Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
« -Merci encore Damien, tu m’ôtes une belle épine du pied.
-A ton service, bon je file avant qu’on ne me voit avec ça. »


Et sur ces mots le jeune aspirant tourne les talons et s’en va poster la lettre qu’il a très gentiment accepté d’écrire pour moi. Bien entendu il a un peu rechigné à l’idée de réécrire une lettre pour Dame Lulu mais sa bonté naturelle et dix munnies ont fini par le faire accepter. Les jeunes parents sont toujours en manque de thunes, sachez le.

Le regardant partir quelques instants j’espérai que la destinataire devinerait le vrai contenu de la lettre. J’aurai préféré pouvoir être plus direct mais je ne voulais pas que Damien et d’éventuelle personne à l’éclaireur ne soit au courant de ma demande. Et puis bon le code n’était pas très compliqué à cerner, je voulais juste que quelqu’un qui lise la lettre sans se douter de rien n’en saisisse pas le sens. Et vu le regard un peu gêné de Damien j’avais au moins réussi avec lui.

Mais allez, ça c’est fait, passons à la suite ! Aujourd’hui j’avais une petite séance d’entrainement de prévu avec mes jeunes surdoués et il s’agissait de ne pas décevoir leurs attentes. Me dirigeant vers un coin désert de la cour d’entrainement du château je fais apparaître un petit cercle de gèle de cinq mètres de diamètre autour de moi. Une fois ceci fait je m’emparai de mon fidèle sac de caillasse et commençai à les charger d’énergies magiques avant de les laisser tomber au sol.

Bientôt l’entièreté du cercle fut parsemé de mes petites mines chéries. Cette fois –ci j’avais décidé de les écarter un peu plus que d’habitude, laissant environ soixante centimètre de libre entre chaque gravier. Vu ce que j’avais prévu ils auront bien besoin d’avoir un peu d’espace pour s’ébattre.

Finalement après quelques minutes mes jeunes ouailles finirent par débarquer ensemble. Depuis notre première leçon ensemble ils avaient prit l’habitude de ne jamais arriver seul, l’unité fait la force, j’étais content de leur avoir au moins apprit ça. Comme quoi les messes noires sont d’excellents outils pédagogiques.

En premier venait Néréine, jeune et seule paladin de notre petit groupe. Une grande silhouette athlétique, un regard méfiant et décidé et surtout un foutu coup de pied sauté qu’elle n’hésitait pas à sortir au moindre signe de danger.
Juste après à sa gauche je pouvais voir Thomas, le moins expérimenté du groupe. Il effectuait encore sa période d’aspirance sous ma tutelle bienveillante, quoiqu’un peu taquine. Ses éternels yeux fuyants et sa silhouette trop maigre pour sa grande taille n’en faisait pas quelqu’un de très menaçant mais sa nervosité commençait à s’effacer et à révéler un naturel assidu et sérieux. On en fera quelque chose.
Et finalement à côté de lui s’approchait Conrad, un templier confirmé taillé comme un roc. D’ailleurs tout rappelais le caillou chez lui. Son air et sa voix éternellement neutre ou son absence de vivacité. Néanmoins ses yeux mi-clos cachait un sens de l’observation et une mémoire qui m’avait étonné plus d’une fois.

Alors qu’ils ne sont plus qu’à quelques mètres de moi je lève mes mains devant eux, chacun contenant une pierre.


« -Droite ou gauche ?

-Gauche.

-Gauche.

-Euh…droite. »


Sans répondre je lance la pierre de gauche sur Néréine et l’autre sur Thomas, qui pousse un petit cri lorsque son projectile lui délivre quelques éclats de glace dans le pantalon.

« -Bien joué Conrad, bien joué Néréine. Z’avez deviné comment ?

-Votre mains droite était plus pale que l’autre, vous aviez tenu le caillou plus fort ou plus longtemps qu’à gauche.

-Et moi je me suis dit que Conrad savait ce qu’il faisait.
Dit Néréine avec un hochement d’épaule.
-Pas mal, j’aurai préféré que vous vous serviez de votre détection magique mais j’imagine que c’est le résultat qui compte. Bon perdons pas plus de temps, aujourd’hui vous allez vous combattre là dedans. »

Dis-je en indiquant le cercle.

« -Le but du jeu est très classique, vous allez devoir faire sortir votre adversaire du cercle. La subtilité vient des moyens à votre disposition, interdiction de toucher votre binome avec votre corps. Du coup il vous reste quoi d’autre ?

-Ben…notre magie ?

-Oui Thomas, bien entendu mais c’est pas tout.

-Les cailloux ensorcelés présent dans le cercle.
Cracha Néréine.
-Tout à fais, l’intérêt de l’exercice ça va être aussi de les voir comme des outils. Savoir se servir du terrain à son avantage c’est toujours utile. Et pour terminer je vais ajouter une petite contrainte de plus. Mettez vos mains derrière votre dos et retournez-vous siouplait. »

Ils n’obéissent pas tous de très bon cœur, mais mes trois élèves s’exécutent, je m’approche alors de leurs mimine et les enveloppent dans un bon bloc de glace. Forcément ça ne plait pas à Néréine qui fait un bond d’un mètre et se replace face à moi.

« -C’est quoi cette embrouille encore ?!

-Du calme, c’est juste là pour…disons vous encourager à ne pas vous servir de vos mains.

-Mais on va faire comment pour incanter ?

-En vous servant du reste de vot’ corps. Vous savez pas combien de fois ça m’a sauvé la vie de pouvoir balancer mes sorts en utilisant mes pieds. Allez vous allez voir c’est pas plus compliqué que d’utiliser vos mains, faut juste envoyer votre magie dans vos jambes plutôt que dans vos bras. Néréine, Thomas, en piste vous commencez. »

Avec un degré d’enthousiasme très relatif mes deux élèves se placèrent face à face , chacun à un bords du cercle. Je leur laissai quelques secondes pour mettre en place un plan d’action puis tapai dans mes mains pour donner le signal.

Personne n’aurai parié un seul munnie sur Thomas, sur le papier il avait absolument aucune chance de gagner. Néréine était un paladin entrainée, elle avait des compétences martiales, une expérience des combats et une assurance que le jeune apprenti templier était loin d’égaler. Cependant Thomas avait un avantage.

« -Barzaï !
Incanta Thomas en shootant vers son adversaire.
-Virst !
Cria Néréine en frappant le sol de son pied.»

Si des deux coups de pieds celui de Néréine avait bien plus de classe, la boule de feu qui sortis de la botte de Thomas avait, elle, le mérite d’exister contrairement au sort du paladin. Néréine fit un rapide pas de côté pour esquiver le sort du templier mais, sous la surprise de voir son compère réussir du premier coup, elle ne réussit pas à éviter de marcher sur un premier caillou. Le choc la déséquilibra un court instant mais mon jeune apprentis hésita trop longtemps à profiter de son avantage et elle se rattrapa bien assez tôt pour éviter la deuxième boule de feu du gamin.

« -Mais d’où t’y arrive aussi vite ? Virst !

-Barzai !
Se contenta de répliquer le jeune homme. »

Là encore le sort du templier fut le seul à sortir et Néréine du bientôt rester sur la défensive pour supporter la pression de Thomas. Ca faisait plaisir de voir le timide Thomas mener ainsi la danse pour une fois.

Alors certes son talent était moins en cause que notre dernière séance de cours seul à seul que j’avais intégralement passé à lui apprendre à jeter des sorts avec ses pieds. Mais, hé ! Fallait bien lui assurer un léger avantage sinon les deux autres lui aurait roulé dessus sans pitié. Et puis vu le peu de temps qu’il lui aura fallu pour jeter son premier sort quand on était seul j’étais assez confiant quant aux capacités de Néréine à renverser la vapeur.

Parce que mine de rien mon apprentis avait beau s’épuiser à lancer ses boules de feu il avait du mal à viser adroitement avec ses pieds et la jeune fille ne s’était pas encore prit un seul coup. Hors tout le monde savait que Thomas ne pourrait pas tenir encore très longtemps comme ça.

Et en effet au bout d’une demi-douzaine de boule de feu le jeune aspirant dû s’arrêter, au grand soulagement du paladin qui avait reculé jusqu’à poser un pied sur la ligne du cercle. Néréine saisi tout de suite l’opportunité.

Fonçant sur Thomas celui-ci
amorça un mouvement de recul sous la surprise. Cependant la guerrière avait encore les consignes bien en tête et loin de lui sauter dessus elle pila juste avant de le toucher. Le sol poussiéreux de la cour fut projeté sur Thomas, emportant du même coup les cailloux qui se trouvaient dessus. La position de Thomas ajoutée aux chocs des explosions le déséquilibrèrent sérieusement ce que Néréine exploita immédiatement. Pilonnant rageusement le sol à coup de pieds elle incanta avec vigueur.

« -Virst ! Virst ! VIRST PAR ETRO ! »

Et comme un accusé de réception divin la foudre finit enfin par tomber sur le pauvre Thomas qui ne put s’empêcher de chuter hors du cercle sous la violence de l’impact.

« -Bien joué Néréine, Thomas c’était très bien aussi. Je suis déjà content que vous ayez réussi tous les deux à me balancer des sorts corrects. Thomas hésite pas à remuer un peu plus, j’sais que Néréine fait flipper mais justement raison de plus pour garder tes distances avec elle. Bon prochain match Conrad contre…Néréine, désolé mais Thomas a plus morflé que toi. »

Et après cinq minutes de pauses les deux adversaires partent tous les deux se mettre en position, j’attends trente seconde et donne le top départ.

« -Virst !

-Drorkl. »


Encore une fois les deux combattants ont incanté d’un coup de pieds dans le sol sans prendre le risque de s’approcher de leur vis-à-vis. Mais pour le coup si l’éclair du paladin frappe le colosse, qui a juste le temps de faire un pas de coté pour esquiver, rien ne sort devant Néréine. Celle se précipite au contact du guerrier sans perdre de temps et...


« -Drorkl. »


Conrad fit preuve d’une agilité peu commune pour le tronc d’arbre qu’il était et
réussi à incanter en reprenant son équilibre,  soulevant un bloc de pierre juste devant Néréine alors que celle-ci n’avait pas encore fais trois pas dans sa direction. La jeune fille toujours aussi réactive stoppa nette sa course en faisant un saut en arrière pour…se prendre les pieds dans le petit bloc de terre que le templier avait soulevé derrière elle avec sa dernière attaque.
L’élan de son saut et la surprise de la guerrière eurent raison de son équilibre et celle–ci ne put éviter de
finir le cul par terre, en dehors du cercle.

« -Et bah…combat terminé, je m’attendais pas à ce que ça aille aussi vite. Bien joué Conrad, t’as bien anticipé les actions de ton adversaire. Toi Néréine fait gaffe le coup de foncer sur Conrad était peut être un poil trop prévisible, fait toujours attention à pas faire la même chose trop de fois.

-C’est vrai,
répondit le paladin avec une modestie surprenante, mais je ne m’attendais pas à ce que Conrad réussisse aussi vite à lancer ses sorts.
-Je n’ai pas réussi vite.

-Ah ben si je t’assure, moi il m’a fallu bien plus de temps.

-Non, je me suis entrainé pendant votre combat. J’y suis parvenu en même temps que toi.

-Quoi ?! Mais c’est de la triche, non ?

-Ah j’avais rien précisé là-dessus, c’est plutôt bien vu de sa part.
Répondis-je avec un soupçon d’amusement dans la voix. Bon ben dernier combat Conrad et Thomas, préparez-vous. »

Le dernier match fut encore plus court que le précédent. Conrad avait de toute évidence noté que pour lancer ses sorts Thomas devait rester en équilibre sur une jambe pour viser sa cible avec l’autre. Lorsque je donnai le signal de départ ce
dernier commença son incantation et Conrad frappa le sol pour lancer le sien, il était un petit plus lent que Thomas mais la paroi de terre qui s’éleva sous la jambe porteuse de son adversaire suffit à le faire chuter à l’extérieur du cercle.

Un seul sort et c’était finit.

« -Bon et ben…match terminé, bien joué Conrad et Thomas te positionne pas d’entré de jeu trop sur le bord, si t’es déjà dos au mur au début d’un combat tu pars avec un désavantage. »

J’étais un peu mal pour lui il avait l’air dépité et ça pouvait se comprendre même si quelque part sa défaite n’avait rien de honteuse, il affrontait des adversaires bien plus fort que lui. Mais voila se faire dégager en cinq secondes ça fait jamais plaisir.

Finalement je fis encore quelques rounds entre mes ouailles mais le but de l’exercice étant rempli je mis rapidement fin au cours. Inutile de trop bouffer l’amour propre de Thomas.

C’est donc après une bonne demi-heure d’entrainement que mes disciples et moi prenons le chemin du Poney Fringant. A la fin de chaque cours particulier j’offre une bière à mes trois souffres douleurs, ça permet de renforcer un peu la cohésion du groupe. Et puis si j’peux faire en sorte que trois personnes dans la Citadelle ne me souhaite pas de crever dans des conditions horribles c’est toujours ça de prit.

Arrivée dans l’enceinte de la taverne Thomas ne peut retenir un petit sifflement admiratif.


« -Hé ben, y a du monde aujourd’hui. »

En en effet l’endroit était plein à craquer, la faute à trois tonneaux de Stormstout que le tenancier à miraculeusement retrouvé en dégageant les gravats du sous sol d’une habitation en ruine. Vu le départ du créateur du Consulat et notre entrée en guerre avec ce dernier il y avait fort à parier qu’on ne pourrait plus se pinter la gueule avec de l’aussi bonne bière avant un bail.

La nouvelle avait donc rapidement tournée parmi tous les soiffards de la Citadelle et l’établissement avait rapidement connu une affluence qui pouvait rivaliser avec l’ordination du Primarque. Deux bonnes pintes valent donc un Primarque, bon à savoir.

Nageant dans toute cette foule nous finissons quand même par trouver quelques places de libres dans un coin, croisant au passage quelques collègues qui auraient peut-être dû se trouver en patrouille plutôt qu’ici.

Alors que Conrad me file un coup de main pour me hisser sur un tabouret j’entends d’ailleurs la voix forte d’Ephrem, un des mecs qui doit garder les prisons de la Citadelle, il a dû trouver des potes pour le remplacer en catastrophe vu les clés de prison qui pendouillent toujours à sa ceinture.  Tiens d’ailleurs il lit quoi cet abruti ?


« -…Fabrizio avait lâcher sa lame. Ses bras l’avaient recueilli dans la hâte lui épargnant de tomber… »

Tiens, une fiction sur le Fabri’ ?

« -… Les mains de Cassandra remontèrent contre la flanelle du torse du soldat… »

…Pardon ?

« -…Depuis combien de temps attendait-il cette occasion sans même s’en rendre compte ? Depuis plus longtemps qu’il ne l’aurait cru au vu de l’urgence qui enflammait ses veines… »

Pardon ?!



...

...

PARDON ?!

Je ne rentrerais pas dans le détail mais il y avait de quoi faire rougir le vieux Gildas en personne. Et le vieux Gildas était un éleveur réputé pour avoir plus de porcs que d’humain dans son arbre généalogique.

Lorsqu’il termina sa lecture un silence relatif s’était installé sur les quelques tables alentours. Apparemment j’étais pas la seule personne disons…étonné par ce que je venais d’entendre.


« -Whoa,
finit par risquer quelqu’un, L’auteur doit avoir sacrément envie de se prendre une épée dans le bide.
-Et l’éditeur qui a accepté de faire imprimer ce torchon devait avoir une pinte de trop dans le gosier. Je ne sais pas quand ni comment mais il va y avoir du vilain.

-Bah, vous emballez pas les gars. Le Sanctum fera probablement rien du tout. Le primarque a déjà déclaré la guerre au Consulat, si il prend des mesures contre une maison d’édition à cause d’une fiction un peu salé il va vraiment passer pour un dictateur.

-Ouais, la liberté d’expression, tout ça. Et puis même si la maison d’édition est de chez nous l’auteur est probablement un étranger, on peut pas aller sur un autre monde et rafler un gars comme ça .

-Mais y a pas moyen de…genre porter plainte ?

-Et auprès de qui ? A moins qu’il ne vienne du Domaine ou d’un monde de la lumière on a de liens avec personne. Et puis encore une fois c’est une fiction, on peut pas empêcher les gens d’écrire ce qu’ils veulent.

-Mais des trucs pareils c’est pas genre…interdit par nos lois ou un truc comme ça ?

-Haha ça se voit que tu débarque, Grell faisait pire par sa seul présence.

-Ouais ‘fin lui on aurait vraiment dû le virer pour le coup.

-C’est clair que c’était une belle ordure. Mais sinon non, on est pas l’église catholique et on est assez loin d’une ode à Shemazaï là dedans. Etro à rien dit quant au fais de faire grincer le sommier entre gens consentant, que ce soit dans un bouquin ou dans la vrai vie.

-Et personnellement ? Vous pensez pas que Valeri et Pentaghast vont vouloir contacter l’enfoiré qu’à fait ça pour lui faire retirer son torchon, non ?

-C’est clair que les rumeurs que ça va créer vont pas leur faire plaisir.

-Bah c’est des rumeurs justement. Après ça les regarde mais je pense qu’ils ont sans doute mieux à faire.

-Ouais ils vont probablement attendre que ça se tasse j’imagine.

-Hé par contre j’aimerais
pas participer aux entraînements des paladins ! Pentaghast va jeter dans le gouffre de Maléfique tous les malheureux sur qui elle pourra passer ses nerfs.
-Haha et si Valeri est vraiment avec Aubrey il va sans doute devoir acheter tous les beignets au pomme du marché
pour avoir la paix. »

Un éclat de rire probablement pas mal motivé par les choppes déjà vidé jusque là secoue notre petit groupe. On aurait pu en rester là mais j’avais envie d’insister un peu, on avait clairement deux groupes avec des avis distincts. Si moi et la bière aidions un peu les choses il n’était pas impossible que ça finisse par chauffer un peu et...ça pouvais m’arranger.


« -Donc vous pensez que personne ne va rien faire ?

-Si on était pas en guerre contre deux groupes inter-mondiaux peut être, mais là on a sans doute mieux à faire à mon avis. Et puis honnêtement c’est pas crédible, quiconque à déjà croisé la dame de fer au moins une fois sait que la seule chose pour laquelle elle éprouve des sentiments humains c’est la statue de tortue devant laquelle elle fait ses prières.

-Ça et le primarque.

-Et c’est reparti…

-Non mais attendez à peine le gars débarque qu’elle est déjà promu au plus haut poste possible alors qu’elle faisait même plus partie du Sanctum à ce moment là. »

Des insinuations très graves qui, j’avoue, ne m’ont pas fait plaisir du tout, d’ailleurs vu l’expression moins légères des gens autours j’étais pas le seul.  Mais plus encore que moi ou d’autre templier c’était Néréine qui semblait le prendre le plus mal. La jeune paladin était parfaitement calme en apparence et plus que tout ça annonçait de gros gros ennuis.

Mais monsieur ragot avait trop de Stormstout dans ses veines pour s’en apercevoir, il suffirait d’un rien, d’un micro-encouragement pour qu’il continue sur sa lancée et fasse dégénérer la situation. Ce serait vraiment extrêmement irresponsable de ma part  de lui donner la réplique.


« -Et alors ?
Dis-je d’un ton froid.
-Ben faut pas être bien malin pour deviner qu’il y a de la promotion canapé là dedans. Mais j’vous apprends rien, vous les mages vous êtes pas les rois des coups tordus ?
Dit il en nous indiquant de sa choppe.»

Je pensais que ça ne suffirais pas et j’étais en train de me creuser la cervelle pour trouver une réplique qui mettrait innocemment le feu aux poudres quand Ephrem sembla se rappeler de quelque chose en fixant la jeune fille. Lui et l’alcool qu’il avait dans le sang continuèrent  tout seul comme des grands.  

« -Et avec Néréine à vos côtés vous devez à bonne école
d’ailleurs. J’imagine que son père lui a… »

La choppe qui s’écrasa sur son nez l’empêcha de finir.

Sans plus de préavis ils se jetèrent l’un sur l’autre ce qui m’aurait tiré le petit sourire de satisfaction qu’ont les sales batards qui arrivent à leurs fins. Malheureusement le fait que j’étais entre les deux rendait la chose plus inconfortable que prévu.

Au dernier moment je glissai de mon tabouret et m’accrochai à la taille du gars. Ça n’arrêta pas les hostilités mais ça me permit de me baisser assez pour esquiver le coup de pied que la jeune fille envoya au poivrot.

Tombant au sol avec lui je me cognai le front contre le bord d’un banc qui trainait par là et alors que les gens commençait à prendre parti pour l’un ou l’autre de manière…disons très concrète je me décidai à agir.

Lâchant mon nouvel ami je plaquai mes mains au sol dans l’intention de créer les tout premier glaçons fourrés aux hooligans quand…


« -Mais qu’est-ce que c’est qu’tout ce bordel ! »

Le tavernier en personne finit par s’interposer. Il avait une petite carrure sèche et une moustache plus épaisse que ses bras mais son autorité aurait pu remplir facilement tous les tonneaux qui se trouvait dans son sous sol.

La gueulante qu’il poussa dura une bonne minute et lorsqu’elle s’acheva les belligérants n’avaient plus d’autre choix que de quitter l’établissement en baissant les yeux. Rester voulait dire affronter un regard qui aurait pu réduire en cendre un bloc de granit.

Alors que je faisais mine de les suivre il m’arrêta brusquement.


« -Non pas vous. Z’êtes le plus gradé et j’entends bien qu’le Sanctum m’paye la chope que votre bonne femme a brisé. »

Et sans en dire plus il me convia d’un geste à le suivre dans son arrière boutique, ce que je fit en prenant juste le temps de ramasser ma fidèle sacoche de caillasse.

Une fois dans une petite pièce assez mal éclairé, tapissé d’étagères pleine de bocaux et de cagettes, l’aubergiste s’adossa sur un fut et me regarda d’un air indéchiffrable.

Quel hasard tout de même de croiser ce braves Ephrem aujourd’hui, dans une taverne que je fréquente assidûment avec mes élèves depuis deux mois maintenant. Pile le jour où est annoncée une offre spéciale.

Offre qui avait des chances de le séduire puisqu’on l’avait déjà vu déserter brièvement ses fonctions pour des évènements similaires. Du moins d’après le Renardeau qui avait trainé à proximité de la prison par hasard pendant une petite semaine.

Quel hasard aussi que cette taverne soit tenu par quelqu’un qui a perdu son fils dans les décombres de la Citadelle, le jour où March a refusé l’aide du Consulat. Quelqu’un qui n’aura donc pas trop de mal a resté discret si un honnête templier lui dit qu’il va mettre quelques bâtons dans les roues du Primarque.

« -Alors ? Vous avez ce que vous vouliez ?

-Ouaip, merci encore de votre coup de mains.
Dis-je en levant une main qui tenait un trousseau de clef qui venait tout juste de redevenir visible. »

Vu les circonstances peu de chance qu’Ephrem comprenne que je lui avais volé. Lorsqu’il s’apercevra de leurs disparitions il viendra les chercher ici en pensant les avoir égaré pendant la bagarre. Version que ce brave tavernier confirmera en lui rendant son trousseau.

Vidant mon sac de ses cailloux j’en sors plusieurs poignée d’argile que je suis allé chercher au fond de la rivière du cimetière la veille, un hasard encore une fois. Sans perdre plus de temps j’entreprends alors d’imprimer l’empreinte des clefs sur des pains d’argile. Il allait falloir qu’il sèche discrètement pendant un petit moment mais le tavernier avait accepté de les cacher ici.

Bon la première étape s’était bien passée. Plus qu’à lire le journal avec attention pour savoir quand lancer la deuxième.
more_horiz
Coucou Fiathen,

C’est moi qui vais m’occuper de ce rp Smile.

Je vais noter des phrases à mesure que je le découvre, puis je ferais un petit résumé à la fin.

Allez, c’est parti :

- Pour la lettre de Lulu, j’aurais apprécié que tu détaille un peu plus le pourquoi du comment. Il y a toujours cette règle sur le forum qui veut qu’on puisse lire tout rp sans avoir lu les autres. Bon, dans mon cas, je sais que la lettre pour Lulu c’est par rapport à la mission suicide que prévoit Fiathen. Mais pour les autres, ça a presque l’air d’un hors sujet avec le reste du texte.

- Je me rends compte que tu parles souvent de la cour d’entraînement du château dans tes rp, mais tu ne la décris jamais. Comment est-elle ? Cour à la harry potter avec son carrelage ? Cloitre ? Cour à la game of thrones avec de la terre et quelques balcons de bois ?


- Petite touche d’humour à la Fiathen avec cette notion de messe noire. C’est vrai que ces leçons leur en ont fait voir de toute les couleurs ! Mais bon, personne ne fait le mort cette fois !

- Bonne descriptions des trois aspirants. C’est court, c’est efficace, et ça permet de les situer.

- J’aime bien cette idée de les faire tous les trois répondre vis-à-vis de la main de Fiathen contenant les pierres. Ça permet de situer quelle couleur correspond à quel perso.

- On peut dire ce que l’on veut de Fiathen, ces leçons sont très intéressantes. Le cours est bien trouvé, et pouvoir enseigner à un mage de faire de la magie via d’autres méthodes c’est pertinent. Surtout dans un univers comme celui de Kanak.

- Enfin Thomas se démarque. Le petit traînard dans chacun de tes rp se découvre un endroit où il est doué. C’est bien ! Mention au petit commentaire de Fiathen, ce tricheur.

- Une question que je me pose en lisant ton texte, c’est comment sont géré les dommages ? Thomas vient de se prendre un sort de foudre. Ce n’est pas rien. Peut-être qu’un petit aparté où Fiathen leur donne des potions entre chaque manche permettrait de mieux situer ? Les aspirants n’ont pas l’air d’être des monstres de psychisme. (Conrad à part)

- Est-ce volontaire les écritures en blanc ? Si c’était le cas, essaye d’appuyer la chose. Surtout que Fiathen est en première personne. Si ces « blancs » sont là pour indiquer qu’il a un déficit d’attention, appuis-le.

- Conrad est toujours le grand champion dans le moindre des entraînements. Ce serait intéressant que tu lui donne également une faiblesse. Qu’il y ait un entraînement qu’il ne réussisse pas aussi bien que d’habitude.

- J’aime beaucoup comment tu lis ton rp avec ceux des autres. Les tonneaux de chen, la fiction de Lenore sur Cassandra et Fabrizio.  On n’a pas cette impression que Fiathen vit dans un monde à part des autres, et c’est top !

- La réaction de Fiathen face à cette fiction est hilarante. Y’a une mercenaire qui doit être contente !

- Joli aparté concernant cette fiction, et les morales du Sanctum. J’en viens presque regretter que Fabri et Cassandra n’ait pas réagit comme tu le fais dans un de leurs rp.

- Je me rends compte dans ce combat de bar, qu’on oublie assez vite que Fiathen est en fauteuil roulant. Ou alors j’ai loupé un épisode et il ne l’est plus ?

- La boucle est bouclée. On comprend que cette deuxième partie n’est qu’une prémise pour obtenir les clefs. Clef que Fiathen aura besoin pour la mission qu’il prépare vis-à-vis de Lulu. Ça renvois à mon premier point, c’est dommage que tu ne developpe pas un peu plus la mission suicide que Fiathen veut tenter. Ça aiderait à la compréhension de cette fin pour le lecteur qui ne suit pas toutes les aventures.

Globalement, c’est une bonne péripétie. En deux temps, le côté entraînement avec les aspirants. Et la tentative dans la taverne pour obtenir les clefs. Ça se lit bien, le style de Fiathen aide bien. J’ai beaucoup apprécié également ce développement de la vie des habitants. On a une bonne tranche de vie dans la taverne, avec les visions de chacun, les conflits. C’est très sympa !

Normal : 20 points d’expérience, 200 munnies, et 2 PS en magie, 1 PS en dextérité
En quittant la taverne, tu remarques une feuille au sol. C’est un rapport qui a dut être laissé dans la confusion. Envois un MP au général Primus pour le réclamer !
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum