Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
La générale s’assit avec les quatre autres gardes autour d’une table sur laquelle était posé un de ces appareils, une télévision – du moins lui semblait-elle – allumée sur un écran qui ne bougeait pas encore. Elle salua chacun des soldats venus pour ce debriefing. La Capitaine Fiona et sa seconde, l’Officier Nathalie. C’est ainsi que la générale avait compris les choses. Son ancienne adjudante avait marché dans ses pas, s’était bien entourée… et bien sûr, il convenait que la personne qui l’avait assistée jusqu’à alors continue de le faire, même avec moins d’attributions. Aux côtés de Nathalie se trouvait la lieutenante Ambre, qui, le matin même, avait accepté d’assister la générale. Finalement, le lieutenant Hegda était présent lui aussi, pour représenter les patrouilles stellaires qui protégeaient le château depuis l’espace.

« Enchantée, Lieutenant. »

« Générale, c’est un honneur. » dit l’homme plus âgé, d’un hochement de tête.

« Bien. Montrez-moi ce film, Officier. »

Nathalie fit un grand sourire, approcha d’elle une tablette avec des lettres ainsi qu’une « souris » et lança en moins d’une minute une vidéo. La générale reconnut bien vite le sceau de l’éclaireur. Elle n’avait commencé que depuis quelques secondes quand « Non attends, mets pause, Nathalie. » La jeune femme s’exécuta. Fiona reprit aussitôt. « C’est Hadès qui a organisé ces combats. Le spectacle a été vu par énormément de gens à travers tous les mondes. C’était sur inscription. »

La générale hocha la tête. La vidéo reprit. C’était le « dieu » des enfers, Hadès. Il parla… fit plusieurs plaisanteries. « Est-il possible d’aller à l’essentiel ? » s’impatienta-t-elle, en posant une main sur son bras encore immobilisé sous une attèle. Deux séances avec les soigneurs du château, et elle récupérerait l’usage de son bras ainsi que quelques cicatrices. Toutefois, elle ne récupérerait sûrement jamais tout le temps perdu à voir une idole impie raconter des inept… « Voilà. » Deux hommes entrèrent dans l’arène. Un enfant aux vêtements amples, gris… On aurait pu y voir une cape grise. En face de lui, un homme négligé. La générale aurait pu écouter Hadès mais… non.

Nathalie prit la parole, d’une voix claire, avec une manière académique, présenta la situation.
« Le jeune homme s’appelle Kuro. C’est un soldat de la Coalition noire. Visiblement, c’est même une recrue récente. On n’en sait pas beaucoup plus pour le moment. »

« C’est un tournoi, donc. Où en est-on ? Quart de finale ? »

« Demi-finale. C’est un tournoi en trois tours. »

La générale se rappela avoir dû sécuriser le Colisée de l’Olympe lors d’un précédent tournoi de ce type, à la différence qu’il était dans l’arène de Philoctète et non… sous terre. À l’époque, avaient participé des voyous tels que Genesis Rhapsodos, Natsu Dragneel, Raido, Bell DiArmag. Et à présent… des voyous qui n’avaient jamais rien fait de leurs mains… pour plus de bruits.

« Il n’a pas l’air fort. Qui a-t-il combattu avant ? »

« Septimus. »

La générale quitta l’écran des yeux pour regarder la jeune femme, un air inquiet au visage. « Et lui… que devient-il ? »

« Il… » La jeune femme sembla surprise. « À quel moment est-ce que vous… »

« Il a commis un massacre dans la ville d’Halloween. Le Consulat l’a rejeté. Il a réussi à s’enfuir et a rejoint la Coalition noire. Hadès a expliqué qu’il était instructeur auprès des gardes noirs. »

C’était beaucoup d’informations. Mais elle ne pouvait dire être surprise par la moindre. Non. Elle exagérait. Vu sa dévotion pour protéger les mères hypnotisées autrefois, elle ne l’aurait pas imaginé rejoindre le mal et ses disciples. Ravness l’avait vu comme une vermine, un faiseur de guerre, un lâche. Il s’avérait que même elle l’avait surestimé. Il était moins que tout cela.

« Il faudra que je regarde ce combat-là aussi. »

« D’accord. Le bel homme, c’est Jack Inersse. » reprit l’officier, légèrement décontenancée. « Aussi de la Coalition noire. » La générale soupira. C’était davantage une parade militaire de la Coalition noire qu’un réel tournoi ouvert. « Il a affronté Riku. »

« Riku. » La générale baissa les yeux, tapota la table de ses doigts et… « Il faudra que vous me montriez ça juste après. D’autres soldats de la lumière ont participé ? »

« Famfrit. »

Elle hocha la tête. Ce même homme qui avait combattu au monde des Jouets. « Passons. » L’écran changea, une brume vint obscurcir le terrain et… les couleurs diffusées changèrent. Le plus âgé des deux hommes semblait ne rien y voir, frappa dans tous les sens. L’autre lui lançait des projectiles, des rayons, des projectiles de glace. L’affrontement en était lent.

« Ils ne m’ont pas l’air très forts. »

« Par rapport à nos champions, c’est même assez triste. » intervint Ambre dans un rire. Cela continua ainsi, jusqu’à ce qu’une autre personne intervienne. Un manteau de l’Organisation.

« NEW CHALLENGER ! »

Nathalie interrompit la vidéo. « Donc c’est lui ? » demanda la générale, les yeux rivés sur la petite taille, la faible carrure de l’individu. « Oui. Il se dévoilera plus tard. »

« Allez-y, continuez la vidéo. Donc… il disparait au Palais des rêves. Et c’est ici qu’on le revoit pour la première fois. »

« C’est ça. »

« Et au Palais des rêves… »

« C’est un peu flou. » reprit la capitaine. « On sait qu’il est devenu hors de contrôle, là-bas. Mais de ce qu’on a compris, la destruction du monde n’est pas de son ressort. Il aurait sauvé Cissneï et tous les autres. »

La générale tapota encore la table de ses doigts avant de claquer le bois du plat de sa main. La table où ils étaient n’était pas dans une tente dans la forêt ou dans une salle officielle. Ils étaient dans le réfectoire, dans une table isolée, qu’ils avaient réussi à vider pour l’occasion. Quelques passages se faisaient autour d’eux, puisque rien de tout cela n’était vraiment confidentiel. « Donc je récapitule. Il disparait en étant d’un héroïsme relatif… on ne le revoit pas pendant des mois. Et il apparait pour faire ça. » dit-elle en pointant l’image de sa main valide. À l’écran, Roxas faisait des cabrioles pour finalement frapper le plus jeune des combattants comme un sportif dans un ballon. Ce dernier traversa l’arène comme un vulgaire caillou, pour finalement s’écraser sur le bord du terrain. « Et… toujours pas de nouvelles, maintenant. » Elle regarda l’autre phénomène l’attaquer comme un forcené, tenter de le mordre au cou. « Il est important, au sein de la Coalition noire ? »

« Oui. » répondit Nathalie. « C’est l’intendant de la garde noire. »

« C’est un peu votre équivalent, du coup. » plaisanta Ambre.

« Arrête de dire des bêtises, Ambre. » répondit Fiona, un sourire en coin. Au moins, cet homme avait l’air pugnace. Mais il s’effondra lui aussi, peu de temps après. « Pourquoi Roxas ne les tue-t-il pas ? »

« Le tournoi est amical. » répondit Nathalie. La générale la fusilla du regard.   « Quitte à enfreindre les règles, Caporale, autant les enfreindre jusqu’au bout et éliminer ces racailles. » Celle-ci se figea, son sourire habituel disparut.

« Officier, ma générale. Vous l’avez promue, il y a quelques heures. » répondit Fiona d’une voix chaleureuse en posant une main sur le poignet de la capitaine des gardes, comme pour la calmer. « Ne vous énervez pas sur elle, Nathalie est comme vous, elle aime respecter les règles. »

« Je vais mettre l’autre vidéo. » ajouta la jeune femme, comme pour s’excuser, rougissant de plus en plus. La générale ne réagit pas, se contentant de fixer l’écran. Bien sûr, elle n’en voulait à personne, sinon à Roxas. Elle aurait pu trouver beaucoup de bon sens à cette intervention, ce coup de théâtre, s’il l’avait utilisé à bon escient, pour priver la Coalition noire de trois de ses éléments, voire plus. Au lieu de cela, l’opération ne servait finalement qu’à…

« Quel intérêt de participer à ce tournoi ? »

« Les… » La voix de Nathalie tremblait légèrement. « Les participants ayant atteint la finale ont remporté une pierre les protégeant du mal des enfers pour quelques temps. Et le vainqueur reçoit un vœu. »

« Un vœu… auprès d’Hadès ? »

« Oui, n’importe quoi. »

Ravness baissa les yeux sur sa main couvert par un gant d’une propreté impeccable. Elle chercha distraitement des traces de boue, de sang, pour finalement soupirer.

« On ne le connait pas, je suppose ? »

« Pas encore. » répondit Fiona.

« S’il veut nous convaincre de ses bonnes intentions » prononça lentement Ambre, pour une fois sérieuse. « Il aura tout intérêt à faire un vœu qui nous rendra service. »

« Comme ? »

« Je ne sais pas. La paix dans le monde ? »

« Je doute qu’Hadès ait ce pouvoir. Mais il pourrait ressusciter quelqu’un… Le Maître Yen Sid, Alexander. »

La générale siffla entre ses dents de dégoût. Quand bien même ferait-il ça… Comment pouvait-on jouer avec les plans du Seigneur de cette manière ? Les morts n’ont pas besoin d’être dérangés dans leur sommeil.

« Rendre à Sora sa force d’autrefois. Vider DisneyVille de tous les sans-cœurs qui l’occupent. » suggéra Ambre. Hegda, Nathalie et Fiona se regardèrent d’un air légèrement étonné. « Vous… »

« Et bien quoi ? »

« En fait « Attends. » l’interrompit Fiona. « Un problème à la fois. D’abord, présente à la générale le combattant que Roxas combat. »


Ravness détailla l’homme apparaissant sur le champ de bataille. Un vieux manteau, des armes à feu. Roxas était toujours… dissimulé.

« Kurt Brown. C’est un mercenaire. Ancien agent de la Shinra. Soldat 1ère classe. Il les aurait trahis. » La générale sourcilla. « Trahir la Shinra pour aller chez les mercenaires, c’est étrange. Etrange qu’ils l’aient accepté. Et étrange de préférer l’un à l’autre. »

« On n’en sait pas beaucoup plus dans la vidéo. Il n’est plus très aimé par la Shinra, visiblement. C’est un excellent mage et un tireur d’élite. Il est rapide. Il est résistant. »

« Et il est venu ici. »

« Pardon ? » La générale se redressa. .   « Expliquez-moi. »

« Plus tard, générale. » répondit la capitaine fièrement, laissant à Ravness un simple soupir. .   « Bon et qui est cette femme ? »

Son doigt pointait, aux côtés de Hadès, une jeune femme, au beau milieu de la foule, filmée par les caméras. Si les cheveux roux lui rappelaient Oakley, le reste était répugnant. Sa peau, plus que livide, semblait pourrie. .   « Visiblement, Kurt Brown a eu une idylle avec elle. Il combattrait pour elle. »

« Qu’est-ce qu’elle a au visage ? » demanda Ambre avec une voix légèrement dégoûtée.

« Elle a l’air… éteinte. Peut-être droguée ou malade. Hadès la fait apparaître comme si c’était sa prisonnière. Elle ne réagit pas. »

« Elle s’appelle Lenore. Un autre combattant, dont on ignore l’identité, a pris son apparence pour torturer le mercenaire. Et elle est morte, visiblement. »

« Donc… » Ravness regarda longuement la défunte. .   « Là, elle est morte. Une sorte d’apparition, un fantôme. Elle pourrait être contrôlée, retenue, par Hadès… et Kurt combat pour faire le vœu de la ramener à la vie. »

« Quelque chose comme ça, on suppose. »

Le combat commença. Sur l’écran, le simili évitait deux grenades, ainsi que quelques tirs, pour frapper Brown d’un coup au ventre. La jeune femme sourcilla en voyant l’autre encaisser. Elle-même avait subi les coups de ce monstre, et… peu s’en relevaient en souriant. Mais comme Nathalie l’avait annoncé, le soldat avait ses forces. Un tout petit peu plus tard, il disparut pour réapparaître derrière Roxas et lui infliger un coup sur la nuque. .

« Donc tu voulais nous dire quelque chose concernant DisneyVille ? » demanda Ambre, moins intéressée par le combat. Ravness écouta, tout en restant alerte aux différentes capacités des deux combattants, et intriguée par leur camaraderie étonnante. .   « Ils se connaissent ? » Personne ne lui répondit. .   « Oui donc. La générale a estimé le danger. Selon elle, la reconquête risque d’être très risquée. Elle a donc conclu un marché avec la Shinra pour s’en occuper. »

« Attendez, répétez ? Officier, pausez la vidéo s’il vous plait. » Nathalie s’exécuta et baissa les yeux, sûrement consciente de la tempête qui allait bientôt s’abattre sur les réfectoires. « Un marché avec la Shinra pour s’occuper de DisneyVille ? » répéta la générale, d’une voix saccadée, les yeux fixés sur la capitaine. .

« Elle est allée voir le Président de la Shinra et lui a demandé l’aide de ses troupes pour nettoyer la ville, générale. » répondit Fiona d’une voix posée, calme, son regard affrontant paisiblement celui de sa supérieure. Elle seule avait sincèrement compris que pour dévier la fureur de Ravness, il fallait paraître totalement innocent.
La générale posa sa main valide sur sa bouche, étouffa un mot dans sa gorge.
  « Je… » Elle regarda les différentes personnes assises avec elle, qui semblaient attendre une explosion. Elle se ravisa. Ils n’avaient rien à voir avec cette histoire, finalement. Elle éviterait de leur faire subir son opinion. Pour le moment. « Reprenons. »

Le combat reprit sur Kurt Brown se transformant en un nuage de fumée, décrochant un haussement de sourcils de la part de la générale. Ce pouvoir… Mukuro le possédait lui aussi, si ce n’est que son défunt supérieur disparaissait dans une fumée plus blanche, aux aspects moins toxiques. Cette même fumée qui au départ semblait juste constituer son corps, prit des proportions de plus en plus grandes au fil du combat, jusqu’à parfaitement recouvrir l’arène. .

« Je veux que tous les gardes regardent l’ensemble des combats à plusieurs reprises. Vous pensez que c’est faisable, Nathalie ? »

« Oui bien sûr, certains ont des ordinateurs, des tablettes, et il y a des consoles à disposition ici et là. »

« C’est ce genre de choses que nous devrons combattre. » dit-elle d’une voix froide. Elle-même n’était pas sûr de savoir comment elle pouvait vaincre un homme-fumée sans des pouvoirs aussi grands. .   « Qu’au moins, nos hommes ne perdent pas leurs moyens en voyant de tels phénomènes. »

« Je leur dirai. » répondit Ambre, à sa grande surprise, ayant oublié qu’il était précisément de la nouvelle priorité de la jeune femme de faire exécuter ses ordres.   « J’ai connu des hommes… » continua-t-elle.   « Des soldats de la Coalition noire, en fait. Du moins, j’imagine. Ils ont voulu me faire croire qu’ils étaient mercenaires mais j’ai appris plus tard qu’ils m’avaient menti. Bref, une escouade de soldats comme cet homme. Avec des fusils. Ils étaient vraiment efficaces. L’un d’eux, Tosh, si mes souvenirs sont bons, avait un masque sur le visage. Un masque très étrange mais… »

« Un masque à oxygène. » l’interrompit Ambre.   « Il vous permet de respirer normalement même dans des conditions où l’air n’est plus sain. »

« Il faudrait que l’on essaie de nous en procurer, pour le mercenaire. Ce n’est pas nous qui emploierons ces bons-à-rien. Donc nous nous retrouverons peut-être en face de ce pouvoir, que ce soit au service du Consulat ou de la Coalition noire. »

« Ce n’est pas très sexy, par contre. » protesta Ambre. Ravness leva les yeux, sans faire taire la lieutenante, pour aborder un autre sujet, alors que dans l’écran, le mercenaire appuyait sur un bouton sortant d’un petit appareil. Rien ne se passa. La vidéo sembla se figer. La seconde d’après, l’arène était presque entièrement détruite, Kurt Brown n’était plus là, mais une boule de marbre semblait chuter vers ce qu’il y avait en-dessous de l’arène. .   « Ce n’est pas un bug. Même les personnes présentes là-bas ont vu la scène se transformer ainsi, d’une seconde à l’autre, sous leurs yeux. » La générale hocha la tête, devinant avec le contexte ce nouveau mot inconnu que Nathalie avait prononcé. .

« À propos de sexy. » La générale fit des guillemets avec ses doigts en prononçant ce dernier mot. .   « Pouvez-vous vous lever, Lieutenant Hegda ? » Il sembla surpris mais s’exécuta, sans savoir quoi faire ensuite.   « Que pouvez-vous remarquer, soldats ? »
Les jeunes femmes regardèrent le vieux soldat, gêné par cette attention. Ce n’était guère un grand homme et la nature ne l’avait pas fait musclé. Il était noir de peau et n’avait quasiment plus de cheveux mais au-delà des simples considérations physiques….   « Son armure ? »

« Et ses habits. »

« C’est… très bien ? » osa la capitaine, légèrement amusée. .

« Pausez la vidéo, Officier. » ordonna-t-elle simplement, d’une voix claire, se redressant légèrement pour parler. .   « Chef, ça ne se dit… » Ambre fut arrêtée dans sa réflexion par une moue de la capitaine Fiona. Ravness regarda chacune des trois femmes, tout en permettant à Hegba de se rasseoir. .   « Je vous demanderais bien de vous lever pour qu’on fasse l’exercice inverse, soldats. Mais il serait extrêmement inconvenant que le lieutenant ait à vous regarder dans une tenue pareille. »

La générale se leva et vint derrière Nathalie. Son ton était ferme, ses mots catégoriques et par-dessus tout, son regard était chargé de reproches. . « Officier. Pas de protection sur vos cuisses. Votre ventre n’est couvert que d’un chemisier. Rien du tout pour protéger votre bas-ventre. Montrez-moi votre casque ? »

Nathalie baissa les yeux, enleva de son front un simple diadème en métal et le tendit à la générale. .   « Une situation dans laquelle cette chose aurait pu vous servir ? »

« Je… »

« Et vous portez une jupe, soldat. Je me permets de souligner le fait qu’elle ne cache pas grand-chose. »

« Elle porte toujours un short de sport en-dessous de la jupe, Générale. » précisa d’une voix calme la capitaine, en faisant un clin d’œil à sa seconde, au centre des regards et terrassée par la gêne. . « Oh et puis elle est super mignonne, chef. Elle va pas cacher ça. »

La générale tendit l’ornement à sa victime avant de se diriger vers la capitaine. .   « Vous c’est tout le contraire, Fiona. Rien pour la poitrine, rien sur les épaules. Vos jambes sont totalement nues de toute protection, en-dessous de votre tassette et jusqu’à vos pieds. »

« Je ne vais pas vous mentir. » répondit la capitaine, souriant toujours. .  

« Je pensais moi aussi passer au short. »

« Vous vous moquez de moi ? » demanda sérieusement la générale. .

« Vous savez bien que non. » la rassura la jeune femme, alors qu’assistait, encore plus embarrassé que les jeunes femmes, le vieux Hegba qui ne se sentait probablement pas très utile depuis le début de cet entretien. .

« Et, vous, Lieuten… « Non non, ça va, je devine déjà. »

« En fait. » reprit la générale avant de se rasseoir, légèrement dépitée. .   « Ce matin, je regardais la caporale LeiLei. Si j’ai bien compris, elle se bat d’une manière un peu particulière. »

« Oui c’est quelque chose à regarder. Et elle a besoin d’être rapide pour manier son épée. »

« Oui donc… qu’elle porte peu d’armure me convient si ça a un sens. D’autant qu’au-delà de ça, elle porte une robe très coquette qui lui arrive aux genoux. » dit Ravness, avec beaucoup de sincérité et de sérieux. . « Et puis je vois Judy. »

« Jody. » la corrigea Fiona. .   « Pardon, Jody. Elle doit faire 1m80, elle a des jambes interminables, un short, rien pour protéger toute cette zone-là. Et… cheveux totalement détachés. Vous les laissez patrouiller sans queue de cheval, chignon ou même une simple barrette pour retenir toutes ces mèches ? »

« Générale, sincèrement, Jody n’est pas arrivée il y a si longtemps que ça et… elle est un peu spéciale mais elle est forte, sauvage. Si ça marche, et si ça lui plait de faire tourner des têtes, tant qu’elle est efficace, pourquoi pas, non ? »

« Mais enfin à quoi bon ? » protesta la générale, tracassée par la direction que prenait la discussion. . « Il y a beaucoup de couples parmi les gardes ? »

« Beaucoup, non. » répondit Nathalie, prudemment.   « Certains se sont quand même mis ensemble. Et quelques gardes ont trouvé un ou une conjointe parmi les civils présents au château. »

« D’accord. Vous admettrez que les relations entre les natifs de ce monde et des personnes comme vous et moi, c’est assez rare. Je ne veux pas interdire à mes soldats d’avoir des relations mais sincèrement, ce n’est pas pour plaire que l’on s’engage dans la garde de la lumière, si ? »

« Non mais… »

« Attendez, pardon, générale mais… vous avez conscience de l’ironie du bazar ? »

Ravness soupira. Elle avait bien sûr prévu qu’on lui en parlerait. .

« Oui, j’ai conscience du fait que je me bats, moi aussi, en short. »

« Et rien sur votre bas-ventre. » Ravness se sentit légèrement blessée que l’on parle de ce qu’elle avait sous le nombril mais dut se maîtriser, considérant le fait qu’elle ne s’était pas retenue d’en parler à ses subordonnés. .   « Et vous n’êtes pas la seule. Maître Aqua, c’est une bombe et c’est une fana des shorts. Elle ne porte d’ailleurs tellement que ça que l’autre jour « La générale n’a pas besoin de connaître cette histoire. » la coupa prestement Fiona d’un rire gêné. .   « Bon et, je ne sais pas, moi. Tifa ? La générale ? »

« Elle porte un costume-cravate, c’est tout à fait convenant, selon les critères de certains mondes. »

« Oui enfin, pardon, chef, mais…  pas toujours. Ca lui arrive souvent d’être plus relax. C’est pas fort officiel. »

« Mais… Tifa et moi sommes des combattantes aguerries. Notre corps peut encaisser de nombreuses attaques. »

« Et vous avez de plus en plus de cicatrices. »

La générale se tut quelques secondes, mordit sa lèvre inférieure tout en fronçant ses paupières, à la recherche d’arguments. .   « Il serait dommage que ça vous arrive. Vous ne serez sûrement pas, comme moi, garde jusqu’à la fin de votre vie. Ne détruisez pas votre corps inutilement. »

« Pardon, ma générale mais je pense sincèrement que Ambre a raison. Je respecte énormément la générale, ainsi que Maître Aqua, et il va sans dire que j’ai un immense respect pour vous, toutefois je pense que vous ne pouvez pas espérer réellement que les gardes portent des armures complètes qui sont objectivement laides… quand celles qui nous commandent et nous forment sont de jolies jeunes femmes avec de beaux habits. »

« D’accord. Je comprends. » La générale hocha la tête. . « Vous avez raison, ce n’est pas cohérent. Je demanderai à l’État-Major d’adopter une tenue plus officielle et de cesser les shorts. » La jeune Nathalie et l’expressive Ambre se raidirent. .  

« Oui ou… vous nous laissez faire. »

« Vous devez savoir que vous trois, vous… nous inspirez. » déclara Nathalie avec un sourire radieux, éclatant. .   « Vous êtes les guerrières de la lumière, le trio de choc ! On parle beaucoup de vous trois ensembles, de votre équipe. » Ravness fit un mouvement de recul, l’air… suspicieux. C’était idiot. Elles n’avaient jamais combattu toutes les trois. .   « Et de plus en plus, sur les réseaux sociaux, on parle des femmes dans la garde de la lumière. » finit-elle avec fierté, en levant son menton avec un maintien extraordinaire. .

« On ressemble à nos commandantes ! C’est une bonne chose. » assura la Capitaine Fiona. .   « Et osons le dire, on a beaucoup de belles femmes, dans le commandement ou dans les troupes. Faisons de ça une force. Assumons-le. Ca attire des candidatures, ça contribue au mythe de la lumière. »

« Je ne sais pas. »

« On était bien les Capes grises, à la forêt de Sherwood. » demanda Ambre, persuadée d’avoir trouvé un argument de choc. .   « Ca évoquait une unité, une force. Franchement… c’était la classe, générale. Dans les faits, elles puaient, ces capes. Mais quatre cents personnes qui étaient habillées de la même façon, sous la pluie, sous le vent… c’était quelque chose. »

« Vous allez voir, ça va s’uniformiser. De toutes façons, la moitié sont déjà en short. »

« Oui bon. On va changer de sujet. C’est d’accord. Mais lors de cérémonies officielles, vous devrez toutes porter l’armure officielle, casque compris. »

« D’accord, générale. » répondit la Capitaine, retenant à peine un sourire. .

« Et lors des affrontements à l’extérieur du château, le casque sera lui aussi obligatoire. Ne serait-ce qu’une barbute, c’est très joli. » Les gardes hochèrent la tête, poliment. .   « Et j’ai vu des gardes très élégants, par ailleurs. C’était beaucoup d’hommes mais… il y avait une femme. Avec une belle armure complète, je vous signale ! »

« Le Sergent Joséphine ? Je crois qu’elle n’a jamais enlevé son armure de sa vie, générale. » répondit Ambre, avec un soupçon de jugement dans la voix. .   « Mais non. Je vois très bien qui est le Sergent, ce n’était pas elle. Avec plein d’hommes, ils devaient être six ou sept. Tous très bien protégés. »

« Quartz ? »

« Ah peut-être. »

« Une naine. »

« Ah non. »

« Il y avait un vieil homme avec elle, générale ? » La générale hocha la tête. Elle se souvenait plus précisément de la balafre qui traversait son visage. « Ce ne sont pas nos hommes. Ce… Ils sont du Sanctum. »

« Du Sanctum ? Qu’est-ce qu’ils nous veulent ? »

« Et bien… » [/i]

_______________________________
Trois ans de retard Signatureprimus
more_horiz
Hé coucou

Qu’est-cé-cé dis donc tout ça ? Eh j’vais j’vous le dire, c’était un RP rigolo !

C’est un truc que j’vais souligner direct. J’aime pas Primus, a chaque fois qu’elle parle je lève les yeux au ciel un truc de fou. Pour autant, ça ne va pas jusqu’à m’énerver, parce que même si j’suis pas client du personnage, je sais quand même reconnaître que c’est bien.

En fait j’irais même encore plus loin en disant que, je n’aime pas les interventions de Primus, dans tes RP. Mais tout le reste, ça va ! J’me sens un peu complice de la narration, quand ça souligne que ça abuse, voire même des PNJ en fait. Elles sont bien, en vrai. Tu vois, je vais préférer vingt fois tes PNJ a ton personnage, mais en même temps c’est un peu lourd de dire ça puisqu’elles… en font partie mine de rien.

Ne serait-ce que les moments où Primus commence a être un chouille borderline, à parler mal ou des trucs comme ça… On sent, et tu nous l’expliques de toute façons, que dans la tête des PNJ c’est « ouais, bah elle est comme ça, on la changera pas, on va contourner le problème hein ». Du coup ça fait partie de ce que j’aime bien, on va dire l’humour primu… primesque ? Ouais.

Donc Primus à effectivement trois ans de retard. C’est une bonne idée de faire ce RP pour se mettre à jour en fait. Ce sera pas utile a un mec qui tombe dessus par hasard, il va rien apprendre de bien fou sur le scénar, mais ça permet a ton personnage de prendre connaissance des événements récents.

Et pour autant, t’en fais pas un RP « qu’il faut faire ». T’aurais pu choisir de tout apprendre en hors champ, t’as voulu faire ce RP plutôt, je dirais que t’as bien fait.

Comme je t’ai dit, euh… J’connais des noms, dans la team lumière, j’sais qui est Fiona, comme tout le monde. Les autres, j’en sais rien du tout, mais du coup là ça m’a aussi permis d’y voir plus clair. Un RP utilitaire, donc.

Tu traites donc du tournoi, toujours un truc à redire à ce que je fais, hein. Tu nous parles de Septi, clin d’oeil sympa a la fête des mères, tu nous parles de Kurt aussi, t’évoques l’idée des masques a gaz, c’est bien. Et ça c’est toujours ponctué de petites phrases marrantes, que ce soit Primus qui aboie sur tout le monde, l’habitude de ça hein, et donc le fait que tes gardes vont pour dire des trucs mais se retiennent ; Fiona qui se fout…complètement de sa gueule, comme si c’était la seule a pouvoir le faire.

Et alors, clou du spectacle… Les fringues. Oh l’humiliation publique. On dirait que t’es leur grand-mère, genre « oh non, c’est trop court », « ah ça fait pute là » pour les mamies les plus éloquentes.

Une question subsiste : WESH T KI ?

Alors bien sûr c’est complètement horrible, complètement dans le personnage. Sophisme : Primus est horrible. C’qui en plus est… vrai, et reconnu.

… C’est quand même bien amené. T’abordes un sujet pas ouf, (ON PEUT PLUS RIEN DIRE OOOOOH) mais c’est là, je trouve, que ça tranche le plus entre Primus la coincée du boule, et les gardes, jeunes, coquettes… Primius à vieilli, mais elle est toujours dépassée. Ca pète ou pas ???

J’sais pas si tu vas creuser le truc de conflit générationnel. Si tu vas t’enfermer dans ta gérontite aigüe, j’demande à voir !

En tout cas, c’était quand même PAMAL, mais ça va pas voler très haut, à la notation. Evidemment, t’en branles pas une. Ah bah, ça sauve un pays, et après ça glande sur youtube, GG.

Très facile : 5 xp, 50 munnies, 1 PS en putain-j’en-sais-rien-on-va-dire-en-vitesse.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum