Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
Pire et meilleure nuit de ma vie à la fois. Quand j’ai commencé à travailler pour la Shinra, j’avais dix-neuf ans. Et même si dans ma tête j’ai évolué zéro depuis, tu m’aurais demandé si je m’imaginais passer une nuit avec deux gamines que je considère quasiment comme ma famille, quatre ans plus tard, alors que j’ai juste vingt-trois ans ? Non jamais je l’aurais cru. S’teplait, en fait, à ce moment-là je m’engageais dans la Shinra avec des rêves de grandeur, certaine que j’allais sauver Illusiopolis d’elle-même, certaine que j’allais tout changer et devenir la meilleure ! Je suis la meilleure et je pense encore tout changer mais… ouais. Y a bien les filles et Babak. Et c’est bizarre de ouf. Alors… oui, bon. On a compris : lol, elle dort avec deux gamines qui sont pas ses filles, trop le malaise. Ahahah, c’est bon, tout le monde y a pensé, on peut passer à autre chose ! Moi, ce que je sais, c’est que malgré la gêne, qui reste, hein… eh ben j’ai apprécié ça.

Donc franchement j’étais trop deg quand deux heures après s’être levée, Hengameh m’a refait une scène en mode Je veux devenir le nouvel Avenger ! Arme-moi, Tony ! Et j’ai dû refuser, et j’ai encore l’air d’être la méchante. Je suis trop dégoutée !! Hier je lui montre ma confiance, je lui demande un réel service en me mettant quasiment à walpé devant elle pour qu’elle s’occupe de mes blessures, et aujourd’hui tout est oublié. Je suis juste… désespérée. Tout ce que je fais, je le fais pour rien, avec elle. Et en parlant de rien faire !
Je me retrouve, cinq étages en-dessous du mien, devant l’appart de Xav’. Kotetsu, Nakada et Xav’ sont en train d’amener plein d’affaires d’un peu tous les apparts abandonnés, pour boucher l’escalier. Au centre de la barricade, ils ont mis, selon le conseil de Kotetsu, un parpaing qu’on a trouvé dans le parking, disposé de manière à ce qu’on ait toujours un genre de meurtrière qui donne sur les escaliers. C’est simple mais c’est malin. On glissera un des pompes de Xav’ à l’intérieur du parpaing, et dès qu’on verra quelqu’un approcher de ce judas fait maison, boum, on presse la détente. On peut tenir longtemps la position !

Et en fait, moi je suis assise sur les escaliers qui montent, en train de rigoler en voyant des publications sur mon gummiphone, et envoyant quelques textos. Full glande. Limite c’est du bénévolat de ma part ! Mon fusil d’assaut est près de moi, appuyé sur le mur. Normalement je suis en repos, avec mes blessures, et je vais certainement pas réveiller mes plaies en soulevant des trucs lourds mais si jamais on est attaqués, l’idéal est quand même que je sois là. Les garçons discutent de comment ils vont faire pour descendre si l’escalier est bouché, sans devoir tout enlever et remettre à chaque fois. Franchement je les laisse réfléchir, j’en ai marre de carry tout le monde. Et pendant ce temps-là, les quatre enfants sont à quelques mètres, dans l’appartement de Xav’, surveillés par la maman de ce dernier. Je préfèrerais les confier à Iggy et Mousse, mais ils ont pas signé pour ça, et ils doivent se reposer aussi.


« On pourrait utiliser la cage d’ascenseur. Il est bloqué à quel étage ? » demande Nakada.

« Quatrième. » dit Xav’ en se grattant le menton. Il s’est pas rasé depuis le début du battle royale et ça lui va pas du tout. Déjà que tout le temps être en survet’, ça donne un style assez négligé, mais si en plus il se rase plus… « On pourrait le réparer, Nakada. »

« Non ça nous arrange qu’il soit détruit. Je crois même que c’est Di qui l’a fait avant que ça commence, mais qu’elle ose pas l’avouer. » Je hausse les épaules en checkant le profil de Roxas. Ils arrêtent de parler trente secondes pour stabiliser le monticule de choses placées-là. J’envoie un message à mon faux petit copain, alors que le vrai se casse la tête, tout en sueur.


D.VaSuper ta réponse à ma publication

D.VaUn petit compliment comme ça, pour que les gens se posent des questions ! Wink
 

Quel beau gosse. J’ai un gros smile en lui envoyant le message alors que je vais voir les trucs moins intelligents qu’il a faits. Et franchement, y a un gros truc en ce moment sur le GummiNow, c’est genre… tout le monde qui s’envoie des piques. Enfin. Ok pas de soucis, c’est aussi l’ambiance du battle royale qui veut ça, normal.
Mais là euh… Franchement… Roxas qui envoie des messages à des pauvres trolls de la Coalition noire, en mode  ultraclash, je comprends pas. Non parce que si t’adores Roxas, ce qui est pas ultra courant, tu vas lire et genre… tu vas te dire : oh le monstre, comment il les détruit ces ploucs de ténébreux. Ouais… Mouais. Moi je me dis surtout : Pourquoi tu réponds à la piétaille, en fait ? Et c’est un problème ! Il faudra que je lui en parle. J’a-do-re avoir une relation avec ma communauté, personnellement. Mais déjà, je suis moi, tu vois. Je dois avoir une image proche du peuple ! Mais je vais pas commencer à donner de la ce-for à des haters ou des gros trolls. Je vais pas commencer à répondre à des pauvres mercenaires qui puent la défaite. Quand je réponds, c’est genre en live, en brisant les types, en leur donnant aucune chance de se renforcer, sans lire leur réponse. Bref. Ici, Roxas fait une bêtise, pour moi. Kuro, je sais qui c’est. Enfin, je « sais ». Personne « sait », tu vois ce que je veux dire. Tout le monde l’a vu à la Coupe noire et tout le monde l’a oublié. Et bin voilà. À titre personnel, je ne considère pas la Coalition noire comme mon alliée, surtout vu ma rencontre avec l’intendant des gardes noirs. Ok l’alliée officieuse de la Shinra, si tu veux, mais ça s’arrête là, en ce qui me concerne. Du coup je vais pas me réjouir quand t’as Minus et Cortex qui commencent à se faire voir de la stratosphère entière juste parce que Roxas prend la peine de leur répondre.


« Ah mais… T’as une échelle ? » demande Kotetsu, essuyant ses lunettes toutes embuées. Xav’ hoche la tête. « On fait un trou dans ton plancher, assez grand pour que quelqu’un passe. On le recouvre avec un meuble assez lourd, y a pas de raisons que les assaillants le repèrent. Quand on veut descendre, on met l’échelle, on arrive dans l’appartement en-dessous, et on descend les escaliers normalement. On n’aura jamais besoin de déranger la barricade. »

« Ouais ! » s’exclame Nakada en tapant le meuble télé devant lui. « Purée mais c’était évident. Quand quelqu’un descend, on remonte l’échelle et on la remet que si quelqu’un veut remonter. Les streamhackers pourront même pas monter, même s’ils trouvent le trou ! »

« Sauf s’ils ont une échelle. » Je les regarde en souriant. Peu de chances que des mecs se baladent avec une échelle ou une escabelle, de toutes façons. Donc… pour moi ça marche ! Jusqu’ici, depuis le deuxième jour, y a eu quelques attaques d’éclaireurs que Xav’ a su contenir. La barricade va faire en sorte qu’on n’ait plus grand-chose à craindre de ce qui vient d’en bas. On demandera à Mousse et Iggy de participer un peu à la surveillance, pour aider Xav’, et franchement aussi pour build up la confiance entre nous tous.

Ils commencent à planifier ça. Je continue à voyager sur internet, à me tenir un peu au courant, jusqu’au moment… du conseil de guerre ! Genre une heure plus tard, on se retrouve avec le même groupe et les deux aînées, dans mon appart, autour de la table. Babak et Jila sont sur les divans à manger des chips et la Mama euh… ouais j’étais contente qu’elle vienne pas chez nous, vu comment elle empeste le cigarillo.


« Ok. » dis-je en regardant la compagnie. On est pas que sur des copains. Xav’ est vraiment un allié, pas plus. J’ai davantage confiance en les deux ados qui m’ont sauvée avant-hier, mais on n’en est pas encore là, je veux être sûre qu’ils accepteront de rejoindre l’opération avant d’essayer de les convaincre. Xav’ joue stratégique, lui. C’est pour ça que je dois me méfier. Quand il comprendra qu’on fume tout le monde, il voudra m’éliminer avant que je ne me débarrasse de lui. « Mettez tous vos gold sur la table. »

Et là, de nulle part, tout le monde fait apparaître des gros billets avec l’emblème de Lord Business, les deux vagues qui tourbillonnent. Au-dessus de chaque liasse, il y a un compteur qui nous indique combien il y a, et dès que je réunis tout l’argent, le tout s’additionne. « 2940 Business. »

« Business ? »

« Faut bien un nom. » Je croise les bras et je réfléchis en restant debout. J’ai aucune idée de ce qu’on pourra s’acheter avec ça. Ca se trouve les tarifs sont affreux, et pour avoir une arme gold, faut genre 20 000 Business, style l’équivalent de 100 kills. On est full à l’aveugle. « J’ai trouvé ! » Je regarde Fahimeh en haussant les sourcils, genre pourquoi tu parles. Elle est sur son propre gummiphone, à naviguer sur internet. « P…ri…ks desse » Oula. Elle essaie de lire. D’habitude c’est moins la cata mais dix jours sans aller à l’école et elle a tout oublié. Je prends le gummiphone. « On révisera. » Je souris et je regarde. « Ok bien pensé Fahimeh. Une boutique en ligne. » Elle sourit, radieuse et fait un peu la meuf en regardant les autres.

« Genre pour commander ? »

« Ouais non, pour connaître les tarifs. C’est sur le site de Lord Business. » J’envoie le lien à tout le monde et d’un geste de l’index, projette la page sur mon écran plat. Je regarde les tarifs. Chaque pistolet, chaque pompe, le moindre gun a un prix précis, variable en fonction de son type et de sa rareté. « Vous voulez quoi, en fait ? » demande Xav’. Lui-même pas à chercher, il voudra un bon pompe gold. Jamais on dépensera nos thunes pour ça, il peut rêver et garder sa thune. Je crois qu’il a mis 1000 Business sur la table à lui tout seul, donc il est le deuxième plus riche, mais c’est tout. Je mettrai pas un Business de plus pour lui.

« Minimum un sniper et sinon, ce qu’on peut de fusils d’assaut avec lunette. » Je hoche la tête. « Ok on se bat surtout en intérieur mais à un moment, ce qui nous départagera, c’est les immeubles. Et il faudra qu’on soit capable de toucher un mec depuis notre balcon. » Et l’assaut pour ça, c’est parfait ; On pourra quand même faire un truc au contact, avec ça.

« Et le sniper gold est trop cher. 2500 Business. » On se tait en regardant l’écran. C’est pas worth de tout dépenser pour ça. Je suis même pas si bonne au sniper, je suis clairement meilleure avec la grosse artillerie, les canons, etc. C’est pas pour rien que j’ai rejoint un corps de Méka, à la base. Mais évidemment, le sniper gold, c’est la consécration. « On va prendre un bleu. » dis-je en faisant une moue un peu déçue. « Seulement ? Même pas un violet. » Je secoue la tête. J’ai déjà mon idée… Nakada l’utilisera, je pense qu’il sera bon avec.

« Avec mes Business, il me faut le Six-Coups violet. » Je me raidis en entendant Xav’. Evidemment. Prends un truc pour toi et pas pour le groupe, on va rien dire. Mais ouais, de toutes façons, je peux rien dire. C’est lui qui garde nos étages. « Et avec le reste, on prend trois assauts bleus avec lunettes, les Va-t-en-guerre. »

Kotetsu, la tête, réagit, forcément. « On n’aura pas assez. » Je grogne un peu, manquant de m’énerver, trop agacée par Xav’. S’il était pas mon voisin, je l’aurais déjà trahi mille fois. « On aura tué des gars jusque-là ! Bon le plan ! » J’attire l’attention de tout le monde sur la map imprimée, comme pour l’opération Kotetsu. « Nakada, commence. »

Il met un verre en plastique à un carrefour entre deux boulevards. « La cache d’armes la plus proche est ici. Fahimeh a fait une photo à son arrivée, et j’ai pu trouver des publications qui confirmaient le lieu. Évidemment, c’est une zone extrêmement contestée. »

« Plus que ça. » Je l’interromps, les sourcils froncés, franchement déterminée à mettre dans la tête de tout le monde qu’on va vers le plus gros traquenard de l’histoire. « Un gros carrefour en centre-ville, avec plein de voitures un peu partout, et une cache d’armes au milieu. C’est impossible qu’il y ait pas un groupe qui se soit approprié la zone. »

Nakada fait apparaître une photo sur l’écran plat. « Regardez. » Une photo prise depuis un des buildings qui montre la cache d’armes, un genre de grosse fusée posée au sol… sauf qu’elle est entourée de quatre camions qui bouchent totalement l’accès. « Ca a été pris jour 3. Pas de photos depuis. On ne voit pas ceux qui la défendent mais a priori… ils sont organisés. »

» intervient Kotetsu. « Mais ça ne veut pas forcément dire qu’ils seront si bien armés que ça. Si on y réfléchit, ils ont dû agir dès les premières minutes pour s’emparer de ce point d’intérêt. Oui ils ont dû récupérer pas mal d’argent en tuant les gens aux alentours. Mais ils devaient eux-mêmes être nombreux pour sécuriser la zone. »

« Pour toi, ils seraient plus nombreux que bien armés. » demande Xav’, super concentré.

« Ce que je veux dire c’est que passé le jour 1, qui a vraiment osé contester leur petit fort ? En voyant ces camions on se dit forcément que l’endroit appartient à un groupe. Autrement dit… ils n’ont pas dû amasser énormément d’argent, les jours qui ont suivi. »

Ok. Analyse intéressante. Je souris à Kotetsu avant de reprendre la main. « Le carrefour est un peu plus en bordure du centre-ville que nous. Du coup, en se rapprochant de la banlieue, on a des immeubles un peu plus petits. Du haut de ces buildings, on ne pourra quand même pas atteindre les mecs avec ce qu’on a comme arme. Voilà le programme. »

Je colorie d’un marqueur trois immeubles qui ne sont pas directement adjacents aux boulevards et au carrefour mais… qui ne sont pas trop loin non plus. « Après-demain soir, on commence l’opération. J’appellerai le D.Rigeable au sommet de notre gratte-ciel, et je vous déposerai chacun sur un de ces trois points. J’éteindrai les lumières du vaisseau pour tenter une approche furtive. Dans tous les cas, même s’ils voient le D.Rigeable, ils ne vous verront pas descendre, j’ai un plan. Donc, à partir de là, vous devrez vous débrouiller pour atteindre ces immeubles-ci. » Je trace une flèche depuis chaque immeuble entouré vers un immeuble qui donne sur le carrefour. « Sautez de toit en toit ou de fenêtre en fenêtre. Passez par la rue si vous voulez mais dans trois jours, le matin, vous devez être chacun dans un de ces immeubles et… en hauteur. Soyez quand même sûrs d’être assez proches des cibles. »

Je prends une inspiration. On va faire un 4 contre… 20 ? Peut-être plus ? « Qu’est-ce qui nous dit que le gang n’occupera pas les immeubles en question ? »

« Bonne question. » Je lève un doigt et pose mon autre main sur ma hanche. « On ne sait pas. A priori, vu le contexte, ils ne sont pas mille non plus. S’il y a trop de mates dans une équipe, ils vont forcément se trahir un moment ou un autre. Donc oui ils peuvent être dans des immeubles, pour certains mais… s’ils sont malins, y aura toujours au moins cinq personnes à proximité de la cache. Et pour les autres… » Je hausse les épaules. C’est le jeu, en fait. « Vous arriverez en scred. À vous de rester dissimulés. » Et quoi qu’il en soit… « Quand vous serez en place, j’arriverai à bord d’un méka. Je foncerai vers les camions, j’attirerai leur attention en faisant du boucan. Ils ne regarderont plus autour d’eux. Ils révéleront leur position en tirant. Vous les éliminez.  Ce ne sont pas les armes qu’on vise, c’est la position. »

Je croise le regard de Fahimeh, qui ne dit rien mais qui semble perplexe et… par erreur… je regarde Hengameh. Elle fonce sur l’opportunité. Une millième fois.

« Et nous ? »

« Les filles. » Je soupire. « C’est pas possible, j’arrête pas de vous le dire ! » Je m’énerve vite, là. « Vous resterez avec la maman de Xav’ et c’est tout ! »

« Non ! » proteste Fahimeh. Et franchement à mon avis elle râle plus à l’idée que ce soit la maman de Xav’ plutôt que parce que je l’empêche de partir à la guerre. « Tu ne peux pas nous faire ça, Di. » dit Hengameh. Et je dis « dit » Hengameh parce que ce n’est plus une protestation ou une plainte. Elle le dit comme un fait, tu vois. Genre, je n’ai pas le droit. Les autres nous regardent en mode ultra malaise.

« Non seulement je le peux, mais je le fais, ma petite. » Je défie son regard. Hengameh c’est… tellement un style compliqué pour moi. Tout ce que je suis pas. Renfermée, solitaire, profondément indépendante. Mais elle est dans le conflit, et ça je connais. Elle sourit. « On va retourner à Agrabah. »

… Je… Même pas le temps de réfléchir, de réaliser, de crier ou de pleurer. Nakada se fâche comme t’as jamais vu ça, à l’instant, genre… elle a appuyé sur un interrupteur. « Comment tu oses dire ça, Hengameh !? Comment tu peux oser lui dire ça ?! » Au début elle se fâche même pas. « Je dis ce que je « Tu dis rien du tout ! » Nakada l’interrompt, s’approche, j’ai limite peur qu’il lui en foute une. Et il vient jouer un peu de sa taille d’adulte. « Tu vas dans ta chambre et je te jure que tu n’en reviens pas avant d’avoir fait des excuses exemplaires à ta mè…re. » … Ouf. Tout mon corps se contacte, je sens mon cœur qui s’écrase sur lui-même, je dis rien, trop… paniquée. Il l’a dit. Il a dit le mot. Il s’en rend compte. J’ose pas regarder Hengameh, je… Kotetsu me regarde comme s’il s’attendait à ce que j’explose de colère sur l’un, sur l’autre ou sur tout le monde. Jila est juste en train de s’enterrer derrière les fauteuils et Babak commence à pleurer et… Hengameh. Je regarde Hengameh qui me regarde aussi. « Tu nous as pas adoptés. T’es pas notre mère. Et t’es même pas une turt… » Elle cherche son mot avant de devenir toute rouge, genre… honteuse ou je sais pas quoi de pas savoir. Nakada se fâche encore, en faisant plus gaffe et elle finit par partir et il revient autour de la table. Ils me regardent. « Hana ? »

Je fronce les sourcils. Y a rien à dire. « Pour aller au carrefour, on utilisera le vaisseau. Mais pour revenir, on risque de devoir s’en passer. Demain, on nettoie notre boulevard. »

_______________________________
Jouer long terme ! Avatar-DVa2
more_horiz
Me revoilà pour quelques notations !

Comme souvent, je vais faire une notation au fur et à mesure de ma lecture.

On commence par un paragraphe introspectif, du genre qui est bien à faire de temps à autre pour qui prendrait en cours de route. Pourquoi ? Parce que tu reparles un peu du passif de D.Va sur le forum en comparant à sa situation actuelle. Et pas grand chose à dire sur la suite sinon que les enfants ont vraiment une mémoire court terme hein ! xD

On a une réaction sur toute l’actualité du GummiNow au moment où ce rp était écrit, une réflexion sur Roxas, du clash sur la Coalition Noire haha.

Le retour du conseil de guerre de l’armement. Le fait d’avoir nommé la monnaie, même si le nom est giga simple, ça donne un petit autre chose que tout le monde pouvait reprendre et bah… je crois que ça m’avait servi, perso ? Je n'en suis plus certain. Enfin, ça reste tout de même un plus.

J’ai rien compris de ce que Fahimeh a essayé de dire, c’est voulu ? Après, oui, je sais qu’on parle d’Agrabah et que le système scolaire doit être particulièrement peu existant là-bas, mais je me dis qu’à douze ans, c’est chaud tout de même de pas savoir lire une phrase Surprised C’est plus une remarque ici, c’est choquant mais je vois pas ce point comme étant incohérent.

Hmm… peut-être ça aurait pas été un mal de rappeler le code couleur que tu avais installé pour les armes de Business ? C’est un petit détail et je me souviens, mais c’est le genre de trucs qu’un lecteur oubliera vite je pense. C’est carrément anecdotique et du coup je me dis que certains ne visualisent peut-être pas l’importance des armes que tu prends.

Jusqu’alors, c’est assez stratégique. Les négociations se déroulent vraiment très bien, sans le moindre problème, mais quelque part, c’est un peu normal. Le groupe de D.Va fait immédiatement toutes les concessions nécessaires sans chercher à discuter donc ça ne peut que bien se passer, logiquement. Après, peut-être ça aurait été intéressant de voir ce qui se passerait si Xav’ avait été encore plus gourmand ? Le mec veut clairement la victoire pour lui seul. Bon, c’est qu’une idée à la volée, ceci dit, ta version est bien également.

Jusqu’ici, oui, même souci que pour le rp précédent, les filles sont plutôt invisibles. Mais c’est encore plus délicat ici, à part que Hengameh nous refasse son petit cirque du “Hey, arme-moi, je veux participer” qui serait rébarbatif, qu’est-ce que tu veux faire sérieusement ? Je ne vois pas ce qu’elles pourraient dire. Déjà, t’as fait intervenir Fahimeh une fois, c’est déjà bien. Donc ouais, elles sont plutôt invisibles, mais j’aurais du mal à vraiment le reprocher ici.

On a une attaque de cache d’armes qui se profile. En revanche, petit truc que je relève :
» intervient Kotetsu.
Magnifique intervention, en effet. Sa réplique a ému la France entière et… je te taquine. Avec les contraintes de temps du BR, ce genre d’erreurs est courant pour un peu tout le monde, je pense. Mais donc, oui, aucune idée de ce qu’il peut avoir dit.

Et donc on atteint le moment tant attendu du rp où on a la dispute D.Va/Hengameh où Hengameh est puérile de ouf. J’ai rien à dire sur ce moment, je l’ai trouvé très juste. En fait, ça aurait été encore plus ouf si la tension qu’on a à la fin s’était déjà construite progressivement pendant toute la réunion, mais c’est quand même difficile. Comme je le disais, personnellement, je pense que c’était difficile à faire, quand même.

Exploit accompli !

Facile : 12 points d’expérience, 120 munnies, 2 PS en Symbiose.

Oh, avant de fermer le site de Lord Business, une pop-up s’affiche. Tu la lis : tu étais la 100 000ème visite du site ! En récompense, tu obtiens… une photo dédicacée de Lord Business. Qui sait s’il pourrait t’être utile un jour ?
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum