Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
« Regardez. » dis-je en levant un index vers le bout de la rue. Des voitures... un bus criblé de balles, des feux de circulation hors d'usage et finalement, un énorme bloc. Quand je dis énorme, c'est... un petit mot pour ça. Des tonnes et des tonnes de pierre, de métal et de verre, fracassés contre la chaussée et la route, écrasant des commerces, des maisons, des plus petits buildings. Et tout ça... c'est à cause de moi. Enfin ! On se calme ! Il a été détruit pour me détruire moi et toute mon équipe ! Mais disons que tu feras ce que tu veux avec cette info, mais ça fait bizarre de voir un ou deux kilomètres carré complètement ravagés pour moi. Et... bon euh. « Où est-ce qu'on va dormir si on n'a plus de maison ? » demande Fahimeh, les sourcils froncés, concentrée sur le fait de marcher avec précaution. Ouais c'est vrai que là-dedans, y aussi nos lits, nos services de vaisselles, nos habits, nos jeux. Et jusque fin février, on n'a plus rien. « Ne te tracasse pas. » Je lui souris. Je sais pas si c'est l'adrénaline mais j'ai plus du tout froid ! Et euh par contre on en parle du fait qu'on est toujours le 14 février ? Non parce que là, j'ai l'impression que ça fait deux semaines depuis la petite pause à la piscine, depuis le dernier rire que j'ai entendu. Non, mon gars. C'était tout à l'heure. La soirée tombe et depuis Roxas m'a fait une livraison, mon immeuble a été rasé et ma team s'est engagée dans une fusillade avec une autre.

C'est basiquement, et forcément, la journée qui va déterminer le reste de l'event. Si je gère pas, si je reprends pas la main, si je montre pas à tout le monde que je reste la plus balèze, je vais me faire bouffer. Communauté ou pas, Soldat ou pas, Gameuse pro ou pas. Ici je te parle juste de mental.
« On va dormir dans le garage le temps de s'équiper. Et puis on partira ! » Je regarde distraitement mon dirigeable. Pour avoir un peu traîné sur les réseaux sociaux y a quelques jours, j'ai cru comprendre que beaucoup de joueurs tentaient leur chance ailleurs. Et ça, je sais pas. A terme, pourquoi pas. Mais en soi, si t'es nul quelque part, t'es nul partout. Va au domaine enchanté, à Oerba ou au Colisée de l'Olympe, ce sera la même. Donc je partirai pas, je pense, avant d'être sûûûûûre que ce monde a plus rien à m'apporter pour la compétition !

Une vingtaine de minutes plus tard, on arrive dans le garage. Déjà, super étonnant que Fahimeh l'ait trouvé. Au rez-de-chaussée d'un bâtiment, y avait un rideau métallique et ok, d'accord, une enseigne avec des pneus mais ni vitrine, ni franchement tellement de visibilité. On fait sauter de deux balles le cadenas qui retient la barrière et on la soulève.
« Parfait ! » dis-je au bout de quelques secondes. Tout ce qu'on peut espérer dans un garage, quelques emplacements pour les voitures, de quoi les soulever pour inspecter le dessous, toute une tripotée d'outils.

« Bon ! » Je regarde les deux filles. « Vous devez me trouver des câbles, des chaînes, bref. Des choses pour mettre autour du meka ! » Parce que oui, on va clairement essayer de sauver ce qui peut l'être ! Je fouille, moi aussi. Le garage est sur trois pièces. Une première partie pour accueillir les clients, plus insonorisée, avec un comptoir, des classeurs, pas mal de paperasse en fait. Et deux pièces pour accueillir des véhicules, avec chacune deux emplacements. Dans le coin de la deuxième pièce, un petit vestiaire ! Je prends un pied de biche qui traîne. C'est pas là que je vais trouver les chaînes mais !!! J'ouvre le premier casier. Il y a trois combinaisons de mécano, nickel ! Je suis pas... si nulle pour retoucher un vêtement ! Alors là, c'est fait pour des gros mecs, mais avec un peu d'imagination, une paire de ciseaux et des épingles, j'arriverai à les faire porter aux filles ! Je les prends et les pose sur le banc des vestiaires rudimentaires, tout en regardant les tenues des filles. J'avais voulu qu'elles soient mignonnes, quand même, pour la venue de Roxas. Du coup, là... Fahimeh porte un long pull gris brodé, presque une robe en fait, qui descend jusqu'aux genoux, et avec en-dessous des bas noirs. Mais y a du sang partout, maintenant, le sien et le mien. Et Hengameh, elle, ça passe, elle pourrait garder un peu sa tenue, une tenue de sport, un jogging noir avec des bandes mauves. Mais bon, à un moment, je crois qu'elles seront contentes de changer de tenue. Je vais vers la salle de bain, juste à côté, vraiment minuscule. Et euh... oublie, c'est un grand robinet métallique mais c'est tout. Je check l'eau et soupire. Ca sera pas le top mais on pourra se laver au robinet.

Ok par contre j'ai pas fini mon tour des vestiaires ! Je reprends mon pied de biche, ignore la douleur au bras et défonce les deux autres casiers. Bonne pioche ! Je trouve des lunettes avec une monture hyper costaude. Je les mets directement. J'en aurai besoin pour bricoler, et ça détournera l'attention de ma coupe de cheveux apocalyptique. Et je profite du temps qu'il reste pour rassembler tous les outils où au moins, j'ai une idée de ce à quoi ils servent. Et je retrouve les filles, qui ont tiré près de la grille les chaînes qui pourraient être utiles ! Et... maintenant, c'est technique.
« Il faut qu'on trouve une camionnette dans la rue. Pas loin. Ca doit vraiment être dans la trentaine de mètres ! » On sort toutes ensemble, arme en main, et on se sépare. Je me dirige vers « Là !! » dit Hengameh, sans crier parce qu'on est encore ultra proches ! Elle montre du doigt un gros pick-up vert, un peu boueux. « Trop mignon ! » dis-je avec un grand sourire. Je viens mettre ma main derrière le dos de mon aînée pour lui faire le début d'un calin, avant de... Ouais. « Bon ! » Toujours mon pied de biche en main... « Fa', tu appelles Nakada ? »

Je glisse le bout du pied de biche dans la petite fente de la porte de la voiture et... je force sur l'outil, vite arrêtée par la résistance et ma douleur au bras. « Bon euh... »

« Ça sonne. »

Je regarde Hengameh qui hausse les épaules avant de prendre une grosse pierre à quelques mètres, qui... a sûrement été propulsée jusqu'ici avec la chute de l'immeuble. Elle me la tend en souriant très légèrement. « Non vas-y, je t'en prie. T'en rêves. » Et... j'ai peur de trop solliciter mon corps couvert de blessures. Je m'éloigne et me baisse légèrement. Hengameh jette comme une grosse tarée la pierre sur la vitre, éméchant la vitre assez sérieusement. Elle la ramasse et elle recommence quelques fois.

« Ah Nakada ! Comment tu vas ?! » commence Fahimeh, façon grande dame, alors que la dernière fois qu'on l'a vu, c'était dans un immeuble qui faisait un angle de 45° avec le sol. Même pas on lui a donné des nouvelles, d'ailleurs. Enfin en tous cas moi j'ai rien fait ! « Oui ! On va bien ! Di s'est prise une balle mais elle est guérie, on s'en est occupé ! » Je ris doucement. Hengameh pète enfin la vitre. Je m'approche en souriant. « Quoi ?! Attends ! Hengameh fait trop de bruits! »

« Allez abrège, Fa'. » dis-je en me rapprochant du capot du pick-up. Hengameh pose sa main sur mon bras pour m'arrêter et grimpe. Elle prend la crosse de son arme pour détruire les contours de l'impact, pour grossir le trou, et passe en faisant super gaffe, recouvrant la paume de ses mains de ses manches. Dix secondes plus tard, elle ouvre la porte de la camionnette. Je la vois, assise devant le volant, sur des débris de verre, les pieds atteignent de leur pointe les pédales d'accélérateur et de frein. Et... franchement j'ai envie de lui dire de se lancer. Fahimeh me passe enfin son gummiphone. « Nakada, désolée pour tout ça. Ca vous dérange, Kotetsu et toi de gérer Jila et Babak ? »

Je vois son soupir ennuyé à travers le combiné, et je remarque vraiment pour la première fois qu'il n'a plus ses couleurs, forcément.
« De toutes façons, on n'a pas trop le choix. Faites de votre mieux. »

« Oui ! Parfaitement ! » Je rigole. « Vous n'avez pas le choix ! Je te paierai, quand ce sera fini. » Il dit pas oui mais il dit pas non. « Bon, apprends-moi à voler une voiture ! Hengameh a fait le plus dur et est rentrée ! »

« C'était le plus facile. Ok bon, montre-moi. » Je change la caméra pour filmer ce qu'il y a devant moi.
« Ah... Je préfère ça. » dit-il alors que je filme les pieds d'Hengameh qui frôlent le plancher de la voiture. Je fronce les sourcils.
« Ta coiffure est tellement « Ahahah super drôle. » Je lève les yeux. Je regarde Fahimeh et lui fais un signe avec ma main libre pour qu'elle se concentre sur la surveillance de la rue. Je reviens sur Hengameh. « Je peux m'en occuper ? »

Je... la regarde fixement. Et j'hésite. En soi, je dirais oui mais... j'ai un peu peur d'être la pire tutrice de l'année si j'apprends à une gamine de 13 ans d'Agrabah à tirer une voiture. Je... « Bon et puis, oui, vas-y ! »

« Ok... rapproche-moi, Di. » Je m'exécute, un sourire aux lèvres.
« T'ouvres le boîtier en-dessous du volant. Donc euh... euh... » Hengameh commence à faire un truc, genre, elle se penche... mais style, tellement... ses jambes bougent pas, presque. Mais son thorax vient toucher ses genoux, comme si c'était facile, elle se retrouve la tête devant la boîte à fusible. 
« souple... » commente Naka. Et là, il part dans son truc. Genre... tu sectionnes le cable bleu avec tes dents, puis le cable jaune, et tu les joins, bref tout ce que tu as vu dans les films mais que tu te demandes si c'est du sérieux. J'écoute zéro. Mon seul objectif, c'est d'accumuler des preuves. Je... mitraille, je prends quinze mille photos, je zoome sur ses mains, je dézoome pour la voir se contorsionner pour atteindre tous les fils, pour la photographier alors qu'elle se redresse pour s'essuyer le front.
« Euh Di, tu peux rester sur les fils ? »

« Ouais ouais. » Rêve, mon gars. Je continue mon truc, j'essaie de me mettre à genoux pour avoir un différent point de vue, pour la voir en contre-plongée. Et puis j'arrête carrément de filmer l'aînée pour prendre quelques photos de Fahimeh, son pompe dans les mains, en train de check tout ce qu'elle peut, super vigilante. Le sang sur les vêtements, c'est... enfin disons que j'en ferai d'autres où elle sera plus propre. Là elle est badass, mais...
« Di. »

« Oui ! Rolala... » Je reviens vers Hengameh et... le moteur s'allume ! « Génial !! » Hengameh crie de joie ! « Viens Fa', monte derrière. » Bon et t'as compris. Je suis un métronome, là, je passe de mauvaise humeur à bonne humeur, de méga énergisée à crevée de ouf. Et là je suis dans un mood photo. Mais bon, il faut quand même que je conduise. Hengameh va sur le siège passager, on met toutes les chaînes à l'arrière du pick-up. Et je démarre pour me diriger vers le meka, à quelques rues de là. On y arrive assez vite. Même situation, y a dix jours, on se faisait canarder. Mais là... les concurrents se font calme. Ou alors ils savent que si on a tenu jusqu'ici, c'est qu'on vaut pas le coup de prendre des risques. Je sais pas. On arrive au meka, Fahimeh qui continue de veiller, et... on enroule les chaînes et les cables un peu partout autour du meka. On met toutes les pièces détachées dans le pick-up, on attache les cables et tout ça à l'arrière de la voiture. Et on traîne la machine jusqu'au garage, qu'on rentre, avant de fermer le rideau métallique pour nous enfermer vite fait à l'intérieur. Je regarde les filles. On est toutes les trois assez contentes, je pense !

« Et... maintenant, afk retapage pour moi. Vous allez vous reposer. Demain matin, vous vous sentez capable de mener une expédition ravitaillement ? Il nous faut de quoi tenir quelques jours, et on n'a rien à manger ici. » Elles hochent la tête. Je soupire en voyant la machine en pièces, la visière démontée, les bras détachés, une face défoncée... Je sais même pas par quoi commencer.
more_horiz
On recommence directement dans les décombres du bâtiment de D.Va. Et effectivement, il y a une question tout de même primordiale qui se soulève, maintenant : où est-ce qu’elles vont dormir en attendant la fin du mois ? Réponse : le garage. Et en conséquence, une fois qu’elles y arrivent, tu nous poses vraiment bien le décor. On se visualise bien le truc ! Bon, par contre, j’ai rien compris à pourquoi elle veut saucissonner le meka avec des câbles et des chaînes. Genre, je sais qu’elle veut les réparer, mais vis-à-vis de ça, je vois pas trop l’intérêt ? Après, c’est sûrement car j’y connais justement que dalle ! J’aurai sûrement l’explication plus bas.

Ah bah, c’est ce que je disais. J’ai à peine avancé d’un paragraphe que je me suis rappelé d’un truc pas anodin… Ça ne se transporte pas tout seul. Donc c’est pour amener au garage. Donc suite logique, il faut trouver une voiture car la machine est largement trop lourde pour leurs petits bras. D’où le fait que t’as bien insisté sur l’espace qu’il y a pour accueillir plusieurs véhicules, d’ailleurs ! Pas spécialement surpris de l’élimination de Nakada par l’effondrement de l’immeuble. Enfin, je le voyais déjà comme une éventualité.

Bon, en tout cas, on est sur un texte très léger qui se lit tout seul. Genre on a un échange super naturel avec Nakada avec sa blague de la coiffure, D.Va qui se sent horrible à l’idée d’apprendre à voler une voiture à une gamine qui vient d’Agrabah. Par contre, hein ? Pourquoi D.Va prend des photos ? Pourquoi est-ce qu’elle a besoin de preuves ? Elle va quand même pas balancer ça sur les réseaux ? Surprised

Enfin, c’est fini, j’ai au final rien raconté de bien intéressant. Je reste content du fait que ce que j’attends va se produire au prochain rp, parce que moi, là, j’attends surtout de voir ce rp qui était un peu annoncé juste avant, je veux trop voir D.Va dans le rôle du mécano ! ^^ J’ai légèrement hésité sur la difficulté, mais je pense rester sur facile parce que le plus délicat du rp (le vol de voiture), c’est Hengameh qui s’en est chargé ^^

Exploit accompli !

Facile : 10 points d’expérience, 100 munnies, 2 PS en Psychisme.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum