Derniers sujets
Poupées d'automneHier à 13:07DeathExcavation perverseJeu 12 Déc 2019 - 18:33Huayan SongRécolter ce qui a été seméJeu 12 Déc 2019 - 17:12DeathL'étoile des vœuxJeu 12 Déc 2019 - 16:01DeathZelifrax "Gnomius" OmbrageâmeMer 11 Déc 2019 - 18:20Gnomius OmbrageâmeBienvenue à la Ville d'HalloweenMer 11 Déc 2019 - 16:25Irelia AlishinaRepas entre TaoïstesMer 11 Déc 2019 - 10:48Huayan SongUn Temple en l'honneur des Arts - IIIMar 10 Déc 2019 - 20:03Irelia AlishinaInfiltration RetardéeMar 10 Déc 2019 - 19:03Huayan SongChroniques de la Cité Interdite - AmbiguïtéMar 10 Déc 2019 - 16:27Huayan SongRedoubler de ReflexionLun 9 Déc 2019 - 11:53LenoreLe cours va commencerLun 9 Déc 2019 - 11:32Huayan SongClair de LuneLun 9 Déc 2019 - 11:27LenoreLe menu à 7,90Lun 9 Déc 2019 - 11:04LenoreSi seulement...Lun 9 Déc 2019 - 10:47Lenore
Irelia Alishina
Irelia Alishina
La Danseuse

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale
XP:
Paix, douceur, harmonie Left_bar_bleue121/550Paix, douceur, harmonie Empty_bar_bleue  (121/550)

XP :

le Sam 26 Oct 2019 - 17:09

Comparable à l’éveil de la nature, Chengdu éclot au crépuscule de sa nuit. Fraîcheur et fracas se mélangeaient en une discrète symphonie, mélopée perçue par les rares citoyens présents assez insouciants pour s’y attarder.

Ou en proie à s’y attacher.

S’en allant du domaine de la Dame, Irelia dégringolait les marches quatre-à-quatre jusqu’à atteindre le labyrinthe qu’étaient les rues de cette cité.

Une nouvelle aventure s’offrait à elle, loin du théâtre et d’un Palais ennuyeux. Le discernement d’une habitude qu’elle s’apprêtait à bouleverser. Les années s’étaient écoulées à San Fransokyo, fruits quotidiens d’une passion qu’elle avait su nourrir. Là, elle s’imaginait découvrir l’exotisme lui ayant manqué lors ces dernières semaines.

Devenue fille de Muse, son appétit en devenait insatiable et la rêveuse priait pour que ce voyage parvienne à lui faire oublier cette faim.

Dirigeant sa ballade, Irelia empruntait le seul chemin qu’elle avait retenu jusqu’à franchir le pont de la ville. De là, l’inquiétude s’emparait de ses traits à chaque mesure sur le pavé. Elle se remémorait mentalement les paroles qu’elle avait retenues, une suite d’indication, pour découvrir une nouvelle demeure.

Une allée aux fleurs en deuils, quelques cerisiers luttant contre l’automne, une lanterne aux traits vermillons brillant fébrilement en cette naissante aurore. Nombre de traits associés à une sculpture, la Danseuse ignorait tout de cette écriture, des symboles qu’elle parvenait à restituer selon le souvenir annoté sur un papier. Dorénavant sûre, elle s’offrait un sourire et réajustait la lanière de son sac en s’engouffrant à l’entrée de ce domaine. Il n’y avait, cette fois, personne à l’ambition pour la retarder.

Elle y était attendue.

Deux frappes discrètes du dos de la main, appelant l’intermédiaire résidant de l’autre côté de la porte.

La Danseuse abandonnait son regard, captant un instant en l’attente de la conclusion de ce moment. La brume planait sur le sol, couvrant les jardins de ses mystères tout en occultant la réalité des saisons. Lentement, ses iris captaient une sculpture de pierre dont la presque pénombre autorisait l’imagination à l’envoyer valser.

Le craquement du bois et l’éclat d’une lumière chaude, Irelia quittait ses pérégrinations pour s’annoncer à son nouvel hôte. Fidèle à ce qu’elle n’avait cessé de croiser jusqu’à l’instant, elle orchestrait la révérence que le peuple de ce monde chérissait tant et l’avait maîtrisée facilement.

- Gang Laoshi, heureuse de faire votre connaissance.
- Alishina Guniang.

Amorçant le mouvement inverse, la rêveuse découvrait le nuancier qu’était son vis-à-vis. Elle devait relever la tête pour s’adresser à ses yeux, deux iris réglisse, s’accordant à une chevelure lissée par un chignon strict et emprunt de dorian. Initiant un sourire, elle s’attardait aux traits stricts lui rappelant son ancien mentor de San Fransokyo. Néanmoins, elle distinguait une once de douceur lorsque son égard se matérialisait à sa propre révérence. Oubliant sa timidité, Irelia assurait ses propres appuis et attendait sous l’encadrement de la porte.

- Shisan Xang Cheng m’a parlé de vous, nous ne devrions pas perdre de temps. Suivez-moi.
- Selon vos désirs.

Il amorçait une vrille, tournait sur lui-même sous un seul point d’appui, invitant la Danseuse à la joindre dans la clarté de sa demeure.

Un endroit pauvre, en comparaison à ce qu’elle côtoyait jusqu’à aujourd’hui.

De frêles esquisses, même agencement de symbole qu’elle avait pu découvrir. Une toile, ternie par les effets du temps. La rêveuse s’attardait sur un arbre rachitique, captant fébrilement la lumière filtrant au travers de carreaux sales, obnubilant son attention un instant trop long et marquant l’oubli de son objectif. Irelia se concentrait à nouveau, suivant l’hôte, mais ne perdant pas le spectacle qu’offrait le végétal dans ce qu’elle imaginait être un décor.

Est-ce qu’elle n’avait pas déjà croisé cet agencement, ce pont et ces pierres, les mêmes que la composition représentait ?

- Il s’agit bien de mes jardins.
- Hum…?

Elle se retournait, offrant son attention à qui de droit et masquant brièvement son air distrait.

- Vous êtes sensible à ceci, je me trompe ? À Chengdu, nous possédons les meilleurs artisans adeptes du Penjing. Leur travail est remarquable.
Gang arrêtait sa marche, s’approchant de l’objet de l’attention de la rêveuse. Brièvement, il récupérait une pierre qu’il déplaçait au pied de l’arbre rachitique. Tel un flash, elle comprenait que ce que le brouillard occultait se retrouvait devant ses yeux, la même disposition et cet étrange monticule rocheux l’ayant fatigué il y a peu.

- Pourquoi votre jardin ? Vous n’avez qu’à sortir pour le voir.
- Disons, simplement, que j’y suis attaché.
- Vous pourrez m’apprendre ?
- J’ai déjà bien assez à vous enseigner sur l’heure… Voulez-vous.

Il ouvrait alors une porte, se décalant à l’entrée et invitant Irelia à s’y glisser. Docile, elle obéissait et franchissait le pas jusqu’à une salle à peine plus grande que ce que laissaient imaginer les murs de la bâtisse. Comparable à ce qu’elle venait de découvrir, il n’y avait que peu d’apparat à l’endroit. Si ce n’était la toile tissée reposant sur le mur de fond, quelques chaises et un seul et unique miroir à peine plus imposant qu’un homme.

- Nous viendrons ici, chaque matin, et pour les deux semaines qui suivent. Shisan Xang Cheng tient à ce que vous soyez prête, ce ne sera pas de trop.
- Bien.
- Préparez-vous, je reviens.

D’un regard entendu, le maître des lieux se retirait et refermait la porte derrière lui. Un bref sourire s’invitait au visage de l’adolescente, celle-ci s’appropriant le plancher de quelques pas avant de déposer le cabas qu’elle traînait.

Se préparer.

Une mécanique trop connue. S’accordant aux coutumes locales, elle s’activait à se débarrasser de son écharpe et sa tenue pour ne laisser qu’un justaucorps et un short suffisamment ample. Guidant sa main jusqu’à sa besace, elle en dégageait une broche à cheveux trouvés la veille et elle s’activait à un chignon peu soigné. Suffisant pour dégager sa chute.

Irelia s’offrait ensuite quelques secondes au miroir, s’orgueillant à sa silhouette, rejoignant ensuite l’une des chaises et déposant ses mains au sommet du dossier.

Quelques exercices, rien de plus, en l’attente du retour du « Laoshi ».

Fixe sur ses appuis, les pieds parallèle et les mains posée s au sommet de la chaise. La Danseuse tournait lentement la tête, effectuant le roulement, tendant sa peau et étirant ses épaules. Elle quittait ensuite son appui, déposant ses mains croisés à sa nuque avant d’accompagner le même geste de ses épaules jusqu’au bas du dos. Devenant ainsi une inquiétante toupie. De nouveau à sa position initiale, c’était au tour de ses épaules, ses coudes et ses poignets à orchestrer la succession de mouvement.

Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, cinq fois.

Irelia respirait, sentant l’engouement s’emparer d’elle alors qu’elle reposait ses mains bien à plat. Tournant les talons, créant un angle droit entre ses deux pieds, elle pliait ses jambes dans de lentes flexions jusqu’à progressivement augmenter le rythme.

Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, cinq fois.

Pieds nue, elle s’épargnait les pointes. Un bref souvenir, celui du spectacle de la veille, les danseuses du spectacle faisant peu usage de celle-ci. Elle quittait alors le dossier de sa chaise pour s’asseoir au sol, jambes tendues, attrapant les pointes et étirant la totalité de son dos.

Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, cinq fois.

Il ne restait plus qu’un enchaînement à orchestrer. Écartant ses jambes, la Danseuse posait ses mains au sol et forçait dans ses muscles, levant progressivement le bas du corps et se figeant dans la position. Tenant sur ses avant-bras, croisant les jambes au-dessus de sa tête, elle terminait le mouvement en reposant ses pieds et se redressant dans un grand écart. Soufflant longuement, elle passait alors ses bras sur les côtés dans un dernier étirement et orchestrait le même geste de l’autre côté.

Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, cinq fois.

Finalement, elle se laissait tomber en arrière, joignant ses jambes et levant le regard aux cieux. Ainsi, les yeux vairons de la Danseuse croisaient ceux de son maître.

- Intéressant.
Brusquement, Irelia se relevait et faisait face à Gang, mains croisées dans le dos et oscillant discrètement la tête.

- Où avez-vous appris de tel geste ?
- Chez moi, j’ai toujours dû terminer un échauffement avec une position de Yoga.
- En quoi cela consiste-il ?
- Hm… C’est un moyen pour que le corps et l’esprit ne puissent faire qu’un, pour s’harmoniser. De ne faire qu’un. Ça m’a beaucoup aidé, plus jeune, pour me calmer et j’en ai… Besoin…

Gang amenait alors sa main au menton, fixant la rêveuse, retenant un souffle avant de prendre la parole.

- Connaissez-vous la méditation taoïste ?
- Non.
- Vous devriez vous rendre au temple de Chengdu, après notre entraînement. Il y a des points communs entre votre Yoga et les lois de Tao. Êtes-vous prête ?

Irelia hochait la tête de bas en haut, ressentant cette pointe gravir le long de son corps. Un degré de satisfaction, une sensation bienheureuse alors que son maître l’invitait à se poser devant le miroir et que celui-ci lui fasse dos.

- Ici, en Terre des Dragons, nous ne nous agitons pas inutilement. Il y a longtemps, lors d’un voyage à Beijin, j’ai assisté à la représentation de « Geisha » avant qu’elle ne rejoigne le Consulat. C’était brut, sans harmonie, disgracieux. Le pire, à mes yeux, était le manque d’émotion que ces quatre femmes affichaient.
Il guidait sa main, attrapant le poignet d’Irelia et tendant le bras.

- Elles n’étaient pas dénuées d’un certain charme, ou d’une quelconque technique. Toutefois, elles ne valaient rien en comparaison à notre art.
L’instructeur glissait alors sa paume dans le dos de la main de la rêveuse, prolongeant son bras au sien, commençant à diriger ses mouvements telle une onde bordant le lac.

- Paix, douceur, harmonie. Voici ce dont vous avez besoin de savoir pour danser à Chengdu. Le moindre de vos mouvements doit être fluide, en paix avec votre corps. Nous n’exposons pas la chair et votre habillement servira à la danse autant que vos gestes, il s’agira de traiter le tissu avec douceur afin de sublimer les témoins de cette scène. Peut-être serez-vous la Qingyi, mais il n’y a pas de place à l’égoïsme auprès des danseuses. J’attends de vous d’agir en harmonie avec celles qui vous accompagne. Quelque soit votre renommé ou degré dans la hiérarchie, tout à chacun à droit a son moment comme vous devriez agir de concert.
Tels des échos, Irelia se remémorait les pas de chaque danseuse et en captait le sens des mots prononcés. Il n’y avait personne surpassant l’autre, l’une enchantait les actions d’autrui, accompagnant les gestes et besoin de la troupe dans une homogénéité singulière. Silencieuse, elle hochait la tête en réponse aux paroles de son maître. Gang relâchait alors son emprise, reculant alors d’un pas.

- Demain, vous viendrez avec votre tenue de danse. Pour le moment, nous nous contenterons de répéter les premières et deuxièmes positions du spectacle de Shisan Xang Chang.
- J’y ferais attention.
- En ce qui concerne l’harmonie, nous nous retrouverons la veille de la représentation pour que vous puissiez connaître les autres. Maintenant, nous pouvons commencer.
- Merci.

Un hochement de tête entendu, Gang présentait les gestes au travers du reflet. Une mâtinée d’apprentissage, la mimique des gestes du spectacle de la veille. La suite de mouvements sans vie en l’absence de quelconque musique, une ambition en l’attente de la véritable découverte à la veille de la représentation.


Huayan Song
Huayan Song
Matriarche Écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale
XP:
Paix, douceur, harmonie Left_bar_bleue307/550Paix, douceur, harmonie Empty_bar_bleue  (307/550)

XP :

le Sam 26 Oct 2019 - 19:44
Salut, salut ! Tu vas ? Bien ? Tant mieux !

(C'est pitoyable j'en suis bien conscient, mais je fais ce que je peux pour soigner mes entrées...)

Alors, un nouvel exploit pour cette chère Irelia, toujours dans sa quête artistique à Chengdu. Cette belle ville -tant IRL que sur le forum bien sûr-, qui est animée en ce moment mine de rien. Ça fait plaisir, j'ai enfin rompu ma malédiction de la Costa del Sol... Enfin on est pas là pour ça ! Le commentaire va être assez décousu, je préviens !

Attention cette fois-ci Chen : orthographe principalement ! "Ballade" par exemple, ou bien encore "xiang" et "xang" (xang ça n'existe pas du tout en Mandarin à ma connaissance ^^ On dit "Xiansheng"). Prudence, prudence !

Attention également aux images que l'on met : la photo est jolie, mais la poubelle dessus... Casse un peu l'effet je trouve. C'est dommage !

La partie artistique est excellente, comme à ton habitude. Y a de la recherche, y a de la réflexion, y a du travail. C'est pas fait comme ça les fesses entre deux chaises. Autre chose que j'apprécie : la mention du Tao. Pour la petite histoire, le Taoïsme est très présent dans le sud de la Chine -plus que dans le nord-, et notamment dans des provinces comme celles de Chengdu. Y a le Temple de la Chèvre qui existe dans Chengdu même bien sûr, mais il y a surtout de nombreuses écoles, monastères, temples dans les montagnes du Sichuan. Donc en parler : c'est BIEN. Surtout que Huayan, étant quand même très "entourée" par des chinois taoïstes, et étant taoïste elle-même, c'est plutôt "tendance" en ce moment.

Après concernant le Taoïsme, attention. C'est une philosophie/religion complexe, là je n'ai rien à redire par rapport à son utilisation dans le rp mais si tu veux le développer encore plus plus tard, je te conseille de venir en parler en amont avec moi d'abord. J'ai suffisamment étudié le truc pour savoir que ça peut vite devenir casse-gueule !

J'ai bien aimé le passage artistique comme je l'ai déjà dit. On sent l'évolution d'Irelia, sa volonté d'apprendre, d'imiter les autres danseuses. C'est un personnage que j'aime suivre, pour sa complexité mais aussi ta manière de la jouer. Personnellement, je ne sais pas si je pourrais jouer un personnage comme ça correctement. On a tous nos petites habitudes et préférences tu me diras, mais c'est bien de souligner encore les qualités du rp avec elle.

Spéciale dédicace à ta référence des "Geishas" qui m'ont permis à l'époque de savoir que mon coeur pouvait encore battre très fort en lisant des rps. Heureusement que je ne suis pas cardiaque !

En conclusion, je dirais que c'est très bien : continue sur cette belle lancée ! J'ai hâte de voir la suite !

Allez ! Des bisous et bon week-end !

Facile : 10 points d'expérience + 100 munnies + 2 PS en DEXtérité.

_______________________________
Paix, douceur, harmonie Signat10

"Good God Get a Grip Girl, sit on down
I'm chunky yet funky and I'm snatching crowns"




Consule de l'Étiquette, Ambassadrice du Consulat en Terre des Dragons, Gouverneur et Dame de Chengdu






messages
membres