Kingdom Hearts RPGConnexion
Bravo à tous
Rufus Shinra Top-1 !
Rp final

more_horiz
Et le ciel ? Le ciel est d'un noir clair et saturé, aux teintes de violets qui s'enlacent pareils à des serpents en pleins ébats. Sous un sombre soleil ayant la plus la semblance d'un trou noir, vers où toutes les ombres des cieux convergent, à l'inverse d'un astre de lumière duquel émane les rayons. Nazik ne se serait pas cru avoir le mal du pays, entre nous. Les ruines du clocher du crépuscule, de leurs hauteur, domine encore le reste de la ville. Sans rugir ni gémir, s'en éloigne une créature aux yeux jaunes sans âmes ni émotions, à grands coups fluides d'ailes en charpies. L'air est frais, revigorant. Ce frisson qui le parcourt vient de là mais pas seulement. Plus bas, la Citée du Crépuscule était un champ de bataille déchainé à son départ... à son retour, c'est un champ de ruines. D'un silence à apaiser les morts.
En temps de normal, ce monde peut déjà passer du calme total à la fureur en un instant, ce n'est pas très différent pendant la bataille royale. C'est pire encore.

Le rendez-vous donné Kuro est bel et bien un piège mais pas celui auquel l'obscurantiste se serait attendu. L'encapuchonné en blanc, dont les yeux ont la même lueur dorée que Nazik, n'a pas tendu une embuscade. Et s'est présenté avec la tentation entre ses mains, de la même façon que le serpent qu'il est aurait proposé une pomme à Eve.
Les voilà donc, dans le ciel.

Le brun s'accroche aux cornes de sa vouivre pour la manœuvrer et le blond, lui, doit se résoudre à s'accrocher à la jeune recrue. Ce n'est pas... tout à fait banal, d'être aussi proche. Surtout entre coalisée. L'obscurantiste a beau se refuser à rendre ça bizarre ou gênant, ça l'est. Ca le dérange d'avoir un autre coalisé aussi proche de lui, au point de lui en faire un câlin ? Le jeu en vaut la chandelle, pourtant, par le simple fait que ce soit Nazik qui conduise et ait finalement le contrôle.
Il préfère en sourire qu'en grimacer, simplement content de vivre quelque chose d'intéréssant. Enfin !

Et c'est grâce à Kuro.

" On approche... " Lâche Nazik, concentré au point d'en cesser de sourire lorsque le manoir se dessine au coeur de la forêt. " ...comme convenu, on fonce. "

La vouivre se redirige d'un battement d'aile violent, celle-ci en arrière, taillé comme une fusée au moment de voler en piqué. La créature gagne en vitesse, très vite, accélère sans discontinuer et promet à chaque seconde un atterrissage un peu plus brutal ! Nazik resserre son étreinte sur les cornes de son sans-cœur et Kuro la sienne aussi, l'air file à toute vitesse, le décor défile en formes floues qui s'étire. La sensation de la descente est intense, efface tout le reste, jusqu'à la notion du temps ! Et le manoir, soudain, est juste là en face. Les trois êtres des ténèbres pénètrent alors dans le manoir, par une fenêtre fermé qui ne saurait résister ! Le verre éclate, projeté en touts sens et le cadre de la menuiserie craque, violemment, fuit d'un bond hors du mur !

La vouivre s'étale de tout son poids, menace de faire craquer le plancher et les lits de l'infirmerie, si droit et aligné et bien rangés, sursautent tous ! Les équipements médiaux, les médicaments rangés dans les étagères, les lumières tamisés qui pendent au plafond, tout est de travers ou brisé, plus rien n'est à sa place. Nazik achève de roulé-boulé au sol à sa percussion contre un mur, ce dernier coupant net son élan. Préssé par l'excitation, le jeune homme se lève déjà tuméfié, l'expression sobre et le coeur tout entier plongé dans cette entreprise.
Sa main se referme sur de la fumée noire qui dévoile sa clef de ronces.

Dans un premier temps, il scanne les lieux de ses yeux et déchiffre le chaos plongé dans la poussière soulevée. En second temps, il ferme les yeux en quête de présences qui brillerait dans l'ombre de ses paupières closes.

" Il n'est pas là. " Préssé, pas énervé, à fond dedans et déjà en mouvement, bien qu'il ne sache trop où allez. " Où est-ce qu'il est alors ? "

Soudain, dans le noir de ses yeux fermés... à sa vision, le vide spatial est noir et vide, s'y allument des constellations entières. Des présences, des êtres, apparurent immédiatement et en masse, de manière aussi brusque que l'orage éclate. Ses yeux s'ouvrent sur le choc, il s'en sent fébrile et se laisse allez à sourire, brise déjà ce flegme qu'il cherche à s'imposer. Sans réfléchir, il guette sa vouivre et bien que peinant à l'ouvrage, celle-ci se lève finalement. Charge contre un mur, passe aisément au travers et s'attaque à dégrossir le nombre d'ennemis ! Tout le bâtiment tremble de ses accélérations furieuses, le plafond crache des graviers en grêles et saigne de la poussière à grandes eaux.

Passif, Nazik attends de voir comment la situation évolue... comment s'en sort sa vouivre et que prévoit maintenant Kuro. Il est curieux et surtout de ce dernier point, pour être honnête. Son étreinte se resserre sur sa clef.
more_horiz
Le grand jour est arrivé. Durant tout ce Battle-Royale, je me suis préparé au moment où je pourrais tenter un assaut de cette envergure. Dès lors que j’ai découvert que dans ce jeu, la véritable mort n'existait pas, j’ai immédiatement cherché un moyen d’en tirer profit. Et je l’ai trouvé. Je vais me servir de cette règle inviolable afin de challenger mon objectif. Aujourd’hui, selon les plus grandes traditions du groupuscule, je vais trahir Death.

Si je souhaite remporter cette compétition, c’est une étape obligatoire. Quoi qu’il advienne, j’y serai confronté tôt ou tard. Je n’ai pas la stupidité de m’imaginer qu’en obéissant bêtement aux directives du Boucher de Grimm, celui-ci aurait la bonté de ne pas nous éliminer et conserver toute la gloire pour lui. Il vaut mieux donc qu’on ait alors comme maintenant l’effet de surprise. Mon cœur bat à cent à l’heure, je suis excité comme jamais à l’idée de sauter le pas. Je peux faire comme je l’entends, sans craindre de conséquences, car les règles du jeu me sauveront la vie si je venais à être vaincu, ce qui est… certain. Mais je donnerai tout !

Je suis plutôt bien armé et préparé pour l’occasion : j’ai commencé par me rendre à l’une des caches d’armes pour y dépenser la totalité de mes Business pour me faire un bon arsenal. J’ai un fusil mitrailleur accroché au dos, une certaine quantité d’explosifs dans les poches, ma fidèle lame osseuse fabriquée par les soins de mon accompagnant, quelques dagues et mon flingue habituel. Je suis armé jusqu’aux dents ! J’ai également briefé Nuzik concernant les opérations.

Le plan est plutôt simple. Tout se jouera probablement dès les premiers instants. On va tenter de prendre le manoir par surprise en arrivant par la voie des airs. Le bâtiment est d’ailleurs déjà en vue. La vouivre de Nuzik va s’écraser directement dans l’infirmerie dans laquelle Death doit encore recevoir des soins. Il doit toujours s’y trouver. Bien que le Boss se soit autorisé une sortie depuis sa longue période de convalescence, il est visiblement encore très affaibli puisqu’il a besoin de se barricader au manoir dans une telle période.

Je me cramponne encore plus fermement à mon subordonné à contrecœur, prêt à l’impact. Les vitres se brisent dans un fracas épouvantable. Le vacarme attire bien l’attention et l’atterrissage crée un véritable bordel sans nom dans la pièce. Je suis expulsé directement dans le mur sans grande délicatesse. Une fois le choc encaissé et que je suis parvenu à retrouver mes esprits, je me redresse et constate le premier accroc à mon plan d’attaque : l’infirmerie est vide.

- Merde !

Death a dû réfléchir à cette éventualité et se cacher dans une autre chambre, moins prévisible. Je fonce immédiatement vers la sortie, mais je suis arrêté dans mon élan par un problème de taille : nous sommes cernés par un bataillon de sans-cœur de toutes sortes : il y a des ombres et des crypto-ombres ainsi que quelques soldats volants. De quoi nous occuper un petit moment ! J’aperçois de loin le dirigeant dans le couloir qui profite de la diversion pour filer, se déplaçant avec lenteur, bien que je puisse y lire un certain empressement.

Je m’apprête à lui envoyer un pic de glace afin d’entamer les hostilités, mais je dois effectuer une roulade sur le côté, la vouivre de mon équipier chargeant frontalement l’accès au couloir tout en balayant une partie des êtres ténébreux. Malheureusement, mon esquive est si précipitée qu’une crypto-ombre profite de mon instant de faiblesse au sol pour me griffer au bras. Je râle de douleur, mais ne prends pas le temps de me lamenter sur le sang qui se répand. Je me relève tout en effectuant un balayage latéral afin de déséquilibrer la créature, puis j’empoigne le pistolet avec lequel je tire sur les quelques sans-cœur qui tentent aussi de m’approcher. J’empoigne mon talkie-walkie, profitant de ce court répit afin de communiquer sur la situation :

- Échec du plan Alpha. Lancement du plan Beta. Terminé.

Une fois ces mots prononcés, je lacère deux ombres qui ont surgi du sol, tentant de me prendre en traître, puis je fais signe à mon acolyte de me suivre vers la sortie avant de prendre une grenade fumigène afin de couvrir notre retraite à l’aide de cet écran de fumée. Je profite de l’instant pour l’avertir du plan :

- Des alliés vont entrer par la porte principale du manoir, on peut essayer de le prendre en tenaille dans les escaliers.

Bip. Bip. Mon cœur s’arrête en entendant ce son bien trop tard pour parvenir à y réagir.
more_horiz
" Des alliés ? " Nazik ne parvient à cacher ni sa surprise, ni sa déception.

Fidèle à lui-même, Kuro n'a pas pris la peine de mettre son comparse au courant de ça... pire que ça, ce comparse doit admettre qu'il ne lui suffit pas ? Et les alliés, sont-ils au courant de sa présence à lui ? Probablement pas, le blondinet tire les ficelles et de n'être qu'un pion parmis les autres, c'est très vexant. Pas le temps d'y penser. Bip-bip-bip ! L'explosion retentit là d'où d'ils viennent et la déflagration balaye tout, pas un seul autre son qu'elle. Dans la poussière qui le dépasse, Nazik se relève après quelques roulades enchainés non contrôlés et court, sans savoir où, forcé par un élan imposé. D'un coup de clef, il chasse un sans-cœur sans s'arrêter dans sa course, bien que ralentit. D'n petit mètre tout au plus, le petit monstre bat frénétiquement des ailes pour se rétablir. Lorsque c'est fait, d'une ultime impulsion ailé, il charge en griffant tout azimut devant lui ! L'obscurantiste frappe plutôt que de contrer, brise ainsi l'assaut.
A une vitesse qui le surprend lui-même, Nazik à l'arrêt jette sa clef d'une main à l'autre et d'un revers, envoit son arme percuter une crypto-ombre surgissant du sol.

Et s'échappe d'un long pas, frappe le soldat-volant. Sa keyblade rebondit furieusement dessus pour interrompre l'avancée de l'autre sans-cœur... et à deux mains, sur des appuis solides, il brandit son arme en l'air ! Son ombre s'illumine, se teinte d'une lueur violacée mystiques et trois orbes à l'éclat douteux s'élèvent en hélice pour se rejoindre à la pointe de sa clef. Il abat cette dernière et laisse les sphères virevolter autour de lui s'éclater sur les créatures qui le cerne. Les déflagrations créer un peu d'espace, secouent les sans-cœurs en nombre mais ne les détruisent pas.
Pas le temps d'y penser, Nazik se rue au hasard dans l'espace qui s'offre brièvement à lui.

Un escalier... et en contrebas, qui en descend pas à pas... le dos musclé d'un homme aux longs cheveux noirs lisses, le teint blafard. Le jeune homme reste un instant figé... voilà... Death ? Après avoir tant entendu parler de Jack, celui-ci lui a fait une impression digne de sa réputation. Qu'est-ce que ca sera avec le boss en personne de la Coalition Noire ?! Nazik lève son bras désarmé, et uniquement celui-ci, pour chasser d'une vague noire surgit de ses pieds les quelques sans-cœurs venu l'attaquer. Sans même les regarder, aidé par la détection magique. Quelques-uns sont déjà partis en fumées, d'autres bien trop secoués et... ceci lui arrache un petit sourire satisfait.
Death ne s'arrête pas de marcher, tourne simplement la tête pour regarder l'obscurantiste.

C'est leur première rencontre. Cet oeil brûlé le gèle sur place, fait s'effondrer son sourire immédiatement. Et en réponse, juste avant de l'ignorer, le Boss esquisse un sourire pleins de mépris à la nouvelle recrue. Dans un soupir, il jette une main en l'air... presque une dizaine de portails des ténèbres s'ouvrent tout autour de Nazik. Pas question de se jeter tête baissé sur le boucher de grimm !
Que la vouivre s'en charge ! Sans rugir ni gémir, le monstre volant passe au travers d'un mur, un sans-cœur dans chaque patte et tête baissée pour percuter Death !

Celui-ci stoppe le sans-cœur, d'une main... doit s'arrêter pour ça, parait peut-être trembler sous l'effort... puis projette la vouivre en direction de Kuro ! Et reprend sa marche comme si de rien n'était, sous les yeux ébahis de Nazik. Quelques alliés ne seront pas de trop, finalement. Parce que... là... il est convalescent ? Pas question que l'obscurantiste parte à sa poursuite sans réfléchir ! Ca serait se faire éliminer bêtement... il faut le garder à l'oeil mais sans trop s'en approcher non plus. Lorsque les alliés de Kuro sauteront sur le boss, Kuro tentera sa chance et ensuite, seulement ensuite, l'obscurantiste tentera la sienne.
Si Kuro n'est pas déjà K.O ! Furieux, et inquiet aussi, Nazik le cherche du regard.

" Kuro ?! " L'obscurantiste accourt pour l'aider !
more_horiz
- Kuro, réveille-toi !

Mes paupières s'ouvrent, toujours lourdes. Elles battent légèrement et peinent à ne pas se refermer. J’ai les oreilles qui sifflent, je suis même pas certain de comprendre ce qu’on m’a dit. Quelqu’un me secoue sans ménagement, sans quoi je sombrerais peut-être dans l’inconscience. Qu’est-ce qui s’est passé ? Mes souvenirs sont confus. Mon dernier souvenir… je me rappelle d’un bip. De mon cœur qui s’est accéléré. De la peur. De la terreur. D’un énorme bruit. Et après, c’est presque le trou noir.

Je vois une… non, deux silhouettes floues devant mes yeux qui commencent à se préciser. Sur l’instant, je suis si troublé que j’en viens à m’imaginer que je vois double, puis je réalise que non, tout est normal. Ce sont les Frères Marto.

- Il va arriver, dépêche-toi !

Il… ? Qui ? Je fouille dans ma mémoire toujours en désordre. Avant ce bruit je… Je poursuivais Death avec Nazik. Après ça… non, je sais décidément plus ce qui s’est passé. Hein ? Attendez...

- Frères Marto ?!

Je viens de réaliser l’incohérence de la situation. Ils sont pas supposés être avec moi, ce qui signifie… je tente de prendre appui sur mes mains pour me relever, souhaitant vérifier mon hypothèse. Grosse erreur. Mon geste est trop brusque, je râle, contraint de stopper mon mouvement. Mon épaule est brûlante. C’est infernal, bon sang ! Mes alliés, réalisant l’urgence de la situation, me redressent un peu afin de m’aider. J’incline machinalement légèrement la tête vers mon bras, vers la source de douleur. Au niveau de l’épaule, surtout un peu en dessous, la chair a bien été rongée par les flammes.

Celles de la détonation. C’est bien ça. Je suis plus à l’étage. L’une des tortues anthropomorphes me tend la main et je l’attrape de l’autre main pour me relever. Je suis effectivement au rez-de-chaussée du manoir, à peu près au niveau de la porte d’entrée. Exactement là d’où le reste du groupe arrivait pour prendre Death en tenaille. Nuzik n’est pas là, il devait être plus en avant. L’explosion a dû faire s’effondrer le sol sous mes pieds qui m’a entraîné dans sa chute.

- Dépêchez-vous !

On me pousse vivement. M’étant à peine ressaisi, mon équilibre est de nouveau perturbé et je tombe sur les fesses, constatant l’impact brutal. La vouivre vient de percuter les deux Frères Marto et les trois valdinguent et s’écrasent dans un mur qui se brise partiellement sous la puissance du jet. A cet instant, je vois Nuzik qui se précipite dans ma direction afin de s’assurer que je n’ai rien de cassé, mais je me soucie à peine de sa présence sur l’instant, reportant mon regard vers mes sauveurs. La poussière s’est dissipée, leurs deux corps sont inertes et gris. Celui des deux qui était toujours en lice ne l’est plus.

- Putain !

Bowser Jr et Ludwig ! Où sont-ils ? Je vois une petite silhouette qui s’est faufilée derrière le Boucher de Grimm et qui semble poser quelque chose. Seulement, au dernier instant, celui-ci réalise sa présence et écarte ses ailes membraneuses afin de prendre son envol en catastrophe et s’esquiver hors de la zone de l’explosion du bob-omb. Il matérialise également sa faux dans sa main tandis qu’il est contraint de reculer dans une direction qui nous avantagerait, celle des cachots. Si nous parvenons à le contrainte de s’y retirer, nos chances devraient drastiquement augmenter.

- Je sais qui tu es et ce que tu trames, Kuro. Tu as retenu ma dernière leçon. Tu as même entraîné la nouvelle recrue dans tes manigances.
- Il faut dire que j’ai eu un bon maître.
- Tu joues avec le feu. Mais la partie a assez duré.

C’est à cet instant que les sans-cœur restants décident de surgir de là-haut ou du sol, nous encerclant de nouveau. Le dirigeant, lui, se contente de rester en retrait, invoquant sa prothèse pour remplacer son bras manquant.

- Allez-y, petit maître, je couvre vos arrières.
- Enfin un challenge à ma hauteur, se réjouit-il.

Ludwig tend sa baguette magique. Celle-ci s’illumine et laisse échapper quelques formes géométriques dans sa concentration. Bowser Jr, quant à lui, charge dans la masse de créatures ténébreuses. Des flammes s’échappent de sa gueule et rongent une crypto-ombre qui ne vacille pas, ripostant d’un coup de griffe. L’enfant se sert l’avantage de sa petite taille pour effectuer un saut directement sur le membre, l’écrasant par la même occasion. Puis il fait la toupie, les piques de sa carapace s’enfonçant dans le monstre. Je sors mon flingue et tire pour achever le sans-cœur qui disparaît dans des gerbes de ténèbres.

Je tente ensuite un nouveau tir sur mon Boss qui fait pivoter sa faux en réaction, déviant celui-ci. Constatant mon échec avec frustration, je ne perds pourtant pas de temps et ferme les yeux pour me concentrer, dressant la main qui tient toujours l’arme vers le ciel, canalisant un sort.

- Foudre.

Des éclairs s’abattent sur les engeances ténébreuses, nettoyant le groupe de quelques soldats ailés et ombres. Les rangs s’étant réduits, je m’apprête à m’élancer vers Death dans l’espoir de croiser le fer, mais de nouveaux surgissent pour remplacer ceux qui sont tombés au combat. Un requiem vert s’approche de Death afin de poursuivre les soins tandis qu’un rondouillard et des soldats s’ajoutent aux restant des sans-cœur et continuent de nous barrer la route.

- Nazik !

Je me surprends à l’appeler pour la première fois par son véritable prénom, préférant éviter une nouvelle dispute à ce sujet dans une situation aussi délicate.

- Tu penses être capable de le faire reculer si je parviens à réduire le nombre de sans-cœur ?
more_horiz
Après l'avoir vu stoppé net une vouivre avoisinant la centaine de kilos d'une seule main ?

" Non. " Dit-il sans regarder Kuro, assaillis de toutes parts, trop occupé à repousser les sans-cœurs. Même eux, il ne les détaille pas. Ses yeux ne les suivent pas et d'instinct, il écoute son coeur, se laisse guider par sa clef, ne frappe que par réflexe toute masse noire aux yeux jaunes.

Le requiem vert s'illumine d'un sort de soin, brille dans l'obscurité du manoir en une lueur d'espoir verdâtre. De toutes les choses qu'il pourrait faire, de touts les sans-cœurs qu'il pourrait invoquer... Death cherche à se soigner ? Un bon signe. Ca n'est hélas pas encore suffisant pour que Nazik se décide à allez au casse-pipe à la place de Kuro ou ses sbires tortues. La stratégie lui parait pourtant clair et éfficace. Le démon mortifère qu'est devenu Death, avec sa grande faux et ses ailes colossales serait rendu bien pataud dans les cachots si exigus. Bien que le "kill" de son Boss ne l'intérèsse pas tant, il est certain que le jeune homme ne voudrait pas être éliminé si bêtement. Surtout si c'est pour le bénéfice du blondinet, pas question de se sacrifier pour lui.
Ca lui parait une évidence... les deux guignoles à carapace ne sont pas là pour ça, justement ? Ils sont déjà éliminés en plus, qu'ont-ils à perdre ?

" Je t'offre une ouverture... " Lui qui s'essouffle doucement jette sa clef sur un sans-cœur, pour qu'elle y rebondisse et, au lieu de la rattraper, s'accroupit pour la laisser passer. Elle en frappe un autre et rebondit, en cloche vers lui, sans plus d'élan. D'à peine un bond, Nazik s'allonge de tout son long à la manière d'un basketteur pour rattraper sa clef. Une aura violette se manifeste autour de la Keyblade, s'épaissit et s'assombrit, se densifie rapidement face à son étreinte qui se resserre.
Lorsque le jeune homme retombe, il frappe avec rage au sol, provoque une sombre déflagration qui balaye les sans-cœurs devant lui !

Mais ce n'est pas encore assez. Lorsque sa clef sa relève en l'air, l'ombre de son manieur suit et s'élève. Nazik s'avance d'un pas simultané à un coup de clef à gauche, la masse noire suit en forme de griffes pour dégager le passage et on enchaine, cette fois à droite, pour que l'ombre se dissipe. Un autre aller-retour, encore loin de la cible, les seules victimes étant les sans-cœurs balayés du passage.

La route est ouverte.

" ...dépêches-toi ! " Le disant, Nazik tend une main ouverte vers Death et s'immobilise un instant... puis referme le poing pour que les ombres environnantes se referment sur Death, le plongeant dans un espace d'obscurité totale.
more_horiz
Mais quel connard, celui-là, ma parole ! A croire qu’il a vraiment pas envie de se mouiller. Si Nuzik avait pas envie d’aller au casse-pipe… bah fallait pas qu’il vienne, tout simplement, merde. C’est pas ce taré qui a invoqué un Darkside en pleine ville qui a complètement dévasté un quartier ? Dans ce cas, il doit bien avoir une autre botte secrète qui le force à se reculer, non ? Quelque part, je sais pas trop si je dois être rassuré ou effrayé vis-à-vis de la réaction de l’électron libre du groupe.

Genre, je sais pas si c’est supposé me calmer qu’il soit terrorisé à l’idée de se faire éliminer dans ce jeu ou terrorisé par l’idée même qu’il ait accepté de coopérer et trahir le Boss dans la perspective de remporter ce chacun pour soi. Ça me prouve une évidence : je peux effectivement pas compter sur lui. Si on en ressort tous les deux en jeu, faudra que je me barre aussi vite que possible avant qu’il me plante une lame dans le dos. Néanmoins, Nuzik ne reste pas les bras croisés et m’ouvre un passage parmi les sans-cœur, voilant également la vision du Boucher de Grimm afin de me donner un semblant d’ouverture.

Je hoche la tête en regardant Bowser Jr. Nos regards se croisent, il comprend l’ordre silencieux et lui n’a pas peur de prendre le risque. Je me concentre sur mon flux magique, fermant les paupières et décidant de faire un pari risqué. J’essaie de me souvenir de cette sensation que j’ai ressenti lors de ma rencontre avec Ioan Kappel. Celle qui a précédé l’apparition de ces deux autres Kuro. Si je suis le lanceur… j’espère parvenir à reproduire le sortilège.

Une image de moi fait son apparition à gauche de Death, tandis que mon allié se faufile à droite et pose un nouveau bob-omb à ses pieds. Le dirigeant repère les bruits de pas dans l’obscurité et découpe en deux le faux moi qui lui est apparu. Il s’aperçoit ensuite de son erreur et du bruit caractéristique de l’explosif qui s’apprête à détonner. Ludwig choisit ce moment pour relâcher son sort. J’apporte également ma pierre pour le submerger d’attaque, dégoupillant l’une des grenades qui sont en ma possession et la jetant de toutes mes forces dans sa direction.

Alors que les flammes fusent dans la direction du nécromancien, l’enfant est tiré dans la brume, puis je l’en vois sortir à toute vitesse. Comme pour la vouivre, Death s’en sert comme arme et tente de faire un strike avec son corps. Ludwig est pris de court et ne parvient pas à esquiver, les pics du petit maître se plantant directement dans son corps et le faisant hurler de douleur. La bombe, quant à elle, explose bel et bien. Ça ne suffira pas. J’ai bien conscience de quoi cet homme est capable… s’il en est encore un. Ce n’est pas aussi peu qui l’arrêtera dans cette compétition.

Je n’attends donc pas de voir si mon maître est parvenu à s’en tirer, attrapant la mitrailleuse en bandoulière dans mon dos. Je serre les dents au moment de dresser le bras qui a reçu la brûlure afin de le positionner correctement pour tenir l’arme. Je me force malgré la douleur, tirant dans le tas sans parvenir à distinguer ma cible. Le rondouillard, toujours debout, charge en direction de Bowser Jr. Celui-ci se relève un peu à la hâte, mais le bide s’apprête à le heurter malgré tout. Mais il en est poussé au dernier moment par Ludwig von Koopa qui encaisse l’attaque à sa place et percute un mur. Son corps a perdu sa couche de saturation et il a perdu connaissance.

Le petit maître serre les dents et semble fulminer de colère, glissant aussitôt derrière la créature avant de la frapper telle une toupie. Cela ne suffit pas et le sans-cœur, toujours debout, se retourne vers lui. Bowser Jr subit le contrecoup de son assaut, trop étourdi pour réellement comprendre ce qui se passe. Je dois stopper ma rafale de tirs pour le tirer de cette situation, lâchant l’arme à feu et empoignant de nouveau la lame d’os que je plante dans le dos de l’engeance ténébreuse qui disparaît.

Je reporte de nouveau mon regard vers le brouillard sombre de Nuzik qui s’est dissipé. Aucune trace de Death.

- On va inspecter les cachots, je te laisse faire le ménage !

Et je fonce sans me soucier de la réponse de Nuzik, tant que le chemin est toujours ouvert. Je dévale les escaliers et j’arrive à cet endroit. Là où je me suis rappelé de cette sorcière. Là où Lenore m’a berné et vaincu.

- Encore ? Bon sang, laissez-moi travailler ! Faites-moi un plaisir : quittez cette pièce sur le champ.

Salazar Regale, l’alchimiste de la Coalition Noire. Avec ses couleurs. Il s’en est fallu de peu pour que j’oublie l’existence de cet homme. Il était là, lui aussi, ce jour-là. A l’époque, je souhaitais m’entretenir avec lui et Lenore a choisi ce moment pour tenter de s’évader. Depuis, je n’ai jamais pensé à repasser dans ce laboratoire. C’est un homme de talent capable de créer de dangereuses potions. Le Boucher de Grimm doit être derrière-lui, dans les cachots, probablement en train de se préparer à nous recevoir comme il se doit.

- Oui, je vais quitter cette pièce.

Je m’avance dans sa direction, sans me soucier de ses souhaits, mais le maître des potions s’empare de deux fioles, en ôte les bouchons et me menace de me jeter le mélange probablement corrosif.

- Vous devriez savoir… ce qu’il en coûte d’abuser de ma patience. Dans l’autre sens. Avant que je ne change d’avis, dit-il d’une voix ferme et sèche, désignant vaguement la direction d’où je viens.
- Finalement… Je reste. On va mener une petite expérience, vous et moi. Non, seulement vous. Les cinquante nuances de gris.
more_horiz
" Les voilà tous dans les cachots... " Nazik, jusqu'ici pince sans rire, se permet d'esquisser un sourire à nouveau.  

Le coalisé fonce, à grandes enjambés, serpente entre les sans-cœurs jusqu'à la porte d'entrée du manoir et sort en l'enfonçant pied en avant. L'air frais est exquis comme du vin après avoir avalé tant de poussières, ce qui le convainc de ralentir. Ca serait peut-être mieux pour lui d'attendre qu'ils se fatiguent tous en bas, histoire d'être qu'aucun ne s'en relève. Mais ce serait aussi donner l'occasion au combat de se déplacer. Pour l'instant, et qui sait combien de temps, le Boss de la Coalition Noire et Kuro et ce qu'il reste de ses sbires sont dans un sous-sol avec quelques tonnes de bâtiments au-dessus de leurs têtes. L'occasion est trop belle. Top Un ou rien, l'obscurantiste en reste là, son plan n'a pas changé d'un pouce depuis le début de cette bataille royale.
Il hésite un instant... se dit que l'alliance avec Kuro peut potentiellement mener loin... mais au final, l'occasion est tout simplement trop belle.

L'ombre de Nazik se met à luire sous ses pieds, puis des fumées surnaturelles s'en échappe. Une aura inquiétante l'entoure, aux teintes semblables à celle des portails d'où surgissent les sans-cœurs. Ses pupilles jaunes se mettent à suinter d'encre dont le blanc de ses yeux s'imprègnent, des larmes noirs s'écoulent le long de ses joues. Epaisses et poisseuses, les ténèbres qui l'entourent le recouvrent partiellement, semblent en train de le dévorer. Lui-même sent une énèrgie qui le dépasse l'envahir... ses cheveux fous dansent et s'envolent, de même que ses vêtements, sans que ce ne soit le vent. Une puissance incroyable le transporte, lui-même se sent frigorifié par l'air ambiant qui parait soudain bien plus froid.
Péniblement, il lève sa clef vers le sommet du manoir.

D'ordinaire, elle ne pèse à rien à son bras mais là, elle parait peser une tonne. Si bien qu'il doit la tenir à deux mains et fléchir des jambes en grinçant des dents, tout ceci le dépasse. Nazik joue, encore une fois, avec des forces bien plus grandes que lui. Une grande et longue faille vers les ténèbres se dessinent par-dessus le Q.G de la Coalition Noire. Deux gigantesques en sortent, s'y glissent en ayant à peine la place de le faire. L'on sent ses mains noirs, tendues, forcer pour déchirer la faille en un gigantesque portail !
Un Darkside s'en échappe pour qu'il flotte surnaturellement en l'air... et secoué, Nazik fuit vers la forêt en titubant face à sa propre insolence.

Soudain, le géant d'ombre se laisse tomber sur le Manoir Abandonné !

" C'est au jeu qu'il faut en vouloir, pas au joueur ! "
more_horiz
Plus loin, dissimulé par les arbres aux yeux de Nazik, celui-ci peut entendre le Manoir Abandonné s'effondrer. Ce doit être une toile fantastique que de voir cette ruine, symbole d'un pouvoir bien présent, s'effondrer comme preuve d'un déclin soudain. Enfin... ça le serait si tout ceci avait de l'importance, n'est-ce pas ? Personne ne meurt, c'est inconséquent. Tout reviendra à la normale. Vraiment ? On pourrait s'attendre du Boss de la Coalition qu'il soit plutôt revanchard. Et quelle crédibilité peut-il conserver après s'être fait éliminer par une nouvelle recrue, Kuro et quelques tortues ? Le blondinet se comporte comme si l'intendant pouvait simplement le souffler d'une gifle, s'écrase devant lui sans une hésitation.
Ca pourrait lui donner des idées... et d'une manière générale... comment ca va se passer, l'après bataille royale ?

Peut-être que dans certains groupes, ils seront bons joueurs et en rigoleront. Nazik doute que ca sera le cas du siens. Et que fait Jack dans toute cette histoire, au juste ? Où est-il ? Que fait-il ? Lui aussi s'est fait éliminé ?

En fond, le bâtiment s'écroule encore. Entre les arbres, l'élu de la clef est ailleurs, n'arrive pas tellement à se concentrer. Il se sent... vide... assez étrangement serein et pourtant, il a l'impression de s'être fait aspirer une large partie de lui-même. Sa clef encore en main, il s'aide d'une main contre un arbre et se penche sous la fatigue, peine à reprendre son souffle après avoir tant couru. D'une impulsion, il se sépare du tronc et tient debout après quelques pas chancelants. Vaut-il mieux pour lui fuir ou tendre une embuscade ? Difficile à dire mais... il hésite quelques secondes en s'inspectant... ca a l'air d'allez malgré ce drôle de sentiment d'être ailleurs.

Top I ou rien mais finalement, le jeune élu de la clef regrette un peu son geste. Ca lui aurait peut-être pas déplu de vivre cette aventure avec Kuro, de nouer un lien avec lui ? L'idée lui parait si naïve. Celui-ci le traite comme un subordonné, essaye en tout cas.  Nazik ne lui fait confiance en aucun cas ! Et ne peut pas lui reprocher, venant tout juste de lui prouver qu'il n'était pas plus digne de confiance que lui. Et maintenant, c'est un peu tard, l'obscurantiste ne saura jamais si ça en aurait valu la peine.
Le jeune homme soupire, détourne le regard en faisant tournoyer sa clef autour de son index.

Puis s'en ressaisit d'une poigne ferme, ce qui est fait est fait. Maintenant, quelle est la suite ? Pas question de s'approcher du Darkside sans avoir le moindre contrôle sur lui et... probablement que si Death y a survécu, on l'entendra très vite. Nazik sourit, finalement... faute de mieux, il s'en va tranquillement. Top Un ou rien, c'est son chemin et celui-ci, pour l'instant, mène aussi loin du manoir que possible.
more_horiz
Waouh. Pour l’état dans lequel il est, c’est incroyable. Ce Death est sacrément costaud ! Je reviens pas du vol plané qu’il m’a fait faire à l’instant, de ses réflexes et de son instinct pour parvenir à me choper. Et puis, c’est pas tout. La manière dont il a terrassé les deux Frères Marto, c’était impressionnant ! Je baisse le regard, m’apercevant que mon erreur a éliminé Ludwig du jeu. Kuro ne mentait pas. C’est décidément un énorme coup, digne de ma grandeur ! Lorsqu’on en sera venu à bout, on fera sûrement grave parler de nous dans les médias !

Je relève la tête, m’apercevant que l’autre complice de Kuro, ce Nazik, est en train de courir dans le sens inverse avec un sourire qui me dit rien qui vaille. Depuis le début, je me méfie de lui, il a un comportement louche, qui ne me revient pas. S’il trame quelque chose, je dois découvrir de quoi il s’agit. J’effectue donc une glissade à travers la pièce en rentrant dans ma carapace, m’assurant de la terminer au niveau d’un obstacle qui me permettrait d’être hors du champ de vision du suspect. J’en ressors ensuite et souffle un bon coup. Visiblement, les sans-cœur ne m’ont pas repéré et se dirigent plutôt vers la position de Kuro à la place.

Tant mieux. Je préfère économiser mes forces pour le vrai Boss ! D’autant que je n’ai pas emporté mon pinceau magique ni ma Junior-mobile qui seraient des atouts considérables dans la situation actuelle. L’afflux soudain d’adversaires devrait aider mon allié à se rendre compte que quelque chose cloche, mais je poursuis tout de même mon enquête, passant ma tête derrière la porte du manoir pour observer ce que fait notre fuyard à l’extérieur. La scène que j’aperçois alors ne me dit rien qui vaille.

- Nazik est un traître, que je lance immédiatement dans mon talkie-walkie afin d’avertir Kuro. Il y a un gros portail dehors qui est en train de s’ouvrir !

Je retourne dans le sens inverse. Quel bon souverain en devenir laisserait ses sbires dans une situation pareille ? Je ne suis pas de cette espèce ! Je me précipite en premier vers Ludwig, soucieux de son état. Visiblement, les blessures que ma carapace ont causé se sont déjà mystérieusement résorbées. Il me suffit de le secouer un peu pour qu'il retrouve conscience.

- Que s'est-il passé, petit maître ?
- J'ai pas le temps de t'expliquer. Faut qu'on s'assure que les Frères Marto vont bien.
- On peut les laisser derrière, me rétorque-t-il.
- Ne discute pas mes ordres !

Je lui tends la main pour l'aider à se relever. On fait de même avec les deux Frères. Visiblement, outre le fait que l'un d'eux a perdu ses couleurs, ce qui les rend de nouveau uniformes, ils vont bien. Faut qu'on sorte d'ici aussi vite que possible, sans se faire repérer, mais Kuro n'est toujours pas ressorti des cachots.

Qu'est-ce qu'il fait ? J'ai encore besoin de lui. Moi qui pensais que j'avais enfin trouver un compagnon de jeu à la hauteur. On doit toujours reprendre notre duel pour la place de Top 1 dans quelques jours. Bon sang !
more_horiz
- Nazik est un traître. Il y a un gros portail dehors qui est en train de s’ouvrir !

Le son provenant de mon talkie interrompt notre joute verbale à l’instant où je m’apprêtais à attaquer l’alchimiste de la Coalition Noire. La voix de Bowser Jr est plutôt paniquée et je comprends assez vite de quoi il en retourne. Évidemment. Je me disais bien que c’était trop facile. Que Nuzik ne pouvait pas conclure si facilement cette alliance sans arrière pensée. Il est dangereux, a un potentiel monstre, il est exactement ce que je recherche… à l’exception d’un point. Alors qu’il est sous MES ordres, ce connard, ce chien, ce fourbe de traître bafoue sans cesse mon autorité. Et putain, à quel point ce type est incontrôlable, ça me hérisse juste les poils.

- Voyez cette annonce comme une source de providence. Nous remettrons l’expérience à plus tard.

Alors que je commence à me retourner pour quitter la pièce, une silhouette sombre s’y engouffre.

- Pas si vite, m’interrompt également Salazar qui semble avoir perdu patience.

L’alchimiste jette le contenu de ses fioles dans ma direction, sûrement dans l’espoir de me faire regretter mes menaces et insinuations. Je parviens à esquiver au dernier instant mais perds également l’équilibre se faisant, chutant sur le côté. Je tente de me rattraper à une étagère sur laquelle est entreposée une véritable panoplie de l’alchimiste mais échoue, entraînant dans ma chute le précieux matériel de chimie. Salazar ne semble pas apprécier du tout le geste, mais n’a d’autre choix que de coopérer suite à l’entrée des engeances ténébreuses dans son laboratoire.

- Nuzik prévoit d’invoquer son Darkside pour se débarrasser de moi ET de Death en même temps. Je vous propose une alliance temporaire, le temps de quitter le manoir.
- Bien. Tâchez d’être utile ou je vous ferai regretter toutes ces paroles, m’ordonne-t-il avec acidité.

Je déteste sa manière de s’adresser à moi, mais je n’ai d’autre choix que de laisser couler et empoigner mon flingue, ayant eu la bêtise plus tôt de ne pas ramasser ma mitrailleuse avant de partir pour mon inspection des cachots. Je tire tout en me relevant afin de maintenir à distance les trois soldats qui se sont engouffrés dans le laboratoire. Je recule lorsque l’un d’eux tente de se jeter sur moi afin de m'assurer un coup de pied, puis je réponds en faisant un bon shoot qui l’expédie sur ses collègues. Salazar les achève d’un sort de glace, achevant de faire le ménage chez lui.

Je me soucie pas plus longuement de lui et je fonce directement là où je suis venu. Quelques sans-cœur sont toujours présents, notamment le rondouillard qui est trop gros pour être passé. Je vois les Frères Marto qui pètent une fenêtre avec leurs armes. Bowser Jr et Ludwig, quant à eux, occupent les ennemis et cherchent visiblement à se donner une voie de retraite.

- On fonce !

Je lance un sort de foudre pour les aider à faire le ménage, puis je saute péniblement par l’ouverture, suivi de mes acolytes. Bien sûr, on est poursuivis par les sans-cœur qui ont pas renoncé à leur repas. Enfin, repas… c’est ironique parce que j’ai bien vu que le Battle-Royale les empêche de prendre des coeurs. Et en arrivant dehors, je constate qu’un Darkside est effectivement en train de se laisser tomber sur le bâtiment. Je suis le dernier à parvenir à me tirer de la zone d’impact avant que celui-ci se produise. Le choc est assez violent, jusqu’à en soulever de la terre et me projeter dans les airs.

Après ça, c’est flou. La souffrance et la fatigue me montent à la tête. J’entends des voix, mais j’arrive pas à suivre les événements. Mais je m’efforce de rester conscient malgré tout. Je lâche rien.

Pour le Top 1.
more_horiz
" Raaaaaaaah... "

Tout en marchant, Nazik s'étire longuement les bras, jusqu'à se faire mal mais sans atteindre la douleur véritable, et traque les contractions inutiles, brûlantes, non loin de ses épaules bloqués. Le visage grimaçant, il peut sentir ses muscles qui, soudain, se refont fluides en même temps que son ossature se disloque dans un craquement. Puis il se relâche, cesse même de marcher tant ça lui fait du bien... et savoure son plaisir coupable. Le délice d'un étirement après l'effort est sans pareil, plus encore après ce sale coup fait à Kuro. Est-ce que les sucreries seraient aussi bonnes si elles ne vous rongeait pas les dents en même temps que vous engraissez ? Les affaires lascives des corps seraient aussi belles si elles n'effleuraient les vices ? Acheter un bien est satisfaisant mais jamais autant que de l'avoir volé. Tout ce qui est bon, tout ce qui l'est trop, a forcément un mauvais arrière-goût ou se paye d'une façon ou d'une autre.
Son sourire ne se défait pas, il est doux et léger mais profondément malfaisant. Si l'univers était fait pour être bon... pourquoi toutes les choses mauvaises seraient si exquises ?

D'aucuns disent que c'est une épreuve, qu'il faut résister à la tentation mais... quel intérêt ? Nazik ne ferait pas acte de foi sur le fait que la vertu paye, franchement. Le pauvre se sent toute chose à l'idée de recroiser Kuro, de voir sa tête et de se dire que, probablement, ça tournera de manière violente.

Dans sa ballade au coeur des ruines, Nazik fredonne les airs de violons distordus qui lui passent par la tête. L'air qui siffle entre ses lèvres est plein d'entrain mais avec un rythme désaccordé.

" Je suis préssé de le recroiser... " Le jeune homme hausse les épaules au moment de reprendre sa route, serein concernant l'avenir. " ...mais rien ne presse, on se reverra bien assez tôt ! "

Un petit bond entame son accélération pour lui donner le pas dansant, sans faire discontinuer son fredonnement dont le rythme s'excite aussi. Et sa clef lui apparait en main, sans plus de raison que ça... sans d'autres raisons que son coeur qui s'emballe, en chemin vers le transport Shinra. Il doit bien rester un vaisseau là-bas ? Espérons-le, en tout cas ! Nazik se sent bien, l'âme en joie et presque en émoi, ça valait vraiment le coup de quitter son monde. L'univers a tant à offrir, quelle idée de se refuser à le croquer à pleine dents ! Surtout quand vient le souvenir de Lulu la Sorcière. Ne reste plus qu'à trouver un vaisseau ou s'inviter mais, de la façon dont le jeune homme voit les choses, rien ni personne ne saurait résister à son entrain pour la soirée.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum