Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Les roues partirent en dérapage, écrasant le gravillon chocolaté. Ces pestes sucrées cherchaient à la faire sortir de piste depuis de longues minutes maintenant. Le décor acidulé défilait à toute vitesse. Le bitume rose guimauve se voyait au travers de la gaufrette qui servait d’habitacle et chaque choc contre un autre véhicule l’émiettait un peu plus.

Malheureusement, les furies s’étaient données le mot. Elles encerclaient la mercenaire , la forçant à suivre leurs règles, celles qui font qu’elles gagnent les places du classement afin de pouvoir rejoindre le niveau suivant.

Sauf que l’objectif de la mercenaire était le même et ce, pour une mission. Il était hors de question de raté son contrat à cause de petites égéries sucrées à l’égo surdimensionné et au style bien trop guimauve et crème au beurre.

Son véhicule avait été l’objet des quolibets des concurrentes, fragile, sobre, sans intérêt, sans avenir. Cependant, désormais , elle taquinait au coude à coude le peloton de tête. Légère, elle préférait prendre l’intérieur des virages, jouant les équilibristes sur deux roues.

Les pestes avaient choisis de la prendre en étau sur le dernier tour, pour empêcher la mercenaire de gagner plus de terrain. Leurs roues renforcées en réglisse attaquaient la structure même de la gaufrette. Les commandes ne répondaient plus. Le volant tremblait aussi violemment que les roues, menaçant de se désolidariser.

La ligne final approchait pourtant, déjà visible. Il ne restait plus qu’à traverser les dunes de sucres de canne. La piste soulevait de la poussière sous leur passage, et pourtant c’est un nuage gigantesque qui les engloutis. La mercenaire avait combiné son souffle à l’effet que formait le passage des véhicules. Le sirocco ainsi formé bouchait la vision des quatre pestes mais également celui des juges soit disant impartiales de la piste.

A l’abri des regard, les yeux fermés pour les protéger de l’assaut du sable, Lenore s’approcha discrètement des différents véhicule. Elle s’assura la position de ses victimes. Un coup violent derrière la tête pour assommer la première. La rousse arracha le réglisse du pneu de la deuxième pour immobiliser la troisième de ses liens. Les deux dernières plutôt de caractère suiveuses, étaient complétement perdues et ne purent empêcher la mercenaire d’emprunter l’un des bolides intact, fonçant droit vers la victoire.

Alors que le nuage de poussière sucré retombait, les furies se retrouvèrent confronter à l’improbable. L’une d’entre elles n’allez pas participer à la course suivante. d’une coup les liens et amitiés passés n’avait plus court et c’est entre elles qu’ils se déchirèrent. Au plus grand plaisir de la victorieuse spectatrice.

_______________________________
Lenore Caldwell, la présentation

La fiche de compétence
more_horiz
Bonsoir à toi !

Je tâcherai d'être un peu plus synthétique ici que sur De balcons en cocotier !

On retrouve là les avantages de ton style : quelque chose de dynamique, et où on sent ta petite pincée d'inventivité. Le décor tout en sucre et sucreries est très bien planté. On se retrouve sans mal dans l'univers de Sugar Rush, et ce de manière naturelle. Les éléments de description n'alourdissent pas le texte d'une manière qui viendrait sortir de lecteur de l'action. Très honnêtement, ce n'est pas un exercice évident, donc je tiens à le mentionner.

Sur un versant un peu plus technique, je relève de nouveau le type d'erreurs que j'ai pu voir dans le RP mentionné plus tôt : des confusions é/er, et des erreurs d'accord (pluriel/singulier mais aussi masculin/féminin ici). Pour les premières, j'ai déjà fait un point dessus, je ne pense pas que tu aies besoin que je le remette ici. Pour les secondes, je pense que c'est aussi une affaire de manque de relecture dû au marathon n.n Mais n'hésite pas à y faire un peu attention.

Je vais néanmoins me permettre un petit encart sur une erreur que je fais moi-même assez facilement, et que je t'ai vu faire ici : celle de l'accord (ou non) du participe d'un verbe pronominal. Certes, rien qu'au nom, on pourrait en trembler. Pour tout dire, je tiens à remercier Primus, parce que je ne savais pas comment expliquer cette règle-ci.

Les verbes pronominaux (se souvenir, s'étreindre, etc.) fonctionnent avec l'auxiliaire être comme s'il s'agissait de l'auxiliaire avoir. Il faut donc effectuer deux étapes afin de savoir si le participe s'accorde : (1) identifier le complément d'objet (ce à quoi le verbe se rapporte) et (2) voir s'il se situe dans la phrase avant le verbe ou après celui-ci.

Si le complément d'objet se situe avant le verbe, le participe s'accorde. S'il se situe après, il ne s'accorde pas. Exemples.

[1] Ils s'étaient donné rendez-vous : ils s'étaient donné quoi ? Le complément d'objet est "rendez-vous", et il est situé après le verbe. Le participe ne s'accorde pas. C'est la même chose pour "Elles s'étaient donné le mot."

[2] Les bêtises dont ils se souvenaient... : Le complément d'objet, "les bêtises", est situé avant le verbe. Le participe s'accorde.

Encore une fois, je remercie Primus !

Pour revenir un bref instant au déroulé même de ton texte, je dois dire avoir été intriguée par les moqueries subies par Lenore vis à vis de son véhicule. Après tout, dans le contexte du jeu, c'est toujours/encore bien un moment où Penelope (un personnage important de ce monde) est exclue du groupe et est régulièrement raillée. Le parallèle que tu instaures dans l'esprit de celui qui aurait vu l'œuvre d'origine est intéressant, mais il semble donc presque étonnant de n'avoir aucune mention de cette petite qui, pourtant, a cette volonté de participer à la course et de l'emporter.

C'est une petite occasion qui aurait pu être saisie, mais c'est plus moi qui m'amuse de ce genre de parallèles et cela n'enlève pas au sympathique de ton texte, loin de là ! n.n

Normal : 20 XP, 100 munnies, 3 PS en Dextérité.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum