Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Aaah cette brave cour d’entrainement. Ça fait quoi ? Peut être un an maintenant que je passe le plus clair de mon temps ici à enseigner la magie à des soldats. Bon pour le moment je leur ai surtout enseigné le bienfait des semelles compensées  mais il faut bien démarrer quelque part.

Et puis il y a pas, j’aime bien l’endroit. Sobre et dépouillé, juste les murailles de pierre, un vieil arbre au milieu et de la terre battu. De la bonne terre bien irrégulière, oh de pas grand-chose hein, de loin on pourrait même la croire parfaitement plate. Mais ces petits reliefs de batards contre laquelle il a pu arriver que je peste une fois ou deux vont aujourd’hui devenir mes meilleurs amis.


« -Frère Fiathen ? Voici les…outils pédagogique que vous m’avez demandé d’allez chercher. »


Me retournant je fais fasse à l’aspirant que j’avais envoyé faire quelque course. Il tient un petit sac en papier kraft dans une main et deux choppes fermées dans l’autre. Et accessoirement il à l’air un peu gêné.

« -Ha merci Cyril, pose donc ça là, près de l’arbre.

-D’accord…heu Frère Fiathen…vous êtes sur d’allez bien ?

-Aussi bien que possible pour un vieillard cul de jatte, pourquoi tu t’inquiète ?

-Non rien c’est juste que…des balles rebondissantes et deux chopes de bières c’est pas tout à fait quelque chose d’ordinaire pour un entrainement militaire.

-Dites donc aspirant Cyril déjà vous remettez ma santé mental en question et maintenant la pertinence de mon matériel ?

-Non pas du tout c’est juste que…

-Ces balles rebondissantes sauveront le Domaine Enchanté ! Et maintenant retourne à ta patrouille si tu veux pas tenir compagnie au rempart nord à deux heures du mat’. »

Le regardant faire demi-tour avec un léger sourire je ne peux pas m’empêcher de penser à ce que le vendeur de jouet à du penser en voyant un aspirant en uniforme passer sa commande. Je suis décidément d’humeur un peu taquine aujourd’hui.

Mais baste, il est temps de passer aux choses sérieuses ! La magie a de nombreuses utilité: éliminer des sans cœurs, soigner des blessures mortelles, explorer d’autre réalité, sauver le monde mais clairement son plus grand intérêt…

Claquant des doigts un moule de glace apparaît autour des choppes, épousant parfaitement leurs formes.

…C’est de garder la bière au frais ! Bien maintenant tout est prêt, plus qu’à attendre note invité.
more_horiz
« Mais, mais, mais ! Tu vas vraiment y aller ? Vraiment vraiment ? »

Le fauve tente d’ignorer Sidhe, continuant d’avancer dans les couloirs du château. Un tel manque de respect semble être de trop pour la peluche, voilà qu’elle s’élance d’un bond. Elle atterrit en plein devant le ronso, interrompant brièvement sa marche.

Sidhe vient poser ses poings contre ses hanches.

« Mais c’est un fou m’sieur ronso ! Un fou sénile et vraiment pas doué ! Vous avez oublié la dernière fois ? Vous avez failli perdre l’usage de votre bras ! Pire ! Vous auriez pu tous mourir ! »

La mention de sa blessure a au moins un effet. L’œil unique du ronso se pose un instant sur son épaule. La cicatrice est encore visible, la faute à sa fourrure n’ayant pas repousser suffisamment. Ah, ces infirmières, et cette manie de raser ses poils dès qu’il est blessé quelque part…

« En plus, il m’a enfermé dans une cage de glace, moi, moooiiii… » murmure à voix basse Sidhe avant de hausser la voix à nouveau. « Il est fou ! Fou je vous dis ! »

Le regard de Bryke se plisse un peu. Signal d’alarme à destination de la peluche, sa patience commence déjà à atteindre sa limite.

Comme pris d’un courage certain, Sidhe se redresse du mieux de sa hauteur, un petit mètre tout rond.

« Attention ! Cette fois, c’est non ! Va falloir choisir, c’est soit le vieux taré, soit mo…EH ! »

De toute évidence, le fauve n’a rien écouté des jérémiades de la peluche. L’enjambant d’un bond simple, avant de reprendre sa route.

La peluche le regarde s’éloigner, baissant simplement la tête un bref instant. Il hésite à le rejoindre, à aller quand même avec lui.

Et pourtant, il se résigne, tournant les talons pour aller s’assoir sur une marche proche.

C’est un long soupir qu’il laisse échapper d’entre ses lèvres.

De son côté, la main griffue du ronso se pose sur la petite chevillette d’une porte en bois massif. Un grincement se laisse entendre, résonnant dans le couloir de pierre, tandis qu’il l’ouvre.

Derrière, c’est un grand courant d’air, mais aussi les effluves de l’extérieur. Le voilà désormais dans la cour est du château. Son regard se pose sur l’arbre solitaire, trônant au milieu. Que de souvenirs, cette première leçon avec Madame Mons. Que tout ça lui semble lointain.

Sa truffe s’agite brièvement, sous l’odeur de terre et de torches brûlantes, il reconnait un effluve. Du lichen, de la glace, sous couvert de sang et de poudre noire.

Son œil unique se plisse un instant, retrouvant sans grande difficulté le propriétaire. Le cul-de-jatte est bien là, et il ne manque pas de remarquer la forme suspecte de la glace à côté de lui.

Une chance que la glace ne soit pas aussi sacrée que peut l’être la foudre. Le ronso traditionnaliste qu’il est aurait vu très d’un bien mauvais œil cet usage plus familier de la magie.

Pour autant, c’est le visage aussi inexpressif que d’accoutumé, qu’il se rapproche du vieillard.

Désormais à bonne distance, il se permet un salut selon la culture du mont Gagazet.  Il ferme les yeux, prend la peine de s’incliner un maximum, en plus de joindre les mains. Poing gauche contre sa paume droite, main tendue.

Et comme toujours, aucun son n’est émis de sa gueule aux crocs acérés.
more_horiz
« -Salut Bryke, ta bonne humeur fait décidément plaisir à voir. » Dis-je un sourire en coin pour taquiner un peu mon élève du jour.

J’aime bien Bryke. Déjà parce que point de vue espérance de vie il vaut toujours mieux apprécier les carnivores qui font un mètre cinquante de plus que soi mais surtout parce quelque part il me fait un peu penser à moi. Un mec un peu bizarre, pas bavard, qui surgit d’ont ne sait trop où pour servir la Sanctum on ne sait trop pourquoi, qu’on regarde un peu bizarrement parce qu’il a pas franchement la tête de l’emploi. Ouais j’aurai eu de la fourrure j’aurai pu être son père.

C’était peut être pour ça que j’essayais de lui donner un coup de main. Il se débrouillait déjà bien et c’était clairement le genre de mec habitué à s’en sortir seul mais…bah j’avais envie de le faire, voila tout. Solidarité de misanthrope j’imagine.

Enfin bref, trêve de mièvrerie, il était temps de passer aux choses sérieuses. Pianotant légèrement sur le bord de ma caisse avec mes deux mains je prends la parole.


« -Bon, je te l’avais dit la dernière fois qu’on s’est vu : t’as un bon niveau en magie, franchement par rapport aux autres tu te débrouilles bien. C’est pour ça que t’es seul aujourd’hui, clairement les autres ont pas le niveau pour…ça ! »

Brandissant soudain mes mains devant moi  je relâche le flux que j’ai accumulé dans mes doigts et deux blocs de glace jaillissent des mes index pour s’envoler au dessus de moi tandis qu’un bout de ma bure devient invisible et qu’une mini couche de gel enveloppe le pied du matou.

« -Voila,
dis-je en secouant la main pour dissiper mes sorts, je pense que t’as compris l’idée, ce coup-ci on va s’exercer à balancer plusieurs sorts en même temps. C’est clairement le truc qui m’a été le plus utile dans toute ma foutue vie de mage et je pense que ça doit être à ta portée, ou pas loin. C'est exactement la même chose que pour lancer un seul sort mais en double : tu choisis deux endroits de ton corps, tu y réunis assez de flux pour lancer tes sorts et tu fais sortir le tout en même temps. »

Seulement il y avait un truc qui me chiffonnait : sa façon d’incanter un peu chelou risquait peut être de l’handicaper là-dessus. Je le voyais pas faire ses signes bizarres avec une seule main, et encore moins avec un seul doigt. Mais bon inutile de l’emmerder avec ça, si ça se trouve il s’en sortirait très bien avec. Et puis mieux vaut éviter de vexer quelqu’un qui peut nous confondre avec le quatre heure de son quatre heure.

« -Vas y essaie pour voir. Même si tu penses pas pouvoir y arriver c’est pas grave, imagine que c’est possible et tente le coup. »
more_horiz
Le fauve secoue brièvement sa patte, chassant le gel loin de sa fourrure.

Son œil unique se reporte sur l’infirme, clignant brièvement. Pour une colle, c’était une colle. Il n’a jamais ô grand jamais vu un ronso lancer des sorts simultanément. Une série de Mudra, pour un sortilège, tel est la règle, et il y a toujours obéis.

Pour autant, son intérêt est piqué. Il est curieux, très curieux. Le fauve s’approche de quelques pas, laissant son regard se redresser vers la tour voisine. Les fenêtres du dortoir des paladins sont bien visibles, dommage pour eux, ils vont entendre la foudre.

Les premiers Mudras s’enchaînent. Le fauve essaye de se concentrer du mieux qu’il peut, fermant son œil unique, se privant de toute sensation. Il sent le flux magique dans son corps, il le sent frémir et se décupler à mesure que ses doigts alignent les divers signes. Mais déjà, la dissonance est de mise. Chaque fois qu’il essaye de séparer le flux en deux, la moindre mudra le rassemble à nouveau. Y croire, même si ça semble impossible.

Les mains griffues se referment sur le signe de la validation, tandis qu’une simple foudre tombe dans la cour. Laissant la terre trembler sous le bruit du sort. C’est effectivement un sortilège réussi, un seul… Pas deux…

Bryke montre brièvement les dents devant ce premier échec. Avant de retenter une deuxième fois, puis une troisième. Sans succès, la situation se répète à chaque fois. Ses signes semblent prisonniers d’un tunnel, d’une direction impossible à modifier.

C’est pris d’une intense frustration qu’il vient s’assoir au milieu de la cour, ses mains griffues sur les cuisses. Il essaye de réfléchir, de trouver un moyen, d’envisager comment il pourrait réussir un exercice de la sorte.

Son regard se pose un long instant sur l’arbre solitaire. Durant cette leçon de magie, il y a bien des mois, il avait déjà ressenti une frustration similaire. Y’a-t-il vraiment plusieurs manières de faire de la magie ? Pourquoi les fauves comme lui utilisent des signes quand d’autre se contente juste d’hausser la voix ? Il avait essayé de lancer des sorts comme ses collègues aspirants, mais il n’y était jamais arrivé.

Bien vite, son attention se reporte vers le vieillard. Qu’en pense-t-il lui ? Lui qui a l’air de connaître sa matière. Bryke se souvient ce combat contre les sans-cœurs, lorsqu’il avait utilisé son Ryuken sur lui. Il avait réussi à lancer, l’espace de quelques minutes, de la glace d’une seule main. Mais tout lui était alien, il ne faisait qu’imiter ce que sa corne lui permettait d’imiter. Jamais il ne réussirait à faire de même sans cette aide.

Les mains griffues se relèvent un instant, s’apprêtant à signer, à poser une question au vieux mage. Mais la réalisation lui vient bien vite. Sidhe ne l’a pas suivi cette fois, et le vieux mage ne parlera très certainement pas cette langue.

Il baisse les bras, avant de dessiner grossièrement sur le sable, usant d’une de ses griffes comme stylet. Le dessin est cruellement grossier, Bryke n’est visiblement pas le plus doué pour ce qui est artistique. Une chance qu’au moins, Faith lui ait appris autrefois les symboles les plus utilisé dans la langue commune :

Jongler avec ses problèmes Dessin10
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum