Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Encore et toujours le même bourdonnement de moteur du vaisseau. Cypher n’était de retour que depuis… Quoi ? Une semaine ? Il n’avait toujours pas réussi à dormir.

Correctement, du moins.

Néanmoins, aujourd’hui, il était prêt pour sa nouvelle affection. Par chance, il n’allait pas devoir disparaître pendant deux ans. Il n’avait qu’à prendre l’ascenseur et rejoindre les prisons du vaisseau-mère, rejoindre l’une des prisonnières.

- Tu es plus beau comme ça, Cypher. Soudainement, une présence se dessinait à ses côtés. L’odeur, aussi. Le traître n’avait rien détecté jusqu’ici, ne laissant qu’une seule explication.
- Reno. Il tournait son regard dans sa direction. Toujours un plaisir de t’entendre.
- Il faudrait que tu m’expliques. Il avançait d’un pas, agitant sa main devant le regard du Turk. Tu es capable de voir ? Ou non.
- La magie. Répondait-il. Et toi ? Comment tu parviens à cacher ta présence.

Reno riait un instant, posant sa main sur l’épaule avant de stopper son collège et appeler l’ascenseur qu’ils venaient de rejoindre.

- Chacun sa spécialité, mon gars. Les portes s’ouvraient et il poussait Cypher à avancer. Si tu veux, tu auras droit à un cours.
- Je sais pas comment le prendre. Il souriait, entendant son collègue presser le bouton. Tu m’accompagnes ?
- Disons que… Il devait se gratter le crâne. C’est moi qui étais à son observation. Il reprenait alors que le bruit de cloche résonnait. Si je parviens à me cacher de toi ? Il n’y a pas moyen qu’elle me détecte.
- Ouais. Il avançait, suivant la présence de Reno. Quelques choses à savoir ?

Ils avançaient dans un long couloir, Cypher étendait progressivement sa détection pour se rendre compte où il se trouvait. Des dizaines de présences le long des murs, plusieurs rassemblés, certaines semblaient coucher. Ils devaient se trouver dans les cellules des fraudeurs. Une porte, Reno devait faire quelque chose avant qu’elle ne s’ouvre sur un autre couloir où il y avait moins de présence.

Encore une porte, une autre action du Turk et la présence d’une seule et unique personne. Les cellules d’isolement.

- Elle a repris des forces, en faisant des pompes et d’autres conneries. Il tirait son collègue par le bras, rentrant dans une petite salle à en croire la réverbération. Ah, oui. Elle est capable d’invoquer un clone. Il se posait devant un mur. Bienvenue dans mon bureau ! Il n’y a rien à voir et… Il ricanait. Oh, ça sert à rien avec toi.
- Vous allez bientôt avoir fait le tour, non ?
- Pour les blagues ? Rude t’en réserve quelques-unes. Il posait sa main sur le mur. Bon, elle traine dans sa cellule et je note tout. Elle est de l’autre côté de la vitre et il n’y a toujours rien d’intéressant. Son visage tournait. Qu’est-ce que tu dois faire ?
- Parler avec elle, l’interroger, en apprendre plus.
- Rien que ça ! Il accentuait volontairement la voix. Quelle chance.

Cypher distinguait la silhouette de Narantuyaa, à moins de deux mètres de lui.

- Bon, je t’ouvre et je lui colle une balle si elle bouge ?
- Je peux franchir une porte, tu sais ? Le traître déposait sa canne, la laissant derrière lui alors qu’il déboutonnait un bouton de son veston. J’espère qu’elle ne va pas me cracher à la gueule.
- Tu seras la première personne à qui elle parlera, ça devrait aller. Il prenait alors une position assise. Amuses-toi bien, Cypher.

Il hochait la tête comme réponse, faisant alors parcourir sa magie dans son corps. Elle était là, la cellule n’était pas grande, il n’avait pas besoin d’en faire trop. Un éclair parcourait son corps avant qu’un éclat ne brille et qu’il se téléporte directement dans la cellule, impossible d’être discret avec cette téléportation. Cypher se retrouvait maintenant devant Narantuyaa, ayant franchi la distance en un claquement. Il tournait son regard, souriant, prenant son souffle avant d’entamer la discussion.

- Hey, Narantuyaa… Il laissait une seconde, en profitant pour s’adosser à la vitre teintée. Ça fait longtemps. Il tournait le regard, mimant qu’il observait l’endroit. Qu’est-ce que tu fais ici, seule ?

Probablement la pire entrée en matière, il y avait de la chance à ce qu’elle se jette sur lui.
more_horiz
Allongée sur le sol, Naran était en train de fixer le plafond de sa cellule.
Elle comptait les fentes.

387, une intersection, deux bandes de métal, puis 387 autres.
Dans quelques… heures ? Minutes ? Jours ? Dans quelques instants, l’eau jaillira de ces fentes.
Une pluie tiède, vaporeuse, presque agréable comparée au lavage au karcher des cachots de la Coalition Noire.
L’occasion de faire sa lessive, aussi.

Restait l’attente ; sans soleil, sans montre, sans même l’écho de gardes pour tenir compte du temps qui passe.
Naran aimerai bien prétendre qu’elle guettait les présences autour d’elle, même dans ces moments d’ennui… Mais c’était encore au-dessus de ses moyens.
L’apparition de Kurt Brown fut donc une surprise totale.

La Mongole bondit, sur pied trop vite, chancelante, yeux écarquillés. Un meilleur jour, elle aurait plissé les yeux, ou misé sur un rêve, une hallucination… Mais aujourd’hui, elle ne put que rester bouche bée.
« … Brown ? »
S’il y avait bien une personne qu’elle n’attendait pas à voir…
Soyons sérieux. Ça faisait bien longtemps qu’elle avait arrêté d’espérer la venue de qui que ce soit.

Quelques secondes, avant que la réalité – si c’était bien la réalité – ne s’impose à elle.
Kurt Brown, Mercenaire… et ancien SOLDAT de la Shin Ra. Traître à sa faction, rallié à leur cause par les beaux yeux de Lenore et –
Lenore était captive de la Coalition.

La faim ne la laissait pas réfléchir en paix.
Allié ou ennemi, elle n’avait aucune façon de savoir. Il était là… Et c’était déjà beaucoup.
Sa bouche avait déjà formé sa réponse, de toute façon – Réponse qui coula de ses lèvres sèches, de sa voix rendue rocailleuse par le silence.
« Ecoute, je profite du climat. C’est charmant, en cette période de l’année… »

Tendue sur ses appuis, Naran étendit sa présence, cherchant les présences alentours. Allait elle avoir une occasion, grâce ou à cause de Brown… ?
« Ça me fait drôlement plaisir d’avoir de la visite en tout cas. Que me vaut l’honneur… ? »
more_horiz
Il écoutait, patiemment, haussant presque les épaules à sa dernière mention. Le Turk avait-il un plan, un schéma de pensée, quoi que ce soit pour parvenir à tenir un interrogatoire avec la mercenaire ? Pas vraiment. Il était en roue libre.

Il ne pouvait pas prévoir l’imprévisible.

Retrouver une personne qu’il n’avait pas croisé depuis des lustres, dans une cellule de confinement et sans n’avoir réellement partagé un moment de vie ? Il détenait une bonne définition de l’incapacité de préparer sa discussion.

Narantuyaa lui répondait, c’était déjà une victoire en tant que telle.

- J’avoue. Il tournait légèrement le regard, balayant la pièce et se souvenant vaguement de ce qu’il en avait déjà vu. Spacieux, bien éclairé, à l’écart des voisins bruyants. Il souriait, c’était forcé. Comment est-ce que tu es parvenu à décrocher un tel palace ?

Créer le dialogue, l’intérêt, répondre sur le même ton qu’elle…

De quoi faire croire à la caméra un semblant de consistance, à moins que Reno soit déjà occupé à se tenir le ventre dans l’hilarité de la situation. Machinalement, le Turk se redressait et laissait sa main glisser sur les parois de la prison, marchant mollement au cœur de ses propres réflexions.

- Content de te rendre heureuse. Il tournait au premier coin. Et quant à ma présence ? Disons que… Il était retourné à la Shinra et avait pour but de lui extorquer un maximum d’informations ? Je recherche quelque chose, quelqu’un. Il tournait son regard, souriant avant de s’arrêter et pointer son regard dans sa direction. Vous êtes partie toutes les deux et n’êtes jamais revenues, pourquoi ?

Il pouvait désormais commencer à mentir, probablement la meilleure option. Pour ce qui était de la souffrance, il attendrait qu’elle devienne totalement hermétique à ses paroles ou que les informations qu’il recherchait se trouvent à la pointe d’un tison.

- On cherche depuis quelque temps, à Port-Royal. Il glissait le long du mur, prenant place à même le sol. L’une des rares informations que j’ai réussies à avoir ? C’était ta présence ici, j’avais du mal à y croire… Mais… Force est de constater que mon tuyau était bon.
more_horiz
« Heh. Un bon tuyau… Ecoute, j’suis ravie de vérifier tes sources. »
On pourrait penser qu’après tant de temps à ronger son frein, l’amertume aurait cessé de la tourmenter. Mais, après l’espoir brutal de voir quelqu’un - mieux, quelqu’un de connu - pénétrer sa cellule, la réalisation n’en était que plus brutale.
« Mais sinon, il me semble que je dois ce beau logis à Death et sa coalition… »
Death. Notre ami commun ? Elle n’osait même pas affirmer un tel contresens.
Naran fit quelques pas vers son visiteur, examinant son visage légèrement désaxé.

Il était tranquille face à elle.
Tranquille face à une centaine de jours synthétiques dans cette prison sans porte.
Tranquille face à son emprisonnement, comme si la situation d’une ancienne camarade n’avait aucune prise sur sa vie actuelle.
Sans crainte pour la présence irrégulière derrière l’écran…
Sans pression sur le fait d'être ainsi en territoire ennemi.


Naran tut ses soupçons, ses théories, et même l’interrogation qui la taraudait. Un jour, elle lui demanderait comment il avait pu apparaître ainsi face à elle… Mais pour l’heure il lui fallait établir quelque chose.

« Par ailleurs, je serai ravie de te renseigner sur la personne que tu cherches, quel qu’elle soit… Mais je voyais ça sur une plage, un cocktail à la main. Je suis sûr qu’avec tes compétences, ce ne serait battement de cil… »
Sa main vogua à sa gauche, faussement nonchalante.

« Et puis, comme tu dis, je suis attendue à Port Royal depuis un sacré bail ! »
"On cherche depuis quelque temps, à Port Royal". Qu’est ce qu’il voulait dire ? Naran scruta son visage maintenant trouble. Y avait-il un signe ? Un langage codé ? Un cypher à déchiffrer pour obtenir son aide… ? Ou était ce bien, comme elle le craignait, les mots d’un traître ayant encore retourné sa veste ?

« Tiens, faudra d’ailleurs que tu me tiennes au jus, parce que j’ai pas entendu grand-chose des mondes depuis mon arrivée… Dis-moi, comment va ma distillerie ? »
Si l'énième faction de Kurt avait mis Port Royal à feu et à sang, autant qu’elle le sache.
more_horiz
Autant annoncé que cette discussion tournait en une direction qui ne l’arrangeait pas, probablement que la souffrance en serait la finalité

- Oh, j’aimerai biens que nous nous en allions avec ma magie. Il levait alors la main, claquant des doigts pour faire naître une maigre fumée. C’est la panne sèche et il faut que je récupère.

Un tendre mensonge. Par ailleurs, il ne parvenait pas à se souvenir de la dernière fois où sa réserve de magie était totalement à sec. Au tournoi ? Probablement. C’était aussi l’une des rares fois où il utilisait autant de sort et d’artifice, surtout à l’encontre de l’Innommable… Il balayant l’idée d’un revers de la tête. Autant oublier cette histoire. Un vieux réflexe vint alors, il plongeait alors sa main dans son veston pour en sortir son paquet de cigarettes. Il en amenait une à sa bouche et l’allumait pour ensuite tendre le paquet à Narantuyaa.

- Avec le blocus de la Shinra, l’industrie locale fonctionne à plein régime. Il aspirait la fumée, de longues secondes avant de la cracher. Et pour le moral, la production à le luxe de nous permettre d’oublier les vaisseaux dans le ciel.

Probablement la dernière image qu’il avait de Port-Royal, celle des vaisseaux visibles depuis le sol et menaçant les mercenaires depuis l’espace.

- Pour le reste… Le visage de Cypher s’obscurcirait un instant, son chemin de pensée ayant été plus rapide que ses paroles. Death est la personne que je recherche. Il s’assombrissait, dorénavant. Il a tué Lenore, pour ensuite la ramener à la vie sous forme d’un mort-vivant et en faire son esclave. Une douleur sourde naissait dans son cœur, une qu’il ne contrôlait pas réellement. Alors, oui. Il se forçait à sourire. Je sais où trouver Death, sauf que ce n’est pas possible que j’y arrive seul.

Une once de vérité dans un océan de mensonge, peut-être que c’était ce qu’il manquait à rendre l’intervention plus “réelle”.

- Une histoire de vengeance, tu dois avoir l’habitude à force. Et j'ai besoin de monde, de moyen...
more_horiz
« Si c’est pour t’élever contre Death, mon aide t’est toute acquise… »
Sourire vide. Plus de magie ? Pourquoi se rendre si vulnérable, en plein milieu de force prétendument ennemie ? Comment comptait il quitter cette misérable cellule ?

Il était peut-être fou. C’était une explication plausible, après tout. Vu toutes les absurdités qui lui déballait…
Lenore mort-vivante ?? Puis quoi encore, Rufus Shin Ra nommé Eternel ?
Peut être n’était il pas traitre mais simplement timbré.
La Mercenaire était presque soulagée par l’hypothèse. Après tout, un allié devenu fou, c’était toujours mieux qu’un parjure… Elle prit l’une des cigarettes que Kurt lui tendait, tentant tant bien que mal de rendre son geste naturel.

« Enfin, pour rappel, notre dernière confrontation ne fut pas exactement heureuse… » Naran grimaça, et sur son propre visage elle imaginait les aspérités de cicatrices qui tailladait ses pommettes, son nez, son arcade gauche... Sa fierté, aussi.
« Quoiqu’avec ton aide, tout est possible ! » Son ton était devenu acide. Difficile de maintenir une façade amicale dans cette situation. Il n'empêche, elle ne pouvait couper Kurt sur sa lancée. Toute information qu'il pouvait lui donner, réelle ou fausse, était un espoir de plus de s'en sortir. Et... Et ça faisait des années (ou était-ce des semaines ?) qu'elle n'avait pas entendu de voix qui ne soit pas la sienne.

« Mais donc, tu parle de blocus, de vaisseaux si proches qu’on les voit dans les cieux de Port Royal… Comment es-tu venu jusqu’ici ? » Si véritablement Kurt Brown avait perdu la tête, autant entretenir son délire. Si, par contre, il avait quelque chose à se reprocher… Bah.
« Et, vraiment, excuse-moi d’appuyer sur ce point, mais je tiens à la question… Où sommes-nous, exactement ? »
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum