Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Le soleil s'était levé, comme chaque matin depuis qu'il était de retour au Château Disney. Dans sa chambre, ses rayons chauds s'infiltraient par rayures dont la lueur se répandait sur le sol immaculé. Elles avançaient, progressaient, se stoppant au pied de sa couette bleue qui trainait par terre, victime d'une longue nuit agitée. Au plus loin de la forme sinueuse, reposait sur l'oreiller son visage paisible sous les bras de Morphée. Du moins l'était-il jusqu'au moment où ses paupières s'entrouvrirent pour la première fois.

Ventus se protégea immédiatement le visage d'un mouvement de bras, ébloui par cet afflux lumineux soudain. Son corps bascula lentement vers le haut dans un premier temps avant qu'il ne baille bruyamment en étirant les bras. Puis il succomba une nouvelle fois à l'appel du matelas. Le jeune homme massa ses paupières, puis l'arrière de son crâne, profitant de l'instant pour passer ses doigts dans sa chevelure dorée plutôt décoiffée. Elle n'avait pas tenu face à ses remuements nocturnes incessants.

Il bascula sur le côté, ses jambes se repliant légèrement vers sa poitrine tandis que le même bras finissait par passer à l'arrière froid de l'oreiller. Son regard se perdit vers la fenêtre donnant sur les jardins, soucieux. La veille, Cissneï l'avait convoqué dans la Salle d'Audience afin de lui rappeler l'immense responsabilité qu'elle lui avait confié. Évidemment, elle ne l'avait pas présenté de cette façon. Mais même en y mettant les formes, il ne pouvait ressentir sa mission que de cette façon.

Mais comme la dernière fois, le blondinet n'avait pas su trouver le courage de lui expliquer qu'il se sentait totalement incapable de l'assumer... Ou plutôt n'avait-il pas voulu décevoir ses attentes, alors qu'elle avait pensé à lui pour une tâche si importante...

Finalement, il dut se résoudre à se lever et se diriger avec nonchalance vers la salle de bain. Ressasser les événements ne lui servirait à rien. Une fois son pyjama ôté et parmi le désordre de la pièce, il pénétra la cabine de douche. Ven ferma les yeux. Bientôt, l'eau s'écoula, achevant d'éveiller tous ses sens pour de bon. Les gouttes froides chauffèrent bientôt, puis il rouvrit les paupières. Un sourire se dessina sur son visage de nouveau paisible. Ses muscles se détendirent, relaxés par l'eau, sa chaleur et bientôt les frottements. Ses pensées s'éloignèrent loin de problèmes. Seul le bien-être demeurait.

Ven pensa à Irelia, cette étudiante de l'Académie du Consulat qu'il avait rencontré lors de son escapade à la Ville d'Halloween. Que pouvait-elle être devenue ? Il ne l'avait pas revu depuis ce jour. Sa dernière visite au Jardin Radieux ne lui en avait pas vraiment laissé l'opportunité. Toutefois, il avait récemment trouvé son profil sur les réseaux My GummiNow et contemplait régulièrement l'idée de la contacter pour prendre des nouvelles. Lorsqu'il quitta la douche, le garçon prit à peine le temps de ses sécher et d'enrouler une serviette autour de sa taille avant de se diriger vers sa chambre.

Il empoigna son gummiphone, posé là, sur sa table de chevet à côté du carnet de voyages que lui avait offert Aqua pour Noël, décidé à lui envoyer un premier message. Mais son regard perçut quelque chose, en coin. Son visage se décomposa à la vue du cadran de la petite horloge. Ventus n'était pas vraiment matinal, mais il aurait du être réveillé depuis plusieurs heures pour commencer. Onze heures et demi ! Le jeune homme lâcha directement l'appareil et se dirigea d'un pas frénétique vers la fenêtre, y constatant la terrible évidence : il y avait déjà foule dans les jardins.

- Attendez ! S'époumona-t-il en oubliant un instant qu'elle était totalement fermée.


Vite ! Il se hâta vers l'évier et manqua de trébucher à cause du sol légèrement humide, se rattrapant in-extremis. Il se brossa les dents, enfila précipitamment sa tenue habituelle - gilet noir et blanc à col rouge et pantalon gris bouffant. Il arrangea sa coiffure aussi vite que possible et enfila ses chaussures avant d'enfin quitter sa chambre. Ven parcourut les couloirs, dévala les escaliers des étages et ne cessa son sprint qu'au moment où il fit irruption dans les jardins. Le souffle saccadé par l'effort, il s'effondra à genoux dans l'herbe verte.

Il était arrivé trop tard.
more_horiz
Le premier entraînement matinal, ou plutôt cours, semblait avoir déjà commencé sans lui. En effet, pour une durée indéterminée, Ven allait devoir s'improviser enseignant. Une tâche pour laquelle il doutait être capable de se montrer à la hauteur. Malgré les avertissements, il était plutôt difficile pour lui de ne pas s'étonner du caractère plutôt atypique de ses élèves. Il ne saurait dire ce qu'il y avait de plus troublant entre la teinte violacée de leur peau ou encore leur accoutrement assez étrange.

Tous étaient des Shin, un peuple qui vivait au Pays Imaginaire, un monde qu'il avait déjà eu l'occasion de visiter peu avant de sombrer dans son long sommeil. De toute évidence, il avait encore beaucoup à découvrir sur ce monde et tous les autres, puisqu'il n'avait pas eu la chance de faire leur rencontre. La tribu des Genc s'entraînait au combat par binômes, sous le regard bienveillant d'une jeune femme plutôt coquette, même mignonne, pourrait-il avouer. Elle portait une jupe assez courte et un chemisier blanc, mais elle avait également un joli diadème qui attirait l’œil.

- Tout va bien ?


Ven secoua brièvement la tête. En rêvassant de cette façon, il ne s'était même pas aperçu que l'intéressée l'observait depuis quelques instants, l'air soucieux. Il se releva, chassa la terre ayant pu se nicher sur son pantalon puis s'avança vers l'inconnue.

- Ou... Oui. Pardon, je... Je suis en retard, tenta-il d'expliquer avec embarras en se frottant la nuque.
- Capitaine Ventus, l'interpella-t-elle, les sourcils soudainement froncés. Avec tout le respect que je vous doit, vous devriez faire preuve de moins d'insouciance.


Désormais à sa hauteur, le garçon baissa le regard. Par manque de confiance, il avait procrastiné. Et maintenant, cette attitude peu responsable causait des problèmes. Confus, oui, c'était bien le mot pour le décrire.

- Enfin, son visage se radoucit un peu, je n'en référerai à personne pour cette fois. Je vous laisse prendre la suite, lança-t-elle en lui faisant une tape sur l'épaule.


Ven bredouilla des remerciements quelque peu honteux et laissa sa phrase en suspens tout en lui adressant un sourire sincère. Pour cette fois, cette garde lui avait bien sauvé la mise et ne s'était pas montrée trop sévère. Il espérait qu'elle comble ce vide en se présentant.

- Officier Nathalie, se présenta-t-elle sobrement.


Et elle quitta les lieux, sans se retourner.

Le départ de l'officier se fit vite remarquer par les nouveaux élèves du jeune homme qui cessèrent leurs mouvements, interpellés par l'absence de celle qu'ils méprenaient pour la personne qui s'occuperait d'eux pour les prochains jours, voire semaines. La tâche lui semblait si vaste et irréalisable pour une personne telle que lui qu'il ne saurait quantifier le temps qu'il lui faudrait pour parvenir à leur apprendre suffisamment. Mais si Cissneï lui faisait confiance pour accomplir une telle mission, il lui devait au moins en retour de tenter de répondre à ses attentes.

Alors il se plaça là où se trouvait Nathalie avant qu'il n'arrive, sous un silence glacial de la vingtaine de personnes réunie en arc de cercle face à lui. Pétrifié, embarrassé, le jeune homme se racla la gorge dans un premier temps, entrouvrit les lèvres, puis les referma aussitôt. Quelle serait la meilleure façon de se présenter ? Il ne connaissait aucune des personnes qu'il avait en face de lui et n'avait jamais été dans une position telle que celle-ci. Le trac, peut-être l'avait-il. En tout cas, ça se comprendrait face à une telle foule d'inconnus... Mais non, c'était pas exactement ça. Il se sentait inconfortable à l'idée de ne pas être à la hauteur, ou d'être rejeté par manque d'expérience.

- Salut, s'exclama-t-il de façon audible, dans un ton teinté d'une pointe de timidité.


Il marqua directement une pause afin de jauger le public, sans grande réaction pour le moment.

- Je suis Ventus, reprit-il en se désignant du pouce. Pour les prochains... Il hésita sur la période, mais parvint après un court instant à retomber sur ses pattes. ...temps, je tenterai de vous donner quelques bases pour vous défendre.


Le blondinet marqua un nouvel arrêt. Maintenant qu'il s'était présenté et leur avait rappelé la raison de sa présence, il ne savait pas exactement comment poursuivre. Au vu de l'heure, passer directement à la pratique ne donnerait probablement pas grand résultat, mais il ne pouvait pas non plus arrêter si vite.

- Vous avez des questions ?


Tenter de faire participer les Shin fut tout ce que Ven trouva pour combler ce blanc. Pourtant, une dizaine de secondes s'écoula sans que rien ne se produise, renforçant ainsi son malaise... Du moins, jusqu'à ce qu'un curieux geste ne l'interpelle.

- Oui ? Adressa-t-il de façon amusée à un jeune garçon qui balançait curieusement sa main levée de gauche à droite dans un geste assez vif.
- Mam'zelle Kestia nous a demandé de vous aider à affronter les ténèbres... Z'êtes sur que y'a de quoi en faire tout un brasier ?
- Qu'est-ce que tu veux dire ? Questionna Ven, intrigué par l'expression étrange du Shin.
- C'est si dangereux ?


Voilà une question compliquée, vaste, pour laquelle il y aurait sûrement de meilleures personnes, plus sages, plus expérimentées, pour répondre. Mais grâce aux expériences qu'il avait traversé au cours de sa vie, Ventus avait pu se faire sa propre opinion sur le sujet. Il pouvait au moins tenter.

- C'est une excellente question, admit-il dans un premier temps, également pour temporiser un peu. Les ténèbres, comme la lumière, existent en chacun de nous, mais...


Ven s'interrompit, à la fois incertain de la suite, mais surtout le regard attiré par un mouvement. Il se précipita pour barrer la route à l'un des membres de la tribu qui tentait de partir sans un mot. L'homme mesurait une tête de plus que lui, probablement un peu plus âgé. Il fronça les sourcils, le détaillant de bas en haut. Il portait une veste noire à liserés rouges, munie de longues épaulières, longue à en descendre presque au niveau de ses pieds. Une ceinture rouge en tissu était nouée autour de sa taille. Il portait des boucles d'oreilles, trait par ailleurs commun à tous les Shin présents. Les siennes, noires et rondelettes, étaient attachées à ses deux longues oreilles, semblables à celles d'un elfe.

- Où est-ce que tu vas ? Ça t'intéresse pas ?
- Non. T'es dans le passage, kildé, rétorqua-t-il avec dédain.


Pourtant, Ven n'esquissa toujours aucun mouvement, interloqué. Cela ne manqua pas de faire s'impatienter davantage encore l'énergumène dont le regard émeraude se faisait de plus en plus présent et perçant. Une pression s'exerça contre son torse, puis son cœur fit un bond dans sa poitrine lorsque le Shin le bouscula vivement, lui faisant perdre l'équilibre.

- Eh, je t'ai rien fait ! Tu cherches la bagarre ? S'énerva Ven à son tour.


Mais le Genc poursuivit sa route sans se retourner, sous le regard agacé et médusé du jeune homme. Il ne comprenait pas. Ce comportement n'avait aucun sens. Ne s'était-il pas engagé de lui-même, comme tous ceux qui étaient présents pour protéger ce qui leur était précieux ? Alors pourquoi n'essayait-il même pas de l'écouter ? Pourquoi un geste aussi violent ?

- Ça va ?


Le Shin qui lui avait posé la question précédente s'était approché et lui tendait la main pour l'aider à se relever. A en juger par sa taille, il devait être un peu plus jeune que Ven. Il portait une veste similaire à celui l'ayant poussé, à la différence que celle-ci était bleu sombre. Sa coiffure, elle, était cependant moins inhabituelle que celle de son agresseur. Ses cheveux étaient noirs et, bien que plus courts, étaient suffisamment longs pour qu'une mèche rebelle recouvre l'un de ses yeux couleur noisette.

- Oui, merci euh... le rassura-t-il après avoir saisi la main qui lui était offerte, attendant que le garçon se présente.
- Ganael.
- Ravi de te rencontrer, s'enthousiasma Ven.


Bien que décontenancé par ce qui venait de se produire, le jeune homme retourna à sa position précédente. Puis il décida de profiter de cette occasion pour leur demander à tous de se présenter, omettant la question du jeune Ganael pour le moment. Après ceci, il les laissa, les observant partir, probablement pour la cantine. Et maintenant, que devait-il faire ? Le keybladeur n'avait rien prévu pour la suite et n'était pas certain de comment gérer l'élément perturbateur du groupe. Ou en fait, peut-être était-ce lui, le problème. Il ne savait pas comment s'y prendre pour enseigner.

Maître Eraqus aurait su quoi faire à sa place. Il se souvenait. Pour le temps durant lequel il avait pu vivre dans le manoir, il s'était toujours montré strict avec lui. Mais malgré cette sévérité caractéristique, le Maître avait toujours avant tout agi pour son bien. Il l'avait aimé, protégé et l'avait mené vers le bon chemin. Il le reconnaissait, éprouvait même des regrets à ce sujet. Ventus s'était montré particulièrement injuste, voire même ingrat avec lui, lors de leur dernière rencontre. Pour lui, il avait été comme un véritable père. Son cœur se serra simplement en se rappelant qu'il n'aurait jamais l'occasion de s'excuser.

Aqua, elle aussi saurait sûrement comment gérer la situation. Mais il pouvait - non, il devait parvenir à trouver la réponse par lui-même. Peut-être y verrait-il plus clair en rendant visite à quelqu'un qui pourrait peut-être comprendre sa position.

Lui aussi aurait sûrement besoin d'un peu d'aide après le dernier incident.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum