Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Encore une journée, la même, plongée dans le noir. Machinalement, Kurt offrait la même prestation à chacune de ses sorties avec espoir de retenir cette chorégraphie. Le portefeuille dans sa poche arrière, un briquet dans la poche gauche avec son paquet de cigarettes, son pistolet à son holster à l’épaule.

Ainsi que l’accessoire de choix, sa canne d’aveugle.

Il tâtonnait alors le meuble à côté de la porte, cherchant les clés et les attrapant en même temps que le son strident. Dans la même idée, il cherchait le trou de la serrure pour ouvrir, passer, fermer la porte.

- Parfait… Marmonnait-il, ne savourant toujours pas l’idée de passer dix minutes pour ouvrir une porte et sortir.

L’autre blague, c’était celle de descendre les marches. Balayer l’air avec sa canne, compter les pas, attraper la rampe de sa main droite et descendre les cinq étages. Au moins où il en était, il pouvait directement abuser de sa téléportation afin de rejoindre le trottoir. Il y gagnerait du temps.

En attendait, il devait être la nuit. Hadrien était au travail et il n’avait, une fois de plus, rien laissé dans le frigo.

Une nouvelle expédition, en espérant que Reno ne soit pas là avec l’intention de lui faire un décompte à l’oreille. C’est alors que, progressivement, il reprenait la route qu’il répétait jusqu’au magasin. Compter les pas, balayer l’air avec sa canne, tenter d’éviter de produire autant de fumée qu’une usine de la ville afin de perdre cette dépendance.

Sauf que, cette nuit, il y avait une différence.

Entre les râles, les cris dans les ruelles et le mec qui tentait de vendre des lunettes, Kurt distinguait une chose de nouvelle.

De la musique techno, avec du… Rap ? Qu’est-ce que c’était que cette merde. Instinctivement, l’aveugle se retournait en direction du bruit. C’était loin, à deux rues de lui, mais il ne parvenait pas à s’imaginer qui était assez con pour mélanger deux types aussi opposés. Ensuite, une subtilité venait à ses oreilles. Le hurlement d’un moteur et le crissement des pneus sur le bitume.

- Qu’est-ce que… Partager entre la colère et l’étonnement, il commençait à balayer l’air devant lui jusqu’à croiser la fin du trottoir et le début de la route.

Grommelant, brisant déjà sa propre promesse, il laissait sa magie se répandre autour de lui et balayer la zone, distinguant quelques silhouettes en face de lui et trois autres venir rapidement.

Essayons au moins de ne pas se faire écraser.

Avançant, continuant sa marche affreusement longue par rapport à ses habitudes, il traversait les quartiers. La musique se faisait de plus en plus fort et les points de sa détection se multipliaient sans interruption.

À croire qui allait arriver dans une techno rave party.

Du moins, il ne pensait pas que les voitures hurlaient dans ce genre d’évènement. Néanmoins, tout venait de plus en plus fort à mesure qu’il avançait. Il pouvait, grâce à son handicap, avoue que chaque sortie devenait une aventure et il n’était même pas foutu de savoir ce qui l’attendait au bout de celle-ci.

Dernière édition par Cypher le Mer 12 Fév 2020 - 14:58, édité 1 fois
more_horiz
"-Arrête de te foutre de nous vieux con et répond! Qu'est ce que t'as fait à Steve?!"

Le bodybuilder chauve qui me tient à bout de bras à l'air de se retenir à grand peine de m'écarteler, tout comme je me retiens à grand peine de lui apprendre à respecter ses aînés à coup de pieu en glace dans le bide. Ce qui serait stupide de ma part puisqu'il doit y avoir plus d'arme au mètre carré ici que sur le vaisseau mère.

Je savais que j'aurai pas dû venir, dès que j'ai mit le pieds sur le bitume salle de ma ville je savais que je faisais une connerie. Mais bon sentimentalisme de merde, je voulais revoir la tombe du Petit une dernière fois avant de...de...bref je voulais la revoir. Le truc c'est qu'au bout de quatre ans sans revoir cette catin d'Illusiopolis j'avais forcément un peu rouillé et je ne sonde pas pas la ruelle dans laquelle je m'engage, grossière erreur. Une bande de salopard campe là dedans et goute apparemment mal de se faire surprendre en plein trafic de stup'. Les armes qu'il braquent sur moi laisse peu de place au doute quand à leur amour de l'étranger. Les pics que j'envoie dans leurs jambes non plus.

Et ce qui aurait pu être une simple remise en jambe plutot posé se corse soudainement lorsque de derrière moi quatre personnes me braquent des flingues sur la tempe.

La suite des explications est plutot confuses, apparemment j'ai blessé trop gravement le pilote d'un des gang participant à une course de bagnolle, ce qui forcément ne plait pas au chef dudit gang à qui ont m'a trainé. Et voilà comment je me retrouve au milieu d'une bande de loubard à me demander si je vais crever à cause d'une balle dans la tête ou de la musique horrible qu'ils passent à un volume suffisant pour qu'on puisse l'entendre au Domaine Enchanté. J'apprécierais néanmoins que ce ne soit ni l'un ni l'autre.

Prenant la seule porte de sortie que je trouve je braque mon regard sur le lascar et prononce d'une voix que j'espère la pus solide possible.

"-Je remplacerais ton équipe, laisse moi en vie et je te fais gagner la course."

C'est stupide, je le sais, il le sait, le chien qui nous regarde le sait et en effet tout le public autour de nous explose de rire. Cependant le loubard me regarde l'air d'être à un très bon spectacle de stand up

"-Alors le cul de jatte veut conduire maintenant? HAHAHA vous avez entendu ça les gars? Qui se dévoue pour être le pilote du plus vieil handicapé d'Illusiopolis?"
more_horiz
Avant que le tournoi ne se retrouve à être l’une de ses étapes dans sa vie, Kurt n’avait pas peur des banalités du quotidien.

Un coup de surin dans les rues d’Illusiopolis, les maladies d’une pute, Matthew March.

Sauf que, maintenant qu’il devait agiter sa canne dans tous les sens pour éviter de trébucher sur un pavé déboité ? Il craignait de perdre quelque chose qu’il possédait encore. Alors, à entendre les haut-parleurs hurler leur bruit au point de lui donner des vertiges ? Il était prêt à faire demi-tour.

Heureusement qu’il n’avait pas oublié d’être curieux.

Dans la masse informe qu’il distinguait à l’aide de sa magie, il y avait un truc qui détonnait. Un éclat bleu. Depuis que la vie de l’aveugle se limitait à un contraste de noir et de blanc, le tout à l’aide d’une magie à la con… Ajouter un point bleu au tableau? Il y avait de quoi l’intriguer.

Il s’approchait, balayant l’air et donnant des coups de canne dans les tibias de la bande à gros son et à grosse caisse.

Entre trois grognements, deux râles et son propre tibia frappant l’aile arrière d’une voiture. Il parvenait à comprendre ce qui se passait dans la réunion de testostérone. Quelqu’un avait besoin d’un pilote, et il y avait un cul-de-jatte dans l’histoire.

Il fallait maintenant la participation de deux nains, annonçant des clés et la soirée serait définitive improbable.

- Pardon papy, il n’y a pas un gars assez con pour te conduire. Il riait à s’époumoner, la foule était en délire devant un tel verbe. Attends, il y a un bien une maison de repos dans le coin, on trouvera un stagiaire pour te conduire.
- Il se passe quoi ? Kurt s’avançait toujours hasardeusement, récoltant les quelques infirmations.
- Un gars, un papy sans jambes, essaye de négocier entre une balle dans le crâne et le ventre. Il ricanait, donnant un coup de coude. Ce sera la tête.

L’aveugle tournait la tête en direction du point bleu, se grattant la nuque avant de réaliser un schéma très simple : ce n’était pas son problème.

Mais il y avait quand même une nuance de couleur dans son monde de blancs et de noir.

- Moi ! Criait Kurt, levant sa main avec sa canne. Il a besoin de pied ? J’imagine que j’réponds à cette exigence.
- C’est le théâtre de la surenchère ? La voix de tout à l’heure, surement le centre de l’attention. Un cul-de-jatte et toi dans ma caisse !? Mon gars, tu t’es trompé, c’est pas un chien d’aveugle, le gars. Même s’il a le poil qui s’en rapproche.
- Quoi, il y a un problème ? Il faut payer sa place, comme à “San Fransokyo’s got talent” ? Il plongeait la main dans sa poche, sortant un portefeuille à l’instar de son flingue et lançait celui-ci. Il y a cinq-cent munnies, c’est suffisant pour être le pilote de l’estropié ? Le lancer était approximatif, atterrissant sur un pare-brise.

Il restait figé, le bras tendu après son engagement à la course, il reportait son attention sur le point bleu.

- J’adore l’argent facile. La brute parlait, les gens se pendaient à ses lèvres. La course commence dans dix minutes… Tu as trouvé ton pilote, cul-de-jatte.

Dernière édition par Cypher le Mer 12 Fév 2020 - 14:58, édité 1 fois
more_horiz
Kurt Brown.

Juste pourquoi ? Et comment ? Et…tout un tas d’autres questions en fait, rien ne tenait debout là-dedans. Cette journée devait être un foutu première avril en avance il y avait pas d’autre explication. Alors que mon cerveau tente désespérément de donner un sens à tout ce bordel le baraqué me jette au bas d’une portière orange flashy et m’envoie sans plus de cérémonie une clé de bagnole à la gueule.

« -Tu dois être le cul-de-jatte le plus cocu de l’univers mais va pas croire que la générosité de l’autre aveugle te tire d’affaire. T’es soit premier soit décédé. »

Et là-dessus il fait demi-tour, me laissant me démerder pour ouvrir la portière et me glisser dans l’habitacle. C’est dans ses coups de temps là que j’suis content d’avoir autant de sens de l’honneur qu’un rat crevé parce que la foule derrière moi n’épargnait pas sa salive pour m’encourager dans mes efforts, au sens propre comme au figuré.

Le seul intérêt de tout ça étant que ça me laissait le temps d’admirer notre futur tombeau. C’était une bagnole aux angles très arrondis, avec une assise assez basse, la seule bonne nouvelle de la journée, et longues d’un peu plus de deux mètres. Le tout était recouverte entièrement d’une peinture orange flashy dégueulasse parcouru de quelques lignes noir sensé lui donner un air racé j’imagine. Ben c’était raté, ça faisait juste voiture de gros beauf.

Mais finalement après quelques instants remplit de gesticulations pitoyables et de grincements de dents je finis par atteindre mon objectif. De son côté Kurt avait trouvé la portière et semblait avoir réussit à s’installer aussi. Déjà on était chacun du bon côté, Etro merci.

Essayant d’éviter de penser qu’à nous deux on faisait un peine un mec complet je mis les clés dans le contact aussi vite que le permettait mes mains tremblantes en essayant de me remémorer tout ce que je savais de mon coéquipier.

Kurt Brown, tout ce que j’en savais c’était les trois matchs que j’en avais vu lors de la coupe noire. Le mec était carrément pas un manchot, très bon tireur, très très bon mago, grosse vitesse, gros réflexe et gros sens de la solidarité inter-infirme. Tout ça c’était cool pour moi mais c’était aussi avant qu’il devienne aveugle. Est-ce qu’il réussissait à lacer ses groles seul aujourd’hui ? J’imagine qu’on allait vite le savoir.

Ah et aussi ce con m’avait fait perdre trois cent vingt-six munnies en paris foireux.

Mettant tout ça dans un coin de mon crane je commence à observer nos concurrents, l’essentiel de mon boulot ça allait de jouer les globes oculaires de substitutions, autant faire ça bien. Tout en jouant les voyeurs je prends la parole avec un débit plus rapide que jamais, le départ allait plus tarder on avait plus de temps à perdre.


« -Ok mec on a pas trop le temps pour les politesses mais en vrac : merci, désolé, j’te pardonne. Bon les clés sont sur le contact et l’habitacle est le même qu’une voiture classique. »

Du moins pour ce que j’en savais, la dernière fois que j’suis monté dans une bagnole c’était…c’était…pas important.

« -On est en bout de file au milieu de deux concurrents. A gauche une voiture rouge brique très anguleuse, ça fait genre comme un cerceuil, avec des suspensions super haute et…une tête de mort géante sur le châssis. A droite une voiture verte fluo avec un aileron à l’arrière et un par choc renforcé par des barres en fer noir. »

Je savais pas si il en avait quoi que ce soit à foutre des infos que j’lui donnais mais osef, j’faisais pas le moindre tri dans ce qu’que je voyais. Si on voulait avoir une chance de victoire fallait que j’devienne ses yeux.

« -Devant nous trois voiture, un…genre de monster truck gris avec des roues énormes.
Mais qu’est-ce que ce truc foutait là ? Une bagnole bleu sombre avec deux énormes enceintes au cul et une dernière gris acier avec un pots d’échappements énormes, ça f’rait presque style moteur de fusée. »

On allait jamais s’en sortir. Pendant que j’terminais mon monologue mon cerveau tentait vainement de colmater les brèches de notre situation mais là ça revenais à essayer de faire construire un vaisseau gummies avec deux bouts de scotch et un vieux chewing-gum.

« -J’connais pas le tracé de la course mais j’crois que c’est un genre de boucle donc j’pense que le mieux à faire c’est de coller au cul du premier et essayer de le dépasser au dernier moment. »

Ou on pourrait avoir un accident mortel au premier virage aussi. Ca me paraissait beaucoup plus simple. Non mais sérieusement comment j’étais censé lui annoncer tout les obstacles, tous les changements de position de nos adversaires assez vite ? C’étais comme si il conduisait dans un putain de brouillard jamais il allait pouvoir réagir à….attends brouillard ?

« -Tu sais repérer les traces de magies? J’suis un mage aussi, j’peux coller des charges magiques sur les voitures de tous nos adversaires et sur les obstacles les bords du parcours, ça te permettrait de voir le tout bien plus précisément et bien plus vite. »

Ses deux derniers combats s’était passé dans une foutue fumée noir mais il semblait toujours réussir à discerner ses adversaires, vu son niveau de magie c’était pas déconnant de penser qu’il avait une putain de détection magique. Et c’était aussi plus ou moins notre seule chance de ne pas crever au bout de cent mètres.
more_horiz
- Heureusement que tu réfléchis pour deux ! Il souriait, dressait un pouce à sa droite, rien d’affolant. Balance un truc, n’importe quoi, que je puisse m’y attacher.

Quelle idée à la con est-ce que Kurt avait eu. Pourquoi ne pas avoir attendu dix minutes que l’embrouille se règle pour ensuite le ramasser sur le trottoir et le ramener à l’appartement. Une tisane, deux blagues et une clope… De quoi répondre aux questions qu’il se posait, plutôt, sur ce qu’il avait à voir dans son océan de noir et de blanc.

Il lançait alors un truc, je voyais son essence quitter son corps et se coller à la voiture de droite.

- Parfait, j’sais déjà où il se trouve. Pour peu qu’un minuscule point soit réellement utile. Au moins, il n’allait pas foncer dessus. Ce que tu lances, c’est quoi ? Attends, non. Je vais attendre la fin pour savoir.

La fin de la course, pas de sa vie. Dans le pire des cas, l’ex-SOLDAT allait user d’une vieille ruse : foncer tout droit. Avec un peu de chance, il allait pouvoir distancer les membres de gang qui en veulent au cul-de-jatte.

Bon, il ne fallait plus trop perdre de temps.

Glissant sa main jusqu’au contact, appuyant sur l’embiellage, il tournait la clé et le doux vrombissement du moteur se faisait entendre. Kurt venait de perdre trois points d’audition. Cela, sans commencer à appuyer sur l’accélérateur.

- Juste… Tu penses que c’est quel type de course ? Il passait sa main sur le tableau de bord, cherchant après un truc. S’il te plaît, ne m’annonce pas qu’il y a un bouton avec une mitraillette ou quoi que ce soit d’autre, je n’ai pas signé pour ses conneries.

Il avait signé pour bien pire.

En attendant, son acolyte collait sa magie un peu partout, il distinguait les cinq voitures se trouvant autour de lui. C’était pas compliqué, pas plus que d’habitude. À la différence qu’aujourd’hui, l’aveugle allait tenter de se concentrer sur une seule trace de magie et pas dix-mille.

Probablement que ce n’était pas le meilleur moment, ou qu’il voulait se donner bonne conscience à l’instant où il allait dépasser sur le trottoir et écraser une famille de vegan.

Sauf que maintenant, c’était le bruit des moteurs qui résonnait. Il croyait entendre quelqu’un faire une découpe. En conséquence, Kurt se calait sur le dernier chiffre qu’il avait distingué. Pied sur l’embiellage, première vitesse enclenchée et son pied droit jouant avec l’accélérateur.

Go !

Ils avaient calé.

La voiture avait bondi d’un mètre avant de bloquer sur place, Kurt se sentait parfaitement stupide. Il recommençait, clé de contact et il faisait attention avec son pied gauche avant de commencer. Cette fois, ils démarraient et les points étaient déjà à une bonne distance.

- J’suis toujours pardonné… ? Une blague, pour détendre l’atmosphère et sous-entendre qu’il n’avait pas conduit depuis plus d’un an.

Un autre point se matérialisait devant lui, les voitures venaient de tourner, le gars devait indiquer un virage. Rétrograder, contre-braquer le volant et une fois dans une position proche des quatre-vingt-dix degrés, il enfonçait l’accélérateur pour rattraper le cinquième concourant.

Il s’en sortait, pas mal. La voiture n’était pas encore rentré dans quelque chose et ils avaient passé le premier tournant !
more_horiz
On était en vie.

Par Etro j’aurais jamais pensé qu’on survivrait au-delà de dix premiers mètres et voila qu’on venait de passer le premier virage. L’autre connard qui brutalise de handicapés devait pas s’y attendre non plus d’ailleurs, peu probable qu’il nous file une caisse s’il pensait qu’on arriverait à la faire rouler.

En attendant la voiture rouge en forme de cercueil commençait à se rapprocher et d’ici vingt secondes on l’aurait rattrapé. Elle était plus lente que nous et de toute évidence Kurt tenait à prouver que la vue était le sens le moins utile du corps humain en conduisant pratiquement mieux que nos poursuivant.


« -Mec tu gères, pas de trucs chelou sur le tableau de bords d’ailleurs et puis en vrai j’pense pas que les gars vont sortir d’leurs bagnoles des MITRAILLETTES ! »

Me jetant sur Kurt je l’fais s’aplatir du côté gauche de l’habitacle au moment où une rafale de balle fauche sans pitié l’intérieur faux-cuir de notre caisse. Un connard de devant avait pointé le bout de son nez par sa fenêtre et avait tenté de nous aligner avec son gun.

Faisant preuve d’une adresse et d’une moule miraculeuse Kurt parvient à garder le contrôle du véhicule et à ne pas nous faire terminer dans un mur. En termes d’utilité j’étais prêt à échanger quatre primarques contre une moitié de Kurt, clairement.


« -Ok,
dis-je alors que notre embardé a permis à nos poursuivit de reprendre de l’avance, ça répond à ta question j’imagine. Bon les gars en face ont des gros calibres, je pense que ça veut dire qu’on a le droit de sortir les très gros calibres. »

Serrant le poing je ne peux empêcher un léger rictus de se former sur ma bouche, il était temps de rendre la monnaie de leurs balle aux enfoirés qui se sont moqué de moi tantôt.

«-Décale toi légèrement à gauche de la voiture de devant, histoire que je sois en fasse d’elle en me penchant par la fenêtre. Et tiens toi prêt à réagir, c’est possible qu’elle fasse une grosse embardé d’ici peu. »

Je vous avouerais que j’ai pas vraiment attendu le meilleur moment, on était pas loin d’un nouveau virage et un mec calme et serein aurait attendu un tout petit peu plus longtemps. Le truc c’est que j’avais échangé tout mes stocks de calme et de sérénité il y a une bonne demi-heure contre une sacré dose de frustration et de pulsion meurtrière.
La stalagmite de glace de cinq mètres de long qui embrocha tout l’arrière du cercueil rouge n’avait donc pas grand-chose d’intelligent mais je peux vous assurer qu’il était extrêmement satisfaisant.

Une satisfaction qui dura environ une seconde et demi le temps de constater qu’elle partait en tonneau dans tout les sens et qu’on aurait peut être un peu de mal à éviter et la voiture et le virage.


« -Braque à gauche ! »

Dis-je en essayant de foutre des charges magiques sur un maximum de truc autour de nous. Bon…après quelque part il faut bien qu’il fasse quelque chose dans tout ça.
more_horiz
Dès l’instant où le copilote avait prononcé la suite de mots ”très gros calibre“, l’un des sourcils de Kurt se permettait de grimper de quelques centimètres. Pour ensuite obéir docilement et déporter sa voiture sur la gauche. Il avait aussi le théorème qui s’invitait à sa réflexion, celui de savoir s’il devait accélérer ou non.

Il n’a pas eu le temps de trop y réfléchir.

Lorsqu’une trace magique aussi imposante que notre voiture faisait son apparition à sa droite et traverse la route.

Encore, ça allait. C’était l’instant où la trace en question tournait sur elle-même dans un schéma totalement épileptique. Il était heureux, pour une fois, de ne rien y voir et de ne pas avoir à assister à ce qui devait ressembler à un dimanche après-midi sur le circuit de Paul Ricard.

Il n’avait pas d’autre choix que d’obéir à l’ordre.

Pied sur le frein, se penchant à gauche alors que son bras faisait des tours avec le volant, les freins occupé à hurler jusqu’à la mort. Il ne voyait rien d’autre que la présence bleutée qui devait probablement éventrer la carcasse de la voiture.

Ça bougeait dans tous les sens et ça s’approchait dangereusement de lui.

Il contre-braquait, rétrogradant d’une vitesse et poussait l’accélérateur jusqu’au plancher. Le moteur vrombit, fonçant en direction de la coque démembrée. Des voltes, des tonneaux, ça s’approchait.

- Ça va passer… Murmurait-il, une goutte de sueur à son front.

Par quel miracle ceci venait de passer, Kurt l’ignorait. Il y avait le choc sur l’avant du véhicule, le faisant basculer en avant alors que le moteur criait une fois encore. La voiture roulait toujours. Il se sentait partir en avant et il remarquait les marques que son copilote avait laissées.

Un putain de tournant, il se foutait de sa gueule.

Frein à main, une vitesse en moins et il contrebraquait avec force. La voiture partait du cul et la roue arrière frappait le trottoir.

- Bordel ! La voiture partait de l’autre sens, il tournait le volant en tous sens jusqu’à retrouver une certaine stabilité. Au moins, on est encore en vie.

Deux vitesses de moins, il accélérait et cherchait déjà à rattraper son retard. Les traces partaient de sa droite et balisaient le chemin, heureusement que la ville était une sorte de quadrillage et que les moments critiques étaient les croisements. En attendant, une autre trace de véhicule se dressait devant lui.

- Cette fois, on évite un autre carambolage. Il souriait, glissant sa main dans son veston et dégainant son pistolet. Regarde comment est-ce qu’on fait.

La fenêtre ouverte, le traître pointait son arme en direction de la trace magique. Il laissait ensuite son bras retomber le canon en direction du sol. Il s’imaginait la position de la roue avant. D’un geste, il levait son arme et tirait dans le mouvement. La balle faisait une trajectoire improbable, partant dans les airs avant de retomber et éclater le pneu en question.

Il ne voulait pas ce qui se passait, en attendant, la trace sur le véhicule allait s’écraser sur la droite. Trop fier, Kurt rangeait son arme en laissant l’effet prendre forme devant le cul-de-jatte.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum