Kingdom Hearts RPGConnexion
Bravo à tous
Rufus Shinra Top-1 !
Rp final

more_horiz
La lourde porte du temps d'Etro tourna sur ses gonds. A l'intérieur, il était sûr de ce qu'il allait y trouver. De qui il allait y trouver.

Presque dix jours déjà que l'annonce du plus grand "défi de tous les temps" avait été faite par un énèrgumène qui sortait de nulle part. Dix jours maintenant que le Domaine s'était transformé en champ de guerre. Une Troie moderne sans Danaens, où les frères se battaient les uns contre les autres dans la seule optique de survivre un jour de plus. Jour après jour, les concurrents diminuaient. Mais Fabrizio gardait un objectif simple et avait, au cours des soirées passées cachées dans le millier d'endroit qu'il avait appris à connaître dans cette citadelle, il avait développé sa liste. Ses cibles.

Il n'avait pas encore retrouvé Aubrey. Elle savait se cacher ; même s'il ne l'avait cherché que les premiers jours, pris d'une rage sans borne crée de la trahison de cette dernière ; il n'avait pas réussi à savoir où elle se terrait. Peut-être avait-elle déjà été éliminée. Mais il en doutait ; elle était très maligne.

Sa prochaine cible se trouvait devant lui ; à mesure qu'il s'approchait dans le grand bâtiment de pierre, les détails de son armure se précisaient. L'étincelant camail des Paladins et sa hallebarde faisant son renom. Devant lui se tenait Hylla ; comme de juste, dans le Temple où il savait qu'elle pouvait prier des heures durant. A l'entente du son de la lourde porte en chêne, elle s'était redressée. Désormais, les deux combattants se faisaient face.

"Toujours en vie. Décidément, on aura beau se pourrir la vie les uns des autres, je doit reconnaître que la valeur des Paladins n'est pas usurpée."

Un sourire sur son visage pâle : Hylla était une femme de peu de mots. Mais son regard d'acier était sans équivoque. Quiconque entrait dans on domaine était voué à périr.

"Tu es entré dans la maison d'Etro habité de viles intentions. La Déesse m'aidera à corriger ce tort."

Fabri hocha la tête ; il tendit le bras sur le côté, sa keyblade apparut. Au même moment, la jeune femme en face de lui se mit en garde. Hallebarde au côté, elle se courbait déjà dans une avancée éclair.

Une avancée terrifiante ; son armure étincelant dans la lumière des vitraux.

Il n'y eut plus de temps pour l'admiration. La femme qui lui avait sauvé la vie lors de l'attaque du dragon quelques années auparavant ; son dernier souvenir avant qu'il se noie dans la douleur, fondait sur lui comme un rapace.

Leurs armes se rencontrèrent sans un choc qui retentit contre les murs de pierre. Un coup, puis deux dans un ballet rapide. Fabrizio para le premier du revers de sa lame ; il parvint à éviter le second et recula. Mauvaise approche.

Hylla prit une garde haute ; comme si elle marchait sur un fil, elle avança. Deux pas lents puis une allonge qui manqua de lui arracher une partie du visage. Cette fois, son esquive ne fut pas aussi belle ; il roula sur le côté.

La situation était tendue ; Hylla portait une armure complète et lui, non. Sa keyblade était bien trop lourde pour qu'il puisse espérer y ajouter le poids d'une armure et espérer vaincre le Paladin. Il avait du choisir. Il put se redresser rapidement et contre-attaquer pendant qu'elle même reculait.

Chacun connaissait les techniques de l'autre. Mais seulement en théorie. Hylla avait passé sa vie au Domaine ; son style de combat était caractéristique des lanciers de ce monde. Reprendre une arme à deux mains lui avait permis, en revanche, de réadopter le style avec lequel il avait appris à combattre ; celui des gardes de la Cité des Rêves. Progressivement abandonné au profit du plus standard modèle du Domaine au cours de ses années passées parmi les Templiers, il lui était revenu naturellement.

Incapable d'oublier d'où il venait, c'était peut-être ça qui allait lui permettre d'outrepasser la garde impénétrable de la femme contre qui il se battait.

Sa keyblade disparut ; il put se rapprocher de Hylla jusqu'à la frôler, pour faire réapparaître son arme et la frapper sans sommation. Surprise ; elle tomba au sol dans un bruit métallique et un cri.

Il en faudrait plus pour l'abattre, car déjà, elle se relevait. "On varie les plaisirs, à ce que je vois." Son casque était tombée ; restait son camail étincelant d'où s'échappaient des mèches d'un blond clair, presque blanc.

"J'affronte pas n'importe-qui, je serais pas venu sans proposer quelque chose de neuf."

Presque une pause ; le temps de reprendre leur souffle. Elle faisait un pas a droit, et lui la suivait, par la gauche. Ne cédant pas un bout de terrain. "Tu as même dégagé les chaises, c'est une bonne idée." Fabri avait pu observer ce détail ; la nef était soigneusement préparée pour le combat.

Pas de réponse, mais une attaque. La rapidité de ses mouvements était telle qu'il avait du mal à la suivre. Jouant des coudes face à elle, il la repoussait avec sa lame, la faisant disparaître afin de se rapprocher en un éclair, pour la frapper derechef. Mais cela ne prendrait plus. Non seulement elle parait son attaque mais elle le repoussait d'un coup de manche bien placé. "Pas deux fois, Valeri !" lança-t-elle.

C'était comme un défi qu'elle lui lançait. Mais, loin d'être idiot, il n'allait pas se relancer à l'assaut avec la même technique.

Le combat s'annonçait des plus intéressants.

_______________________________
Fiche de Compétences

Spoiler :
Le courage du Paladin.
La dame du Haut Château Oh-shi
more_horiz
L'écho des coups rebondissait contre la pierre du temple d'Etro, encore et toujours, à la mesure de l'engagement du Templier et du Paladin. Alors que chacun cherchait à gagner du terrain sur l'autre ; le temps n'avait pas d'emprise sur eux et il aurait pu se passer mille ans. Quelques secondes avaient, en réalité, passé malgré leur fatigue. Malgré chaque détail que l'un repérait chez l'autre ; un coup d'œil, un geste maladroit. Quelque chose qui aurait pu signifier un ascendant.

Ils se battaient de manières différentes mais leur intuition, leur apparente réflexion était presque la même. Une chose qui surprenait l'un comme l'autre.

"Tu devrais me laisser gagner, Hylla !" lança-t-il alors qu'il évitait ses coups et s'était dirigé rapidement vers les bas-côtés, derrière les imposantes colonnes qui bordaient le vaisseau central, dans la nef du temple.

La jeune femme roula des yeux. Sur ce point, oui, ils étaient différents. Elle n'avait pas besoin d'entretenir une conversation vu que Fabrizio la tenait à lui tout seul. Mais tout de même ; elle se demandait bien pourquoi.

Peut-être parce qu'elle n'espérait pas bouger d'ici et ne voulait pas de la victoire. Elle aussi avait suivi l'annonce de Lord Business. Mais elle avait filé au Temple plutôt que de participer dans le massacre en règle qui avait suivi. Elle s'était contentée de tenir position, se nourrissant des réserves des Hauts-Prêtres.

Etro lui pardonnerait, après-tout, elle gardait sa statue, son Temple. Le Saint des Saints des croyants en les Eternels et leurs déesse-mère.

Elle ne pensait pas plus des Templiers que des soldats du rang ; eux couraient les rues, accomplissaient tout ce qu'il y avait à accomplir au Domaine. Les Paladins eux, gardaient le Primarque, gardaient la Foi. Certes, il  était malaisé d'être un Paladin avec le Primarque emprisonné… Depuis la mort d'Angeal, cela avait été compliqué. Mais c'était diminuer la complexité qu'avaient été les choses avant son trépas. Elle n'était pas une armure sans âme. Compréhension, curiosité. Elle était humaine animée de ces sentiments de des dizaines d'autres.

"C'est mon anniversaire !"

Un coup résonna contre un pilier.

Elle ressentait aussi clairement de l'énervement. "Je vais te faire passer l'envie de t'amuser dans un lieu sacré. Sors de là et bats-toi, Templier !"

_______________________________
Fiche de Compétences

Spoiler :
Le courage du Paladin.
La dame du Haut Château Oh-shi
more_horiz
L'éclat du soleil au travers des vitraux était immuable. Peu de temps s'était passé depuis le début de leur combat mais les deux adversaires commençaient à se rendre compte qu'il ne durerait plus longtemps. Leur souffle était désormais le son répété en écho par les parois du Temple d'Etro. Ereintés, les adversaires cherchaient la fin de l'autre, respectivement.

Hylla maintenait la même garde ; élancée, gracieuse comme la Déesse elle-même. En parallèle exact avec la statue immense qui logeait dans le transept du Temple. Ses pieds comme sur une ligne, sa lance parallèle au bout de ses bras levés. Et elle repartait à l'assaut.

Fabri avait compris que le moyen de gagner ce combat était de faire apparaître et disparaître son arme de manière à ne pas trop se fatiguer. Esquiver était plus facile quand une arme à deux mains se retrouvait sans aucun poids ni aucune apparence. Il avait trouvé une certaine confiance dans l'apparition de la keyblade, désormais. Elle apparaissait dans ses mains au moment de porter un coups, puis disparaissait lorsqu'il devait esquiver et battre en retraite.

C'était à son tour d'attaquer, pensa-t-il au moment où Hylla reculait. Son coup de hallebarde n'avait pas touché et elle s'en reculait, toujours sur le qui-vive. A juste titre.

Fabri repartit à l'assaut, comme les fois précédentes. Mais cette fois, il ne chercha pas à frapper là où elle s'y attendait. Au dernier moment, il passa à côté d'elle, comme s'il avait raté son coup et cherchait déjà à s'éloigner. Seulement, au moment de ce faire, il fit apparaître son arme et frappa d'un large coup de taille qui frappa la jeune femme de plein fouet.

A ce moment il n'y avait plus aucune règle qui tint. Hylla était son ennemie et il avait déjà perdu trop de temps. Profitant de l'avoir déstabilisée, il frappa derechef. Un coup de haut en bas, frappant le Paladin à l'épaule dans un bruit de tôle. Puis une fois de plus ; cette fois d'estoc, directement sur le plastron, sous la poitrine là où son armure accusait un relief esthétique qui, en déifnitive s'était révélé à son désavantage.

La jeune femme tomba à terre et son corps perdit sa couleur.

Essouflé, Fabri n'eut pas le temps de célébrer sa victoire. Son travail ici était fait ; il quitta la nef de la cathédrale par la petite porte ettenante au déambulatoire. Il retourna les lieux rapidement ; ils étaient déserts. Jusque dans les étages et le clocher. De toute évidence, le Paladin avait fait un travail absolument incroyable de protection et de gardiennage des lieux. Intouchés.

Ils allaient probablement le demeurer maintenant que les choses se calmaient et que les combattants se faisaient plus rares.

Fabri quitta les lieux définitivement, toujours à la recherche de sa cible. Il y avait encore quelques ennemis qu'ils craignait dans ce monde ; Pentaghast, surtout, quelques Templiers qui pouvaient avoir fait équipe trainaient à l'arrière de son esprit. Aub pouvait les avoir rejoints. Il avait cru en une alliance mais c'était désormais la dernièr chose à laquelle il pensait. Il y avait Bryke aussi ; nul doute qu'il avait survécu ou était tombé dans un combat de tous les diables.

Angeal aurait survécu bon nombre de jours s'il était encore là.

Que faire une fois Aubrey éliminée ? Il ne pensait pas rester ici, et réfléchissait encore à son point de chute. Un endroit calme où il fut sûr que rien ne puisse le tuer ou venir le chercher. Idéalement, un endroit que lui-seul connaissait. Déjà, quelques idées venaient à son esprit. Il avait encore le temps avant de pleinement y songer mais, c'était un bon plan que de commencer à y réfléchir.

Passant par les ruelles qu'il connaissait bien, Fabri ne voyait que des volets clos et des ombres ; personnes ayant depuis longtemps été éliminées.

Un sifflement caractéristique le fit se jeter sur le côté ; un pur réflexe auquel il ne pensa même pas.

La flèchevint se planter à quelques mètres de lui, bientôt suivie par une deuxième. Celle-ci à quelques centimètres de son visage ; sur la planche du mur derrière lequel il s'était abrité.

Peu de personnes étaient capable de tels tirs.

"Un mauvais choix de cible, Ronce !" lança-t-il. "Si tu veux en parler, montre-toi, je te tuerai pas !" ou pas tout de suite.

Pas de réponse. Aussi, il n'en doutait pas. L'archer des Templiers n'avait jamais été des plus bavards. Il avait survécu jusque maintenant - un bon boulot. Mais Fabri n'en doutait pas. Plus tôt, il pensait à quelques personnes qui auraient pu survivre. Ronce était de ceux-là. Lui et sa soeur Senrith étaient tous indiqués...

Il aurait voulu le lui demander. Savoir si elle aussi était encore en course. Quelle plaie elle pourrait être si, alliée à son frère, elle lui joignait sa hache.

Un souffle l'expulsa en arrière - une pulsion magique. Surpris, dérouté, il recula jusque dans une ruelle.

Ni Ronce ni Sen n'étaient mages.

Bientôt, des pas se firent entendre dans la ruelle ; il dégaina son arme. Il vit clairement la stature élancée de Senrith qui s'approchait de lui.

"Un mauvais choix de cible, c'est c'que vous dites, commandant." elle avait un sourire mauvais sur son visage tatoué.

Ils étaient donc trois.

_______________________________
Fiche de Compétences

Spoiler :
Le courage du Paladin.
La dame du Haut Château Oh-shi
more_horiz
Il évita un coup de hache rapide qui lui aurait probablement... et bien qui lui aurait enfoncé une cognée de hache en biais dans le visage. Il n'avait pas besoin de ça. Senrith ne portait pas l'amure de Hylla et cela se ressentait. Mais Fabri ne portait pas non plus son armure et sans son arme, il était aussi rapide qu'elle.

Il bloqua le bras de son adversaire et le dévia, lui portant un coup au sternum. Senrith répliqua d'un coup de tête ; sommaire et efficace. Sonné, Fabri recula ; il fit chuter une pile de pots posés dans la rue afin de mettre quelque chose entre lui et Sen. Les quelques secondes qu'elle prit lui permirent se reprendre ses esprits et de lui lancer un pot dans la tronche. Il l'attrapa par les cheveux. Senrith grogna de douleur alors qu'il la traînait hors de la rue. Sans rien dire ; il attendit en serrant les dents.

Il y avait une chance que ça marche, et plus d'une que non.

Le son d'une flèche tirée depuis la planque de Ronce. Le corps de Senrith se tendit d'un coup puis tomba contre lui. Une flèche au milieu de la poitrine.

Il pouvait voir, au loin, le visage de son adversaire déformé par la rage.

Mais son triomphe ne dura que quelques secondes, peut-être moins. Retourné dans sa ruelle afin d'éviter de se prendre une flèche, il était tombé tête la première. Sans rien comprendre, le nez dans la boue et dans tout ce que l'on pouvait trouver dans la boue d'une ruelle des quartiers de la Citadelle.

C'était un sort de foudre ; l'odeur, comme des pavés  mouillés par la pluie qui l'accompagnait, était reconnaissable entre mille.

Il avait deux choix, songea-t-il en choisissant dores et déjà le deuxième. Rester ici et laisser le mage arriver à sa portée ou repartir et ne pas pouvoir l'atteindre. Il avait tout son temps, en vérité. Mais l'évidence le prenait à la gorge ; il devait quitter ce monde. Non - se venger de Aubrey et quitter ce monde.

Il resta à l'autre bout de la rue, caché derrière un mur. Pendant quelques longues secondes, il resta coi ; presque songeur. Il parcourut les quelques rues qui le séparaient de la muraille. Il longeait cette dernière, cherchant à rejoindre la position de son ennemi et en mettant de la distance entre lui et le mage. A deux, ils étaient affaiblis.

Il avait vu Ronce ; posté sur un balcon. Mais il avait déjà bougé ; c'était inutile de chercher à la rejoindre. C'était peut-être même inutile de le chercher tout court ; il pouvait partir maintenant.

Non. Il s'arrêta.

Ronce était furieux d'avoir éliminé lui-même sa sœur - ce n'était pas de sa faute, mais c'était bien fait pour lui. Fabri ne le connaissait que peu ; cependant il le savait très proche de sa sœur jumelle, Senrith. Et de personne d'autre, c'était le problème. Qui était cette troisième personne sinon un proche, un frère ou un parent ? Sciemment, il longeait les murs en silence, restant tranquillement hors de vue tandis que le temps passait, inexorable.


Dernière édition par Fabrizio Valeri le Lun 22 Fév 2021 - 22:14, édité 1 fois

_______________________________
Fiche de Compétences

Spoiler :
Le courage du Paladin.
La dame du Haut Château Oh-shi
more_horiz
Le temps continuait sa course ; le soleil était invisible derrière une couche de nuages qui s'était désormais installée. Le temps couvait la pluie. Fabrizio, lui, attendait son adversaire. Fuir ne lui servirait à rien ; son adversaire n'était pas seul et il avait plus d'une raison de lui en vouloir.

C'était plutôt à son avantage, ceci dit. Ronce avait quitté son perchoir ; le mage le poursuivait. Il les attendait donc tranquillement dans un endroit où la rue s'élargissait en allée marchande.  C'est en voyant arriver son adversaire par l'autre bout de l'allée qu'il acheva de s'en convaincre ; son idée n'était pas la meilleure, mais elle avait fonctionné.

"Vraiment désolé pour Senrith, Ronce." même si, en soi, il ne se justifierait pas et n'attendait  pas de réaction probante de la part de l'archer.

Senrith et Ronce était un mystère. Arrivés de leur patelin paumé dans la campagne, ils avaient rejoint les rangs des Templiers quelques années plus tôt. D'excellents éléments ; des sapeurs et des combattants hors pair. Senrith ne faiblissait jamais et encaisserait n'importe quel coup. Et, si Fabri avait pu viser juste contre le dragon qui avait attaqué la citadelle quelques années plus tôt, il n'y avait aucun doute que Ronce eut pu faire de même. Ils avaient d'ailleurs défendu la ville contre les attaques et n'avaient plus compté les heures passées à déblayer, enterrer les morts, reconstruire et rassurer.

Il s'en voulait un peu d'avoir fait subir à Ronce l'élimination de sa soeur jumelle.

"Tu vas être désolé quand je t'égorgerai, Valeri." lança l'archer, froidement.

Ses yeux lançaient des éclairs, son visage était déformé par une rage palpable alors que ses lèvres, elles, formaient un rictus peu rassurant.

"On va dire que l'insubordination, c'est sur le coup de la colère." dit Fabri.

L'énerver était peut-être une solution ; pas la meilleure tout comme son plan de l'attirer, mais pas la pire non plus. L'archer se ruait déjà vers lui, dagues à la main.

Les archers avaient toujours des dagues planquées sur eux ; la sienne était d'ailleurs dans sa botte. Mais Ronce en avait deux et il courait vers lui avec un air vraiment énervé ; Fabri devait agir, et vite.

Il fit apparaître sa keyblade alors que l'archer était presque à portée ; l'ennui avec les dagues c'était évidemment la portée. Il frappa d'un large coup latéral ; qui envoya son ennemi au sol dans un hurlement de douleur effroyable.

A peine eut-il récupéré de l'élan de son propre coup, Fabri reçut un sort de foudre. Encore un. Il hurla à son tour ; sans comprendre ce qui lui arrivait. Deux fois ; le mage était là.

"J'le retiend !! Défonce-le !!" hurla une petite voix sur sa gauche.

Ebahi, Fabri se tourna vers la source de la voix et vit une jeune fille. Longue robe, cheveux au carré lui arrivant aux épaules. De larges yeux et un air mi-terrifié mi-déterminé. Un long sceptre dans les deux mains ; elle le tenait à s'en faire blanchir les jointures.

Ils étaient trois depuis le début.

A peine eut-il cette révélation tardive que Ronce lui donna un coup de pied à l'arrière des genoux qui le fit tomber. Mais il n'eut pas le temps de tomber car l'archer l'attrapa et commença à l'étrangler d'un bras, le bloquant avec son autre bras afin de former un étau.

Bordel il allait mourir comme ça buté par ses subordonnés.

Il se débattit un moment ; avec ses mains, il tenta de desserrer l'étau. La petite sorcière se rapprochait ; il voyait, dans sa vision déjà brouillée par la panique, qu'elle maintenant sa garde. Une petite sorcière de l'âge de Darel, la sœur d'Aub.

Aub pouvait pas débarquer comme ça, non ?

Non.

Fabri commençait à manquer d'air, nul doute que son visage était rouge tirant sur le violet et qu'il commençait à baver. Ca, il le sentait. Curieuse chose à remarquer que de la bave. Curieuse chose à remarquer en second ; c'était son couteau qui l'attendait tranquillement dans sa botte. Il alla le cueillir pour le remonter rapidement. Un geste vif derrière ; le hurlement de la sorcière et l'immédiat relâchement de la pression autour de son cou.

Il avait visé juste. Se retournant aussi sec, il vit Ronce hurler, le poignard enfoncé dans un de ses yeux. Verts comme les siens. Il tentait vainement de le retirer pendant que la gamine hurlait et venait le rejoindre. Il abattit les deux d'un coup de keyblade. Et un autre. Et encore un autre.

Il prit quelques secondes pour reprendre son souffle et s'en alla. Titubant dans les rues, il planifiait déjà la suite. Il avait quelques idées concernant ces dernières cibles. Après seulement, il pourrait partir, quitter ce monde en guerre civile.

_______________________________
Fiche de Compétences

Spoiler :
Le courage du Paladin.
La dame du Haut Château Oh-shi
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum