Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
Je rouvre les paupières. Je tente d’esquisser un geste, mais n’y parviens pas, toujours un peu confus. Bien que léger, aucune parcelle de mon corps n’accepte de répondre à mes ordres. Je baisse le regard et me souviens. Capitaine Fiona de la Lumière m’a éliminé du jeu. Ma couche de saturation n’est plus. J’ai lutté jusqu’au bout, défendu ma position jusqu’à mon dernier souffle, mais j’ai échoué. Lorsqu’elle a planté sa dague, je me suis soudainement senti plus léger.

Il y a bien eu une douleur très brève qui a irradié mon corps, mais elle s’est très vite dissipée en même temps que le dernier souffle de ma vie virtuelle. Envolée. En même temps que j’ai perdu connaissance. Je ressens un métal froid dans mon dos dont je ne peux me séparer. Des liens retiennent mes bras et mes pieds et un bâillon improvisé est enfoncé dans ma bouche, sûrement pour m’empêcher d’incanter mes sorts selon mon bon vouloir.

- Hmpf !

Je tente de protester en ressentant cette horreur à l’intérieur, mais le son qui est produit ressemble à rien. Bowser Jr ! Où est-il ? Je tourne la tête, m’agite comme je peux, m’infligeant moi-même de la souffrance, mais ça m’est égal. S’il est toujours là, alors rien n’est perdu. S’il est parvenu à réchapper aux événements, alors… Une silhouette grise. Mon regain d’énergie se calme aussi vite qu’il est apparu et mon sourire s’est effacé. Mon allié a lui aussi été terrassé et a subi le même sort, lui aussi ligoté solidement.

- Inutile de crier et de gesticuler dans tous les sens, c’est fini.

Je tourne la tête vers la source de la voix. Il s’agit du barbu que j’ai combattu tout à l’heure qui est adossé à un mur. Il a toujours ses couleurs et ses alliés sont visiblement repartis au combat sans lui. Et là, je finis d’émerger et je réalise à quel point je suis dans la merde. La garde de la Lumière me tient prisonnier et va sûrement me ramener dans ses cachots dès lors que ce mois sera terminé. Le peu de personnes qui auraient pu en avoir quelque chose à balancer de me délivrer sont loin, introuvables ou ont aucune foutue idée d’où je me trouve.

Genre, j’ai pas revu Jack depuis qu’il est parti à la Ville d’Halloween. Death est sûrement toujours enseveli sous les décombres de son manoir. Ludwig et les Frères Marto sont pas venus avec nous. Bowser Jr est lui aussi prisonnier. Nuzik est un traître, se désintéresse sûrement de mon élimination et me laisserait sûrement croupir dans la cellule même s’il venait à l’apprendre. Roxas a aucune foutue raison de m’aider, ça le foutrait dans la merde vis-à-vis de son groupe.

En bref : je peux compter que sur ma gueule et celle de mon compagnon d’infortune si je veux quitter ce bureau de poste un jour.

- Hmpf !!

J’insiste, tente de prononcer l’incantation d’un sort en espérant que malgré mes liens, je pourrai le lancer mais non. La formule est incompréhensible et je peux pas l’accompagner d’un geste, aussi léger soit-il.

- Je sais pas comment vous avez pu tenir jusqu’ici. Le mec s’est approché et semble vouloir me causer, mais n’ôte pas pour autant le bâillon qui me musèle. Mais on va avoir touuuuut le temps d’en parler.

Il me tapote le crâne de sa main recouverte d’une protection de fer froide, comme pour me narguer. Je serre les dents, ne faisant que me faire ressentir d’autant plus cette barrière qui m’empêche de m’exprimer, puis je tente de lui mettre un coup de boule de mécontentement. Évidemment, le gars est pas né de la dernière pluie et s’esquive in-extremis au dernier moment d’un habile mouvement.

- Wooooh, on se calme, petit. Tu voudrais pas que ton petit séjour dans les cachots se passe dans de mauvaises conditions, quand même ?

Il laisse un instant de silence, me jaugeant du regard pendant que je penche la tête dans sa direction en continuant de m’agiter en vain, la rage au ventre et me refusant à perdre ma liberté de manière aussi conne qu’en participant en ce Battle-Royale.

- J’espère que tu seras plus coopératif une fois arrivé. Tu dois en savoir, un tas de choses, concernant la Coalition Noire, depuis le temps !

Le garde barbu s’autorise un bon rire. Visiblement, la Lumière a bien dû prendre le temps d’étudier les retransmissions de la Coupe Noire, parce que ses hommes ont l’air sacrément bien renseignés à mon sujet.

- Je suis l’Officier Abraham. C’est moi qui garderai la porte de ta cellule.
more_horiz

Mon dos se voûte et mes jambes flageolent avant qu’elles ne s’écroulent sous l’effort. Je suis donc à genou, ma rapière plantée au sol, éreintée par l’effort. Je suis étonnée d’être toujours en vie à ce stade de la compétition, mais cela n’a pas d’importance pour moi. Quand bien même je serais éliminée, je poursuivrais mes efforts. Car mon objectif n’est pas d’être Top 1. Ma dernière victime vient d’être dépossédée de ses couleurs, mais je n’ai pas de temps à perdre. Je ne me laisse pas abattre par la fatigue qui assaille mes membres, ni par les coupures dont mon corps souffre toujours.

- Est-ce que vous l’avez vu ?

Je brandis pour la énième fois mon arme au cou du personnage pour l’en menacer. Il s’agit d’un petit personnage portant un chapeau en forme de champignon, je crois que ça s’appelle un Toad et je miserais gros sur le fait que ça vient d’une borne de la Salle d’Arcade. Mais ça n’a pas trop d’importance pour moi. Tout ce dont je me soucie, c’est si ce nouvel éliminé possède les informations que je recherche.

- Qui ?

Le champignon me regarde d’un air effrayé et désabusé, rampant vers l’arrière par réflexe sous l’emprise de la menace alors que c’est sans danger grâce aux règles instaurées par le Lord Business.

- Kuro, de la Coalition Noire.
- Euh… Celui qui a déshabillé la Princesse ?
- Hein, quoi ?

Qu’est-ce que c’est cette histoire encore ? Je baisse ma rapière, sans la ranger. Depuis le début de cet event, je manque Kuro partout où il passe. Je suis revenue à la Cité du Crépuscule au début où il était introuvable. Lorsqu’il a posté son GummiNow à la Conquête de l’Ouest, je l’y ai cherché sans le trouver. Même lorsqu’il est revenu de nouveau à la Cité du Crépuscule, je ne l’ai pas trouvé. Si je suis venu dans ce groupuscule, c’était uniquement dans l’espoir d’y trouver des informations concernant la disparition.

Sa disparition.

Je ne sais pas si Kuro est la personne que je recherche. Mais les rediffusions de la Coupe Noire et sa photo de profil GummiNow laisse assez peu de doute. Il lui ressemble beaucoup.

- Je l’ai vu oui.
- Où ça ?
- Le Toad Express et son vaisseau se sont affrontés. Il s’est crashé quelque part près de la Place de la Fontaine.

Je le remercie et je le laisse là, me dirigeant vers les lieux. En survolant le monde, j’ai aperçu cette zone. Elle est située entre le quatrième et le cinquième quartier, ce n’est pas trop loin. Je finis par apercevoir un bâtiment dont la façade a été à moitié bousillée par l’impact d’un vaisseau sans passagers. Visiblement, je suis arrivé vers sa position présumée. J’inspecte le véhicule à la recherche d’un détail quelconque qui pourrait m’aider à retrouver le jeune homme. Un homme s’y trouve, inconscient et grisé, mais je ne m’y intéresse pas. S’il n’est pas sorti du vaisseau et qu’il a perdu connaissance, il ne devrait pas rapporter la moindre information utile.

Mais je parviens assez vite à trouver un lieu où je pourrais sûrement avoir plus d’explications, voire le dénicher s’il venait à être en plein affrontement. Un bureau de poste est gardé par deux soldats grisonnants qui ne représentent donc, en somme, aucune menace. Je n’aperçois aucun autre accès que la porte d’entrée qui ne soit pas visible depuis leur position. Si j’avais l’esprit rationnel, je chercherais sûrement un moyen de passer en veillant à ne pas me faire repérer par eux. Mais je ne peux pas. Je ne peux plus. Je suis épuisée et ma patience a atteint ses limites.

Je veux rencontrer Kuro.

Je m’approche de manière assez frontale vers les deux soldats, totalement à découvert. La femme armée d’une lance se précipite à l’intérieur du bâtiments, sûrement pour annoncer mon arrivée, tandis que l’autre, un jeune homme, me fait barrage, bouclier dressé et épée longue en main. Comme si cela pouvait changer quoi que ce soit, son statut de désaturé me protégeant de toute forme d’hostilité de sa part.

- C’est ici que se trouve Kuro ?
- Je n’ai aucune raison de vous répondre.

Le ton du jeune homme est loin d’être ferme, mais je considère sa réponse comme une assurance de sa présence dans le bureau de poste. Un piège lui a peut-être été tendu.

- Laissez-moi passer, dis-je sèchement. Je n’ai pas de temps à perdre avec vous. Vous savez autant que moi que vous ne pourrez pas me stopper.
- C’est vrai. Mais je peux toujours vous retarder.

Le garde s’avance, bouclier vers l’avant et tente de s’en servir pour me repousser. Je ne ressens pas l’impact, il ne me repousse même pas. Pour ainsi dire, malgré ses tentatives, il me suffit de le contourner sans me soucier de ce qu’il fait. Une fois que j’ai passé la porte, l’homme arrête de m’agresser, résigné à l’idée de son impuissance et je l’aperçois, au loin, attaché à une poutre de métal. Un autre soldat la défend, mais celui-ci possède sa couche de saturation. L’homme barbu a déjà dégainé son arme, une épée somme toute assez ordinaire. Ma rapière est déjà sortie et prête à l’emploi, mais je me contente de rester sur mes gardes pour le moment.

- Qui êtes-vous et de quel droit vous permettez-vous de le retenir ici ? Vous voyez bien qu’il est éliminé !
- Je suis l’Officier Abraham de la Lumière. Et vous ? Cet homme est un dangereux membre de la Coalition Noire. Sa place est dans les cachots. Je vais vous demander de faire demi-tour, ma petite dame.
- Le retenir dans des cachots poisseux et humides ? Il n’en est pas question. Je m’appelle Amber Cross. Si vous ne comptez pas le libérer… je crois que les négociations sont terminées.

Nos lames se croisent et je ressens aussitôt que je vais devoir la jouer fine : je ne parviens pas à m’opposer à sa force. Je suis contrainte de reculer de deux pas. Le garde me suit et profite qu’il a l’ascendant afin de m’asséner un coup vertical de son épée. Je pivote à quatre-vingt-dix degrés afin d’esquiver cette attaque avant de tenter un coup d’estoc. Ma lame fait mouche dans l’espace entre deux protections, faisant une bonne entaille à travers son armure. Le gars râle de douleur, mais ne se laisse pas pour autant faire.

Il profite de mon assaut afin de se saisir de mon poignet et de le tordre, me forçant à lâcher mon arme. Je reçois ensuite un coup de poing dans l’abdomen qui me coupe la respiration et une nouvelle entaille. On est tous les deux déjà assez mal en point. Chacun de nous a eu ses affrontements successifs, ça n’a pas arrêté depuis le début de l’event, mais nous tenons bon. J’esquisse de nouveau un mouvement de recul. Ma rapière est restée coincée dans sa plaie. L’homme se contente de la retirer en hurlant de douleur et de conserver mon arme pour la suite de l’affrontement.

Je suis dans la merde.

Lorsqu’il tente de m’attaquer d’un coup d’estoc, je n’ai d’autre choix que d’empoigner sa lame directement dans la main pour en stopper le mouvement, quitte à me blesser. Je tire ensuite l’arme vers moi malgré la douleur et mets mon plus beau direct du droit dans sa figure. Le coup le déstabilise et le fait lâcher cette arme, ne laissant que la mienne dans sa main. Je profite de cet instant où il est sonné afin de me concentrer. C’est le moment d’utiliser ma botte secrète. Je réunis toute mon énergie, tends la paume vers l’avant et incante mon sortilège.

- Brasier.

Une boule de feu surgit de ma main et fonce dans sa direction, percutant son armure et le repoussant sur l’instant. Le soldat étant alors à ma merci, j’attrape son arme toujours au sol puis je la plante avec toute ma rage dans sa poitrine. La couche de saturation de l’Officier Abraham vole alors en éclats et son corps perd progressivement son énergie avant qu’il ne sombre dans l’inconscience. L’affrontement étant terminé, je m’approche de Kuro, tends la main dans sa direction.

La ressemblance est encore plus troublante en vrai que dans une retransmission télévisée de l’Éclaireur.

- Est-ce que c’est toi ?
more_horiz
- Pardon ?

Une meuf est arrivée et elle a de toute évidence la ferme intention de me libérer, puisqu’elle vient de terrasser l’Officier Abraham. Seule ombre au tableau : j’ai aucune idée de pourquoi elle fait ça. Son visage me dit quelque chose. Elle a ce truc inexplicable qui me laisse le sentiment qu’elle m’est familier. Pourtant, je suis convaincu de l’avoir jamais rencontré. Ma réponse semble la décevoir. Genre, elle fait une grimace et ses épaules se rabaissent un peu. Mais malgré tout, elle me libère à l’aide de sa rapière. Les autres gardes tentent même pas de l’en empêcher. Leur statut d’éliminé leur permettrait pas grand chose, de toutes les manières.

- J’ai dû me tromper, me répond-t-elle évasivement.
- Tu la connais ?

Bowser Jr semble s’exciter à l’idée de bientôt être de nouveau libre et curieux de ce qui vient de se passer. Le truc, c’est que je suis moi-même pas certain de ce qui se passe. J’ai beau la regarder sous tous les angles, on s’est jamais parlé. Je suis quand même pas devenu dingue ! Je penche la tête, plisse les yeux. En vrai, en la regardant de plus près, je crois que… nan, c’est pas possible. Ce serait pas CETTE Amber, quand même ?

- Oui et non.
- Tu peux préciser ?

La rousse semble avoir eu un soudain regain d’énergie et d’intérêt en m’entendant répondre à l’enfant. C’est presque trop facile, la meuf a carrément des étoiles dans les yeux, elle est à fond et elle espère carrément quelque chose. Elle est zarb’. Mais elle ressemble exactement à la description qu’il m’en faisait. C’est la meuf que Ross kiffait. Celle qui est partie avec lui en mission et qui en est aussi jamais revenue depuis. Celle qui l’a accompagné lors de son week-end gratuit à la Costa del Sol auquel mon ami a participé grâce au ticket gagnant que je lui ai offert.

Mais en vrai, ça m’emmerde d’en discuter ici. Je sens les regards appuyés des gardes qui tentent malgré tout de se faire discrets. Faut comprendre que les types voudraient gagner autant de temps que possible, le temps que la Capitaine Fiona et la naine reviennent, mais ils pourront rien faire.

- Attends, on va quand même y aller, je déteste cette sensation d’être écouté.

Enfin, c’est pas juste une idée que je fais, je suis clairement sur écoute. Ils essaie de gratter des informations au compte-goutte comme ils peuvent, mais ils m’auront pas. On s’éloigne donc de là. Les gardes cherchent pas à nous retenir. C’est pas somme s’ils pouvaient faire grand chose. Même nous suivre serait compliqué puisqu’on les a déjà remarqué. Une fois qu’on s’est suffisamment éloigné pour être hors de portée d’une oreille indiscrète, on reprend notre discussion comme si de rien était.

- On s’est jamais rencontré, mais un de mes potes t’ai… J’ai failli commettre une gaffe. … Te connaît.
- Ah ouais ? Son intérêt semble de nouveau clairement piqué, bien que moins prononcé qu’au départ. Qui ça ?
- Ross.

La rousse sourit avec satisfaction. Comme si elle venait de peut-être trouver son compte dans ce sauvetage alors qu’elle avait effectivement aucune raison de le faire. Je lui retourne ce sourire, grave heureux à l’idée que je puisse peut-être enfin en apprendre un peu plus concernant ce qu’est devenu mon ami depuis qu’il s’est évanoui dans la nature.

- Et donc, tu sais ce qu’il est devenu ?

Elle hoche positivement la tête, mais ma joie est de très courte durée.

- Mais il m’a fait promettre de rien dire.

Je fais carrément la gueule en réaction, carrément déçu. Merde. Ross s’est donc barré de son plein gré et se fiche sûrement bien de ce que je suis devenu, puisqu’il a pris la peine de cacher toute trace de son départ. Du coup… étant donné que l’hôtesse de la station Shinra de Costa del Sol connaissait pas son nom, j’en déduis qu’il a dû quitter les lieux sous une fausse identité. Mais pour faire quoi ? Bon sang ! Le mystère s’épaissit de plus en plus. Mais je suis au moins rassuré. Je préfère encore cette version que celle où Lenore l’avait sûrement butté là-bas suite à leur altercation au Zéphyr.

Tu pourrais au moins m’expliquer ce qui s’est passé pendant votre mission pour que vous fassiez jamais votre rapport ?
On s’est fait cramer. D.Va nous a intercepté. Ross n’a eu d’autre choix que de lui vendre la mèche et tout lui expliquer. On a désobéi à l’ordre de mission.

Waouh, c’est chaud, effectivement. Je comprends pourquoi leur groupe est jamais revenu au complet. Ca aurait été compliqué d’aller expliquer ça à Death. Il en aurait tellement rien eu à foutre. Enfin, genre, s’ils avaient fini dans les geôles de la Shinra, personne serait jamais venus les en tirer. Il a sûrement eu raison de pas rester à la Cité du Crépuscule lorsqu’il est revenu de mission. Ça explique pas le reste des zones d’ombre de son récit, ceci étant dit.

- On fait quoi maintenant ?
- Ouais. Même si je suis reconnaissant pour le fait que tu nous as aidé bah… on est éliminés, je vois pas trop ce qu’on peut faire pour te renvoyer l’ascenseur.
- Inutile de vous en soucier. Dans mon état, j’irais sûrement pas bien loin et… de toutes les manières, j’ai trouvé ce que je suis venu chercher ici.

Qu’est-ce qu’elle peut bien me vouloir, pour préférer repartir avec moi plutôt que d’essayer de remporter le Battle-Royale ? Enfin, je hausse les épaules. On aura tout le temps d’en rediscuter sur le trajet du retour.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum