Quand même, ils auraient pu me filer le château de maléfique. Ça aurait été ultra stylé. Genre, j’aurais été moi et en plus j’aurais eu un putain de château de ouf. Mais bon, j’imagine qu’y z’étaient pas proprios, et du coup ça la fout mal. D’ici à c’que l’autre connasse se pointe en dragon, j’en connais qui serait en pls, si t’as compris la vanne.

Donc mon bled, c’était Havrevas, un truc vite fait bien, un peu marécageux de ce que j’avais vu en m’y promenant mais ça c’était pas grave. Y’avait un village là d’dans, donc techniquement ça me faisait même des gens et tout. Bah, allez, j’te cache pas que j’étais quand même super content !

Mais voilà, c’était pas gratuit, fallait que j’accomplisse un petit job, à savoir buter trois sorcières qui foutaient la merde et qui terrorisaient mes habitants à moi ! J’avais aucune foutu idée d’où les trouver, j’avais aucune idée de ce qu’elles étaient capables de faire, mais… bah tu prends un mec balèze, genre Jecht. Il est fort et tout, il te déboite qui tu veux, genre Hercule mis à part j’l’ai jamais vu perdre. Mais moi, sans me la péter j’suis au dessus. J’écrase n’importe qui, j’suis une légende.

Donc c’est pas trois connasses aux chicots pourris qui vont venir cramer mon bled !

Donc j’ai fait le tour des habitants, déjà pour me présenter et pour chopper des renseignements sur elles. Donc c’était trois soeurs. Y’en a une qui maniait les éléments, un truc un peu trop bateau de nos jours j’trouve. Y’a plein de mages qui ont inventé des trucs. Une fois j’ai même vu un mec faire de la magie de chocolat s’teuplaît. Donc ouais, le feu, la glace et truc je trouve que c’est un peu has been. Utile, mais has been.

La deuxième, la plus vieille, elle c’était un peu une mage de la peste, ‘fin c’est comme ça qu’ils me l’ont définie. Genre, elle peut faire pourrir ta peau, elle invoque des cadavres, c’est un peu la gothique du groupe si j’ai bien compris. Avec ça, c’est sûr tu choppes une gastro de tout les diables, j’crois que c’est celle que je préfère le moins.

Et l’autre, boh écoute, ça avait l’air d’être celle qui les faisait plus flipper mais j’suis pas convaincu. Mage du sang tout ça, tout ça… Paraît qu’elle se découpe la main ou les bras pour être plus forte, j’ai jamais rien entendu d’aussi con. Si elle se blesse ça m’arrange. Elle va me cracher tout son sang a la gueule, elle va faire une crise de… t’sais quand t’es tout blanc là, pis j’aurais plus qu’à la cramer.

La petite particularité, c’était qu’elles habitaient dans les bois derrière le village. Elles venaient, bah les faire flipper, piller les tombes pour j’sais pas quoi branler avec les ossements, leur extorquer des vivres. Et du coup quand j’entends ça, j’jette un oeil vers le tout petit bout de château du sanctus qu’on voit. Quand même, j’sais pas si j’dois les plaindre d’être laissés pour compte ou si je dois me dire que le sanctum est tellement débordé qu’ils ont pas le temps. Chais pas.

Bref, j’ai mes renseignements, et comme j’suis motivé, j’me casse du village en faisant la promesse que ce soir, ils seraient tranquilles. Les mecs étaient contents, mais ils me regardaient un peu comme si c’était la dernière fois qu’on se voyait. Ils allaient apprendre qu’ils avaient LE meilleur choix possible pour les sortir de là.

Donc j’taille ma route à travers la forêt. J’marche p’tête une bonne demie heure jusqu’à trouver une cabane toute moche, mais genre a peine entretenue. Y’a quelqu’un là d’dans, et à mon avis c’est pas le facteur. J’m’approche, sans vraiment tenter d’être discret, puis je frappe à la porte une main dans la poche.

Je n’suis pas là ! qu’elle me répond avec tout le dédain possible pour une seule personne.

C’est la police, madame. On aimerait vous poser deux trois questions.

Je te préviens que si t’es toujours sur le pas de ma porte quand je l’ouvre, je te réduis en cendres comme tout ceux avant toi.

Ouais. Ok, ça roule.

J’attends pas qu’elle vienne m’ouvrir, j’mets mon meilleur kick dans la porte et j’ai la jambe qui passe a travers. Ça c’est chiant, alors j’la retire et j’défonce tout le reste du bois vermoulu que j’peux pour me faire un passage. La sorcière me regarde, l’air mauvais.

Le village t’envoie, hein.

Nan, en fait, c’est moi qui m’envoie tout seul. Maintenant c’est mon village, donc vous allez vous tirer toutes les trois, où j’vous défonce.

Encore un insolent. Ces terres sont à nous !

Et elle me lance une boule de feu, genre comme ça, au calme sans même incanter quoi que ce soit. Ça c’est un peu chaud. Parce que le truc que je préfère chez les mages, c’est que le temps qu’ils préparent leur sort, t’as le temps de leur péter toutes les dents. Là, non. J’fais un flip, un peu au dernier moment pour l’éviter puis j’fonce dessus.

Sauf que bah, j’me prends trois pics de glace dans le bras, j’lâche mon arme, pas parce que j’ai mal mais parce que j’suis surpris de m’être fait baiser comme ça. Sauf que j’suis une légende j’t’ai dit. Donc je bande mon muscle d’un coup et les pics de glace explosent.

J’tente une feinte, genre j’vais la taper à gauche, en fait j’la tape à droite et j’y mets une ou deux patates avant qu’elle utilise un sort de vent pour se projeter en arrière. L’info est tombée, contre moi, elle a aucune chance au corps à corps. Reste à voir comment elle va se démerder pour me tenir à distance.

J’rappelle mon arme a moi, et j’m’apprête à foncer. Elle se protège d’un bouclier de roche au dernier moment ce qui fait que j’éclate sa protection mais pas sa gueule, et me renvoie en arrière avec un sort de vent super vénère. J’suis rebalancé vers la baraque qui elle même commence à se faire souffler. T’as une planche qui se détache, puis une autre, la charpente qui s’soulève, c’qu’est pas de bol puisque c’est à ça que j’me retiens. Puis j’ai une goutte de feu qui tombe à côté de moi, une autre, et du coup j’regarde d’où ça vient.

Bah ouais. Bah t’avais une boule de feu qui aspirait la baraque dans le ciel, et qui te pleurait ça et là du feu sur la gueule pour rien arranger. Donc, la cabane, elle est en bois, hein, c’est à dire que quand les morceaux arrivaient dans la boule de feu, laisse tomber y’en avait plus. Genre, p’tête de la cendre, mais c’était si mince que de là où j’étais je voyais rien.

La charpente craque, s’envole, et là j’ai plus rien qui me retient. J’me fais aspirer, et j’tente une charge en plein air pour me dégager de là, mais j’ai pas assez de patate. J’ai l’impression de charger au ralenti, puis quand l’impulsion est finie j’me retrouve dans la même merde que cinq secondes plus tôt.

La sorcière est déter, elle. Je la vois créer quatre gigantesques étoiles de glace et me les envoyer sur la gueule. Avec des glissades, je tente de les éviter, ça marche pour les deux premières, mais j’ai pas le temps de tenter les deux autres parce que derrière moi ça explose. Les éléments contraires, ou j’sais pas. Mais l’aspiration se coupe, j’me casse la gueule, et en plus je suis projeté depuis le centre de l’explosion, c’qui m’fait traverser deux arbres.

J’m’étale dans un tapis de feuilles mortes. Bilan pendant qu’j’me redresse. Si je reste trop loin, c’est la fête à mon cul, si j’reste trop près, j’me fais expulser. Solution ? La mi-distance ? P’tête. J’commence à tourner autour d’elle avec une distance de sécurité. J’tente un lancer de keyblade, mais c’est dévié par du vent. J’tente un rush, mais elle dresse un mur de roche devant moi, mur que je m’emmerde même pas a escalader si c’est pour me faire dégager une fois arrivé en haut. J’réfléchis. Au pire, j’invoque Bahamut, mais du coup j’suis pas sûr qu’y m’reste beaucoup de territoire après ça. Donc t’oublies. La Divine Comédie, ça fait chier aussi…

Ou alors, j’y vais tellement vite qu’e’m voit pas venir. J’tente.

J’m’accélère encore plus avec un sort de célérité. Puis j’cours vers elle, je change de cap, j’reviens, bref j’vais dans tout les sens pour pas qu’elle arrive à capter ce que je fous, et au bout d’un moment j’la traverse en lui mettant un gros pain dans la gueule. J’reviens dans l’autre sens pour lui éclater le bide, un autre pour une jambe et le dernier re la gueule parce qu’elle me saoule. Elle titube, et j’fonce une dernière fois keyblade en main pour la lui planter dans le buste.


Toi tu m’auras bien fait chier, quand même. Tes soeurs elles sont reloues comme ça aussi, ou t’es au max ?

Elle me répond pas, elle est plutôt occupé à me fixer avec des yeux énormes, et à baver du sang. Finalement, j’embrase ma keyblade parce que les sorcières faut les cramer, puis j’la retire. Elle tombe au sol, crevée.

J’m’asseois dans les feuilles par terre, et j’regarde c’qu’y reste de la baraque, à savoir, trois murs et p’tête deux chaises. J’me mets à sourire. C’est que j’aurais pu être rouillé à force de taper sur personne moi.

Ça… fait du bien !