Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Naran n’avait jamais vu un vaisseau aussi propre. Impeccable, de la proue au réduit qui lui servait de cul, et intégralement recouvert d’acier briqué, le tout empestant de désinfectant arôme vanille. A y réfléchir, en termes d’odeur, mieux valait encore le fumet de fond de cale des convoyeurs de Port Royal…

Mais pour ce qui était de la machinerie, on était clairement sur de la qualité. Du vrai cuir sur les manettes à la peinture encore éclatante des boutons rouges et vert, tout respirait le neuf.
Même la petite icône de goutte clignotait avec vigueur.

« C’quoi, ça. »
Sa voix était rauque.

Assise devant elle, son otage tenta de répondre.
« Quoi ? »
La mercenaire avait haussé le ton, et toute sa gorge brûlait d’être si soudainement sollicitée.

« C’est- C’est le niveau de carburant… »

Ah.

« Combien d’temps avant… »
Sa main se resserra sur l’épaule de la pilote, ongles écorchés pressant sur la combinaison jaune vif de sa captive.
Sa captive.

Naran, enfin géôlière, sourit.
Elle n’avait pas pris le temps d’observer les traits de sa prisonnière. Suffisait de la sentir trembler à chaque parole, de toucher sa chair tremblante, de sentir ses propres veines brûler de satisfaction.

« Une dizaine de minute… C’est la course poursuite, je, j’pouvais pas… »

« La ferme. » Son sourire n’est pas tombé, regard vissé sur la large baie vitrée qui leur faisait face.
« On atteindra Illusiopolis, même si on doit s’crasher en plein milieu. »
Ton sans équivoque ; et, dans l’esprit embrumée de la mercenaire fraichement libéré, la phrase de faisait aucun doute. Après tout, pourquoi tout ce temps, toute cette attente, si ce n’est pour enfin goûter la liberté… ?



Fidèle à ses vœux, le vaisseau finit bien par atteindre Illusiopolis.
Là, il fut rapidement atomisé par les patrouilles Shin Ra, explosant en une belle explosion bleuie.

Naran laissa la pilote fermement attachée à l’un des sièges passagers, question qu’un corps au moins puisse être retrouvé. Elle-même préféra sauter dans l’une des capsules d’évacuation, tapant au hasard une commande sur le clavier lumineux.




Elle ouvrit les yeux sur un ciel nocturne, tranché par une large balafre noire.
Sa tête tournait. Plus que la faim ou la perte de sang… Quelque chose voulait lui retourner les entrailles.

Elle voulut lever la tête, et heurta un large plan de verre déjà morcelé.

Le pare-brise de sa capsule l’enserrait encore à l’horizontale. Mordant un juron, Naran manœuvra ses membres endoloris pour (1) se dépêtrer des multiples sangles qui la maintenaient en place, et (2) forcer l’ouverture de l’étroit cockpit, puis (3) déverser ses boyaux entre les résidus calcinés qui avaient amortit sa chute.

Encore titubante, elle inspira une bouffée d’air vicié. L’atmosphère âcre était tassée d’odeurs inconnues… Naran s’accroupit pour vomir ce qu’il lui restait de bile.


Le sol était d’asphalte. Humide, comme celui des geôles de la Coalition. Une large flaque reflétait deux nuages nocturnes. Nuages soudainement rouges, tandis qu’une sirène retentissait tout autour du dépotoir qui l’avait accueillie.

La mercenaire pris la fuite.



Ce Monde lui était inconnu.
Certains Mercenaires auraient pu l’aider, fut un temps. Mais leurs fanfaronnades ne lui était plus d’aucune utilité.

Elle fuit donc ventre à terre, sans prêter attention aux directions, aux bâtiments qui pointaient à l’horizon, aux brouhaha diffus de cris et de plaintes.
Dévalant une montagne de détritus, elle déchiqueta ses pieds encore nus sur des bris de verre et de plastique.

Accélérant encore, Naran se glissa sous les énormes voiries, disparaissant dans des ombres, bousculant des figures hagardes tapies dans des recoins puants de pisses et de mort. L’air était froid, mais vif contre sa peau. Pas de vent, rien pour siffler contre ses cheveux si ce n’est les fumées troubles qui jaillissaient du sol. Naran toussa une énième glaire, et déboucha sur une première ruelle.

La renommée ville d’Illusiopolis, tant vantée par les posters, était plus encrassée que Port Royal. Mais les ivrognes titubaient, pâle comme des fantômes plutôt que rougis par la boisson ; et, partout, Naran attirait leurs yeux éteint.



Les idéogrammes vert et rouge qui clignotaient sur de hauts piliers. Jaillissant de sa ruelle, Naran manqua d’heurter l’un des vaisseaux locaux, et fut projetée sur l’asphalte.

Le vaisseau klaxonna avant de se détourner. Abasourdie, tête encore lourde de son crash, Naran peina à se relever.

Elle leva les yeux sur un canyon béant. Ici, elle senti sa première bourrasque ; une lame d’air qui la frappa de plein fouet, fendant la ville du haut château qui la domine jusqu’à l’asphalte trouée et aqueuse.

Désarçonnée, Naran fut d’autant plus paniquée par le tonnerre de klaxons des vaisseaux amassée sur le boulevard.

Détalant à nouveau dans les ruelles, elle erra d’ombre en ombre, trébuchant sur les larges containers verdâtres, les sacs crissant amassées en collines de plastique, les humains emmitouflés par terre…



Quand elle ouvrit les yeux, Naran était gelée.
Elle s’était recroquevillée au sommet d’un échafaudage, et tout autour d’elle de large pan de jute volait au rythme des rafales de vent. L’uniforme du soldat de la ShinRa était déchiré en plusieurs endroits, et ses pieds nus la lançaient terriblement.

Mais elle était libre.
more_horiz
Et re-bonjour n.n

Eh bien, cette fois-ci mon commentaire sera court pour de vrai. Côté écriture, comme toujours avec toi, je trouve que c’est très qualitatif. Ton personnage est très présent, bien ressenti, mais plus que ça tu donnes une réelle identité à son environnement.

On retrouve vraiment bien Illusiopolis ; même si je pense que certains quartiers ont peut-être une mine un peu moins miséreuse, au-delà même de l’Illusiocitadelle, la misère y est toujours extrêmement présente, et elle l’est incontestablement dans ton texte.

Les sensations de Naran sont aussi très bien mises en valeur. C’est un texte qui est en réalité court mais efficace. Je dois dire saluer la façon dont tu peux être aussi concise mais précise. Attention : tous tes textes ne sont pas courts, et tu élabores sans mal tes descriptions. Mais même dans les textes plus courts ou bien où l’urgence dicte de ne pas s’épancher, tu utilises les bons mots pour retranscrire, en en usant le moins possible, la situation avec justesse.

Je ne pense pas avoir de point orthographe ou grammaire à faire ici (je pense t’avoir déjà soufflé les fautes un peu récurrentes que tu peux faire, même si ici je dois dire qu’elles étaient peu présentes donc GG !) n.n

Côté difficulté, j’ai beaucoup hésité. Je peux bien entendu en discuter avec toi ou tout intéressé, mais je vais te mettre un « Normal » sur ce texte. Attention : sur le forum, « Normal » ça ne veut pas dire qu’il ne se passe rien. Mais à la lecture de l’explicatif, malgré une difficulté évidente et présente, Naran ne rencontre ici pas de danger direct.

 Son vaisseau est descendu, mais j’ai le sentiment que c’est vraiment une étape « cochée » de ton RP. Tu ne t’y attardes pas — ni sur l’événement ni sur le fait que Naran en ait ou non des séquelles — et je peine donc à compter la violence de cet événement autant que le reste.

(Après je suis une tanche pour estimer les difficultés de RP. Donc, Primus, si tu me lis, n’hésite pas à me reprendre... ou un commentateur plus expérimenté.)

En résumé : Bon texte introductif pour Naran à Illusiopolis. Curieuse de voir où ses pas la mèneront et surtout, comment tu vas négocier ça. Affaire à suivre !

Normal : 20 XP, 200 munnies, 1 PS en Vitesse et 2 PS en Dextérité.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum