle des trois secondes, alors ?

Au bout de deux heures de travail acharné, je suis… encore plus trempée, ma peau est abimée par la chaleur de l’eau et l’agressivité des détergents. Mes cheveux sont dans un état incroyable et je suis l’ombre de moi-même. C’est comme une de ces journées au Battle Royale, absolument éreintant.

-Bon, allez, ça va, je vais laisser les autres terminer la plonge à ta place. Et pour tes efforts et ta… patience, t’as le droit à une pause de dix minutes. Après, tu viens bosser avec moi au service.

A moitié vide, je me mets à part et me rappelle que mon gummiphone a encore vibré entre temps. Je lis le nouveau message de Lionel et repense à cette histoire de badge. C’est quand même bizarre que je l’aie perdu, c’est pas comme si je m’étais spécialement déchainée dans le conteneur du robot, puis il est bien accroché en temps normal. Enfin… Il faudra vraiment que j’y aille après.


Lionel-Alors, tu viens ce soir ?

Nina-Ouais, je pense qu’il faudra bien.

Lionel-Super. Wall-E m’a dit qu’il avait une surprise pour toi en plus.

Nina-Il te l’a…dit ?

Lionel-Ouais, enfin, il me l’a fait comprendre. Viens à 20h, on se fait Singin’ in the rain ce soir.


Quoi ? Je suis obligée d’assister au film pour récupérer mon badge ? Enfin, il a parlé d’une surprise, après tout, on ne sait jamais ce que ce petit robot a bien pu trouver.
more_horiz
Je crois… que j’ai déjà cramé la surprise. Je pense. On verra !

Alors, là je me réveille. Et j’me suis dit, tiens je vais noter. Bonne ou mauvaise idée, on va voir !

Un truc qu’est bien, j’ai remarqué, c’est qu’on peut te donner n’importe quoi à faire. Même le truc le plus chiant du monde, tu vas quand même réussir à faire un truc sympa. Tu vas évidemment parler de la corvée en elle même, c’est le but, mais tu vas te débrouiller pour que ce soit pas chiant. Ici, on a la suite de la sous intrigue de la décharge, qui donne envie de lire la suite, mais on a aussi la mission en elle même. Concrètement, tu passes… 5 lignes à la faire et… t’as raison. Parce qu’en soi, tout le monde s’en branle de savoir comment tu fais la vaisselle. Non, t’en profites pour introduire des trucs (j’sais pas faire la vaisselle, j’sais pas faire mon lit, ce qui est logique quand on y pense), tu développes un peu le PNJ qui t’accompagne, comment ça se passe dans ces zones que l’on ne voit pas.

J’aime bien ! Le fait qu’un mec fume en scred, le « c’est personne » qui est complètement le résumé de ton personnage quand on y pense. Une malédiction qui partait d’une blague mais qui finalement apporte un vrai truc IRP. La cantinière qu’est complètement le stéréotype de la cantinière qu’on voit dans les films, aimable comme une porte de prison, et pourtant même si c’est vu et revu, bah c’est quand même bien !

Petit questionnement quand même : comment tu peux ne pas savoir faire la vaisselle… et connaître la règle des trois secondes ? C’est quand même un truc… très social, très blague, et ton personnage est pas non plus connu principalement pour ça ? Je sais pas !

Et vu que t’es la meilleure personne pour ça… je vais caler une critique… plutôt une incompréhension sur le gummiphone, parce que d’une personne à l’autre ça diffère. On a un message coloré et un message gris… Dans la vraie vie, c’est nous le coloré, et celui a qui on discute qu’est grisé. Seulement au niveau des positions, normalement c’est nous à droite et l’autre à gauche. C’est inversé donc, et … moi j’me mets à gauche en coloré, forcément. Ici t’as fait l’inverse, ça m’a pas gêné parce que y’a le nom du personnage juste au dessus mais… voilà !

J’ai hâte de voir ce que tu vas refaire avec Wall-E. Le premier était bien, j’en attends pas mal du second ! En attendant… tu as fait tes preuves, on sait que t’es capable de venir me servir ma bouffe, femme.

Très facile : 5 xp, 60 munnies, 1 PS en Symbiose !

_______________________________
Être à la hauteur, de ce qu'on vous demande Dd736708773db3f50ba2
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum