Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
" Me revoilà. " Déclare Nazik, froid mais solennel, du haut de son toit. Bras écartés, il se fait ample et donne de la voix, enjouée, bien décidé à être entendu. Puis écouté.

La discussion, entre nous, commence assez mal.

Un roux costaud met en jouge le jeune homme de son lance-roquette et, c'est dans le nom, tire son petit missile. L'obus propulsé file en fusée, laisse dérrière lui une traine de fumée. D'un geste, plus que ça, d'un revers de main inspiré par une sorcière, le jeune homme ne bouge que son bras en laissant le reste de son corps immobile. Sinon des yeux jaunes, brusquement, plus ouvert, il n'offre qu'une mine contrariée au tireur. Suivant sa main, son ombre se lève tel un drap que l'on déploie, se fige ensuite dans l'air en un mur sommaire. L'explosion est retentissante et l'ombre n'y survit pas, se disperse face à l'éclat ! Nazik en est soufflé, sans brûlures mais avec les sensations, forcé d'un bond en arrière. Quelque part blessé dans son égo, il réavance avec un pas plein d'aplomb et surplombe les ruines nouvellement formés par le missile.

" Ce n'est pas très courtois, ça. "

" Je t'avais pas reconnu. " Lâche simplement l'homme.

Nazik sent bien que des présences se mettent en mouvement, convergent vers le bâtiment et cherchent, une nouvelle fois, à l'encercler. Au moins, cette fois, il a l'avantage de la hauteur.

" Le temps que vous infestiez et je m'en vais... " L'obscurantiste ne regarde son interlocuteur que par intermittence. Ses yeux sont dans sa direction mais très régulièrement, son attention va ailleurs, se concentre sur les présences qui s'agitent. " ...on négocie ? "

" Désolé l'ami. " Ca fait sourire Nazik. Quel genre d'ami vous tire au lance-roquette ? Au moins, le ton est cordial. Peut-être trop. " Tu pourrais avoir des choses... mais tu n'auras pas ce qu'il te demande ! "

Presque amadoué par ce ton de vendeur enjoué, de savoir que ça grouille en-dessous pour le prendre par surprise et le piéger, ça préserve son scepticisme. D'un geste sec du bras, sans même lever celui-ci, Nazik fait s'arme de sa clef. Au soir naissant, l'éclat luisant de ses yeux se fait pareil à ceux d'un sans-cœur.

" Et pourquoi pas ? " Le ton est sinistre, et la question, dit ainsi, en paraitrait presque réthorique.

" Nous détestons ce mog... et en plus, le lance-roquette, je le garde. Qu'est-ce qu'on peut d'autre pour toi ? "

" Laissez-vous faire. "

La brume se lève, envahit la place en rampant avec fluidité. Sans rugir ni gémir, Nazik saute du haut de son toit, en diagonale, chute avec une lenteure surnaturelle alors qu'un corps ténèbreux se jette sur le roux. La roquette est déjà partit pour s'écraser sur le bâtiment et faire s'écrouler celui-ci, avec déjà quelques concurrents à l'intérieur rendu hors-jeu. Probablement. Une vouivre attrape le lance-roquette désarmé entre ses serres, ses griffes, ses... monstrueuses pattes, disons-le ainsi. Pendant ce temps, l'obscurantiste se rue en direction de la fontaine et dans l'eau, y cherche la cache d'arme.
Elle n'y est pas ! Ils se tiennent tous autour de la fontaine mais la fameuse cache d'arme n'est pas là... probablement pas loin, ce n'est pourtant pas là qu'elle est.

Nazik se retourne, agacé que son petit plan ne se déroule pas sans accrocs. La vouivre lui jette l'arme qu'il attrape maladroitement, encombré par sa clef et bloque finalement entre son torse et ses bras. Et interrompant sa manœuvre, la vouivre se saisit du roux par l'épaule, bat des ailes pour s'envoler ! Après une courte course pour un peu d'élan, l'obscurantiste bondit sur sa vouivre, jette sa clef qui disparait dès sa main ouverte et s'accroche.
La créature monte dans les airs...

" Où est la cache d'arme ? "

" Tu m'élimineras de toute façon. "

" Tu risques bien plus mais... allons en parler plus tranquillement. "

more_horiz
« Nous détestons ce mog » c’est un peu comme dire « Nous détestons les chatons, cette sale race »

Ouais du coup je peux pas vraiment m’empêcher de me dire que la précédente approche n’a pas servi à grand-chose. Ici, tu refais ta demande, ils veulent toujours pas. Du coup tu enlèves le chef ? Je sais pas vraiment si on peut parler de prise d’otage en l’occurence (voir titre) mais bon on s’en fiche.

En tout cas cette attaque permet à Nazik de découvrir que la cache d’arme n’est pas là où il pensait. J’avoue pas très bien comprendre comment le mog pouvait penser que c’était là, et pourquoi les gens défendent une position qui sert à rien. Ouais ok pour faire diversion, mais c’est un peu… bizarre non ? Je ne sais pas !

Mais donc, il enlève le  « chef », à la place des autres je fais garder la vraie cache d’arme du coup. Ils doivent bien se douter que le gars risque de balancer.

Par moment je me demande un peu comment tu fais certaines actions, genre ici tu parles de chute et de lenteur surnaturelle. C’est peut-être l’histoire du cerf-volant de Mary Poppins mais j’ai pas vu que tu te servais d’un objet ici. Si j’y raté la mention, au temps pour moi.

Sinon, ça se lit bien, c’est pas trop lourd, l’enchaînement de descriptions et de dialogues permet de ne pas s’endormir. J’aurais bien aimé qu’il y ait un peu plus de contenu avec le chef pour avoir de la matière à dire mais bon. Ouais je sais pas, je peux pas m’empêcher de me dire que le groupe aurait dû être plus offensif, au moins dès sa deuxième apparition. Ici ils passent un peu pour des cons qui se font avoir deux fois par un gars qui les nargue d’un sourire (première fois) et qui la deuxième apparait sur un toit. J’en sais rien hein, mais c’est pas un peu suspect.

Donc voilà si je devais redire un truc c’est peut-être que tu sous-estimes un peu un groupe de pnjs versus toi (qui n’était pas spécialement baleze à ce stade). Je trouve ça un peu dommage, c’est pas dramatique mais voilà.

Du coup j’ai hâte de voir ce que tu vas faire de ton gars, comment tu vas le faire parler, est-ce qu’il va céder ? Voilà, t’as l’idée, suite au prochain épisode !

Normal : 20XP, 200 munnies, 3PS en défense
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum