Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Une porte qui claque.

Un autre bar, sans obtenir ce que je recherche. Ce monde ne m'a pas manqué. Il faut dire que la seule occasion que j'ai eu de m'y rendre m'a suffisamment marqué pour que je souhaite l'éviter autant que possible. Mais je n'ai pas le choix. Si je souhaite faire avancer les choses, il faut que je trouve un autre moyen. Il m'est tout simplement hors de question de traiter à ce sujet avec la Shin'ra, surtout que je n'ai pas revu Ross depuis qu'il s'est aventuré sur leur territoire. Je serre le poing, celui de mon bras libre.

Dans cette tenue, je ressors trop dans la pénombre permanente de ce monde. Je m'enfonce dans une ruelle sombre, préférant éviter de me faire trop remarquer. Au loin, j'aperçois une teinte rosâtre que je crois connaître. Mais ce ne sont pas les néons rosâtres de cette boîte de strip-tease que j'ai vu lors de ma première visite que je découvre. Un patchwork de couleurs improbables s'y sont mêlées. Elles montent, montent et... Vont jusqu'au ciel. Je me frotte les yeux, espérant un instant avoir juste abusé sur la dose de caféine de la caserne de la garde.

C'est bien le pied d'un putain d'arc-en-ciel.

A pas de velours, je m'avance vers l'objet atypique de mon intérêt pour y dénicher une nouvelle curiosité : une sorte de lutin bizarre, tout de vert vêtu se trouve juste devant avec un chaudron en or. Mon regard noir s'anime d'avidité : je vais en tirer une petite fortune. Je concentre ma magie, puis je décris la forme d'une bulle d'un geste ample avant de diriger ma paume vers le gêneur. Une bulle violacée éclate à sa figure. Son corps chute vers l'arrière et s'affale sur la carrosserie d'une voiture en mauvais état.

Une puissante impulsion, mes doigts se resserrent sur la poignée et j'emporte en vitesse le butin de mon larcin, sans regarder vers l'arrière. Je serpente dans les rues, courant à en perdre haleine puis, une fois au pas de la porte du bar que cet inconnu m'avait indiqué, je m'arrête et me pose juste à côté, au sol, dos au mur. Je ferme les yeux, ma main droite se pose sur mon front. J'ai des fourmis aux jambes et un point de côté. J'ai plus l'habitude de sprinter aussi longuement. Mais j'ai un large sourire d'accomplissement sur les lèvres... Qui s'efface lorsque je rouvre les yeux.

- Mon chaudron !

Il est déjà loin, il se fait la malle tout seul ! Ou pas. Une multitude de minuscules créatures le soulèvent depuis le dessous. Je me relève pour partir à sa poursuite, mais la gravité semble soudainement me rappeler contre le trottoir. Je chute lourdement sur mon bras immobilisé, me faisant lâcher un râle de douleur. Mais ça ne s'arrête pas là : je n'ai même pas le temps de tenter de me remettre en équilibre sur mes jambes que des formes semblent s'agiter dans mon corps. Mon manteau se déboutonne soudainement, j'y plonge un bras et projette l'une de ces pestes vertes qui l'infestent.

- Saleté !
- Rends l'argent des irlandais ! Crient-ils à l'unisson dans une cacophonie épouvantable.

D'un coup, je me retrouve hilare à me rouler par terre. Ces diables me chatouillent et ça marche. Merde ! Les boutons s'ôtent un à un, je me débats, parviens à éjecter l'un de ces démons par terre pour mieux qu'il me saute au visage. Je ne vois plus rien d'autre qu'une forme verte et un trèfle à quatre feuilles. La colère me fait plonger la main dans l'une de mes poches... Mais mon arme ne s'y trouve déjà plus. Je grince des dents et lui met un grand coup. Je l'écrase de rage du pied pour le bloquer. Il ne bouge plus...

Merde.

Mon dernier bouton vient d'être retiré. Ces monstres semblent enfin comprendre où est la menace et m'immobilisent le bras droit en se cramponnant à lui. D'autres s'attèlent à tirer sur la manche pour me le retirer. Bientôt, j'assiste impuissant à la fuite du vêtement, toujours gêné par un certain nombre de ces êtres démoniaques qui me font trébucher, me griffent. L'un d'entre eux ose même me cracher à la figure. Je lève un bras inquisiteur vers le ciel d'un geste ample. La foudre tombe sur celui qui a osé commettre cette exaction.

Après un moment, ils finissent par m'abandonner, me lâcher et prendre la fuite. Mais je reste allongé au sol en battant frénétiquement du poing jusqu'à en ressentir une vive douleur se diffuser dans les os. Ne demeure d'eux que la forme odieuse de leur symbole qu'ils ont épinglé à ma poitrine. Je lève une main fatiguée vers le ciel.

J'ai toujours aimé le blanc de ce manteau. Malgré mes souvenirs confus, il m'avait toujours rendu nostalgique. C'était la seule chose qui subsistait de mon unique séjour à Port Royal, c'était comme un symbole...

Mais maintenant, il est loin.

Mollement, je pénètre "Chez Régis" et m'empresse de quitter ce monde maudit dès lors que je suis parvenu à y obtenir les informations convoitées.


Dernière édition par Kuro le Lun 1 Juin 2020 - 16:08, édité 1 fois
more_horiz
Je savais pas vraiment si j’devais rire ou pleurer. Je… J’avais vu le truc, ouais. Et j’avouais avoir porté ma main a mon front à ce moment. J’t’explique : tout le monde avait vu le bulletin météo, et vu l’heure j’pensais tenter ma chance. J’voulais pas spécialement une récompense ou quoi, non, j’te rappelle que j’étais chez les gentils à la base. Donc, normal que le type le plus qualifié s’intéresse à ça. Mais… c’que je venais de voir valait tout l’or du chaudron.

Ce mec, j’le reconnaissais. J’l’avais éclaté à deux contre un au tournoi. Alors, dans les faits ça me choquait pas tant que ça, j’veux dire, j’ai plus rien à prouver tu vois. Mais, il venait vraiment de se faire racketter par des leprechauns ? Non, attends. J’en ai niqué des leprechauns, franchement ils sont pas… ils sont pas oufs. Mais lui, il s’est fait un, mettre au sol, deux, chatouiller, trois… il s’est fait littéralement piquer sa fringue et là il repart en t shirt.

Je te le rappelle au cas où tu sois en mort cérébrale, c’est un mec de la coa. Chez les méchants donc. Alors, depuis mes hauteurs, ouais, j’me foutais carrément de sa gueule. Et j’le voyais se relever et partir dans une direction, résigné. C’est pas ce qu’il faisait mais ça m’aurait même pas étonné qu’il jette un regard autour de lui pour voir si son bolossage avait été vu par d’autres.

Bref, j’l’ai suivi, forcément. C’était beaucoup trop drôle. J’l’ai suivi jusqu’au truc et j’y ai posé la main sur l’épaule.


Très jolie performance. Rien à redire, vingt sur vingt change rien, que j’disais avec des éclats de rire dans la voix.

Non par contre sans déconner, j’étais censé faire quoi ? J’suis de la Lumière, il est de la Coa… Alors même si voilà, dans le fond j’ai rien contre eux, faut admettre que si je ramène une tête, ça peut… ça peut éventuellement m’aider à me blanchir en fait.

C’est un peu comme s’il était là au mauvais endroit, au mauvais moment. Mais bon, qu’est-ce que tu veux. On est en guerre hein ! Moi, ça me nique pas ma soirée, lui si, ouais, p’tête. Mais bon, moi ça me change rien et en soi j’fais une bonne action. A ton avis, il a tué combien de types ce mec ? Ouais, t’as raison. Moins que moi c’est sûr. Mais n’empêche que moi j’sais c’que j’fais en général. Pas lui.

Je souris.


S’ils ont pu te piquer ta veste, tu crois que tu pourrais me filer tes pompes ? Non, on a l’air de faire la même taille. On va voir pour ton fute ?

Allez. J’ai laissé filer l’autre andouille aux arcs-en-ciels pour ça. On va p’tête pouvoir s’amuser un peu quand même.
more_horiz
Mon cœur fait un bond dans ma poitrine lorsque je sens une main me toucher l'épaule. Le sang pulse immédiatement dans mes veines, je me retourne et m'apprête à envoyer le poing de mon seul bras valide dans la figure de mon nouvel agresseur, mû par l'instinct de survie nécessaire à circuler seul dans ces rues de la Dark City. Et là, le temps se fige. Les battements frénétiques de mon cœur s'arrêtent, mon visage se décompose, le teint blême sous l'effet de l'effroi. Je stoppe mon assaut, comprenant tout de suite sa futilité. Il n'atteindrait jamais cette cible.

De toutes les personnes que je pouvais croiser dans ce monde de merde, pourquoi lui ? Le maréchal Roxas me fixe, un sourire moqueur imprimé sur sa putain de gueule. Je recule vivement, bute dans une poubelle renversée et choit misérablement dessus sur les fesses, produisant un vacarme métallique.

- Qu'est-ce que tu fous là ? Gémis-je pathétiquement, pétrifié.

Ce type... Sérieusement, si ça pouvait le faire dégager loin, hors de ma vue, je lui filerais tout ce que j'ai. Mais je sais qu'il est pas juste venu me racketter, j'y crois pas un instant. Après être rentré de cette expédition imprévue au Palais des Rêves, j'ai fait des recherches sur lui. J'ai ouvert son dossier dans les archives du manoir abandonné. C'est un véritable taré, même à mon échelle.

Comment est-ce que la Lumière peut encore avoir confiance en lui ?

Il a été membre de l'Organisation XIII, a assassiné Claude Frollo et ainsi provoqué provoqué la déclaration de guerre du Consulat envers la Lumière, tagué le dôme du Sommet des Arts, activement participé à la fin du Palais des Rêves, sans oublier ce qu'il m'a fait... Et sûrement d'autres choses encore.

Il est bien plus dangereux que Jack, Lenore et Death. Peut-être même encore plus qu'elle.

Est-ce qu'il a déjà découvert que je fouine dans ses affaires ? Mais comment est-ce qu'il aurait pu l'avoir déjà découvert ?! Un traître ? Ou pire...

Enfin, advienne que pourra. Je me relève et le regarde fixement. Peu à peu, la terreur s'efface de mon visage, mais elle est toujours là. J'ai pas l'intention de crever ici, pas sans savoir qui je suis vraiment.

- T'es venu finir ce que t'as commencé ?
more_horiz
Ce que j’ai commencé ? Oh, arrête un peu. Si j’avais voulu te tuer, je l’aurais déjà fait, tu crois pas ?

Je lui souris et je viens m’asseoir sur un truc à côté de lui. J’suis un peu plus en hauteur, il doit lever un peu la tête pour me regarder, ça remet les trucs en place.

C’est une chance qu’on se soit croisés ! Kuro, mon pote ! que j’dis en lui frappant l’épaule.

Il était là à côté de moi, la mine apeurée. Comme si je venais de le capturer ou quoi. Et, ouais, je trouvais ça rigolo.

Tu sais ça m’emmerde. Parce que… ben ouais j’suis de la Lumière, et t’es de la Coa. La logique voudrait qu’on se la mette un peu vénère et que le gagnant ramène la tête de l’autre à son patron et tout. Mais…

Je laissais un peu d’attente avant de reprendre la parole, j’essayais de voir ce que son visage voulait bien me dire.

Mais ça servirait à quoi d’façon ? Ça avancerait autant la Lumière que ça ferait chier la Coa. Allez, soyons honnêtes… Tu te fais racketter dans une ruelle sombre d’Illusiopolis, même avec un pote vous vous faites latter au tournoi…

J’esquissais un petit sourire en y repensant. Putain, j’m’étais tellement kiffé ce jour là. La coa était bien passée pour des cons, eux, les petites terreurs bien méchantes tu sais !

Nan… Tu peux destresser, j’vais pas te buter, que j’dis en plongeant mon regard dans le sien. Non, non, non… Tu vas repartir avec toutes tes dents, tes deux jambes… J’suis même prêt à le coucher sur papier si tu veux une assurance. Hé, j’ai p’tète fait deux trois conneries mais, j’ai qu’une parole !

Je marquais une pause, quand même. Est-ce que j’avais déjà brisé une promesse… ? Bon, ça avait déjà dû arriver en fait, mais en général j’y croyais moi même ! Pis j’pense pas qu’il serait assez idiot pour m’attaquer. Il connaît bien, il sait qu’en une vingtaine de secondes j’peux le défoncer. Ouais.

J’suis venu te proposer un deal ! Un truc… mais genre excellent. Tu peux pas refuser. Tu deviendrais un héros pour ton groupe ! Enfin… là j’essaie de te le vendre le truc. Mais… j’te jure que c’est dans l’intérêt de la coa que t’acceptes.


J’étais pas dans l’optique d’aller me taper toute la coa. J’avais mieux a faire que de perdre une aprem là-bas surtout. En soi, j’pouvais rentrer, tout niquer, faire ce que j’avais a faire et ressortir, evidemment. Mais si on pouvait éviter le conflit, c’était pas plus mal.

Alors… t’en dis quoi ? Rassuré ?

more_horiz
- Peut-être, dis-je en réponse de façon totalement dubitative à sa première question.

Rassuré ? Non, pas tout à fait... Mais il a raison sur un point : s'il voulait simplement me tuer, il m'aurait sûrement déjà égorgé. Il a pu me toucher avant même que je remarque sa présence. Ouais, si ça avait été son intention, je serais mort sans comprendre comment, ni pourquoi. Un instant et bam, j'aurais subi le sort de certaines de mes victimes. Je vous assure, ça fait réfléchir, c'est quelque chose. Je soupire de soulagement.

Bon, on va pas se mentir non plus, je le sens pas non plus méga bien. Ce connard là, c'est le mec qui a ruiné tous les efforts de mon groupe au Palais des Rêves. Son passif montre qu'il est totalement instable. Et puis faut pas oublier qu'il fait partie d'un groupe ennemi. Il est juste pas fiable. Death me l'a bien dit... Roxas est exactement ce que je ne dois jamais devenir. Malgré la façon dont il présente son "deal", je suis sur la défensive. Je finis par me reculer légèrement, dégageant mon épaule de sa main pour lui montrer que je n'ai absolument pas apprécié le geste.

- Je sais pas. J'ai aucune confiance en toi.

La réponse est froide, honnête et directe. Comment est-ce qu'il se permet de me parler comme si on était potes ? Après m'avoir défoncé au tournoi et s'être complètement foutu de ma gueule il y a pas moins d'une minute, il s'attend vraiment à ce qu'on sympathise ? Cette journée va vraiment être pourrie jusqu'au bout ! Je ferme les yeux, je prends une inspiration et expire calmement pour essayer de garder mon sang-froid.

Admettons qu'il ait vraiment un truc de fou à me proposer, je dois pas rater l'occasion en lui foutant mon poing dans la tronche, mais c'est pas l'envie qui manque ! Il y a un gros point qui me dérange dans ce qu'il dit : j'ai aucune raison de le croire. Il peut - non, il va même sûrement tenter de nous la faire totalement à l'envers. J'ai pas l'ascendant, mais je dois lui montrer quand même que j'ai aucune intention de me faire embobiner par lui.

- Qu'est-ce que t'aurais à y gagner ?

Je reste totalement sur la réserve et je le jauge du regard. Ma question montre tout de même un peu d'intérêt pour sa proposition. Écouter ne me coûtera rien... Mais il va devoir se montrer persuasif s'il espère que je le trouve crédible.
more_horiz
Le gars était pas méga serein, on va pas se mentir. C’était pas un mal, déjà il tenterait rien de débile je pense, ça m’éviterait d’avoir a le cogner et de fait, cramer ma petite carte dans la manche. J’avais pas non plus envie de l’avoir a la peur en fait, c’que j’proposais c’était surtout pour arranger tout le monde.

Bon, écoute. J’connais bien le manoir, j’ai déjà visité, tout ça. J’te passe ma petite histoire perso parce que tout le monde s’en branle, hein.

T’sais le truc genre, blablabla j’étais dans la cité virtuelle, machin. Bon, j’pense que ça intéresse pas grand monde à vrai dire, je préfère rester dans le vif du sujet.

J’ai besoin d’accéder à la bibliothèque, j’cherche des bouquins. Malheureusement, mais tu m’dis si j’me trompe, si j’arrive devant le portail, c’est paf, on sonne la corne, talkie walkie « les gars on est dans la merde », fermeture des portes, transformation du manoir en fort, et j’rentre pas. Enfin, j’rentre si je veux, mais va y avoir des morts quoi.

Parce que ouais, tu te doutes bien que c’est pas deux barricades montées à l’arrache et trois sbires méga teubés qui vont faire grand chose. En général si je décide d’aller quelque part, j’y vais quoi.


Moi, j’suis cool. J’ai pas envie de tous vous tuer, comme là pour toi, votre petite armée elle me fait absolument pas peur. J’aurais envie de raser le groupe, je… l’aurais fait la semaine dernière, ou j’sais pas. Donc ouais, j’suis plus dans l’idée d’éviter un massacre. Tu peux m’appeler « le Pacifiste » si ça te chante.


Dans le cas de figure évoqué plus haut, si j’veux passer, va falloir que j’en pète des gueules. Ou des murs.. le problème c’est que le mur de la bibliothèque est porteur. Donc, j’peux pas rentrer non plus comme ça, faut que je me fraye un chemin, et ça implique de croiser des gardes et… bon t’as compris le schéma.

Ce que j’attends de toi… C’est que je vais te donner une date. La semaine prochaine le même jour, voilà, comme ça tu peux pas dire que tu veux pas savoir ou quoi. J’te force la main mais t’inquiète ça va être bien. Donc la semaine prochaine, moi j’vais me pointer au manoir. J’veux pas foutre la merde, j’veux juste un ou deux bouquins. Toi ton rôle, ça va être de te démerder pour me faire rentrer sans que ça parte en couille. T’ouvres une fenêtre derrière, tic tac, ou tu fais genre j’suis ton prisonnier, là dessus, tu te débrouilles. On va dire que t’as carte blanche.


En soi j’y demandais pas la lune. Juste d’être assez malin pour accepter et d’éviter une énième humiliation de leurs troupes quoi. En temps de guerre, l’image c’est important. Là par exemple, les gens les craignent, mais, t’es en droit de te demander pourquoi. Parce qu’ils ont précisément bien bossé leur image. La lumière à côté c’est « on le fait bien, mais on le fait mal ». Tu me suis.


Alors ? T’en dis quoi ? Si tu te démerdes bien, personne saura rien. Moi j’te balance pas puisque tu m’aides. Et toi t’auras le beau rôle, parce que t’auras évité une nouvelle défaite à tes potes.

J’y souris en écartant les mains. Logiquement, il devrait accepter. Ou… ouais y’a toujours la possibilité qu’il essaie de me la mettre à l’envers. Auquel cas là, bah… J’y propose un marché, s’il le rompt, c’est plus de ma faute si y’a des dégâts collatéraux, s’tu vois c’que j’veux dire.

Affaire conclue, Kuro mon nouveau meilleur ami ? Ou faut que je te rajoute une compensation auquel cas, je t’écoute.
more_horiz
- Tu te fiches de moi ?!

Ma voix tonne, mon bras se déplace vivement vers le bas, claque sur la poubelle sur laquelle je me suis finalement assis et fait tomber un sort de foudre sous l'emprise de la colère près de moi, du côté opposé à Roxas. Ce connard, là, il a bien montré qu'il me prend de haut, rien que par la place qu'il a choisi, plus en hauteur. Il s'est bien foutu de ma gueule en arrivant, il fait comme si on était potes alors que j'ai été à l'infirmerie pour ce qui m'a semblé une éternité à cause de lui, qu'il m'a souillé, humilié ! Mon pote a même disparu lors d'une mission que je ne lui ai donné que parce que j'étais plus apte à m'en occuper à cause de ça... Et après, il me présente un truc comme si que ça allait être LE truc que je pouvais pas refuser pour mon groupe et au final c'est juste CA ?!

Je manque de me lever et de faire ce que j'ai envie de faire depuis qu'il est arrivé, mais je parviens à trouver la force de m'abstenir en voyant le regard qu'il me jette. Il ne me laisse aucun doute concernant le fait qu'il ne me laissera pas agir le premier, que je dois m'arrêter là si je veux rester entier. Je serre le poing pour contenir cette violence en moi du mieux que je peux. Du calme. Je ferme les yeux, tente de reprendre un souffle plus serain et de visualiser quelque chose d'apaisant... Je vois la mer, un navire, des richesses, des personnes sous mon autorité. Tout ce que je souhaite : pouvoir, argent, indépendance. Ce que je ne pourrai jamais obtenir en continuant d'agir comme je le fais.

- Pardon, dis-je d'une voix plus calme en rouvrant les paupières, sans toutefois me sentir moins nerveux.

Ce type est juste bizarre. Il fait partie de la Lumière, pourtant, il sait se montrer d'une cruauté assez dingue et maintenant, il veut limiter les pertes en faisant ce qu'il veut dans notre manoir discrètement ? Il aurait pas un problème mental, plusieurs personnalités ?

- Aider la personne qui a foutu en l'air le bal... T'as pas idée à quel point c'est risqué pour moi. L'intendant Inèrsse m'a à l’œil et il me fera crucifier s'il découvre quoi que ce soit... Et je ne parle même pas de ce que me ferait Death !

Quand on voit le sort qu'a subi la mercenaire, ça met du plomb dans la cervelle. Et puis même, ce type serait pas naïf par hasard ? Je me fiche bien du sort d'une poignée de gardes noirs postés au manoir. Je suis dans ce groupe avant tout pour servir mes propres intérêts. Donc sérieusement, s'il se ramenait en défonçant la porte et défonçait tout, j'en aurais juste absolument rien à foutre tant que j'ai pas à l'affronter... Ce qui pourrait se produire sous le commandement de Jack. Je réfléchis un moment, avant de reprendre.

- Néanmoins, j'accepte de t'aider à deux conditions : la première, c'est que tu me dises de quels "bouquins" tu parles.

C'est plutôt logique que je veuille savoir ce qu'il prend, notamment pour connaître quelles informations pourraient détenir l'ennemi, mais aussi de façon plus logique...

- C'est avant tout pour assurer mes arrières, éviter qu'il y ait une enquête. On a une archiviste qui pourrait facilement découvrir que ça a été volé.

Et donc, pour qu'elle ne se rende compte de rien, il faudra que je remplace le ou les titres dans son registre. Ça ne devrait pas le gêner, ou du moins, je l'imagine, puisqu'il n'en aurait probablement pas dit autant dans le cas contraire.

- La deuxième... C'est que tu t'occupes d'une tâche que je ne peux confier qu'à toi.

En vérité, je pourrais également tenter désespérément de convaincre des mercenaires du Centurio ou de trouver un mercenaire compétent qui n'y serait pas affilié de s'en occuper à ma place. C'est ce que j'avais prévu de faire avant cette visite surprise de Roxas. Mais en y pensant bien, même si je le déteste et que je n'ai pas confiance en lui, il est sûrement ma meilleure chance. Il ne pourrait pas me trahir comme il l'a fait avec mon groupe sans conséquences, pas avec la carte que j'ai en main.

- J'ai besoin que tu t'occupes de recruter un ingénieur de la Shin'ra pour un projet personnel.

S'il serait en soif d'aventure, ce serait encore mieux. Enfin, je ne lui en dirai pas plus pour le moment : je resterai sur la réserve pour l'instant tant qu'il n'aura pas accepté. Bien que je déteste cette entreprise qui empêche l'accès à Port Royal, la Coalition Noire entretient une alliance avec celle-ci, qui n'est pas dans mon intérêt de rompre en agissant sans réfléchir. Une alliance que je pourrais d'ailleurs tenter d'utiliser à mes profits pour m'y rendre. Mais pour une raison qui m'échappe, me laissant un sentiment étrange, je préfère éviter autant que possible leur contact.
more_horiz
Intéressant, le gars à pas l’air de se maîtriser. C’est une donnée a garder de côté bien au chaud. Bref, il m’impose ses conditions. Mais quel culot, j’te jure ! J’y propose vraiment un truc soft, le mec a limite rien a faire, et le voilà qui m’emmerde c’est dingue. Comme si j’avais que ça a foutre que d’aller chercher un ingénieur. Pourquoi il va pas directement demander à l’un de ces mecs ?

Non. Non, non, t’inquiète pas. Y’aura pas d’enquête ou quoi, je vais rien voler. J’me pointe, tic tic, merci Kuro de m’avoir ouvert la fenêtre t’es un frère, je prends le bouquin, que j’mime un peu pour me foutre de sa gueule en des gestes exagérément précautionneux, puis je le lis, là j’mime la trajectoire de mes yeux sur un livre imaginaire, et ensuite !… je le repose sur l’étagère, j’en prends un deuxième si ça me va pas, et jusqu’à ce que j’ai l’info que j’cherche, parce que je sais pas ce que je cherche exactement, ben je continue. Une fois que c’est fait, je repars comme j’suis venu. C’est pas très compliqué.

Ca remplissait un point. Le problème c’était le truc de l’ingénieur. Il allait sûrement m’emmerder pour que je fasse sa course avant et, même si ça me dérangeait pas dans le fond, je préférais être sûr que mon truc se fasse, t’sais.

Un paiement, donc. Ton aide contre un mec. C’est méga chelou. T’sais, y’a sûrement des endroits ici pour ça. J’suis pas obligé de kidnapper un mec pour que tu puisses assouvir tes pulsions les plus, ardentes, que j’dis en bougeant les hanches de gauche a droite pour rendre la phrase ridicule.

Non, j’ai rien dit ! Commence pas à dynamiter la moitié de la rue pour une vanne, ce serait relou. J’suis d’accord, mais j’veux être sûr que tu m’entubes pas d’abord. Je paye les services seulement lorsqu’ils ont été rendus. Tu veux autre chose en plus peut-être ? J’sais pas, dis-moi.


J’le voyais venir à quarante kilomètres, lui. J’allais lui ramener ce qu’il voulait, et ensuite il me la mettrait à l’envers en prévenant tout ses petits potes. Rien que la mention du bal me démontrait que y’avait moyen.

Donc deux solutions, soit tu m’aides et je t’aide ensuite, soit… tu rentres chez toi, et ce sera juste plus compliqué que prévu pour moi. Tiens, j’vais le jurer. Je me glisse à côté de lui, passe ma main autour de son épaule et je sors mon gummiphone de ma poche avant de le tendre en selfie devant nous.

Je jure solennellement aider Kuro en lui ramenant un ingénieur de la Shinra sous réserve qu’il m’aide à rentrer dans le manoir discretos pour pas que j’aie à défoncer qui que ce soit.

Alors ?


more_horiz
- Qu'est-ce que... ?

Je manque de sursauter au moment où pour je ne sais quelle raison, Roxas passe sa main autour de mon épaule et me rapproche de lui. Au dessus de nous, il brandit une sorte d'étrange boîte que j'ai l'impression d'avoir déjà aperçu. Je me crispe totalement, toujours peu à l'aise avec la technologie. Je reconnais quelque chose qui ressemble à un écran, comme ceux que j'ai pu remarquer à divers endroits de ce monde. C'est plutôt désarçonnant lorsqu'on ne s'attend pas à apercevoir des images qui n'ont rien à voir avec l'environnement alentour, presque fascinant même. Comment est-ce que ces choses peuvent fonctionner ?

Comment peuvent-elles capturer notre image comme un miroir et la renvoyer en version miniaturisée ? Et puis, à quoi servent ces trois boutons en dessous de l'écran ? Au delà de ça, qu'est-ce que fiche l'autre lumineux pas si lumineux que ça ? Qu'est-ce que c'est que ce sourire d'abruti qu'il tire ? Je ne comprends toujours rien quand soudain, un flash lumineux m'aveugle. Je me recule sous l'effet de la surprise, me retrouvant ainsi donc étalé sur le dos de façon peu élégante. Quelques instants de quiétude s'écoulent, sans que je n'esquisse le moindre geste.

J'ai fermé de nouveau les paupières. Garder mon calme. Ne pas me redresser et tenter de lui lacérer le visage après qu'il se soit foutu une énième fois de ma gueule. Inspirer, expirer, doucement... Puis me redresser, lentement, sans faire de conneries. Je les rouvre, puis décide de tenter d'assouvir ma curiosité pour faire abstraction de mes envies de meurtre.

- Qu'est-ce que c'est ?

Je pointe du doigt l'objet qu'il tient entre les mains. Je crois que je viens enfin de me rappeler où je l'ai aperçu. Récemment, j'ai commencé à remarquer que certains habitants de la Cité du Crépuscule avaient le regard complètement fixé sur des machines dans le même style. Jusqu'ici, je n'y avais pas tellement prêté attention, mais maintenant que j'en vois une à l'action, je me demande bien ce qu'elle peut faire d'autre.

Il me dévisage. J'ai l'impression d'oublier quelque chose d'important... Ah oui, notre deal ! Donc, pour les bouquins, je pourrai pas savoir ce qu'il va lire puisqu'il va les laisser où ils sont. Tant pis, si j'insiste il risque de refuser le reste. Je vais me contenter de ce que j'ai pour le moment.

- Excuses-moi, je me suis simplement posé la question… En tout cas, marché conclu !

S'il venait à ne pas remplir sa part, je pense savoir comment réagir. Enfin, il a l'air au moins sincère, donc il ne devrait pas y avoir de soucis, du moins, je l'espère. Je lui tends la main, d'une façon un peu commerciale ou plutôt formelle pour conclure l'affaire. J'essaie aussi de lui faire un sourire, certes un peu forcé, mais j'aurai au moins tenté. Avec un peu de chance, ça suffira à ce qu'il cesse de se ficher ouvertement de moi.
more_horiz
Bon, une bonne chose de faite ! Il me tendait même la main pour conclure le deal, ce qui était assez inattendu au vu de ses réactions juste avant. Le sourire forcé, c’était pas encore ça mais, bon qu’est-ce qu’on s’en fout c’est un mec de la coa, forcément qu’il sait pas sourire autrement que quand il fait des trucs de méchant.

Si jamais t’en veux un, je t’en achèterai un. Ça coute que dalle, et ça permet plein de trucs, que j’y dis en lui tapant sur l’épaule. Tout le monde en a un maintenant, tu d’vrais t’mettre à la page !

Quoiqu’il en soit, j’avais plus rien à faire ici. Forcément que ça allait être chaud mon histoire, mais avec un petit coup de main comme j’te disais, ça pourrait se passer tout tranquillement. Sans que y’ait un connard qui souffle dans une corne ou j’sais pas quoi et que ça rameute tout le quartier. Non parce que… Ils me font pas peur, c’est sûr, mais si je commence à en défoncer deux ou trois, du coup j’suis obligé de tout niquer. ‘fin tu comprends, ce serait pas logique c’est la faction ennemie.


Bon, Kuroboy, tu devrais rentrer chez toi, tu vas finir par attraper froid.


J’ai ouvert un portail pour moi, et un portail pour lui.


J’sais pas comment t’es venu, mais si tu veux éviter de te taper le retour dans une navette qui pue, tu peux y’aller tu vas arriver directement dans le bois à côté du manoir. Sinon, tu peux aussi ne pas me faire confiance et aller payer ton billet, c’est comme tu veux. Moi, j’repars d’où j’viens. Je… te déconseille de me suivre, c’est pas un endroit recommandé pour les gens comme toi.

J’ai fait quelques pas en direction du portail, m’y engouffrant au tiers, et j’ai salué Kuro d’un signe de la main.


A dans une semaine ! Je compte sur toi, tu gères.

J’me demandais si j’allais vraiment trouver ce que je voulais dans ces bouquins. Ça coutait rien d’essayer, c’est sûr, puis si je trouvais pas ici, je trouverais forcément ailleurs. J’me demandais quand même si le mec allait pas essayer de m’entuber. Il avait l’air super conciliant d’un coup. Ouais, évidemment que j’avais remarqué, mais dans le pire des cas ça ajoutait un peu de piment au truc. Quelque part, il était prévenu.
more_horiz
Bon, il est enfin parti. C'est vraiment difficile de savoir si je peux le prendre au sérieux, notamment concernant ce... Bidule. Toujours est-il que je suis pas plus avancé. Tout le monde en possède un, ça, j'avais bien remarqué... Mais ça sert à quoi ? J'hésite à le retenir au moment où il franchit son portail pour insister, mais me ravise. J'ai l'impression qu'il s'est payé ma tête jusqu'au bout. Il me prend pour un gosse, "tu vas finir par attraper froid"... Sérieusement. J'ai eu l'impression qu'il parlait à un enfant qui quémande un jouet à sa mère dans un magasin. Au fond, je suis peut-être encore un enfant. Je sais pas vraiment quand je suis né après tout.

Mais parfois, j'ai de ces visions irréelles dans mon sommeil où je me vois comme ça, haut comme trois pommes. Je devrais être content qu'elles aient remplacées les horribles cauchemars que je faisais, mais au final, je le suis pas vraiment parce que c'est juste trop bizarre. Genre, je sais pas si ça vous est déjà arrivé, ce moment où quelque chose n'a aucun sens et pourtant, vous avez ce sentiment que c'est vrai, que ça vous parle, que c'est concret, réel et ça vous donne presque envie d'y croire. Eh bien c'est exactement ce que je ressens au réveil et ça me frustre.

Je me sens juste à l'ouest. Oui, peut-être que je devrais juste l'écouter, je dois sûrement juste me mettre à la page. Il faudra peut-être que je tire les vers du nez à quelqu'un dans mon monde pour en apprendre plus sur ces trucs. Ils seront sûrement plus bavards que lui. Je me lève et me retourne.

- Merde !

Rien. J'ai entendu un bruit tout à l'heure, Roxas avait bien ouvert un portail pour lui et il avait fait de même pour moi. Mais je suis tellement sur le cul de tout ce qu'il m'est arrivé dans ce monde pourri qu'il a du se refermer avant que je décide de le prendre. Je met un coup dans la poubelle, sans réfléchir. Visiblement, je vais devoir me taper le chemin pour l'astroport et attendre le prochain vaisseau Shin'ra si j'espère sortir de ce monde puant.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum