Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Le temps était venu.

Assis sur son lit, le regard dans le vide en direction de ses chaussures, Kurt enchaînait la douce mécanique qu’était son réveil. Il tâtonnait le sol, recherchant ses chaussettes. Trouvé. Il amenait celles-ci à son nez, inspirant un coup, elles seront encore bonnes pour la journée. La suite ? Pantalon, chercher le bon sens, l’enfiler. Mettre les chaussures. Boutonner sa chemise. Après autant de temps dans le noir, il s’étonnait presque à s’y être habitué.

En se relevant, il se prenait quand même le coup de meuble dans le bassin. Pas totalement habitué.

Rageant, il attrapait sa canne et se dirigeait jusqu’à la porte. La clanche, tourner, la chaleur de la pièce de vie.

- Salut Kurt ! Une odeur de… Crêpes ? Tu viens, c’est bientôt prêt.
- Hadrien. Un hochement de tête entendu, il avançait de huit pas, frappait les pieds de la table avec sa canne pour finalement s’asseoir. Il y a un truc à fêter ?
- Ton anniversaire.

Le temps passait, lentement. Il n’avait même pas soufflé un “merci”. Le bruit des assiettes, la marche d’Hadrien et finalement la chaise. Il était face à lui.

- Sucre ? Ou tu veux du chocolat. L’aveugle validait la seconde proposition. Profite !
- Tu pars, ce soir ? Demandait-il, à peine curieux.
- Jour de repos. Répondait-il simplement. Pourquoi, tu veux retourner faire la course ou faire les courses.
- Hilarant.

Ils mangeaient, dans un silence gênant. Kurt devait en parler.

- Une autre ? Demandait-il, le raclement de la chaise réveillant l’aveugle.
- Ouais.
- Tu préfères quoi, cette fois ? L’assiette se posait devant lui. Râler ou faire la gueule ?
- Humph…

Kurt poussait sur ses jambes, croisant ses bras et détournant son regard.

- Hadrien, je vais devoir partir. Ce soir. Un réflexe idiot, il posait son regard sur autre chose. C’était vraiment cool de vivre de nouveau avec toi.
- Pas que ça me dérange, de te voir partir. Il posait ses coudes sur la table, au bruit. Qu’est-ce que tu comptes faire ? Lenore, là. Tu n’as pas trop hésité à l’abandonner sur le bord de la route. Et te connaissant ? Il ne doit pas y avoir trop de monde sur qui tu puisses compter. Oubli Loris, avec son gosse, il refusera de t’avoir chez lui.
- Il restait muet.

Un nouveau raclement de chaise, Hadrien faisait le tour de la table et se posait à proximité. Du moins, c’est ce qu’il ressentait à l’aide de sa magie.

- Je n’ai pas envie de faire pleurer dans les chaumières, Kurt. Le discours de l’amitié et tout ce qui va avec ? Je ne vais pas te le sortir. Il toussait. Raconte, ça te ferait chier de ne rien dire.
- À la Shinra. Il prenait un souffle. J’y retourne.
- Pardon ? Pourquoi ?
- Hadrien, tu te moquais de moi il y a plus de deux ans, par rapport à ma promotion. Encore, il s’arrangeait pour regarder ailleurs. Je suis devenu un Turk, lié à la compagnie jusqu’à la fin.
- Ah ouais ? Il ricanait. J’avoue. Le look, les armes, les fonds illimités… Il n’y avait rien pour que je ne m’en rende pas compte ! Il posait sa main sur l’épaule de l’aveugle. Nous le savons, Loris et moi.

Il se relevait alors, marchant quelques pas jusqu’à rejoindre le canapé et s’effondrer dessus.

- Ma démission, tu t’en souviens ?
- Pas qu’un peu, d’ancien collègue m’en parlait. Il venait se poser à son tour. Il fallait une sacrée paire de couilles, mais pourquoi y retourner. Dans ce cas ?
- Parce que ce n’était qu’une mise en scène. Il massait son crâne. Ça fait deux ans que je suis en infiltration chez les mercenaires, histoire de les détruire de l’intérieur et d’autres conneries.
- Oh… C’est pour ça que… Il se rapprochait. C’était pour du faux ?
- Il restait silencieux, une fois encore. Non. Il tournait son regard en direction d’Hadrien. C’est ça, le problème. Il s’enfonçait encore plus dans le moelleux du canapé. Depuis que j’ai commencé, je me vois l’abattre et ça me détruit. Je suis le pire de tous.

Le silence s’imposait dans la pièce, Hadrien ne disait rien de plus. Tout comme Kurt.

- Pourquoi tu décides d’y retourner ?
- Un avertissement du Président. Répondait-il. Si je ne rentre pas, les Turks viendront abattre toutes mes connaissances et me laisser croupir dans une prison pour que, chaque jour, je me rappelle que c’est de ma faute.
- Donc, tu fais ça pour nous protéger ?
- Pas tellement. Il était honnête. Avec un peu de chance, voyant mon état, il va me renvoyer et personne n’aura à mourir. Sauf que, Hadrien, tu sais ce que c’est. Depuis des années et des années ? J’ai toujours obéi aux ordres sans sourciller. Ici, j’ai eu un doute parce que je suis tombé amoureux. Si ça n’avait pas été le cas ? Port-Royal serait déjà à feu et à sang.
- Heureux de voir que je ne compte pas, pour toi.
- T’es con.

Ils rigolaient, un bref instant, revenant ensuite au silence.

- Je ne sais pas quoi te dire.
- Voilà, on a un point en commun. Il souriait, de circonstance. Tu sais, Hadrien ? J’ai envie d’être égoïste, aujourd’hui. J’ai participé au tournoi afin de rendre la vie à Lenore, ça m’a coûté la vue.
- Un acte de bonté, pour toi ?
- Je sais pas, franchement. Il massait son menton. Il y avait une fée, une fois. J’ai décidé de l’aider, et résultat ? Prison. Travailler pour les mercenaires ? On m’harcelait, on me traitait de traître et…
- C’était un peu le cas, non ?
- Oui, bon… Il commençait à jouer avec ses doigts. Tu sais, ce n’est vraiment qu’à la Shinra où j’ai eu cette sensation de ”bien faire“. D’accord, j’ai tué plus que de raison et je ne suis pas toujours content de moi. Mais, au final ? J’y étais bien.
- Tu veux retrouver ça ?

Cette fois, Kurt instaurant le silence, massant ses paupières de long instant. Hadrien, lui, attendait simplement la réponse.

- Oui, c’était bien. On me faisait confiance, on me félicitait et… J’en ai marre de me faire passer pour ce que je ne suis pas.
- Tellement profond. Il entendait un pouffement du côté d’Hadrien.
- Oh, ta gueule.
- Ça va, t’inquiète. Il se levait. Bon, si tu dois retourner au vaisseau-mère, laisse-moi te refaire une beauté.

Libre, Kurt distinguait la main que son ami lui tendait et l’attrapait. Ils quittaient le salon, se foutant devant un miroir pendant qu’Hadrien rasait Kurt. Au fond de lui, l’aveugle était content d’avoir parlé.

Pendant tellement de temps, il se cachait. Maintenant qu’il pouvait redevenir ce qu’il était ?

À son rythme, Kurt se préparait en enfilant le costume le moins crade qu’il avait trouvé à Illusiopolis. Des adieux déchirant avec Hadrien, il s’offrait une dernière accolade avant que le traître ne disparaisse dans un nuage de fumée. Après deux ans, il allait retrouver le confort de sa vie au vaisseau-mère. Néanmoins, alors que sa magie lui permettait de partir, il entendait les dernières paroles d’Hadrien.

- À la prochaine, mon gars... Bon anniversaire, et évite de te faire tuer.

Alors que le Turk retrouvait le bruit des moteurs du vaisseau-mère, un sourire peiné se dessinait sur son visage.
more_horiz
Trop cool !

Tellement humain, mais aussi tellement kanak !

J'ai beaucoup aimé le RP, parce qu'il fait partie des RP marquants dans l'histoire d'un perso. Le départ l'était peut-être pas, mais le retour ? Ouais complètement. Pis tu nous as pas écrit d'la merde en plus. Y'a des feels !

Blague à part, t'auras un bonus, parce que t'as réussi à me donner une petite émotion, alors que ça m'arrive une fois toutes les années bissextiles. Ouais.

Bon, évidemment, (bon anniversaire au passage), tu choisis pas n'importe quel jour pour ça, mais c'est intéressant, c'est un bon choix je dirais. Parce que ça tranche avec le côté humain des choses et la froideur, limite le peu d'humanité qu'ont les Turks. J'sais pas si j'suis clair. Mais la nuance est appréciable. Et ça fait facile 50% du Taff ici.

J'aime beaucoup Hadrien, depuis le début. Pour autant j'comprends pas que ce soit lui que t'aies gardé, pas les deux ou quoi. Tu le dis, l'autre est occupé, mais ouais. En tout cas, depuis le début, il est devenu vraiment important. Lui aussi a évolué au fil de l'histoire, c'est toujours un petit plus.

Mais, nan c'est vraiment cool. Les dialogues sont, peut-être pas tous, pour la plupart bien dosés. Puis les perso se connaissent bien, ça donne des interactions plus naturelles. Avec plus d'enjeux. Ici c'est vraiment une nouvelle page qui se tourne, du moins tu en donnes l'impression. C'est vraiment sympa à lire.

Et donc ouais, les adieux de fin, c'est sûrement parce que j'ai lu le reste, mais ça m'a fait un truc. J'dirais pas quoi cependant, histoire de laisser planer un peu de mystère...

Très facile : 7 xp, 70 munnies, 2 PS en Force.

_______________________________
Déréliction Signature
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum