Elle est quand même cool cette caisse, tu crois qu’on pourrait la garder ?



Rude ? Oh, tu m’écoutes ?

Je conduis. Si tu veux la garder, t’as qu’à voir ça avec le président.

Hm…

Rabat-joie ce type. Je l’aime bien mais il est peu trop… trop. Depuis que je le connais, depuis qu’on est gosses, il a toujours été comme ça. Mais c’est un homme d’action, on peut pas lui en vouloir. Tu peux pas compter sur lui pour avoir une oreille à qui parler, mais quand il s’agit de bosser, il est là. Je me redresse sur mon siège pour regarder la banquette arrière. Juget est toujours dans les vapes, les jambes repliées contre son ventre, allongée avec sa tête sur les cuisses de Freyra.

Je t’ai à l’oeil, toi aussi. Commence pas à profiter du fait qu’elle dort pour la-

Tu vas pas t’y remettre ? T’es lourd, Reno.

Bon, bah comme ça c’est fait. On va se taper une ambiance de merde jusqu’à ce qu’on arrive, c’est cool ! J’imagine que ça la dérange pas si je recule mon siège ?

J’attends pas de réponse, je le fais, et j’en profite pour ouvrir la fenêtre. Je penche le siège en arrière, j’appuie sur le bouton pour ouvrir la fenêtre et je pose mes pieds sur le rebord, croisant les bras derrière la tête. Je regarde la ville défiler sous mes yeux, les gangs et tout les tordus qui habitent ici ont pas chômé, c’est sûr. J’imagine même pas comment ça se passe à l’intérieur des immeubles, mais bon ça c’est pas mon problème.

Hé… Vous croyez qu’on va avoir une prime avec tout ça ?

Peut-être.

Faudrait que j’essaie de poser une question à laquelle tu peux pas répondre en deux mots, un de ces quatre. Madame la goudou ? Un avis sur la question ?

Elle soupire. C’est possible, mais je n’en serais pas si sûre. On ne fait que notre boulot.

Elle a pas tort. Nous sommes des Turks, et quand t’es Turk t’as pas de vacances, t’as pas de week ends, rien. Le Président appuie sur un bouton, et tu débarques dans la minute. Le seul moment où tu peux te reposer, c’est quand on a pas besoin de toi. Ça peut durer une journée, comme ça peut durer trois semaines. Faut dire que le président est pas non plus une enflure. Enfin pas en comparaison de comment il traite ses autres employés, mais ça va, y’a une entente. Puis mine de rien on est peut-être les seuls à être aussi proches de lui même si…

Hé ! Vous croyez que Scarlett et le Président ils ont… je joins les deux bouts de mes index, le sourire aux lèvres.

Je n’en sais rien, et je m’en moque, ça ne nous regarde pas.

Non mais je suis pas fou, allez ! Y’a un truc non ? Vous… vous avez rien vu ?

Ça fait des années qu’ils se tournent autour, ça t’étonne tant que ça ?

Non, je dirais pas que je suis étonné, bien sûr. Mais… putain, mais ça vous intrigue pas ?

Sa cravatte.

Qu’est-ce que … quoi sa cravate ?

Le noeud est toujours parfait, et elle est toujours droite.

Oh… tu m’avais jamais dit que tu reluquais le président, petit coquin !

Je vais pour lui pincer les cotes, mais il m’en empêche avec son bras.

Ce que je veux dire, c’est que quand ils sont revenus, sa cravate était froissée, son noeud un peu défait et sa coiffure moins soignée.

Des fois il me faisait peur. Il était là, il disait rien. Puis d’un coup, il te mettait à te sortir des trucs que personne ne pense à regarder.

Ça ne veut strictement rien dire, les gars, dit Freyra en se moquant un peu de nous. Eux aussi ont été attaqués, je vous rappelle. Ça peut très bien être à cause de ça. Je crois que vous êtes les plus mauvais enquêteurs de la Shinra.

Je me retournais et la vis caresser les cheveux de Juget.

T’as conscience que si elle était réveillée elle te mettrait son poing en plein dans la figure ? Non, je me retournais face à la route. Moi j’suis sûr que y’a eu des trucs chez Scarlett. Il m’a fait comprendre qu’ils voulaient être que tout les deux. Si c’est pas pour ça, je vois pas.

Oui, ça c’est louche.

Ah ! Tu vois que ça t’intéresse en fait ! Oooooh, tu lorgnais peut-être sur Scarlett aussi ! Elle est pas un peu vieille pour toi ?

Tu ne sais vraiment pas t’arrêter ? Dit-elle en levant les yeux au ciel. Rude, pitié, dis-moi qu’on est bientôt arrivés.

Encore une demie-heure.

Oh, moi j’aime bien les trajets en bagnole.