Kingdom Hearts RPGConnexion
Bravo à tous
Rufus Shinra Top-1 !
Rp final

more_horiz


C’était son premier dîner à la table du clan Nirun, et Nerguei n’avait pas une once d’appétit.

Les tentures de la yourte maintenaient une atmosphère pesante et enfumée - sans parler des plats brûlants qui s’alignaient un à un devant les convives. Comme pour contredire la vapeur trop riche, un vent sifflait dans son dos, glacial et inévitable si près de la porte.

Nerguei ne s’était pas offusqué de la place qu’on lui avait donné. Après tout, il n’était qu’un instructeur pour la maîtresse de maison : C’était normal qu’il soit placé en bout de table. Mieux, personne ne l'importunait, ici, à part une servante un peu trop pétillante qui semblait prise de fou rire à sa simple vue.

Enfin, ce dîner était l’occasion d’en apprendre plus sur les Nirun, clan qu’il avait été chargé d’espionner. Difficile, donc, de faire la fine bouche - Quoique, avaient-ils besoin de servir tant de viande ? C’était un repas extravagant, même pour un clan majeur comme les Nirun…

A qui essayaient ils de plaire, pour mettre autant d’effort dans un simple repas ?

De sa place, Nerguei pouvait observer tous les convives. Et, avant même passé les premières brioches de viandes, l’apatride eut une mesure de compassion pour son jeune élève et hôte, Dorji.

Ce dernier, droit et sérieux malgré ses cheveux gras, trônait à la place habituelle pour un khan : au fond de la tente, face à l’entrée. Loin du feu, il était à peine visible entre les tentures de la grande yourte familiale - et l’ombre semblait lui convenir, tant il rechignait à prendre la parole. Vu l’ambiance, Nerguei comprenait maintenant son caractère taciturne.

A la droite de l’adolescent, place d'honneur par excellence, se tenait le général Ozbeg. Sa barbe était déjà bien blanche, mais cela ne l’empêchait pas de bomber le torse dès que Jochi, mère du Khan et réel pouvoir du clan, citait son nom.

La matriarche en question siégeait à gauche de son fils. Régale sous ses étoffes délicates, elle n’en déferrait pas moins à son fils à intervalle régulier - sans que ce dernier ne daigne répondre par plus qu’une monosyllabe.

Puis, occasionnellement, mère et fils échangeaient un regard.

Que dire de ce regard ?

La tendresse maternelle exprimée par Jochi était presque dérangeante, de la part d’une femme aussi despotique. A l’opposé, son fils d’ordinaire si timide se figeait en une expression creusée de rancune, voire de dégoût.

Perturbé, Nerguei mordit sur sa cuisse de mouton. La viande était servie à la Hun : fade, saignante, et dégoulinante de graisse diverse. Il se lécha le pouce, avalant mécaniquement ce que cette jeune servante s’obstinait à placer sur son assiette.

Même le Prince Ganzorig, seigneur de guerre local et d’un rang plus élevé que tous les convives, finissait par détendre le protocole. Enfin, dans son cas, les mœurs aient tendance à se distendre totalement avant même qu’arrive le plat principal…

Nerguei avait beau mépriser les excès de son Prince, il n’en restait pas moins mal à l'aise face à la raideur des convives Nirun.

Qu’est ce qui se jouait, ce soir ?

La place de Jochi et de son fils semblait stable, de l’extérieur. Des vassaux de longue date, un général compétent et servile, un flux de revenu suffisamment fiable pour de tels festins -

Un flux de revenu ?

Nerguei fronça les sourcils.

Le territoire des Nirun est loin d’être prospère. Leurs forces, bien que loyale, ne sont pas réputées, et leurs raids sont rares et sans grande ambition depuis l’avènement de Jochi.

Il était déjà étonnant que les Nirun puissent subsister, vu leur timidité martiale.
Qu’ils fassent preuve d’un tel faste indiquait une autre source de revenu...

A nouveau, l’apatride étudia l’assemblée.
Mis à part le général Ozbeg, aucun guerrier ne siégeait en bonne place.
Plutôt que les visages rougis par l’alcool prévalaient des traits fermés, des murmures, des échanges par gestes plus que les exclamations si chères aux soldats Hun.

A droite de Nerguei siégeait son unique voisin, un prêtre en robe de shaman, alourdies de nombreuses fourrures et doreries. Puis, en succession, deux visages de marchands étrangement familiers, trois jeunes nobles, un imposant envoyé des clan Hun du Sud…

En face de l'apatride, l’ombre de la tente ne permettait de discerner qu’une artiste itinérante, dont les bijoux scintillaient à la lumière des quelques torches. Si, plus loin, le tissu vif d’un moine, drapé sur une carrure massive...
Les autres figures se tenaient à l'affût, comme tapies sous les tentures.

Peu à peu, les connections se faisaient dans l’esprit de Nerguei.
Les visages familiers, les échanges si particuliers, les bêtes qui changeaient si souvent de mains devant les étables, les trois sanctuaires qui séparent les terres Nirun de la frontière chinoise, le monastère qui veillait sur la porte Nord...

“Alors, vous êtes le nouveau serviteur de Jochi ?”
C’était son voisin, voix surprenament grave vu son visage encore doux.

“Ce n’est pas souvent qu’elle invite de nouvelles têtes…”
Etrangement, le ton n’est pas moqueur.

Nerguei plaqua un sourire amical sur son visage.

“J’ai été chargé d’instruire le Khan.” Intérieurement, il frémit. Quelle accroche !
Nerguei avait toujours été trop guindé pour la politique, et le Ciel devait bien rire de lui avoir imposé la carrière d’espion…

Mais le prêtre sourit. Ses dents étaient encore blanches, contraste frappant sur sa peau tannée par le soleil.
“Nous avons le même élève, dans ce cas.”

Curieux.
“Vous êtes son... confesseur ?”

“On peut dire ça.”
L’ombre des flammes dessinaient d’étranges motifs sur le jeune homme.

“Il m’a d’ailleurs parlé de vous.”
Son ton était riche, calme, et presque hypnotique.

Le prêtre avait à peine la trentaine, soit trop jeune pour avoir beaucoup de pouvoir religieux. Toutefois, il y avait quelque chose dans sa prestance, dans sa diction… Quelque chose d’intriguant et de savamment contrôlé.

Nerguei réprima un frisson. Trois envoûteurs en autant de mois ? Entre Narantuyaa, la Consule chinoise et ce prêtre étrange, le ciel ne riait plus de lui, Il s’acharnait.

“A dire vrai, j’ai manœuvré pour pouvoir vous parler ce soir…”
Voilà qui n'augurait rien de bon.

“Le prochain raid du jeune Khan Dorji arrive à grand galop.”
Nerguei leva les yeux. Il n’avait pas été informé, et son élève ne l’avait pas mentionné.

“Dorji parle de vous en bien.” Le prêtre étudiait l’apatride, toujours souriant.
“Il semblerait qu’il vous tienne en affection, en tout cas.” Les yeux inquisiteurs semblaient l'évaluer, particules par particules.
L’adolescent n’avait jamais exprimé un quelconque intérêt pour Nerguei, mis à part des questions pratiques : C'était un mensonge éhonté, ou alors Dorji cachait bien son jeu.

“Votre soutien lui serait particulièrement utile, surtout pendant son premier raid en tant que Khan…”
Nerguei se devait d’être prudent. Une telle offre, alors qu’il ne travaillait pour les Nirun que depuis quelques semaines, était plus que suspecte.
Mais l’opportunité était trop bonne.

“Il me faudrait convaincre Jochi…”
Les yeux du prêtre redoublèrent d'éclat.

***

Arrivé à la fin du repas, l’apatride commençait à avoir son idée quant au financement des mets qui lui étaient servis.

Comme pour valider ses théories, Jochi annonça non sans fierté des brochettes de cenelles, petit fruit mi-amer recouvert de glaçage coloré qui n’avait pas encore poussé sur les terres Huns.

Nerguei se laissa tenter, plus pour apaiser sa servante si empressée que par appétit.
Après tant de viande, la saveur semi-sucrée était un soulagement - Tout comme le fait d’avoir une excuse pour sortir de cette tente étouffante et trop silencieuse.

Dernière édition par Narantuyaa le Lun 30 Mar 2020 - 9:56, édité 1 fois

_______________________________
more_horiz
Coucou toi, c’est Tata Huayan pour ta notation.

Première notation depuis ma cure, je vais essayer de faire ça bien !

Alors déjà, un très bon header. Qu’est-ce que j’appelle un « bon header » me direz-vous ? Un bon header, selon moi hein, c’est une image qui est certes jolie mais qui devient un utilitaire pour le rp.

Exemple ici : le décor est posé tout de suite. C’est l’hiver, il fait froid, y a des petits fanions : on soupçonne un campement et ça tombe bien car nous sommes en Mongolie. C’est donc un bon point déjà car sans lire le rp, je sais à peu près où on est et l’ambiance possible.

Pour le rp, je vais tâcher d’être assez général dessus : c’est un repas sympathique, j’apprécie le cheminement de pensées de Nergueï qui se doute assez rapidement qu’il est pas chez les plus éthiques des Mongols. Au fil de la lecture, j’ai moi-même pensé : « oh les petits coquins ! ». J’imagine déjà un autre clan débarquer et les Nirun qui disent « ah mais c’est tout à fait légal, on a pillé ça à la frontière, circulez y a rien à voir ! ».

Nergueï est un personnage que j’aime bien. Il a même une certaine fibre « Agonnienne » à mon sens dans la mesure où les deux partages ce fait d’être à des endroits où ils n’ont pas forcément envie d’être à la base. « Agon » s’est planqué au Sanctum pour fuir le danger et Nergueï est chez les Mongols car c’est son éventuelle échappatoire pour l’avenir.

Voilà, voilà. Un RP sympathique et efficace et j’ai hâte de lire la suite des aventures de Nergueï en Mongolie !


Notation : Mini-série

Très Facile : 5 points d'expérience + 50 munnies + 1 PS en DEX.

J’envoie à Chen pour qu’il modifie ta fiche !

_______________________________
A la table d'un Khan Signat10

"I'm the light every night in your world
You revel in the glory of my beauty
Ready to watch me be legendary ?
'Cause I'm ultraluminary !"









Impératrice Céleste Éternelle Meng Tian -蒙天-, Fondatrice de la Dynastie Song, Porteuse du Mandat Divin, Reine des Hans, des Mandchous et des Peuples du Sud, Grande Magistrice des Arts Magiques, Protectrice de la Terre des Dragons, Souveraine Légitime de toutes les Terres sous le Ciel, Ambassadrice des Cités Dorées du Consulat, Consule de l’Étiquette et Dame de Chengdu








Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum