Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz

Le silence, lourd, calme, inespéré. Le Démon appréciait ce moment, il n’y avait que le vrombissement du moteur qui parvenait à ses oreilles. Les voix stellaires défilaient dans leur inlassable infinité, n’offrant de spectacle que le vide et ce calme que Namtar appréciait tout particulièrement.

Pourtant, il n’était pas seul aux commandes de son vaisseau. Au moins, il avait la politesse de se taire.

Il devait être semblable à tous les Gardes Noires de la Caserne, à se poser la question de savoir pourquoi il avait été appeler par le dirigeant lui-même à le joindre. Une banalité. Avant que le Démon ne s’approprie le cœur de Death, celui-ci avait l’habitude d’avoir son chien de garde. Marvin ? Oui, il se souvenait de ce nom. Étrange, l’ancien propriétaire de ce corps n’avait rien fait pour découvrir le responsable de sa mort.

Il y semblait attaché, pourtant.

En attendant, ils étaient ensemble, parcourant l’infinité des routes stellaires en une direction inconnue pour le gamin.

Je sais qui tu es, Kuro.
Comme le rôle l’exigeait, Namtar brisait le silence. L’unique œil de la carcasse fixant le vide.

Du moins, ce qui tu penses être. Jack m’a tous raconté.
Tel l’Intendant studieux qu’il s’imagine être. Probablement qu’il gardait ses propres secrets et qu’il taisait certaines de ses informations. Comment le Démon pourrait lui en vouloir. Death était comme lui, avide et trop précieux avec ce qu’il avait obtenu. Comme Ariez avant lui, la Bête avait offert un os à ronger à cet homme qui ne cessait de multiplier les exploits. La Coalition Noire avait besoin d’homme comme Jack.

Et malheureusement ? Le gamin à ses côtés était loin de l’être. Voilà la raison pour laquelle Death le prenait sous son aile, en cette journée.

Kuro deviendrait ce monstre de puissance. Pour la simple et bonne raison que le Démon en décidait ainsi. Il s’annonçait comme étant le fils de Maléfique ? Alors, il détenait un potentiel inimaginable. Quelque chose que le Démon avait offert à un idiot du Monde du Feu.

J’ose croire que tu n’es pas un menteur, les actes prouvent le contraire. D’abord, tes exploits à ton arrivée, les missions que tu exécutes à ma demande ou encore ta participation au Tournoi.
Namtar décrochait son regard de l’espace, s’attardant sur lui.

Sans oublier ta récente affiliation à la Garde Noire.
Il reprenait ensuite sa tâche, guidant son vaisseau à sa destination.

Des murmures me parviennent, racontant que ta dernière défaite contre Jack n’aurait pas eu l’effet escompté. Que tu aurais cessé le combat et malgré ce que racontent les gens.
Relâchant les commandes de vaisseau, un instant, Namtar guidait son bras valide et allait toucher le moignon en lieu et place de ce qui lui manquait. L’un des nombreux signes de ses défaites, un rappel douloureux quant à la scarification de cette chair mais qui ne le faisait plus mal aujourd’hui.

Est-ce que c’est vrai.



_______________________________
more_horiz
- Oui.

Le mot sortit de mes lèves, un autre de ces innombrables rappels à la réalité que j'avais pu subir récemment. Je n'ai pas trouvé la force de mentir au dirigeant. Je suis un faible. Un faible qui a été englouti par le système du groupe. Quoi qu'il en dise, je doute qu'un être aussi... Suprême puisse comprendre qui je suis, maintenant que je sais être au plus bas de la chaîne alimentaire des coalisés. Cette nouvelle affiliation faisait partie de mes plans initialement, mais n'en est finalement qu'une nouvelle preuve. Tout comme celle que je peux distinguer chaque jour de façon régulière. Celle de mon orgueil, de mon échec. Mon bras droit est dans le plâtre, immobilisé et maintenu par une écharpe. Le sort curatif de Mikan ne fera qu'accélérer sa guérison, mais il faudra du temps.

- Quels exploits ? L'évasion de Lenore ? Le transfert de prisonniers ? A moins que tu ne veuilles parler de ce merveilleux spectacle au tournoi ?

Mon regard se décale vers l'espace parsemé de ces étoiles plus éclatantes que je ne pourrai jamais l'être. Jack lui a tout raconté à mon sujet ? Quelle blague. Au point où j'en suis, cela ne change plus grand chose. L'être face à moi ne devrait avoir aucune raison de m'emmener où que ce soit. Pourquoi moi ? Lui, plus que quiconque devrait savoir que je ne suis pas fiable.

- Qu'a-t-il donc pu te raconter me concernant ? Que suis-je sinon une vaste mascarade ?

Mon cœur bat fort, l'incompréhension et la frustration me font grincer des dents. J'ai peur. Tellement que je n'ai pas même osé partir pour cette mission qu'il m'a confié depuis mon rétablissement du tournoi... Alors même qu'elle ne compte aucun risque. Pourtant, quand bien même il s'offenserait de ces questions ou mettrait fin à mes jours sur le champ, ça me serait égal. Je n'ai plus que ma vie à perdre.

- De quoi tires-tu toute cette force ? Comment as-tu pu écraser toute la volonté de cette mercenaire ?
more_horiz

Impassible, Namtar continuait d’observer les étoiles pendant que le roquet ose s’exprimer. D’une certaine façon, c’est ce qu’il attendait et espérait. S’il était déjà écroulé sous le poids de la vie, il n’aurait eu d’autres choix que de le jeter dans la première fosse.

C’est vrai, par quel miracle y suis-je parvenu…
Négligemment, de sa main libre, le Démon enclenchait les procédures pour que le vaisseau continue sa route sans son intervention. Suite à cela, il reculait légèrement son siège et tournait sur lui-même afin de lui faire face, l’évaluant de la tête jusqu’au pied.

Un transfert de prisonnier, une évasion, la défaite d’un tournoi, se faire battre par Jack. Qu’est-ce que c’est dans une vie ? Rien. Des histoires, des expériences, le destin ! Appel ça comme tu veux, ça n’a aucune importance.
Il posait alors son coude sur ses jambes, tournant légèrement et divulguant son moignon et la moitié de son visage ravagé par les flammes. Il y avait tant de preuve, tant de cicatrice, de vérité que cette chair offrait à quiconque prenait le temps de l’écouter. Le corps de Death était une sculpture, une œuvre d’art à part entière. Jack tentait de lui ressembler, se nourrissant de ce qui lui arrivait et le rendait chaque jour un peu plus difforme.

Kuro avait déjà un stigmate à son bras, force est de constater qu’il y en aura bien d’autres dans les années à venir.

Si Lenore se retrouve à ma merci, c’est parce que je l’ai décidé. Si Jack t’a vaincu, c’est parce qu’il l’a décidé. Si tu as perdu le tournoi, c’est parce que tu l’as décidé. Tout ce qui t’arrive, c’est à toi de décider comment ça doit se passer.
Il retombait alors dans son fauteuil, laissant son bras retomber sur ses jambes.

Le corps est un morceau d’argile que l’on sculpte. Ça, et ça ? C’est Roxas qui à décider de me le faire. Pourtant ? Je me suis relevé, j’ai affronté cette honte et cette crainte pour continuer à marcher. Et si, demain, il se présente à moi ? Ce sera à mon tour de décider.
Namtar tournait son regard vers l’espace, le bout du voyage apparaissait déjà au loin. La fin de tout ce qui existait. Un jour, peut-être que ce qu’il n’avait jamais foulé s’y retrouverait aussi. Lui aussi, peut-être. Du moins, c’était une certitude pour le tas d’os et de chair qu’il occupait.

Ton corps, tes capacités, elles évolueront avec le temps. Sauf que pour cela ? Tu dois avoir la volonté suffisante pour te relever à chaque fois. Pour ça, aujourd’hui, je vais te montrer l’endroit où j’ai perdu… Ainsi que l’endroit où je me suis relevé. Est-ce que tu es prêt pour cette leçon ?




Dernière édition par Death le Sam 25 Jan 2020 - 16:48, édité 1 fois

_______________________________
more_horiz
Ma vie n'a pas encore prit fin. Si le dirigeant est agacé, alors je ne le ressens pas. Mais je ne saisis pas toute la portée de ses mots. Si tout cela n'était qu'une affaire de volonté, je me sens insulté. Je me suis déjà relevé plusieurs fois et n'ai subi que plus de honte en retour. Malgré tout, je finis par le regarder dans les yeux. J'ai déjà aperçu le visage de Death et les marques de ses combats. J'ai même pu assister à son retour, diminué, lors de sa confrontation contre la mercenaire. S'il a pu survivre à une confrontation sérieuse avec Roxas, si le dirigeant est toujours parvenu à se relever après tout... C'est parce qu'il est fort.

- C'est ce que j'espérais faire.

Me présenter à Jack de la sorte, perdre et devenir un garde noir. Tout cela avait pour but de compter les rangs des entraînements spartiates de l'intendant et me rapprocher de l'instructeur sans qu'on se pose de questions. Mais malgré tous mes efforts, mon corps montre trop vite ses limites. Même si j'ai la magie, je manque toujours de contrôle sur celle-ci afin d'enchaîner les sorts. Mon regard vire de nouveau sur la vitre.

Le monde est en vue. Au loin semble se dessiner ce qui reste d'un château. Sa couleur est presque grise, si terne, mais semble pourtant être à l'origine blanc. Le Palais des Rêves, ou plutôt ses ruines approchent. La Lumière était impliquée dans les événements liés à la destruction de ce monde, c'est tout ce que j'en sais. L'implication du Maréchal ne m'a donc pas surpris. Mais je suis surtout curieux d'en apprendre plus sur sa défaite dans ce monde dont les détails ont été plutôt étouffés. Si Death pense réellement pouvoir tirer quelque chose de moi, alors je peux au moins tenter l'expérience. Je n'ai de toutes les façons plus rien à perdre.

- Oui.

Je serre les poings en distinguant la terre ferme qui s'approche à travers la vitre. Les lieux sont plongés dans un manteau de ténèbres éternelles. La terre est craquelée par endroits. Mes yeux s'arrondissent. Qu'est-ce qui a bien pu meurtrir ce monde de la sorte ? Quel cataclysme s'y est abattu ?

Suis-je réellement prêt ?
more_horiz

Namtar offrait son sourire le plus franc, accordant le crédit nécessaire à ce que le gamin lui avait répondu.

Il n’était pas perdu.

Parfait.
Brièvement, le Démon reprenait les commandes de son vaisseau et amorçait la descente dans cette partie de la Fin des Mondes. La vision du palais brisé, des jardins ravagés et de cette brume omniprésente. Malgré son vécu et ce qu’était réellement le Démon ? Une crainte naissait en lui, semblable à une boule venant l’étouffer.

La plus grande défaite du dirigeant de la Coalition Noire.

Dans un soufflement, les réacteurs de l’appareil s’éteignaient progressivement alors qu’il se posait. L’instant suivant, la rampe d’accès s’ouvrait et ils étaient prêts à affronter tout ce qui avait été engloutie par les ténèbres.

Ici, ce n’est pas comme chez nous. Les maîtres ? Ce sont eux…
Il levait un doigt, pointant un sans-cœur trainant dans les jardins. Il ne s’agissait que d’une ombre, rien. Sauf qu’il ne commettrait pas plus d’erreur en ce lieu. Traçant un glyphe à même le sol, le Démon invoquait sa prothèse qui venait s’accrocher à son bras et développer la griffe qui arborait dorénavant à la place de son membre.

Tiens, voici une arme. Il paraît que tu aimes ça…
Dans le creux de la main de Namtar, un couteau faisant son apparition et mimant celui qu’il avait déjà vu dans les mains de Lenore. À la différence qu’ici, la lame n’était pas émoussée.

C’est dans la salle de bal de ce bâtiment que j’ai perdue. Les préparatifs, la Garde Noire et même Abigail n’ont pas été suffisants pour empêcher ce qui c’est produit. Est-ce la faute de la Coalition Noire ? De la Lumière ? Non. Tout ça, cette destruction pure et dure, c’est le résultat d’un seul et unique homme.
De son œil valide, le Démon distinguait le sans-cœur s’agiter dans leur direction. Dans un soupir, il invoquait une seconde dague dans sa main avant de la lancer avec rage sur l’ombre. La lame sifflait, partant dans les airs avant de traverser l’ombre et se planter dans le sol. Il ne restait plus qu’un nuage de poussière, disparaissant sous le vent. Il était le premier d’une longue série.

Nous allons dans la salle du bal.



_______________________________
more_horiz
Death n'a pas cité le nom du responsable, mais je pense le deviner. J'ai eu une chance insolente de survivre et guérir suite à une confrontation face à lui. Ce monde, lui, ne s'en relèvera jamais, comme en atteste ce paysage de mort et de désolation qui s'étend devant nous. Je dépose la lame que le dirigeant m'a confié dans la poche la plus proche de ma main. Je ne suis pas gaucher donc il vaudra mieux pour moi me contenter de magie. Cependant, cette arme pourra peut-être servir si le nombre me submerge ou que je ne parviens plus à utiliser la magie. A l'approche de la salle de bal, j'entends vaguement quelque chose. Au moment où le démon pousse la porte, un rythme sonore infâme et parodique à une musique de bal résonne dans mes tympans.

- Quelle horreur, fis-je la mine dégoûtée, probablement couvert par le son de cette cacophonie.

La salle est dévastée. Ce qui devait être autrefois des tables et des chaises ne sont plus que des morceaux de bois, voire même parfois de la simple sciure. Le verre des fenêtres brisées est répandu de façon éparse ici et là. Le sol est aussi craquelé qu'à l'extérieur. Mais le plus surprenant au-delà de tout cela... C'est que cette pièce meurtrie est habitée. Des formes obscures jouent et dansent. Un sans-cœur paré d'un veston noble rouge agite son archer, produisant un son grossier de son violoncelle. Une forme, toujours vêtue d'un smoking difficile à percevoir frappe un piano auquel il manque de nombreuses touches à en faire grincer l'instrument. Au loin, une forme richement vêtue porte une fine lame noble. Tous ont perdu leurs cœurs et revivent sempiternellement leur nuit fatidique.

D'autres, alignés près d'un mur pulvérisé font retentir un son grave de trombone qui me donne envie de quitter la salle de bal sur le champ et rendre mon dernier repas. Des crescendo autour disposés autour d'eux sonnent l'alarme dès notre entrée dans la pièce, faisant apparaître de nouvelles ombres parmi celles qui sautillent déjà dans un rythme plutôt discutable vers notre direction. Je ne prends pas plus de temps pour détailler l'intérieur et ses opposants et prépare immédiatement un sort afin de repousser l'assaut. Soudain, une ombre surgit juste sous mes yeux, passée inaperçue en se faufilant dans le sol grâce à la pénombre ambiante. Au moment où elle tente de me griffer, je parviens sommairement à parer en me saisissant de la courte lame obscure, contraignant la créature à rejoindre ses congénères plus loin.
more_horiz

Semblable à un coach silencieux, Namtar avait laissé son subordonné se débrouiller seul. S’il avait eu besoin de lui pour une ombre, il aurait pu le jeter lui-même au fond du gouffre.

Au cœur de cette cacophonie, le Démon abandonne son regard au centre de la salle.

Un gouffre, béant. L’endroit même où Roxas avait réussi à déchaîner ce qu’il avait au fond de lui, sa rage et ses ténèbres. Il y avait, au fond de lui, cette boule qui grossissait et ne cessait de prendre de l’ampleur. Il avait eu le temps, lors du tournoi, observé le combat contre Kuro et Jack ainsi que sur le dernier opposant.

Eux, ils avaient eu de la chance.

Il revoyait, encore, un être encore plus sanglant qu’il ne l’avait jamais été. Hurler sa frustration et donner un seul et unique coup de poing sur le sol. Le résultat ? Il ressentait maintenant une vive douleur à la place de son bras droit et aux stigmates à son visage.

Nettoyons la salle, tu en sauras un peu plus après cela.
Il n’allait invoquer personne. Ni ombre, si mort. Il n’allait pas en avoir besoin. Il n’y avait pas encore de réelle menace dans cet orchestre délabré, même s’il se doutait que cela arriverait d’un instant ou l’autre. Tel était la fierté des sans-cœurs, celle d’avoir leurs proies à l’usure. Aujourd’hui, Namtar refusait d’être l’une de leurs proies. Il avait le cœur aussi sombre que le charbon et le seul intérêt des sans-cœur en le dévorant et de créer une bête aussi terrible qu’eux. Et jamais, au grand jamais le Démon n’accepterait cette servitude.

Machinalement, le Démon tendait son bras gauche, faisant naître au creux de sa main une manche qui se prolongeait jusqu’à la création de sa lame. La faucille de Death.

Amenant son corps en arrière, la Bête ramenait son bras en arrière avant de propulser l’arme et l’envoyer au travers de la pièce. Il y mettait tant de force, l’arme tournait sur elle-même jusqu’à rencontrer l’un des ombres qui sortaient des ténèbres et l’empalait sur le mur. Il s’agissait du signal d’alarme, en plus de l’ombre que Kuro venait de repousser.

Glissant sur le sol, profitante de la brume, plusieurs sans-cœur à l’apparence de nobliaux et brandissant leurs cannes se jetaient sur eux. Remuant sa prothèse, le Démon tendait ce bras et tournait alors sur lui-même, avalant l’air sous sa griffe et repoussant la plupart des ombres. Une seule se retrouvait prise dans la poigne, la tête entre ses doigts. Et sans cérémonie, la Bête resserrait son emprise jusqu’à ce qu’il disparaisse dans l’habituel nuage ténébreux.

Parfois, après avoir vu les exploits de Surkesh et de son ombre, il regrettait de ne pas en être capable de magie.



_______________________________
more_horiz
L'intervention de Death a balayé un certain nombre d'ombres, m'évitant ainsi de me retrouver submergé. Je hoche la tête dans un remerciement silencieux et prépare la suite. Je concentre mon flux magique dans ma main gauche sans prendre le temps de ranger mon arme. Une fois l'énergie amassée, je la relâche et des éclairs foudroient de façon tout à fait aléatoire les alentours, l'un d'entre eux passant même près de mon propre allié. Quelques uns de ces nobliaux qui s'approchent disparaissent sous le choc. Plusieurs bondissent et sont immédiatement perforés par la faucille du dirigeant. Cependant, l'un d'entre eux parvient à se faufiler jusque moi, dissimulé par ses camarades perforés et tente de m'asséner un coup de canne dans le côtes.

Je tente de parer mais sa force parvient à me faire céder et lâcher mon arme. Je serre les dents, la douleur s'est diffusée dans ma main mais ne m'arrêtera pas. Lors de son prochain assaut, j'attrape sa canne d'une main tremblante puis pivote d'un demi-tour en la tirant pour lui arracher. Ensuite, à défaut de pouvoir utiliser mon autre bras, je lui met un coup de boule. Mon crâne me fait mal, ma vue se brouille un instant et le bruit informe m'irrite toujours mais je termine tout de même l'enchaînement d'un brasier, laissant la créature disparaître dans des émanations obscures. Le temps de reprendre mes esprits, je ramasse rapidement mon arme et me tiens de nouveau prêt. Les Crescendo flottent dans les airs et appellent de nouveaux renforts, de nouvelles ombres.

- Si tu me crées une nouvelle ouverture, je pourrai me débarrasser d'eux.

Je commence de nouveau à rassembler mon flux magique, cette fois afin d'envoyer une multitude de pics de glace à l'encontre de ces aberrations qui appellent, encore et encore d'autres de ces âmes tourmentées qui ont péri dans les alentours. Je veux absolument les faire disparaître. J'ai peur de ce qu'il pourrait advenir s'ils parvenaient à attirer un gros poisson. Une idée finit par germer en voyant ces vagues incessantes d'ombres et en me souvenant des paroles du démon. Si tous ces sans-cœurs mineurs parviennent, malgré leur faiblesse à former, ensemble, un tout plutôt contrariant, l'idée pourrait être utile.

- Tu penses que si je le décide, je pourrais en soumettre à ma volonté ?
more_horiz

L’éclat de l’éclair faisait briller le visage de Death, divulguant un sourire, le moins humain qu’il avait à offrir. L’un de ses plus bas instincts, quasi primaire, l’un des rares langages qui n’avait plus aucun secret pour lui. La violence.

C’est à toi de décider de les soumettre ou non.
Il était encore des ombres futiles, sans intérêt. Pour peu que son histoire soit réelle, il aurait probablement hérité de ce trait par sa mère. La suite ? Namtar pourrait lui apprendre. En attendant cela, une nouvelle arme se matérialisait dans la poigne vide du Démon. Une paire de griffes semblables à sa prothèse.

Dans le cas présent, la Bête ne tenait pas tant à obéir à l’ordre de Kuro. Pourtant, il allait concéder à sa demande.

Semblable à un animal, il courbait l’échine au point de se retrouver les deux griffes enfoncées dans le sol du Palais. Ainsi, donnons du temps au gamin pour qu’il s’en débarrasse. D’une pulsion, le Démon se propulsait et écartait ses bras aux deux extrémités, s’apprêtant à accueillir toutes les ombres assez folles pour se trouver sur son chemin. Les griffes déchiraient, enrageait la Bête qui écrasait les nobliaux dans sa course et le forçant à se retenir en plongeant ses griffes dans les marbres.

Une trainée, quatre sillons, ornait le sol alors que Namtar reprenait ses appuis et fonçait une nouvelle fois à la charge. L’acier sifflait dans l’air arrachant les sans-cœurs qui ne cessait d’émerger en cette valse infinie.

Concentre-toi sur l’un d’eux, puise au fond de ton âme et soumet-le à tes propres pensées…
Il prononçait ces quelques mots entre deux assauts, se contentant simplement de contenir cette masse infâme pendant que le Roi de ce bal s’enflammait au bout de la salle, prononçant ses propres ordres.

Dorénavant, ce monde ne lui appartenait plus. Il n’avait que faire d’y laisser l’ombre d’un souverain, surtout si celui-ci n’avait d’emprise que les ruines de son échec.



_______________________________
more_horiz
Ainsi, les éclats de glace se forment et perforent de toute parts les corps difformes de ces Crescendo. Ainsi, sans ces alarmes ambulantes, la cacophonie ambiante se calme un peu. Irrité par ce son, je décide de tenter d'enchaîner par un nouveau sort mais une nouvelle fois, rien ne se produit. Tant pis. Si Death pense que la volonté elle seule pourrait les soumettre, cela vaut le coup d'essayer. Le dirigeant se contente de contenir les assauts. J'observe l'une des ombres puis ferme un œil, puis l'autre, de façon hésitante. Je n'ai pas totalement confiance en lui, ni même n'ai confiance en ma capacité à y parvenir. Puiser dans mon âme...

Mais quelle âme ? Ai-je vraiment une chose aussi "noble" ? Mes mains sont souillées par le sang des nombreuses victimes que j'ai pu faire. Quand bien même elles reviendraient et m'observeraient, gémiraient et souhaiteraient obtenir vengeance... Cela me serait égal. Je ne regrette absolument rien. Non, je ne saisis pas ce qu'il veut dire par là. Je rouvre les yeux, c'est sans espoir. Une personne telle que moi ne pourra jamais soumettre quelqu'un sous ma propre volonté. Pas même une simple ombre. N'est-ce pas risible ? Profitant de cet instant d'hésitation, l'un des joueurs de cuivre souffle plus puissamment. Une onde passe à une vitesse modérée et me percute sans que je ne le réalise.

Me voilà de nouveau face contre terre hors de la salle de bal. La sanction est sans appel : une douleur sourde s'est diffusée dans tout mon bras droit qui a encaissé le choc. L'air hagard, je relève la tête, puis mes doigts s'enfoncent dans la terre et la serre de frustration. Je finis par me relever, constatant que le boss n'a pas et n'a jamais eu besoin de moi afin de maintenir avec aisance en respect les créatures, malgré leur nombre. Pourquoi le nécromancien ne convoque-t-il pas les morts ? Une leçon ? Pourquoi serait-il si sûr de pouvoir tirer quelque chose de moi ?

- Cette saloperie cèdera ! Dis-je pour tenter de me motiver.

Je m'avance de deux pas. Bien que je ne saisisse pas la portée de ses mots, je décide d'au moins essayer sérieusement pour ne pas l'insulter. Je fronce les sourcils et fixe l'une des créatures dans ses deux orbites jaunes. Je l'observe, me concentre autant que possible et de tout mon être, je pense à la faire s'enfouir dans le sol en signe d'allégeance et d'obéissance. Je sens comme quelque chose m'attirer, j'ai un haut-le-cœur et d'un coup je me sens tout drôle. Soudain, un sans-cœur surgit dans un nuage de ténèbres et plonge ses griffes dans le sol, puis sa tête et ses petites antennes, ne laissant derrière elle qu'une ombre imperceptible dans la pénombre ambiante.

Est-ce que je viens réellement de réussir à le convoquer ? Ou la créature va-t-elle surgir et m'enfoncer fourbement ses griffes d'un instant à l'autre ?
more_horiz

Reprenant une allure moins bestiale, Namtar se redressant avant de laisser son corps partir en arrière pour assener un coup de poing à l’un des porteurs d’instruments.

Il n’y avait aucune grâce, une simple démonstration de force brute.

À un point tel que le sans-cœur s’envolait dans les airs et allait s’écraser sur un avant de disparaître. Ils trainaient. Il ne faisait rien d’autre que de retarder l’instant où il allait pouvoir s’enfuir. Suffoquant tel un chien, le Démon reprenait un semblant de contenant lorsqu’il aperçut la création de Kuro. Il y avait quelque chose à tirer de ce gamin. Il pouvait s’accorder ce mérite

Qu’est-ce que tu attends, Kuro ? Ordonne-lui d’agir !
Un ordre, simple. Il hurlait sur son subalterne avant de détourner son regard afin de repousser un nobliau d’un revers de sa protège. L’attrait était trop grand, la Bête s’enfonçait alors dans ce charnier qu’était la horde de sans-cœur afin de l’achever en y enfonçant sa griffe.

Il en avait déjà assez de s’attribuer les mérites.

Plongeant en arrière, reculant de quelques pas, Namtar plongeait sa griffe dans le sol avant de l’élever dans les airs. Quatre rondouillards, s’attribuant les traits du Démon, faisant leur apparition. Le visage ravagé par les flammes, de nombreuses cicatrices sur le corps et l’air de chien enragé. Il attendait le premier ordre que, déjà, il se jetait en avant et glissait au travers de la pièce sur leur ventre.

Une retraite que la Bête acceptait volontiers. En quelque enjambé, il retournait à proximité de son subalterne en s’appropriant quelques prises en plus à son tableau de chasse.

Son sans-cœur n’avait toujours pas bougé.

Il est sous ta domination, tant que tu le décideras, Kuro. Relâche la soumission et il se retournera contre toi, tu comprends.
Namtar claquait alors des doigts, trois sans-cœur en forme de pot et de couleur verte faisant alors leur apparition. Obéissant à l’ordre silencieux, ils allaient autour du gamin et commençaient à sonner, lui offrant un sort de soin minime.

Garde le contrôle.


more_horiz
Je serre le poing. Même si j'ai toujours eu conscience du fossé qui me sépare de mon boss, c'est frustrant. J'enrage de voir que lui peut, d'un simple claquement de doigts convoquer de ces créatures plus complexes et leur donner des ordres silencieux. Les vapeurs émeraudes émanant de celles-ci parcourent les airs et se déposent doucement sur mon bras toujours dans l'attèle, soulageant un peu de cette douleur qui le parcourt tel un électrochoc. Qu'est devenu l'idée de nettoyer la salle de ses occupants ? Death ne fait que les contenir et n'en élimine pas plus que nécessaire. Il n'avance pas et ne recule pas. Il forme un simple et puissant obstacle infranchissable entre les monstres et moi.

Garder le contrôle ? Mais je n'ai jamais eu le contrôle sur quoi que ce soit ! Lui ordonner d'agir ? Mais est-ce que j'ai réellement un pouvoir sur elle ? L'ombre sort du sol, comme pour répondre à cette interrogation. Elle brandit ses griffes, s'apprête à m'attaquer. J'hésite à fermer les yeux, fais un pas vers l'arrière sous l'influence de l'hésitation et me prépare à souffrir. Le dirigeant n'esquisse pas un mouvement. La griffure déchire l'écharpe et le plâtre dans trois lignes rougeâtres. Le bras redescend mollement le long de mon corps et refuse de bouger. Quelques gouttes de mon sang s'en écoulent mais la douleur est presque absente. Les Requiem Verts poursuivent toujours leur tâche, soulageant cette nouvelle blessure.

Je fronce les sourcils une nouvelle fois, irrité et mon regard foudroie les deux gouffres béants d'ambre qui donnent la vision à cette horreur. Malgré mon appréhension, je tente de m'imposer à elle. Au moment de renouveler son assaut, la griffe s'arrête. La petite chose obscure agite ses antennes comme pour acquiescer, se retourne et part à l'assaut de ses congénères. Elle disparaît dans un nuage de fumée sous l'impact d'une note discordante du violoncelle.

- Tu avais raison.

J'ai l'air toujours un peu perdu, mais je souris, fier de ce succès insignifiant, heureux d'avoir enfin pu imposer ma volonté à quoi que ce soit. La leçon est imprimée, bien que le chemin afin de l'appliquer correctement soit encore long. Malgré tout, je ne saisis toujours pas son intérêt dans cette expédition mais...

- Je pense avoir compris ce que tu voulais m'enseigner.
more_horiz

Le Démon offrait un sourire à son visage, lui qui finissait par croire que tout ceci n’irait pas plus loin qu’une perte de temps et l’histoire d’un monde mort.

Bien… Inutile de rester plus longtemps.
Il se retournait alors, levant sa prothèse au-dessus de sa tête et fixant le creux de celle-ci. Une lueur, obscure, naissant et se propageait dans la cage qu’étaient les griffes. Violemment, il abaissait son poing et frappait le sol avec celui-ci, dissipant l’évocation et appelant la créature qui se chargerait d’assurer le départ du maître et de son apprenti.

Probablement une copie sans originalité du Démon. Un monstre aux bras et aux jambes trop longues, trainant au sol et n’offrant qu’une paire de griffes en guise de pieds et de mains. Un torse squelettique, enfermant un trou béant à la place du cœur et le tout surmonté par un crâne dont deux ambres brillaient. Cette créature s’avançait alors dans la salle, multipliait ses pas jusqu’à se ruer dans la mêlée, tailladant les ombres et les nobliaux de la pièce. De son œil unique, Namtar se délectait presque du spectacle et imaginait cette horreur s’acharner sur d’autres que sur d’insignifiants sans-cœurs.

Avant de partir, tu dois connaître la vérité. Si, dans cette salle, j’ai perdu ? C’est parce qu’un unique homme a abandonné son cœur aux ténèbres. À la Coalition Noire, il n’est pas rare que ce soit le cas, j’en suis la preuve vivante et je n’ai rien à cacher. Mais… Ce soir-là ?
Le Démon se retournait, observant les ombres soigner Kuro pendant que lui continuait de parler.

Roxas à sombré. Ce parangon de la Lumière ? Lui, ayant combattu les sans-cœur de sa keyblade et j’en passe… Il est tombé dans les ténèbres et il n’était pas loin d’y sombrer à jamais. Alors, ce jour est une défaite pour moi et ce monde ? Néanmoins, il suffirait que l’univers sache que le grand Roxas ne valait pas mieux que Death pour que tous s’écroulent.
Il souriait, s’imaginant déjà cette idée et ce que la nouvelle pourrait offrir à ses ennemis. Il espérant tellement, attendant le moment opportun pour en parler et enfin dévoiler ce qu’il était réellement.

Ce que tu dois savoir en venant ici, c’est que de t’abandonner aux ténèbres t’offrira tout ce que tu attends. Mais, il te faut savoir maîtriser celle-ci, comme tu viens de maîtriser une ombre. Roxas en a été incapable, causant des ravages tels qu’un monde entier y est sombré. Alors, Kuro, il te faut ne jamais terminer comme lui. Nous sommes d’accord.
Le regard changeait, se faisant impérieux alors qu’il attendait la réponse de son nouvel apprenti. Il n’y avait rien de plus à apprendre en ce lieu, outre une leçon à retenir. Il espérait que, de ceci, il en serait capable.



_______________________________
more_horiz
Dans un premier temps, aucun mot ne sort de ma bouche. Finalement, je hoche la tête pour acquiescer à la question de Death. Mais celui-ci ne semble pas s'en contenter... Ou en tout cas, son expression autoritaire semble se prolonger trop longuement à mon goût. Si les ténèbres causent de tels ravages, je vais procéder par étapes, éviter de me reposer sur celles-ci. Je ne souhaite pas devenir comme elle.

- Oui, j'y veillerai.

Un léger sourire refait son apparition sur le visage du Démon, accordant le crédit nécessaire à ma réponse, sans trop en faire. Mais il n'en saisit probablement pas son double sens. Bien qu'il me soit hors de question de m'approcher de Roxas, j'ai une revanche à prendre sur lui. Je ne sais pas encore comment, mais je m'assurerai qu'il regrette amèrement l'humiliation qu'il m'a infligé devant l'univers entier. Je dois trouver ma voie, celle qui me guidera vers mes objectifs personnels. Je veux étendre mon influence, mais il y aura énormément à construire. Probablement d'autres échecs, leçons, puis - il le faut, du succès aussi.

Je me suis trop recentré sur mes échecs, sans en tirer quoi que ce soit. Death, lui, m'a fièrement montré sa plus grande défaite parce qu'il en a déjà tiré des leçons. Je dois contenir toute cette rage, tout cette impatience. Ne pas brûler de nouveau les étapes. Je vais suivre les conseils de Maître Septimus. Je dois reprendre de l'activité, me remettre en forme.

- Je m'occuperai de la tâche que tu m'as confié.

Mais le Boucher de Grimm n'en a cure : la créature envoyée en diversion vient d'être éliminée. Et puis... Je pouvais pas vraiment dire l'inverse. Le Démon déploie ses deux ailes membraneuses et prend son envol. Il me laisse là. Sûrement ne serais-je même pas digne d'intérêt si je n'étais pas capable de me tirer de là par mes propres moyens... Ou peut-être n'a-t-il tout simplement pas envie de me porter. Sans regarder en arrière, je fonce à sa suite. J'entends des raclements, des pas, des bruissements. Des sans-cœurs me suivent ! Je n'ai que quelques mètres d'avance sur eux. Je traverse le jardin, le vaisseau est rapidement en vue, déjà en train de s'ouvrir.

Je parviens à creuser la distance qui me sépare de mes poursuivants. Les Requiem Verts n'ont pas tenu la distance. Ou bien le boss les a peut-être envoyé gêner mes agresseurs. Je commence déjà à m'essouffler, la douleur n'aidant pas à tenir la course. Une Crypto Ombre semble surgir de nulle part, me barrant la route. Je lui jette mon arme pour la gêner puis effectue un double saut par dessus elle, sans chercher la confrontation. Elle parvient tout de même à me griffer dans le dos, m'arrachant un râle de douleur, avant que je n'atteigne finalement ma destination.

Bientôt, le véhicule décolle et ce monde et ses créatures au sens musical douteux n'est plus qu'un mauvais souvenir.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum