Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
« Faites-venir le nouveau. »

« Nazik ? »

J'arque un sourcil, perplexe. Ca a été la blague de l'appeller Nuzik, au lieu d'user de son véritable nom… mais, semble-t-il, de le savoir capable d'invoquer un géant d'ombre a changer la donne. Mes gardes noirs ont peur, pas tellement des sans-cœurs, plus de ceux capable de les invoquer. Et des élus de la clef. Disons que la manière d'être de celui-là nous évoque les germes de ceux qui, un jour, nous ont digérés.
Death nous dirige encore, cependant. Et si ce n'est pas lui, c'est encore moi.

« Pas lui. L'autre. » Sèchement, et sans précision, je demande à faire venir "l'autre". On a pas tant de nouvelles recrues pour qu'il ne devine qui, en vrai, nous en avons deux. Agacé à l'idée, j'agite les paperasses qui hantent et alourdissent mon bureau. Je lève un rapport pour le lire en travers, grimace que ce ne soit pas le bon puis recommence l'opération. Au cinquième essai, je pose la feuille à un endroit visible, par-dessus tant d'autres. « Yasuo. »

Après un signe de tête, l'homme à la sinistre armure rapiécée s'en va en relayant mes ordres à la radio. Me voici dans le même bureau où j'ai reçu D.Va… la caserne peut être bruyante, à cause des entrainements et de la Cité du Couchant en elle-même. Ca fait partit des quelques quartiers riches de la ville, où tout fonctionne, là où nous n'avons pas encore éventré l'infrastructure. Le calme du Manoir Abandonné me sied bien mieux, surtout depuis que les cachots sont vides. Depuis qu'on y a plus les Princesses de Coeurs, on a besoin de moins de sécurité là-bas… et Salazar, notre alchimiste, a des expériences sans trop de cobayes ces temps-ci.
Ca m'apaise, sans brouhaha, je parviens à détailler les quelques bruits qui osent s'inviter.

Le bureau en lui-même est sombre et froid, des rideaux violets sont fermés mais les fenêtres elles-mêmes ouvertes. Mon bureau est envahi de paperasse, de tasses de cafés usagés et de cendriers remplis, d'ailleurs, tout ce qui y traine à tendance à devenir un récipient à cigarette. Il y a un ordi portable pour digitaliser les rapports qui n'est pas connecté à internet, non. Et un autre qui l'est, pour surveiller ce que retransmet l'éclaireur, ainsi que le reste du web. Sans oublier les classeurs, les rapports et une lampe à la lumière tamisée, chaude comme l'oeil ambré d'un sans-cœur.
Moi, je suis assis sur un vieux fauteuil usé, par-ci par-là déchiré, la ruine d'un mobilier autrefois luxueux.

Et pour ma part, je suis vêtu d'une épaisse chemise à carreau façon bucheron, noir et violette, manches retroussés. D'épaisses chaussures dites de "sécurité" au pied avec un ample treillis noirs, pour finir de m'habiller, un air fatigué. Pas souriant, jamais, j'ai l'oeil soit endormis et ailleurs, soit nerveux et électrique.
J'attends Yasuo pour… son entretien d'embauche… ? Non, il est déjà engagé.

J'attends Yasuo pour l'intéroger.
more_horiz
Yasuo revenait d’une mission lorsqu’il a été acceuili par des gardes noirs. Débarqué du vaisseau, il avait traversé la ville pour rejoindre le manoir et c’est au niveau de la forêt que les gardes noirs l’avait encerclé.

Jack veut te voir, suis nous.

La situation était étrange. Les gardes noirs et lui étaient dans le même groupe, mais leurs manière semblait brutales pour Yasuo. On aurait presque pu croire à un piège. Rien ne lui garantissait qu’ils étaient vraiment des gardes noirs mais plutôt des bandits de grand chemin des temps modernes qui l’emmènerait dans une ruelle pour lui voler sa bourse.

Heureusement, il reconnut le visage de l’un d’eux, et il su que c’était vraiment des gardes noirs. Il s’avança, quand même étonné par la manière qu’ils avaient de l’acceuillir puis tous prirent la route du manoir.

Ils arrivèrent devant le bureau de Jack Inèrsse et finirent par s’éloigner en le laissant seul. Yasuo entra et vit le chef des gardes noirs assis derrière son bureau. Pourquoi était il convoqué ici ? Il n’avait rien à se reprocher et pourtant, il le savait, ce groupe n’était pas celui de gens bien. N’importe quoi pourrait arriver.

Vous m’avez demandé de venir, me voici.

Le bureau était en désordre. Des tasses de café dans tout les sens, une odeur de cigarette à peine dissipé par le courant d’air qui venait de la seule fenêtre ouverte. Yasuo se demandait si l’homme qui l’avait fait venir ici sortait de cette pièce de temps en temps. Pour que l’odeur ne disparaisse pas alors que l’air de dehors rentrait, cela devait faire des années que la pièce était dans cet état.

Qu’est ce qu’il pouvait bien lui vouloir ? Il n’avait pas commis d’erreur, il n’était pas là depuis longtemps. Il n’avait rien entendu de spécial, il n’y avait pas eu de vols ou d’agression, et même s’il ne partageait pas les valeurs de ce groupe il avait su, un peu, faire comme si. Il n’était qu’un acteur ici, travaillant pour eux pour obtenir des réponses par rapport à l’histoire de son maître.

Que puis-je pour vous ?

Il tenta d’ouvrir la discussion. Même s’il était plein de questions quand à la situation dans laquelle il se trouvait, il ne voyait pas de raison à une telle convocation.
more_horiz
Depuis son entrée dans ma tanière, je fixe Yasuo avec la plus grande attention.

Sa question m'interrompt dans mon inspection ; de suite, j'affiche une mine agacée et fronce les sourcils. Dans un premier temps, c'est par le silence que je lui réponds… parce que ce n'est pas moi qui répond aux questions ici. Il s'agit de poser un cadre à la conversation, d'obtenir ou de conserver le pouvoir jusque dans les moindres détails où se cache le diable. Avec toute la lenteure d'une agonie, je pose mes mains à plats sur mon bureau. Pas si fort mais juste assez pour en fair gémir le bois de quelques craquements. Déjà assez pour secouer d'un sursaut tout ce qui y est posé. Et lorsque je m'appuis sur le mobilier pour me lever, prenant tout le temps du monde, le bureau exprime sa douleur de manière sonore.

Je n'ai pas arrêté un seul instant de fixer Yasuo avec la plus attention. Pleins de défiance et véhément, bien que froid, je bouillonne intérieurement. On ne sait rien de lui, comme toutes les nouvelles recrues. Et il n'y a rien que je détèste plus qu'une nouvelle recrue, sans autre raison que je ne sais rien d'elle.

D'où l'analyse de l'homme via mon regard inquisiteur à qui, je l'espère, rien de perceptible n'échappe. Si ce silence est gênant ou malaisant, tant mieux. Si ça l'inquiète, c'est encore mieux.

C'est un guerrier et ça se voit. Déjà, il est armé de manière ostentatoire, ne s'en dissimule pas comme se plaise à le faire voleurs et assassins, la ruse ne me parait pas être son fort. Ou plutôt, ça ne me parait pas être son habitude. Si j'en crois son rapport quand à la mission à la "Conquête de l'Ouest" ? Il est soit suffisement vicieux, et cruel, pour provoquer un incendie pour la diversion. Ou suffisement fourbe pour me faire croire qu'il l'a fait mais au final, j'ai bien eu mes munitions.
Son arme n'est pas original… c'est une épée, simple et éfficace, aussi polyvalent qu'un couteau, seulement plus grand.

Sa tenue est fonctionnelle… et ancienne ? Si je m'en fie à ses traits asiatiques, et à son accoutrement féodal, j'ai clairement affaire à quelqu'un qui vient de la Terre des Dragons. Un samouraï ? J'y connais rien en samouraï. Ce sont les chevaliers de chine, de ce que j'en sais mais… ne sont-ils pas censés avoir un seigneur ? Ou est-il de la catégorie des "chevaliers" errants ? Par déshonneur ou par la faute d'un échec ? La Terre des Dragons… ça me parait plus plausible que San Fransokyo vu son allure… il vient donc d'une des Citées Dorées du Consulat.
Et je m'imagine un espion du Consulat, là tout de suite.

D'ailleurs, de ce que j'en sais, Vesper le réquisitionne pour une course. A moins que ce soit déjà fait ? Pourquoi je ne sais pas si cette mission tient du passé ou du futur, d'ailleurs ? Qu'il soit un espion de Dame Earl, ou qu'il le devienne, c'est peut-être pire qu'un espion du Consulat.
Toujours appuyé sur mon bureau, j'ai plus de questions que de réponses… et mon regard noircit en conséquence.

« Tu es arrivé en même temps que Na-Nuzik, à peu de choses près. » J'ai faillit l'appeller par ce nom dont il est tant fier et cette simple idée me remplit de honte ; cet excentrique doit s'habituer à ce que ces petits caprices ne soit pas satisfait. Le temps de penser à tout ça, dans mes pensées, j'ai le regard ailleurs un instant ou deux. De retour sur Yasuo, mes yeux qui ne clignent quasiment pas commencent à s'emplir de veines ensanglantés. « Et parce que j'ai laissé passer ça sous le nez, plusieurs de mes quartiers sont en ruines. Kuro s'occupera de lui. »

Si Kuro en est seulement capable, je devrais probablement m'en occuper moi-même mais entre nous, je manque de temps.

« Qu'est-ce que tu veux au point de nous rejoindre ? » La question est posée sur le ton d'un ordre, à voix basse. « A qui j'ai affaire au juste ? »

Ce qu'il me répondra ne m'intérèsse pas le plus… je n'en croirais probablement pas un mot. Je jugerais surtout son attitude, sa gestuelle, sa façon de parler plus que les mots qu'il choisit… je l'inspecterais pour lire entre les lignes et déceler la véritée.
more_horiz
Le chef de la garde noir regardait Yasuo. Il avait l’air épuisé par son travail. Il apprena au samouraï qu’un autre homme qui avait rejoint la coalition noire il n’y a pas longtemps, Nuzik, ainsi se nommait t’il, était responsable de la destruction d’un quartier de la ville. Jack semblait agacé aux yeux de Yasuo, il comprenait.

Son ton était très sec. Jack donnait l’impression à Yasuo de ne pas être enchanté de le voir dans son bureau. A peu de choses près Yasuo aurait pu se sentir menacé si il avait quelque chose à se reprocher, mais il n’en était rien.

Jack demanda à Yasuo qui il était vraiment. C’était très étrange à ses yeux, puisqu’il ne s’estimait pas avoir fait quoi que ce soit pour mériter un tel interrogatoire. Il resta debout, droit, écoutant son chef parler et lui répondit seulement lorsqu’il cru qu’il avait terminé.


Depuis bien longtemps, nous sommes dans une époque ou les mondes sont dirigé par des groupes. Cela fait des années que je voyage, depuis la mort de mon maitre. J’ai vu beaucoup de mondes, de civilisation. J’ai vu des royaumes n’être, j’en ai vu chuter des fois mais surtout j’ai vu ces rois malmener des gens tel des tyrans. J’ai d’abord pensé qu’il fallait les combattre pour aider le peuple mais j’ai finit par réaliser que c’était une cause vaine. La seule façon pour s’en sortir c’est de savoir choisir son camp. Le mien est celui de la victoire sur la guerre qui s’annonce.

Yasuo était resté calme pendant qu’il parlait, pas impressionné par l’attitude de Jack. Ces mots qu’il avait prononcé n’était pas les siens ils les avait entendus quelque fois dans ses voyages mais il trouvait que c’était une réponse digne de justifier sa présence ici. Son objectif était clair et si pour cela il devait tuer alors il le ferait même si Jack sortait deux prisonniers de derrière son bureau.

Il attendait la réponse de Jack Inèrsse, patiemment. Est-ce que sa présence ici était vraiment aussi importante ? Il aurait pu profiter de ce temps pour au moins remplir une tâche.
more_horiz
« Je vois. »

Mes mains se retirent du bureau, presque en le caressant et toujours debout, je me courbe un peu en direction de Yasuo. J'ai… rejoint ce groupe pour les mêmes raisons. Mon but, c'était de me placer du côté des vainqueurs et de profiter du pouvoir qu'avait la Coalition Noire. Pouvoir qu'elle n'a plus tellement. Disons qu'on en a plus autant, loin de là. Et surtout, ce qui me fait le regarder en me mordant les lèvres tellement ça me stress.
Aujourd'hui, c'est à moi de m'assurer que ce camp reste celui de la "victoire".

Death est en convalescence et Vesper… se fiche de tout sinon de sa petite tranquillité. Kuro et Nazik, ce sont des… des guignoles. Le blondinet commence à avoir du plomb dans la cervelle mais justement, s'il continue ses ruses, c'est moi qui lui remplirait le crâne de plomb. Et Nazik, sérieusement, c'est un détraqué. Un cas clinique incroyablement dangereux mais dont on ne peut pas se passer.
Au moins, Yasuo me fait l'effet d'être froid et pragmatique.

Sauf que, franchement, ce gars risque d'allez dans le premier groupe qui prend trop nottament l'avantage sur nous. Il le dit lui-même, son objectif est d'être dans le camp de la victoire ! Et si cet ignorant réfléchissait deux secondes, il aurait dû allez à la Shinra. Cette dernière ne voudrait probablement pas de lui ou… il n'y a juste pas pensé. Ou ailleurs, selon comment tourne cette guerre que tout le monde sent venir à plein nez.

« A l'occasion, toi et moi, nous irons… » Putain, je sais pas où ! « ...je te le dirais le moment venu. » Facile mais ça marche comme excuse. « Et nous irons commettre des atrocités. Ca ne sera pas gratuit, je ne fais rien pour rien mais… les détails ne te regardent pas, tiens toi prêt, c'est tout. »

Parce qu'après tout, la Coalition Noire n'est pas un moulin duquel on rentre et on sort comme ça. Être un Coalisé, aux yeux de l'univers, c'est être un pestiféré, un être des ténèbres et du mal… personne ne veut d'un ancien de la Coalition Noire dans ses rangs. A part peut-être les mercenaires ? Et je ne suis pas rassuré, ils pourraient renaitre. La Shinra ne s'y risquera pas, en tout cas, question d'image et de réputation. La Lumière, ou le Sanctum, s'y refuseront tout autant à cause de tout ce qu'il a pu se passer. Le Consulat ne l'engagera que s'il a du talent pour l'art et… j'y connais rien à l'art, attention mais… Yasuo n'a pas vraiment une dégaine d'artiste.
Mon objectif ici, clairement, c'est de l'afficher aux yeux de l'univers comme étant un Coalisé car je veux être sûr qu'aucun autre groupe ne veuille de lui.

Parce que Yasuo a raison sur un point : il faut être dans un groupe ou être… de la puissance d'un Xehanort pour se permettre d'être errant.

« Ah, avant de partir, juste au cas où… » Il n'est pas question que je le laisse partir en pensant que je lui fais confiance. « ...je t'ai à l'oeil. »
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum