Ioan regardait le ciel, pensif. Il avait faim. Il faisait froid. Il se recroquevillait contre les pierres, resserrait les mains sur son ami éléphanteau. L’avait-il rêvé, son ami ? Il détaillait ses yeux inertes. Il était à peu près sûr que non, et pourtant. Il ne lui parlait plus. Son pelage était quelques peu bruni par la terre et la poussière ; loin des couleurs vives qu’il arborait dans son souvenir. Triste. L’enfant se fendit d’une moue peinée.

« Je suis désolé… » lui lâchait-il, la voix cassant en fin de phrase.

Ses yeux glissaient le long les roches aiguisées qui s’élevaient vers les étoiles, et la Lune. Une belle lune ronde qu’il aimait, toujours, encore. Il se fendit d’un sourire. Il trouvait en sa présence un sentiment de réconfort. Un élément invariable, une lueur douce, rassurante.

Puis elle disparut. Simplement.

Le garçon se redressait. Cela n’avait pas de sens. Elle ne pouvait pas. Elle ne l’avait jamais fait. Pourquoi se cachait-elle ce soir ? Pourquoi si brusquement ? Est-ce qu’il l’avait brusquée ? Comment ? Il n’avait pourtant rien dit ? Ou était-ce qu’il l’ennuyait, finalement, elle qui le retrouvait à chaque nuit tombée ? Seuls les nuages la lui avaient déjà dissimulée ! Mais si elle se cachait, le garçon pourrait-il lui en vouloir ? Il était, après tout, très gris.

Même le revêtement de la Battle Royale, tout aussi peu conscient que Ioan était de sa réalité, ne faisait que renforcer le bleu de ses yeux.

Ce n’était sûrement pas assez pour garder près de lui ce si bel astre ; cette grande Dame.

Mais les étoiles suivaient la lune.

Le ciel était noir. Pleinement noir. Le monde le devenait, aussi. L’horizon disparaissait sous un nuage obscur et profond, au-delà duquel il était impossible de voir. Le monde s’effaçait, là, s’étiolait. Et l’ombre progressait. L’enfant voyait ce vide grandir, comme un gouffre béant avalant tout sur son passage. Ioan eut un mouvement de recul.

Et pourtant, il n’arrivait pas à courir.

L’immensité l’intriguait. L’arrêtait. L’étranglait – avant de l’étreindre. Elle le saisissait, le tenait, le broyait ! Pour ne lui laisser, en lettres d’argent, qu’un –

ELIMINE


Spoiler :
Désolée c'est horriblement court mais.. au moins élimination par voile actée Smile Bon jeu à tous !