Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
" C'était moins une... "

Il s'en est fallu de peu, le sprint d'une vie en vérité, pour que Nazik échappe à la catastrophe qui a ravagée tout le quatrième quartier. Un tremblement de terre incendiaire, quelque chose comme ça ? Tout s'est brisé et embrasé en une vague de destruction absolue, ne laissant qu'un court instant pour détaler loin du cataclysme. Tout est normal, aussi normal que ça peut durant la Bataille Royale... soudain, un volcan entre en éruption juste là. En même temps, c'était prévisible et même, si on ose le dire, attendu. L'élu a fui le quatrième quartier parce que Roxas y était et qu'entre nous, c'est mauvais signe. Sauf que le seul quartier qui lui est encore inconnu, c'est le cinquième et que depuis le troisième, pour y arriver... pas le choix, faut passer par le quatrième. Ajouter à ça qu'un grecque courrait après un babouin qui lui-même courrait après Nazik ?
Oui, c'est le bazar. Le bordel même. Au moins, pour l'instant, le coalisé se sait au cinquième quartier et peut espérer avoir semer ce singe complètement cassé de la tête qui fait du kung-fu en lâchant des hurlement simiesques.

Bizarrement, c'est... calme... comme ça peut l'être pendant une bataille royale, bien sûr. La majeure partie du quartier est recouvert par une serre si colorée, si architecturé, qu'on jure voir une cathédrale. La forme s'en inspire en tout cas. Les lumières et façades chatoyantes côtoient une petite voie d'eau enlaçant la serre d'un circuit serein, les plantes s'y trouvent comme si rien ne se passait. Bien évidement, en bruit de fond, les incessants combats ne cessent pas et l'on distingue, ici ou là, quelques traces de combats. Des morceaux de serres sont fissurés, voir brisés, offrant plus de passage que normalement prévu. Quelques structures sont éraflés, quelques lumières défaites ou clignotent en fin de vie.

Malgré tout, si l'on compare aux autres quartiers... ce n'est ni infesté de sans-cœurs, ni incendié, ni retourné, ni envahi de combats touts les trois pas. Nazik ose même y marcher. Hélas. Forcer de se raviser lorsqu'un point rouge se ballade au sol jusqu'à son pied et entame d'y grimper, il faut se remettre à courir. Sans attendre, l'élu de la clef longe la façade principale du bâtiment pour se mettre à couvert d'un mur coloré en concret, peu certain que du verre bloquerait une balle de fusil de précision. A sa grande surprise, il n'est pas le seul à s'y réfugier, d'autres concurrents y étant présent aussi.
Tout de suite, forcément, ça part en vrille.

L'homme, fier est fort, une balafre en biais sur un beau visage mûr met en jouge Nazik de son épée et tire ! D'instinct, le coalisé se jette d'un bond sur le côté et se met à courir. Du coin de l'oeil, là où devrait se trouver la garde de l'arme, l'élu de la clef reconnait le chargeur si caractéristique d'un revolver. Il y a eu un tir. Il y en a deux, et trois, et quatre. D'accélération ou, au contraire, en s'arrêtant net, le jeune homme parvient à les esquiver. La cinquième balle menace de partir, furieux de panique, le coalisé jette sa clef sans finesse mais avec puissance de manière prévisible.
Des lueurs violettes foncés, jusqu'au noir ici ou là, l'auréole désormais alors qu'il se rue à la poursuite de son arme.

Le conçurent, de son épée-flingue, pare la keyblade qui vrille en l'air face à la parade. Déjà là, Nazik lève le bras pour rattraper son arme, l'abat de suite pour une exécution. Semble-t-il sans effort, bel et bien stoïque, le sobre conçurent stoppe net l'attaque en opposant simplement sa drôle d'arme en opposition. Le jeune homme tique, grimace et offre un rictus révulsé... même en frappant de toutes ses forces et en s'aidant d'une deuxième main pour forcer, la "gunblade" ne bouge tout simplement pas. Un sourire sadique et satisfait déforme la face de Nazik lorsque celui-ci semble gagner un peu de terrain au bras de fer ! Une joie qui s'efface aussi tôt pour laisser place à une peur palpable.
Les sourcils froncés sans extravagance, l'ennemi a simplement positionné le canon de son arme droit au but. C'est à dire, le crâne de l'insolent ténèbreux.

Celui-ci lâche prise, cesse de forcer et s'écarte pour laisser passer la cinquième balle. En face, l'ennemi repositionne machinalement son canon, sans faire un pas, sans bouger autre chose que son bras armé. En joug, Nazik a les yeux qui luisent comme une bête acculée et à deux mains sur sa clef, de toute sa puissance sur des appuis ancrés sur les pavés, il frappe pour dévier le projectile. Et le fait avec la rage désespéré d'un mort en sursis.
Ca a marché... l'épée-pistolet, légèrement décalé, n'a réussi qu'à frôler son oreille pour y laisser un son horrible, sourd et strident à la fois.

Six balles, il n'en a plus et doit recharger, génial ! Le jeune homme en profite pour se replier d'un bond en arrière, une paume ouverte pour y condenser les ombres environnantes, l'autre qui fait tournoyer sa clef d'habiles mouvements du poignet. Quelque chose ne va pas. L'ennemi ne cesse pas de viser de son arme, malgré qu'il soit censé être à court de munitions. Des flammes naissent à la pointe de sa lame, en une sphère et mimant le recul d'une arme, le brasier part !
Forcer d'interrompre son incantation, Nazik fuit d'une roulade qui lui rapelle les quelques éclats de verres et de bois enfoncés dans son corps.

" Prends ça beau gosse ! " Un gigantesque shuriken tranche l'air en tournoyant comme une scie vers le manieur d'épée-pistolet et force celui-ci à la parade. Visiblement, d'où que ça vienne, ça l'intérèsse plus que Nazik de nouveau en fuite !
more_horiz
Mais ne serait-ce pas… Léon ?! Ça y ressemble pas mal en tout cas « balafre au milieu du visage, gunblade », ouais je sais, j’ai trouvé ça toute seule. Comment ça il n’y a rien de surprenant là dedans ? Meh Sad

Au début je me suis demandé si les personnes qui t’empêchaient d’arriver dans la serre n’était pas tout simplement les turks mais vu que vous avez dû arriver à peu près en même temps et qu’ils te trouveront peu après leur arrivée, je me suis dit que c’était bizarre.

Donc voilà, Nazik arrive au cinquième quartier, il a réussi à semer Rafiki et le grec (pas le « grecque » ça c’est au féminin). Il va peut-être enfin pouvoir respirer… Mais en fait non ! S’ensuit un énième combat, décidément. Quand va-t-il pouvoir se réveiller ? Eh bah jamais vraiment en fait. Ah si, quand il sera éliminé.

Franchement niveau qualité et quantité on est bien. On est sur ton avant-dernier rp, en plein après-midi après une nuit blanche et t’as réussi à me sortir un rp qui est à la fois… suffisamment long et qui tient la route. Ça se lit bien, on comprend ce qui se passe, donc moi à ce stade je suis plutôt satisfaite.

C’est encore un énième duel auquel Nazik participera sans être vraiment le sujet principal, il se bat, fait des tentatives, mais est assez rapidement dépassé par un ennemi plus fort. Tu as parlé d’un shuriken géant… Attends, vu la couleur, est-ce qu’on aurait pas affaire à Yuffie ? On sent un peu le fan du jeu (toi) qui utilise les personnages qu’il aime pour étoffer ses rps. En tout cas Léon a l’air plutôt fort, ça c’est bien !

Honnêtement ça ne m’a pas dérangée, déjà parce que tu prends pas énormément de risques, t’en fais pas des tonnes, et tu ne les identifies pas clairement. De façon à ce que le doute subsiste si jamais il y avait une raison pour laquelle tout compte fait ça n’avait pas eu de sens qu’ils soient là. Non voilà, pareil, c’est typiquement le genre de personnage dans notre univers qui avaient totalement leur place dans une phase aussi avancée du Battle Royale. Et c’est d’autant plus drôle d’imaginer qu’ils s’affrontent non ?

Parce que bon, ok ils sont peut-être encore amis, mais ça ne les empêche pas d’avoir respectivement des raisons de vouloir l’emporter, comme beaucoup de personnages, même du même clan, même amis. Yuffie ça correspondrait tout à fait à l’image un peu rebelle que je me fais d’elle, même si elle doit avoir mûri maintenant, et Léon, bah pareil en fait, il a quand même sa fierté et une certaine tendance à jouer solo par moment.

Ah j’ai encore vu la fameuse erreur « conçurent » passer. C’est marrant hein, parce qu’à d’autres moments tu la fais pas du tout.

Normal : 20XP, 210 munnies, 3PS en vitesse
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum