Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
La brume se lève, sans prévenir, elle envahit les lieux. La saturation grise du brouillard efface celle des concurrents présents. Ils sont plusieurs à s'être alliés, en attendant probablement le bon moment de se trahir. Personne ne croit un seul instant que le phénomène soudain soit naturel. La danse mystique de la brume est trahi par sa vitesse anormale. Les yeux fermés, et le pas souple inaudible, Nazik n'a que peu d'intérêt pour leurs paroles. Ils se perdent vite de vue, se parlent pour se situer et surtout, se demande bien ce qu'il passe. En silence, aussi doux qu'on danse, l'obscurantiste avance à pas lent et inaudible, clef en main. Il avance au travers de la brume tendre, l'a caresse de sa démarche féline pour ne pas en agiter le voile grisâtre.
Dans l'obscurité de ses paupières closes, leurs présences brillent comme des éclats dans le noir, plus radieuses que des étoiles dans la nuit.

Et à l'image de celle-ci, brillent encore alors qu'elles sont déjà éteintes.

Le son d'un coup retentit. Son fracas fait soudain s'agiter la brume par les corps surpris qui y trainent encore. Le coeur qui bat sous l'adrénaline d'un pic de violence, le concurrent n'est pas mort mais hors-combat, hélas incapable d'alerter ses alliés. Hélas pour qui ? Toujours aussi calme, Nazik sait quelqu'un venir à lui sans le savoir. Peut entendre sa course effrénée même aux travers du brouhaha des quelques concurrents en panique. Il s'arrête face à lui, se décale lentement sur le côté et brandit son arme à deux mains, en direction du ciel étoilé.
Le son d'un autre coup retentit.

Son coeur se met à battre, plus vite et plus fort, lui-même respire plus frénétiquement. Il calme sa respiration comme on tient un fauve en laisse, doit rester calme à tout prix, en maitrise. L'effort de se maitriser ne cède pas à la brève jouissance de se laisser allez. Et ce n'est pas tant jouissif que d'intercepter un troisième adversaire. Le son d'un autre coup retentit, puis la bruit de quelqu'un qui chute non loin... vers lequel l'obscurantiste s'approche tout tranquillement.
C'est le dernier, la dernière. Peu importe.

Celle-ci fuit, sans se retourner devine-t-on, s'en va si loin que sa présence s'efface à Nazik et pour l'instant, c'est suffisant. Ses yeux se réouvrent et la brume se retire. Sans attendre, il va jusqu'à un concurrent K.O et s'y penche, en tâtonne les poches puis les fouilles. Ce ne sont pas des armes qu'il cherche, ça, il a bien assez d'atout dans sa manche pour s'en passer. Le premier n'a rien d'autre qui saurait l'intéresser à part trois barres chocolatés. Le deuxième a déjà un sac à lanière, semblable à celui d'un facteur, desquels le jeune homme récupère quelques canettes de sodas plus trop fraiche et un banane.
Assis une jambe le long du sol et l'autre replié, Nazik s'offre donc une pause qu'il estime bien mérité après son duel acharné face à la sorcière.

L'ennui le guette mais ne peut le déranger, du repos lui fait du bien. Dormir serait un luxe... et en effet, ce que souhaite le jeune homme ici, c'est un refuge, un abri. Il pose délicatement une canette à ses côtés et grignote une friandise, tapote sur son gummiphone de l'autre main. Quel monde pourrait bien être paisible, au vu de la Bataille Royale ? Probablement aucun.
Des airs de pianos sournois et des violons orchestrales résonnent dans sa tête... lui rêve de grandes machinations... rêve soudain des ténèbres mais dans les faits, ca reste abstrait.

Et qu'est-ce que ça à voir avec la Bataille Royale au juste ? Pourquoi cette envie si soudaine de faire le mal ? Après un soupir lâs, le jeune homme range son gummiphone, se lève et marche, un peu au hasard, n'a que pour seul direction la ville. Ca ne lui parait que maintenant mais... le monde parait soudain bien plus calme... il doit y avoir beaucoup moins de concurrents maintenant. Et ceux-ci doivent être bien plus prudents.
Ce jeu-là, plus sournois, l'attire déjà plus que quelques batailles effrénés.

Au final, il se dit que ce jeu commence à devenir ennuyeux... où bien est-ce la sorcière qui lui manque ? Ce n'est pas impossible mais même elle, une fois l'action passée, la rencontre parait creuse. Nazik voudrait... quelque chose qui ne soit pas inconséquent, quelque chose de marquant et au milieu de cette bataille royale, à cause du contexte, ça lui parait impossible d'accéder à quelque chose de prenant. Ce doit être la fatigue qui le fait si dédaigneux... un abri pour dormir, voilà sa prochaine destination alors, au hasard, il erre jusqu'à la ville pour se retrancher quelque part. Dans une cave, ou autre, quel endroit pourrait bien le laisser dormir sans se faire éliminer ?
Ce jeu commence très certainement par l'épuiser mais, il l'espère bien, la récompense en vaut la chandelle.

Puisque le chemin est long jusqu'à la ville du Jardin Radieux, nous le passerons sous le silence et après tout, il n'y eut pas d'action jusque là. Ni interaction. Simplement cette drôle de tension à se dire que, n'importe où et n'importe quand, une personne saturée peut surgir de nulle part un lance-roquette à la main. Et c'est peut-être plus fatiguant encore que l'effort ou le manque de sommeil. Pourtant, c'est peut-être ce qui plait le plus à Nazik.
Il sourit... un légo vient, et sur son ordre, tout le monde révèle le serpent qu'il est vraiment.
more_horiz
Déjà, niveau timing, on sait qu’on est au matin, mais à part ça… Tu ne parles vraiment pas du tout du temps qui passe et de où on en est. Si ça tombe, dans ta tête c’est vraiment « on est le jour où j’ai posté le rp » mais dans ce cas-là ça veut dire que t’es au jardin radieux depuis déjà quelques jours. En tout cas vu que tu dis te reposer des suites du combat avec Lulu, on peut supposer que ça se passe le lendemain matin (le rp avec Lulu s’étant déroulé la nuit si je ne m’abuse).

Donc, Nazik se balade, il entend quelqu’un venir, j’imagine que ça a rapport avec la série de compétences sonar, donc ok, ça me va. Puis il trouve un corps qu’il se met à fouiller pour ensuite décider de faire une petite pause. Et là…

On sent peut-être un peu plus la personnalité du personnage que dans les autres rps. Dans les premiers rps, il se contentait de se battre, d’agir, sans vraiment qu’on sache ce qui lui passe par la tête même s’il semblait avoir des lubies. Dans le rp avec Lulu, on te retrouve fasciné, passionné. Ici, nous avons affaire à un Nazik…blasé ? Le temps passe (encore une fois on ne sait pas à quel point mais bon…) et il s’ennuie.

On a l’impression que c’est le genre de personnage qui cherche juste à trouver un sens à sa vie, ou je sais pas, un sujet de distraction. Genre ouais, que son âme est limite vide, qu’il n’a pas de vraies émotions, qu’il cherche juste quelque chose à faire. Il revient même sur le rp précédent en disant qu’à présent la rencontre avec Lulu lui semble creuse alors que sur le moment même, elle l’exaltait. Comme si… c’était un genre de drogue, qui sur le moment t’apporte quelque chose et qu’après ça te semble vraiment sans importance. Je suis peut-être partie loin hein, mais bon, vu que j’ai pas mal de rps à lire, j’essaye de comprendre comment fonctionne ton personnage, sans avoir lu ta fiche, et je me dis que ça peut être un point de vue intéressant.

Niveau fautes, j’avoue avoir fait moins attention, ici. Ah si

« Il avance au travers de la brume tendre, l'a caresse »

C’est une erreur assez commune en fait, le coup de confondre la et l’a. Et je vais partir de l’idée que tu fais l’erreur pas par distraction mais parce que tu n’es pas assez rigoureux dans ta compréhension de la syntaxe. Une façon facile ici de vérifier si c’est « la ou l’a » c’est de remplacer le « la » par  « le », c’est à dire le mettre au masculin. Si tu peux écrire « le caresse » c’est la qu’il faut mettre, parce que ça n’aurait pas de sens d’écrire « l’e ». Comme tu l’as écrit ici, ça donne l’impression que tu commences un passé composé « l’a caressé » puis tu mets le verbe au présent au pas au participe passé. Et non seulement la concordance n’aurait pas été bonne, mais ça n’a pas de sens de mettre un auxiliaire (avoir) puis un verbe au présent. Mais comme je le disais, le plus simple est encore de faire le petit check du « le », pour vérifier que « la » est un cdv ou un cod (complément d’objet direct) et pas un cod + suivi de l’auxiliaire avoir.

Bref !

Très facile : 5XP, 110 munnies, 1PS en dextérité
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum