Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Le temps passe si vite dans la Cité Interdite.

Une réunion par-ci, une rencontre par-là. Les eunuques qui viennent demander approbation pour leurs travaux et projets, les ministres qui envoient en flux continu leurs rapports… J’ai à peine le temps de déjeuner et dîner en paix.

Heureusement, la méditation et les prières m’aident à rester sereine face à cette… Masse de travail sans fin. D’autant plus que je garde un œil inquisiteur sur les dossiers gérés par le Ministre de la Guerre Luo yating pour m’assurer que les armes et armures en provenance du Jardin Radieux soient distribuées selon ce que nous avions convenu et pas autrement.

Ce n’est pas le moment de créer des histoires.

Voilà donc que je me trouve dans mon bureau, ravie de sentir les températures se réchauffer peu à peu -signe que le Printemps approche, et j’avoue l’attendre avec impatience- mais inquiète aussi concernant certaines affaires très particulières.

J’ai contacté Arthur à ce sujet mais j’attends encore une réponse de sa part. Et encore, si ce n’était « que » cela… Les temps sont sombres et inquiétants. J’espère honnêtement que j’arriverai à tenir le cap de l’Empire et que nous éviterons un… Ou plusieurs désastres. En parlant de cela, je suis bien ravie de voir les militaires enfin en entraînement intensif.

Plus le temps passe et plus ils seront forts, compétences et aptes à mener la défense de notre nation face aux agressions extérieures. J’ai justement eu un rapport de mon cher frère me vantant les progrès de nos soldats. Tant mieux. Nous avons une forte armée, c’est bien qu’elle le reste.

Bon. Dossier suivant : rapport de l’immigration. Le premier qui plus est. J’ai hâte de voir ce que le contrôle que nous imposons à l’arrivée de l’astroport donne comme résultats. Je suis ravie qu’il n’y ait pas eu d’incidents déjà. C’est plutôt bon signe.

Je repense à la venue de l’inspectrice de la Shinra. Curieux qu’elle ne soit pas encore venue me voir. Le Président a toujours eu sa propre vision des choses, mais je ne vois pas vraiment l’intérêt pour lui de faire cavalier seul sur ce dossier… Même si je connais déjà le coupable. A vrai dire, j’ai hâte d’ « avouer » la suite d’arguments que j’ai préparé pour m’innocenter.

Certainement une affaire à suivre.

Et alors que je commence à feuilleter plus en détails le document, quelqu’un frappe à la porte.


« Qu’est-ce que c’est ? » demandé-je en levant les yeux du papier.

La porte s’entrouvre lentement et Wuhan, chef de ma garde personnelle se penche. C’est inhabituel.


« Il y a trois corbeaux qui ont l’air d’insister pour rentrer dans votre bureau… Que faisons-nous ?
- Je vais les recevoir, ouvrez. »

Il hoche la tête puis ouvre en grand. Trois oiseaux débarquent en trombe pour se poser sur les étagères et sur une des chaises en bois. Ils ont l’air essoufflé et pressés. Je fais signe à Wuhan de nous laisser.

« Allons, allons mes petits… Qu’est-ce qui se passe ? » dis-je tout en sortant trois tasses pour y déposer de l’eau : ils doivent boire.

Ils se précipitent sans dire un mot sur le liquide salvateur tandis que je reprends place dans ma chaise de travail. Je m’appuie sur le dossier tout en croisant les mains sur mon ventre mince. C’est alors que je remarque qu’il y a un vilain pli sur ma tunique, j’en profite pour remettre tout ça en ordre.

Après quelques instants de silence, les corbeaux se mettent à parler, l’un d’eux, le plus gros s’avance et effectue une brève révérence, très polie. Ils deviennent de plus en plus respectueux avec le temps, j’apprécie.


« Merci Votre Majesté pour l’eau ! Nous avons volé du mieux que nous le pouvons pour venir vous prévenir !
- Je t’en prie.
- Je suis Aile-Ombrage, du nid sud de Beijing ! Nous avons un reçu un message du sud !
- J’écoute. »

Il se pose sur mon bureau et lorsqu’il a trouvé une sorte de position agréable, il ne bouge plus :

« Un camp de bandits a été attaqué la nuit dernière dans une province près de la Mongolie et de la Grande Muraille ! Il y a eu une explosion, des morts et beaucoup se sont dispersés après coup… Du moins ceux qui ont survécu.
- Est-ce le fait des armées impériales ? Ces bandits ne sont-ils pas tombés sur un régiment en chemin pour le mur ?
- Négatif Votre Majesté Céleste ! »

Qu’est-ce que c’est que cette histoire encore ? Déjà, un camp de bandits proche d’une des zones les plus militarisées de notre Empire, c’est une chose… Mais en plus, ils se font attaquer par quelqu’un d’autre que l’armée impériale ?

« Qui a attaqué ce camp ? Je veux une description, un nom, un signalement : n’importe quoi !
- Il faisait nuit, nos frères et sœurs n’ont pas bien vu… Cependant, ils ont vu l’assaut : un tonneau de poudre explosive a roulé d’une colline pour se jeter dans les flammes ! Les bandits ont été soufflé et brûlé par l’explosion qui s’en ait suivie.
- Qui a poussé le tonneau ?
- Nous pensons que c’était une femme !
- Vous "pensez" que c'était une femme ?
- Non Votre Majesté Céleste : la personne avait un masque ! »

Tiens donc ! L’Innommable n’est plus le seul à répandre la mauvaise parole avec un masque… Un imitateur peut-être ?

« Où est-elle allée ensuite cette personne ? Après avoir lancé le tonneau dans les flammes.
- Elle est retournée à l’astroport et a décollé dans un vaisseau de la Shinra ! »

Je suis agacée. Si cette personne, femme ou homme masqué, est partie par l’astroport alors elle a eu un visa accordé avec un laisser-passer. Et je vois mal la Shinra faire cela... Je ne vois pas l'intérêt, donc c'est forcément pour une autre raison que de représailles éventuelles.

« Allez voir Aile-Ébène avant de partir. Demandez-lui de renforcer les rondes et les patrouilles dans les territoires : si cet individu se représente, il faudra réagir au plus vite !
- Compris, Votre Majesté ! Nous y volons ! »

Et les trois disparaissent après que j’ai ouvert moi-même la porte par la pensée.

« Francis, dans mon bureau. Maintenant ! » pensé-je sèchement en même temps.

Je me lève de mon siège et regarde par les fenêtres de bois tout en réchauffant mes mains près d’un brasero. Un camp de bandits attaqué… Pourquoi ? Comment et par qui ? Une troupe de voleurs… Attaquée par une personne ? Ce ne peut pas être l’œuvre des Mongols, ils n’attaqueraient pas en solitaire et Nergueï -ou les oiseaux de Mongolie- m’auraient prévenu s’ils avaient fait passer une équipe par-delà la Grande Muraille.

Si la personne est passée et est repartie par l’astroport, alors c’est un étranger.

Après un bref moment de réflexion, Francis arrive en trombes dans mon bureau, haletant en armure. Je lui ai déjà dit qu’il pouvait l’enlever dans la Cité Interdite, mais il m’a rétorqué ça lui faisait faire du « cardio »… Pourquoi pas écoutez.


« Qu’est-ce qui se passe chef ? Un problème ? » demande-t-il en reprenant sa respiration.

Je ferme la porte derrière lui et l’invite à s’asseoir. Il refuse.


« Je suis un homme d’action, je m’assois pas chef. Qu’est-ce qui se passe ? T’as l’air chiffonnée Huayan.
- Un camp de bandits a été « embusqué » hier soir, dans une province de l’ouest.
- Et bah c’est bien ça non ? L’armée a fait son boulot ?
- Ce n’est pas l’armée qui a fait le ménage… Ou plutôt la pagaille, car les bougres se sont dispersés après l’incendie de leur campement.
- Bah c’est qui alors ?
- C’est toute la question. » répondis-je, pensive et soucieuse.

Je lui tourne le dos un instant pour regarder ma bibliothèque tout en continuant de parler.


« Les corbeaux indiquent que la personne avait un masque et est partie en prenant les transports de l’astroport Shinra. Je n’ai pas plus de détails pour l’instant, à part que c’est peut-être une femme.
- Ok, je comprends le souci. Tu veux que je fasse quoi ?
- Prend une troupe de soldats de la légion au lotus doré. Tu vas à l’astroport, tu fouilles les registres des visiteurs qui sont arrivés et repartis dans un espace de temps court. Évidemment qui correspond à la maigre description que nous avons.
- Et ensuite je vais sur les lieux de l’attaque et je cherche des preuves ?
- Exactement. »

Je me retourne vers lui. Puis en silence, je vais à mon bureau et j’écris sur un parchemin de bonne qualité mon mandat autorisant Francis à enquêter où il veut, qui il veut et dans les conditions qu’il juge correctes et utiles pour mener à bien cette recherche de vérité. C’est suffisamment étrange et louche pour que nous jetions un coup d’œil.

Lorsque je finis d’écrire, j’appose mon sceau impérial dessus puis la confie à mon acolyte de toujours.


« Rapporte-moi une explication intelligible de cette affaire des plus curieuses, et ce rapidement.
- Ce sera fait, Huayan t’inquiète pas ! Je pars immédiatement, ça fait longtemps que je veux retourner chevaucher dans la campagne ! »

Et sur ces mots, Francis quitte mon bureau pour mobiliser une troupe de soldats pour l’aider dans sa tâche.

J’attends avec impatience le fin mot de cette histoire.

_______________________________
Une affaire suspecte Signat10

"So much power in the mind, Yes divine
Take your chance, you'll never be next in line"









Impératrice Céleste Éternelle Meng Tian -蒙天-, Fondatrice de la Dynastie Song, Porteuse du Mandat Divin, Reine des Hans, des Mandchous et des Peuples du Sud, Grande Magistrice des Arts Magiques, Protectrice de la Terre des Dragons, Souveraine Légitime de toutes les Terres sous le Ciel, Ambassadrice des Cités Dorées du Consulat, Consule de l’Étiquette et Dame de Chengdu






Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum