Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
[fait suite à : Encore l'hôpital ?! ]

J’enclenche ma caméra et je commence directement à filmer autour de moi. Je suis dans le launge de mon D.Rigeable. Mais là ça contraste. À côté de mes mékas en vitrine, des bornes d’arcade, du dancefloor, y a vingt-quatre soldats 3ème classe assis ici et là, en train de vérifier leur paquetage. Après, l’endroit est confort, y a plein de fauteuils ! Je finis par me filmer. « Yo ! » Un peu moins énergique que d’habitude ? Non c’est plutôt que l’ambiance est différence. Disons que j’ai l’air un peu moins contente ! Pourtant, tu me diras, j’ai pas tant que ça d’opportunités d’être en combinaison de pilote MEKA. « Opération spéciale aujourd’hui. Je tenais à partager ça avec vous. En vrai… est-ce que c’est bien nécessaire ? Je sais pas. C’est important pour moi d’être transparente avec vous, donc voilà. Et puis bon, tout ça me permet de vous montrer mon quotidien. » Même le quotidien un peu plus moche ! Je tourne toujours sur moi-même, permettant à la caméra de filmer quelques soldats juste avant l’action. « Vous savez que mon but, c’est pas de vous montrer du trash. Donc au montage, je flouterai, peut-être même que je cuterai tout ce qui pourra être violent mais hey ! » Je lève une main dans les airs. « On va juste déchirer cette mission ! Pas vrai, les gars ? » Dans la précipitation, j’ai quatre-cinq ouais qui me répondent. Pas si mal !

« Tout ça, c’est mon idée, je vais être sincère. J’ai trop géré le truc. Bon c’était peut-être un peu flingué, j’avoue. En gros je suis allée vers le président et je lui ai fait mon petit numéro. Bon c’était via un message vocal, hein. Je suis quand même pas à ce point au top. » dis-je en levant ma main au-dessus de ma tête. « Bref, je lui dis qu’une meuf anti-Shinra sévit à Illusiopolis et s’est attaquée à une Soldat 1ère classe avec une volonté claire de l’éliminer ! Et qu’il faut absolument m’envoyer moi pour s’en occuper. » J’ai un ton décidé, affirmatif ! « Bon et il se trouve que la 1ère Classe qui a été attaquée, c’est moi ! » Grand sourire à la caméra. «  Oui bah… le hasard, hein ! Et honnêtement, quel meilleur choix que de m’envoyer moi ! Regardez, j’ai un D.Rigeable ! »

Je m’assieds négligemment à côté d’une SOLDAT 3ème classe qui ressert son gilet pare-balles autour de sa taille et je continue à parler en faisant un plan large. « Vous vous souvenez d’Eglantine ? La meuf au tournoi de robots qui m’a démonté le crane en backstage… Ouais. » Je fais un gros plan sur mon crane où j’essaie – gros échec – de capturer la trace du crin. En vrai, je crois qu’y a plus rien. « C’est elle. Sur ma vie, aujourd’hui, c’est la fin pour elle. Alors je vous vois venir, vous, là, certains ! » dis-je d’un ton accusateur en pointant la cam’. « Ouais, Di c’est carrément injuste ! La fille c’est juste une meuf qui fait tout pour s’en sortir dans ce monde de brutes ! Et franchement, avant j’aurais été tellement d’accord avec vous. Avant je la trouvais pétée de classe, la fille ! Attendez parce que vous l’avez pas vue, encore, pour la plupart. Elle est ouf. Un charisme dingue. » Ouais pas folle mon idée de créer un mythe autour de la personne que je dois mettre en prison. On va se calmer. « Cool ou pas, elle a tenté de me tuer. D’une. Ensuite… on a reçu des rapports la concernant et ok, c’est pas une gangster, elle fait bande à part mais ça reste une criminelle. Et moi, les cassos, non. Je vais pas laisser ça pourrir la vie d’Illusiopolis. »

Comment je sais déjà que certains vont me défoncer ! Attends, je tends le bâton, là. C’est ma première opération de nettoyage à Illusiopolis, et c’est pas sur un gang qui fout vraiment le bazar. Non je comprends la critique. Mais attends, y a un problème de casting aussi. C’est pas une personne comme moi que tu envoies contre un gang. Pas encore. Bon et puis ça me permet de faire mes preuves ! Là, je me sens invincible parce que j’ai combattu les hors-la-loi de la Conquête de l’Ouest. Autant en profiter pour me faire un nouveau fait d’armes !  

« Arrivée sur le point de débarquement dans 2 minutes. » dit une voix diffusée dans le vaisseau. Je prends une inspiration et me relève. Je pose le portable sur une table basse et fais de grands gestes aux gars et aux filles qui vont m’assister. « Votre attention, les gars ! Alors. Déjà… Je suis très contente d’être avec vous. Vous déchirez, vous avez tous l’air super badass. » Je joins mes mains au-dessus de ma poitrine et je souris chaleureusement. « Aujourd’hui, ça va super bien se passer et on va vraiment tout faire pour que chacun retrouve sa couchette pourrie ce soir ! » Certains rigolent, je continue de sourire. « Comme je l’ai précisé dans le briefing par texto, notre ennemie ne doit pas être prise à la légère. Elle est jeune mais c’est une dure. La cible est capable de construire des robots et nous savons que l’endroit où elle est planquée, la décharge publique, est son territoire depuis au moins deux mois. Vu sa haine de la Shinra, c’est quasi sûr qu’il y aura un comité d’accueil. D’accord ? » Je tape dans les mains avec énergie. Je reçois quelques Oui.

« Génial, je sens qu’on est en phase ! Rappels de vos affectations ? »

« Escouade Bravo. » explique une femme costaude mâchant… je sais pas… du tabac ? « Nous entrons dans la décharge par la clôture Est, après avoir sectionné ses mailles. Nous sécurisons le périmètre D et nous mettons en position en visant la zone B, où se réfugiera sûrement la cible. » Pas le temps de la couper pour expliquer à la caméra. Donc la zone B c’est un genre d’entrepôt fermé où sont traités les déchets, au sein de la décharge qui est bien sûr à l’air libre. « Nous trouvons des points en hauteur pour avoir une vision sur toutes les sorties de la Zone B et nous arrêtons ou éliminons ce qui s’en enfuit. »

« Escouade Alpha. » reprend une autre femme, noire de peau, qui a deux genre de petits points blancs maquillés sous ses yeux. « Dès que la zone D est sécurisée, nous entrons par l’accès principal et exfiltrons les civils dans les possibles camions-poubelles. »

« Escouade Charlie, nous descendons en rappel depuis la nacelle du dirigeable au moment de l’entrée d’Alpha, en vue d’atteindre le toit de la zone B. Deux soldats restent sur le toit, quatre descendent par les escaliers de secours jusqu’à atteindre le premier étage de l’entrepôt, à la recherche de la cible. Deux soldats suivent le Soldat 1ère Classe D.Va, à la recherche de la cible. »

Je lève un pouce en l’air. « Super les gars ! » Forcément, j’ai un peu peur ! Pour moi. Pour les gars.  Ce qui me rassure, c’est vraiment que dans la mission, normalement… tout va être rapide. À aucun moment je leur demande trente mille trucs. Chacun doit faire plus ou moins un truc. Si c’est fait, bah, tout baigne. Même moi, si tout se passe comme prévu, je vais pas devoir y passer trois heures. Chacun sa part ! Je reprends ma caméra, je dis plus rien, je filme plus rien. Je me dirige vers une des vitrines. En pianotant sur un tableau de bord, je l’ouvre alors que le socle sur lequel est posé un méka tourne pour me montrer le dos de la machine qui s’ouvre automatiquement. Je me plonge délicatement dans l’armure, m’installe confortablement et j’allume les boutons, la radio, la double-caméra qui filme ce qu’il y a devant moi, ainsi que moi. Les manettes en main et plus qu’à attendre. « Atterrissage dans 5, 4, 3, … » Et deux secondes plus tard, les soldats de l’escouade Alpha et Bravo ouvrent la trappe et disparaissent dans la terre. Et je peux plus rien voir. Le D.Rigeable redémarre, reprend de la hauteur. Je suis avec l’équipe Charlie qui se tient prête. Allez. Je serre mes joysticks plus que d’habitude, alors que je suis même pas en combat, que je fais qu’attendre. Après une quarantaine de secondes, j’entends :

« Alpha à couvert devant l’entrée principale. Nous sommes en stand by. »

« Faites régulièrement un rapport. » dis-je, tout haut. Une bonne minute plus tard, les radios se réveillent. « Bravo, devant le grillage. Nous ouvrons un accès. »

« Reçu. » répondent Alpha et Charlie, plus ou moins en même temps. « Bravo est entré. » J’arrête de respirer. Rien. On n’entend rien. Seulement deux secondes. Des tirs commencent à sortir des radios, à répétition, pendant une quinzaine de secondes. « Présence de robots. » continue la même voix très calme, c’est la femme qui mâche son tabac. « Combien ? »

« Une quinzaine mais ils sont éparpillés. D’autres viennent. » De nouveaux tirs interrompent la transmission. Pour l’instant je préfère que tout le monde soit en diffusion constante. Quand les trois escouades seront sur le terrain, on passera en push to talk. « Ils sont cachés dans les débris. Ils viennent au compte-goutte. Pas très résistants. »

« Nous sommes au-dessus de la zone B. En attente de l’ordre de largage des troupes. » ajoute le pilote. « D’autres arrivent. » Pfiou. Toujours pas paniqué, la fille. Je m’imagine la scène : les huit gars de l’escouade, au-dessus d’une colline pleine de déchets, en train de dégommer plein de robots qui puent, genre… des lavabos avec des jambes, des grille-pains tueurs, et qui arrivent de tous les côtés. Ca dure comme ça bien trois minutes. Plus que prévu. Beaucoup plus. Mais la décharge est grande et si ces trucs étaient éparpillés et qu’ils viennent tous avec leurs petites jambes, c’est normal. « Plus de présence robotique. Nous nous déployons autour de la Zone B. »

« Ok. On va bientôt entrer en scène, escouade Charlie. » dis-je en regardant les gars à travers la visière du méca. Ils se lèvent, ouvrent eux aussi la trappe de la nacelle. Et voilà, je suis seule. « En position. »

Ah ! « Escouade Alpha, exfiltrez les éboueurs à bord des camions. Charlie, on descend. » Au moment où je dis ça, la trappe sous mon méka s’ouvre. Je ferme les yeux, je m’accroche alors que la gravité me fait glisser le long d’un genre de toboggan pour finalement m’expulser de la nacelle de mon D.Rigeable. J’ouvre les yeux, je vois les lumières d’Illusiopolis et en-dessous de moi, une énorme masse noire, bien moins éclairée : la décharge, énorme et… assez effrayante, de là où je suis. Je lance les moteurs et vise le bâtiment D alors que je vois, au bout de cordes, l’escouade Charlie descendre en rappel jusqu’au même point que moi. Il me faut quelques secondes à peine. Les pattes de ma machine se posent brutalement contre le toit de métal. Je tourne sur moi-même pour chercher l’équipe Bravo, dispersée… Et je vois les montagnes de déchets. L’odeur est… dérangeante mais… C’est super bizarre, je m’attendais à pire.
Qu’est-ce que. Je vois un mouvement, un genre de ?...
« Escouade Bravo. Je vois une ombre qui ressemble à une tourelle, à quarante mètres du bâtiment D, au nord-est. Mouvement possible. »

« Reçu. »

Charlie arrive sur le toit, se décroche du D.Rigeable qui reste au-dessus de la zone. Je me disais que ça tuerait un peu l’aspect surprise mais soyons sérieux… ça éclaire un peu tout ça. Heureusement, contrairement à moi, les soldats ont une vision nocturne dans leur appareil.
« Présence d’une tourelle confirmée. » dit une voix, différente de celle que j’entends le plus souvent parmi Charlie. « Je lance une grenade IEM. »
Je hoche la tête. Merci à SF de nous fournir héhé ! Je cherche les camions poubelles. Je ne vois que les phares de là où je suis, à plusieurs endroits de la décharge. « Alpha ? »

« Alpha 1, 2 et 3 sur le premier camion. »

« Alpha 4, 6 et 8 sur le deuxième camion. »

« Alpha 5 et 7 sur « Oui bah ça va ! » les interromps-je en criant limite. Bon je… J’aurais pas dû mais je stresse, moi ! Allez à l’essentiel !
La seconde d’après, des tirs retentissent dans la décharge. On sursaute tous. En tous cas moi, je sursaute pour tout le monde.
« Alpha ! Bravo ! »

Et d’autres tirs retentissent pendant dix bonnes secondes. Je ne sais pas où regarder, je… Je devrais décoller pour les aider ? Ou je « Alpha 3 et 2 à terre. » Cinq secondes passent. Il y a d’autres tirs pour me décompter ce truc de… merde. « Alpha 6 à terre. Alpha 4 à terre. » dit une voix qui doit être… Alpha 8.

« Il n’y avait pas de civils. » dit une voix tremblante, limite… souffrante. « Il y a des machines dans les camions. Un canon sort de leur bouche. »

« Besoin de renforts ?! »

« Négatif. Alpha 2 et moi avons besoin d’assistance médicale. »

« Alpha 5 et 7 ? Vous êtes là ? »

On retarde notre entrée dans le bâtiment B, je sens les Charlie qui s’impatientent mais… y a que d’ici que j’y vois. « Oui. Camion 3 sécurisé. »

« Alpha 7, allez prêter assistance à Alpha 2 et 3. Alpha 8, comment vont Alpha 4 et 6 ? »

« Soldat 1ère classe D.Va. » me dit un Charlie à côté de moi. « On doit y aller. Charlie 1 et 2 restent en soutien ici sur le toit. »

Dans la précipitation, je n’arrive pas à comprendre ce que me dit Alpha 8 mais tout a l’air d’aller. Je hoche la tête. « Charlie, avec moi ! » On démarre vers les escaliers de secours. Je marche devant pour éviter de trébucher et d’écraser mes hommes. J’ouvre la porte d’un coup de canon sur le loquet et… on arrive sur un balcon intérieur faisant le périmètre du bâtiment, offrant une vue sur une énorme zone de triage, sur des tapis roulants sur lesquels sont amoncelés de nombreux déchets…   « Les machines sont hors-service depuis quelques temps. » dis-je sans trop réfléchir. Au milieu de tout ça, c’est… qu’est-ce qu’il y a de plus grand qu’une montagne ? Un pic ? Un pic de déchets, quelque chose qui atteint des tailles pas possibles, grattant le sommet de l’entrepôt. Et l’odeur ? Non. Ce ne sont que des déchets d’acier, d’aluminium, des… pièces d’électro-ménagers, des télévisions. Tous les hommes entrent derrière moi, quatre soldats se déploient sur le balcon d’intérieur pendant que les deux derniers gars sont sur mes talons pendant que j’essaie de trouver un accès pour descendre. « Mais c’est toi ! » dit une petite voix. Je cherche la provenance mais je la reconnais. Minuscule, chétive à côté de la montagne, mais purée, elle pète. Ses cheveux roses et sales, coiffées super mal en couette… mais couverte par un casque militaire tout pourri. On dirait qu’elle nous fait un Queen of the hill parce que là, à tenir en équilibre sur une machine à laver à quinze mètres du sol, que tu te demandes comment ça reste en place… ?

« Je t’attendais pas de sitôt, Miss Shinra ! »



Hurum…

Je me reprends.
« Allez Églantine, il est temps de laisser les ouvriers municipaux reprendre leur boulot. » Je fais un grand sourire, je me cramponne à mes joysticks.

« C’est ma maison, ici ! » crie-t-elle pour se faire entendre. Et je sais pas pourquoi, elle commence à se fâcher juste… comme ça. Ah mais investis dans un microphone, je sais pas, moi ! « Toi et ta petite bande, vous allez retourner chez vous entre « Ola ! » J’active mon microphone une nouvelle fois pour la couper. Tant pis pour les escaliers. Je saute du balcon et active les moteurs ! « Entre quatre planches ? C’est ça que t’allais dire ? » Je rigole dans les airs alors que mon méca fonce sur la Reine des poubelles. « Si on en est aux expressions de cowboys, laisse-moi te dire : Yeeha !! »

Avant que je l’atteigne, elle disparait sous les débris. Je dévie ma trajectoire en rigolant. « Cache-toi, je te trouverai à l’odeur, Églantine ! » Je tourne autour de la falaise, à la recherche d’un signe. « Mouvement d’un monticule de déchets, coin nord-est de l’entrepôt. »

Euh… Nord-est c’est… Mais oui. Je le trouve. Par hasard. Des déchets tombent quand surgit du sol une tourelle qui m’envoie la sauce directement. Je braque vers l’arrière, dirigeant les deux bras du méka devant ma visière. Je perds de l’altitude et m’écrase au sol. Pfiou. Quelques tirs ont touché ma bestiole. « Mince !! » Je me dirige vers un monticule pour me réfugier derrière. « Tourelle au sud-est. » Les tirs commencent à fuser d’ailleurs, mais pas sur moi.
« Tourelle au sud-ouest ! » crie une voix plus paniquée. Je me retourne et vois sur le balcon les mecs que j’ai laissés en arrière courir comme des dingues pour se réfugier. L’un d’eux tombe en criant. « Charlie 7 à terre ! » dit son coéquipier en retournant le chercher. Je le vois tirer son pote jusqu’à le mettre en sûreté. Je regarde vers le seul coin du centre d’où on n’a pas encore annoncé une tourelle, le nord-ouest. Elle n’a pas encore tiré mais elle est bien là, j’en vois quelques pixels, déployée, située un peu plus en hauteur que les autres. « Vous êtes à couvert ?! »

Ils me répondent tous que oui, et pourtant, les trois premières tourelles continuent, envers et contre tout, de tirer sur les éléments de décor qui nous protègent… Purée. Ici ça va pas être façon jeu vidéo. Moi j’ai une énorme pile de déchets mécaniques pour garder mon sourire en bon état, mais qui sait pour les autres ? « Regardez le nord-ouest, y a un deuxième balcon au-dessus de votre niveau… » Je suis la seule au rez-de-chaussée, de la Shinra, tous les autres sont sur le premier balcon intérieur. « Commencez par celle-là. Elle va me cueillir dès que je vais prendre un peu d’altitude ! » Je dois crier plusieurs fois mon ordre pour qu’ils m’entendent à travers tout ce bruit ! « Tirez sous la plateforme en-dessous d’elle, envoyez des grenades explosives juste à côté d’elle ! » J’ai un plan ! Moi-même, je dirige mes deux canons vers la plateforme en question et je commence à canarder alors que de nombreux autres soldats commencent à envoyer la sauce. La distance fait que la dispersion de mes tirs est franchement vénère mais je participe à l’effort collectif ! Deux grenades volent, envoyées par les Charlie. Une rebondit sur la rambarde du balcon d’intérieur et vient exploser dans les airs, à cinq mètres du sol. Une autre arrive à atteindre la plateforme. Pour la première fois on entend la tourelle s’activer. Et elle va tirer mais… l’explosion la détruit. « Ok ! La suite est stylée ! » dis-je autant pour les soldats que pour la vidéo. Je braque mes joysticks devant moi en dirigeant le bec de ma machine vers le ciel. « D.Va ! Les tirs de la tourelle sud-ouest vont commencer à traverser notre protection ! Charlie 7 perd beaucoup de sang, il doit être exfiltré ! »

« Euh… Ok ! Charlie, vous allez concentrer vos tirs sur la tourelle sud-ouest. Feu à volonté et tout ça, dans cinq secondes ! Je vous couvre ! » J’ai pas de vision sur leur tourelle donc… je peux faire qu’un travail de diversion ! J’enclenche les réacteurs et je fonce avec mon méka vers les airs. Une seconde après, j’appuie sur le bouton pour m’éjecter de la machine et me retrouve larguée dans les airs, sans protection, sans rien, dans ma simple tenue de pilote. Je crie une petite seconde en essayant de bien me réceptionner.
Ah… Mon souffle est coupé. Purée… Je roule sur moi-même pour me dégager de cette douleur et j’atterris les genoux dans des tuyaux. À quatre pattes ou plutôt trois. J’ai une main sur mon dos, à rager de douleur. Purrrrrrrrrééééé j’ai…
Je me suis réceptionnée sur ?... Je regarde. Une machine à laver. Je me suis éclaté le dos contre ça, mince !
« Ca a marché ? » que je dis dans le micro de mon casque. « Les trois tourelles visent votre machine ! » Ouille… Mon sponsor va pas être content quand je vais lui envoyer ce qu’il en restera. « Tourelle sud-ouest détr… « Où est-ce que tu te caches, D.Va !? » Une voix nous interrompt et un bruit encore plus dingue que tous les tirs qu’on a entendus jusque-là nous assourdit, quand la plus grosse montagne de déchets s’écroule pour découvrir ce qui s’y cachait. Un robot géant, de rouille et de tôle pourrie, trône sur le centre de triage. Je me réfugie contre les déchets pour qu’il ne me voie pas. Ok Eglantine, tu veux sortir du Megazord… « Charlie 8, fais sortir Charlie 7. Les autres, vous êtes encore en état de vous battre ? »

J’ai que des oui. On est encore 5. Et elle est seule avec ses tourelles. Ok ! « À terre, les mecs. » Ma machine doit être entre les deux tourelles nord-est et nord-ouest. Je lâcherai bien une punchline avec mon move mais Eglantine va pas m’entendre sans un micro. Je tourne la roulette de ma montre pour me reconnecter avec le méka rose que j’ai balancé. Celui-là a été refait suite à la chasse aux hors-la-lois si tu te souviens bien. Et bon… Il a reçu un buff. J’appuie sur le bouton auto-destruction. Hors de ma vue, derrière Eglantine et son robot, mon méka explose dans la violence la plus totale, soulevant et envoyant des déchets sur tous les côtés, détruisant les deux tourelles qui restent ! J’entends le robot géant s’effondrer sur des déchets. « Nice ! Ok les gars, feu à volonté ! »

Le monticule d’électro-ménagers derrière moi s’effondre brusquement quand je suis happée vers l’arrière par une énorme poigne qui me serre comme pas possible ! Je hurle de douleur en essayant de me dégager, alors que je sens mon dos s’émietter. « M… » Le rire strident d’Églantine me coupe, alors que dans la main de son robot dont la tête atteint le plafond, j’ai l’air d’une souris. La poigne m’amène jusqu’à une bulle au-niveau du ventre du monstre, couverte d’une vitre toute sale, à travers laquelle je vois difficilement la tignasse rose d’Eglantine. Mais franchement, c’est pas ce que je regarde en premier. Je suis pas mécano mais… on a du budget ou on n’en a pas. Son robot, c’est… de la tôle, de la tôle et des tuyaux, de la tôle et de la récup’. Mais il est effrayant. Sur ses vingt-cinq mètres de haut, des soupapes qui lui sortent d’à peu près partout sur le corps, et son crâne rond, couvert par un casque d’infanterie moderne, avec deux yeux rouges bien glaçants… ah et AHAHA. Son autre main, c’est un cauchemar. En lieu et place de doigts, y a plein de poteaux. Comme des lampadaires, plantés dans un moignon de métal, taillés en pointe vers l’extrémité, pour en faire une dizaine de surins.

Je transpire de douleur, je dois être toute rouge. Je regarde enfin Eglantine.
« Tu voulais qu’on joue, Miss Shinra ?! Alors jouons ! On en était où ? » Les tirs commencent à l’atteindre, des différents coins de l’usine, venant des quatre gars qui me restent. Ca fait des dégâts mais rien qui ne l’intéresse. Le bras couvert de surins se lève et s’approche de moi. « 1 – 1, c’est ça ? » Euh… Elle va le faire, là ? Faut que je fasse un truc ! Je chipote à ma montre. Allez allez allez. J’appelle un méka ! Ok… Je lève les yeux ! A travers la vitre du plafond, je vois mon D.Rigeable lâcher du renfort ! Vite vite vite ! « On va se départager ! » Son bras se rapproche de plus en plus ! À ma gauche, je vois une étincelle bleue alors qu’une grenade explose sur l’épaule du monstre d’Eglantine. Le bras plein de surins se relâche. Des grenades IEM ! Gén… Non !! Une deuxième explose sur la tête du robot, éteignant une petite seconde la machine ! « Arrêtez ! » crié-je ! Je vérifie ma montre. Pourvu que… Elle marche encore. Je vérifie les paramètres. Et je soupire.. S’ils m’IEM avec, je suis morte. Eglantine hurle« Ca ne te servira à rien ! »

Le méka tombe enfin, pile sur le bras du robot, le détruisant sur le coup et le faisant tomber, moi avec. Heureusement, les doigts en métal pliés sur moi amortissent ma chute, un peu. Mon dos anéanti a pas l’air du même avis mais enfin ! J’arrive enfin à me dégager, le méka, de couleur jaune, s’ouvre devant moi, je m’engouffre dedans alors que ma machine rediffuse mes paroles à haut-volume. « D.Givolution ! » Je saisis les manettes et je décolle. Je fais feu directement sur le géant, qui commence à récupérer ses facultés. « Qualité Méka !! -10% sur tout achat avec le code promo : » Je fais une petite pause pour éviter le poing de piques d’Eglantine… et je redresse pour tirer sur l’épaule du méchant. « Code promo : Championne. » Je fais un sourire et un clin d’œil pour la caméra, enfin réactivée ! Je braque les manettes vers moi pour tourner autour du bras du géant de fer et tirer sur toutes les articulations que je vois. Une fois arrivée au niveau de l’épaule, je braque sur la gauche pour me diriger vers le crane du monstre et recommencer à faire feu. La bouche du truc s’ouvre. Ah. Un canon apparait entre ses dents, comme l’avaient call les mecs de tantôt pour les petits formats dans les camions poubelles. Des flammes jaillissent, rongent ma machine. J’arrive à sortir de la tempête de flammes avant que ça ne devienne trop chaud à l’intérieur. J’appuie sur le bouton pour contrôler l’état de la machine. « Il va frapper ! » Je regarde sur la droite. Mince. « Ejectez-vous ! »

« Non ! » J’essaie de dévier le plus possible ma trajectoire alors que la main perforante du monstre vient frapper ma machine, déchirant tout le capot de celle-ci, arrachant une grande partie de sa coque supérieure, détruisant la visière et beaucoup d’autres choses. Je sais même pas comment je vole encore. « Ma hitbox est trop grande ! » dis-je pour plaisanter, alors qu’en vrai, j’ai bien bien peur. Y a plus rien pour amplifier ma voix et de toutes façons, ma caméra est morte.  Je continue de voler, avec une impression très différente, avec un vent qui me frappe au visage, qui me fait cligner des yeux vingt fois la seconde. « Perdu pour perdu ! » Je fais un looping pour prévoir une nouvelle trajectoire. Je peux pas continuer ça longtemps. Et j’active la pleine vitesse en me dirigeant vers la bulle, dans l’estomac du robot, où pilote Eglantine. Mon méka la brise nettement, m’éjecte en avant, avec plus rien pour me maintenir à bord. Je roule jusqu’à heurter un mur. Je… je crache du sang ? J’arrive à me relever, je… cherche Eglantine, elle aussi à terre, touchée par la charge du méka. « Sale rat ! » Elle se relève, saisit un tuyau. Elle me battrait bien à mort avec, c’est rassurant. Je sors mon pistolet laser, je pointe l’arme et je tire, la désarmant aussitôt… « T’es en état d’arrestation. »

Elle peste. Purée, j’ai plus le courage, faut que j’aille me coucher. « Tu crois que c’est fini ? Que je vais aller pourrir dans vos prisons dans l’espace, et y crever d’ennui ?! »

« Franchement, » J’ai toujours mon gun dans les mains, je continue de la pointer. « je suis sûre que tu parviendras à refaire parler de toi. »

Je lui fais un geste du canon pour la faire avancer vers la sortie du cockpit.

_______________________________
A+B+C+D >< E ! L'union fait la force !  Dvasign
more_horiz
Ah bah là, niveau action pure on y est !

Alors alors !
Alors t'as combien de mekas au total ? J'en ai compté 3 mais j'suis pas sûr, bref !

J'aime bien les trucs type opérations comme ça. Avec le briefing au début, l'entrée en action, l'moment où ça part en couille... Tu peux te faire ton petit film dans la tête c'est rigolo.
Mais, j'pensais pas que ça irait jusque là, et j'me disais "toujours plus" a chaque truc jusqu'à c'que j'pige la structure du RP.

C'est carrément un niveau de jeu-vidéo avec la surenchère que ça implique. Alors, oui, y'a plein de RP où la construction est type jeu vidéo, mais là c'est pas pareil. Et ça vient du fait que ce soit D.Va en fait j'pense.
Les jeux c'est son truc, et c'est marrant de voir, d'une, qu'elle conduit sa mission comme si c'était un jeu, (parallèle rigolo, puisque c'en est clairement pas un, y'a la vie d'Hommes en jeu) et deux toi, tu le construis comme ça. Bref !

J'me demande ce qui se passera le jour où elle fera trop la con et que tout le monde sera mort =)

Par rapport à la précédente notation. Bon ici, j'avoue avoir eu du mal a vraiment me représenter la scène, comme quoi ^^ J'dirais pas non plus que c'était fouillis, parce que ça l'était pas évidemment. Mais ouais, j'ai eu plus de mal à vraiment me représenter la décharge et l'entrepôt où se déroule la majeure partie de l'action. Et ça même avec le délire de sud ouest, sud est et tout. Bon, c'est pas très grave. Là où ça m'embête un peu plus, c'est c't'histoire de monticules de merdes qui trainent. J'ai pas du tout anticipé l'arrivée d'un mégazord, bonne chose. J'me suis pas non plus demandé d'où il sortait. Mais j'ai eu du mal a saisir le pop du truc. Ça et la position d'Eglantine jusqu'à ce que tu nous parles de la bulle dans l'estomac du robot.

Mais ! J'ai bien aimé tout ce délire de trucs dangereux avec des robots nazes. Nazes dans le sens où c'est que de la taule froissée, rouillée. Le côté récup en fait. Ca ajoute un plus au creep de la chose, ça devient sale. Le coup des poteaux pour la main et tout. C'est pas un truc incroyable mais je trouvais que c'était bien, c'est purement subjectif mais je trouve que c'est toujours plus venère un truc en taules pourries qu'un robot tout beau tout propre. Donc ouais, tu sens qu'ils ont été bricolés à l'arrache (comment elle a pu foutre des poteaux et les aiguiser ?) mais t'en fais pas des trucs éclatés qui marchent pas.

Aussi, l'utilisation de l'escouade. Ils ont été utile oui, mais t'as su les retirer quand ça devenait un peu plus "super héros". Parce que oui c'est des troisième classe, donc forcément c'est pas eux qui vont faire les trucs stylés. Le fossé entre les 3e et la 1ere que tu es est bien représenté. Les 3e sont pas des brêles non plus, t'es pas tombé dans le panneau. C'est juste que... bah tu marques la différence entre un PJ et des PNJ. D'façon c'est pas à toi que je vais apprendre les trucs sur les armées des groupes.


Peut-être... Peut-être qu'Eglantine était un poil cliché dans ses répliques. Mais bon, c'est une cassos qui crèche dans une décharge alors est ce qu'on peut vraiment lui en vouloir ? Après tout c'est le boss de ton jeu video, faut bien qu'elle ait des répliques pour provoquer le joueur et le pousser à la faute Very Happy

T'as manqué de crever, c'est quand même pas rien. J'jette pas le dé ici, j'aurai p'tête du le faire ici et pas sur celui d'avant, mais j'peux pas te filer une récompense en plus à chaque RP non plus. Déso pas déso !

Périlleux aussi.

36 xp, 360 munnies, 3 PS, deux en défense et un en vitesse.
Tu gagnes une boite de conserve rouillée avec encore un peu de sauce tomate dégueue dedans. GG !

_______________________________
A+B+C+D >< E ! L'union fait la force !  Signature
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum