L'Ombre dans le Rêve

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Le Vieux Marin Left_bar_bleue118/350Le Vieux Marin Empty_bar_bleue  (118/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 2 Sep 2019 - 20:02
Ils nous ont abandonné.

Avec Luc, et les autres, on nous a placé ici. « En quarantaine » qu’ils nous ont dit. Moi j’étais en observation sur l’île, puis ils m’ont mis avec les autres.
Je ne suis pas fou, c’est les autres qui le sont !
La nuit dans les cales, il se passe des choses étranges. Une sombre présence nous enserre, certains n’y résistent pas et se sont pendus aux mats du Terrasseur.


***
L’eau me dévore.
Elle mord ma chair, dissout ma peau, brûle mes muscles.
Mais c’est ce cri enragé qui me terrifie.
Emprisonné dans mon hamac, tiraillé de tout côté par le liquide noir acide, le chant rageur n’a pas cessé.
***


Cela fait des semaines maintenant. On survit comme on peut : on pêche des poissons, eux aussi ont mauvaise mine.
Luc a perdu beaucoup de poids, il fait peine à voir. Il y a eu des bagarres. Souvent. Au début, on jetait les corps à la mer pour qu’ils se fassent entraîner par les flots.
Maintenant… Certains des membres du bateau prennent les cadavres pour les emmener dans les entrailles du vaisseau.

Toujours pas de médecin en vue. Je commence à croire que tout est fini. Les gens sont de plus en plus bizarres ici. Personne ne vient me chercher des problèmes alors qu’ils pourraient. Mais non, rien. Luc dit que je dois les impressionner, je n’y crois pas un seul instant.


***
Le bruit est insupportable.
Titanesque.
Je le comprends, maintenant.
Il n’a pas mal.
Il hurle de rage.

***

Il est venu me parler il y a quelques nuits de ça.

Je dormais dans mon hamac. J’ai ouvert les yeux et à quelques mètres de là se trouvait un vieux marin. J’ai immédiatement senti qu’il n’était pas normal. Ses yeux étaient lugubres, inhumains. On aurait dit des yeux de poisson. Sans trop savoir pourquoi, je me suis levé et je l’ai suivi.

Nous sommes allés sur le pont du navire. Nous étions seuls. Il s’est mis près du bord, à tribord. Il n’y avait pas de vent, ni marées, ni Lune. Juste de l’eau inerte. Je l’ai regardé bizarrement, mais je n’avais pas envie de lui parler.


« Veux-tu connaître ton avenir, Alan ? » lança le vieux marin sans me regarder.

Le gars était vachement curieux. Mais d’un autre côté, on était coincés ici… Fallait forcément qu’on fasse quelque chose. Pour Luc et les autres. Nous ne sommes pas fous. J’ai hoché la tête.

Il a souri, dévoilant une myriade de dents infâmes. Le plancher a disparu sous mes pieds et je suis tombé dans l’eau, sous le bateau. Les flots m’ont emporté dans les profondeurs. Lorsqu’enfin nous étions au fond de l’océan, une faille s’est ouverte sous mes pieds et j’ai vu une ville, en feu.

C’était Port-Royal !

Des tirs venant du ciel dévastaient tout. Je voyais une légion de corps dans les rues tandis que le feu dévorait tout et que les derniers survivants se noyaient dans un océan de sang et de larmes. J’ai aperçu la forteresse mercenaire en ruines, les derniers lâchent s’échappant par tous les moyens possibles.


***
L’eau est chaude, brûlante, dévorante
Mes doigts se désintègrent.
***


Je volais tel un oiseau au-dessus de cette sinistre vision pour finalement me poser près du port. Le vieux marin se trouvait là aussi, mais lui semblait heureux du spectacle.

« En quoi est-ce mon futur ?! » lui demandai-je.

Il ne m’a rien dit. Il a juste tendu la main vers un corps qui flottait sur les vagues avec les autres. C'était... Moi ? Je vais mourir là ? Comme ça ?! C'est... C'est quoi cette horreur ?! Je vais pas mourir comme ça quand même ?!


« Voici ta fin, Alan. Cependant, je peux faire en sorte de… Changer ta destinée.
- Comment ? »

Soudain, un tourbillon s’est manifesté au-dessus de nous. Tel un vortex affamé, il a déchiré la réalité pour l’aspirer… Nous avec dans de nouvelles profondeurs effrayantes. Alors que je volais seul dans cette tornade noircie par les corps des habitants de Port-Royal, des brides de souvenirs me sont parvenues. Mon travail de charpentier, mon chantier pour les mercenaires, les gros canons… Luc, et les autres. Le Terrasseur et sa coque immobile.

Nous surgissons des profondeurs de la mer pour atterrir sur le navire. Il fait toujours nuit et tout semble normal, si ce n’est cette mer surréaliste qui ne bouge pas d’un poil et le regard sordide du vieux marin.


« Vous êtes qui bordel ?! » lançai-je à ce dernier.

Le vieux marin continua de me regarder fixement. Ce qui était étrange, c’est qu’il semblait être là et ailleurs en même temps. C’était pas naturel, ni normal. Il était troublant. Il s’est mis à trembler légèrement des mains alors qu’un nouveau sourire se dessinait sur son visage marqué par des années passées en mer.

Ses cheveux blancs longs et sales semblaient comme légèrement flottés. C’était presque rien, mais il n’y avait aucune brise. C’était surnaturel. Il s’est approché de moi. Ses tremblements se sont arrêtés et il m’a jeté un regard que je n’oublierais jamais.

Un regard noir… Aussi sombre que les plus profonds abysses de la mer.


« Je suis un dieu. Et je t’ai choisi pour te donner… Une chance ! »

Sa voix résonnait dans mon esprit comme un écho. C’était perturbant, troublant et effrayant à la fois. Au fil de sa phrase, sa voix se déformait : au début c’était un vieil homme qui parle mais sur la fin, on aurait dit plusieurs voix inhumaines s’exclamant ensemble.

« Vous êtes… Quoi ? »

J’étais con. Putain.

« Tu verras… En temps voulu. » répondit-il avec une voix forte, étrange et inquiétante.

« Tu as été engagé pour travailler sur le chantier des mercenaires comme tant d’autres ouvriers. Honnêtes, vous n’avez pas vu que tout ceci est une machination.
- Comment ça ?
- Ils vous ont engagé sur un gros projet. Un projet coûteux, même pour eux. Et voilà que d’un seul coup, la compagnie et ces mêmes mercenaires vous placent en quarantaine sur ce bateau. D’un autre côté, vous êtes encore en vie. Ce n’est pas le cas de certains corps qui ont été repêchés.
- Et pourquoi ils auraient fait ça ? Je faisais du bon boulot, et les autres aussi !
- Oui… Mais vous coûtez trop cher. Alors… Ils vous ont mis ici, vous faisant passer pour fous. Tôt ou tard, vous deviendrez comme certains des membres de votre « équipage » du Terrasseur : complètement cinglés. »

Je ne prenais pas la mesure de ce qu’il était entrain de me raconter. C’était faux ou vrai, mais là je m’en foutais en fait. Tout ce que je retenais, c’était que moi j’étais pas fou, que j’avais travaillé et qu’on m’avait mis en quarantaine sur ce bateau sans médecins ni de contacts avec l’extérieur…

Ce gars… N’était pas un homme, c’était sûr. Vu sa tête, c’était impossible. Était-ce vraiment un dieu ? Il m’a vu douter, et il a sorti cette offre de son chapeau.


« Mais tout ceci peut encore changer Alan. Tu peux devenir maître de ta destinée. Tu peux te venger et sauver les gens de ce bateau. Ton ami Luc par exemple… Autrefois, j’ai été comme toi. On m’a trompé, on m’a exilé en espérant que je disparaisse sans laisser de traces et pourtant… Me voici devant toi aujourd’hui Alan. Accepte mon Don et revendique ta destinée. » déclara-t-il toujours avec cette voix de plus en plus étrange.

Il tendit sa main gauche vers moi, comme attendant que je serre sa main comme pour officialiser un accord. J’étais en colère, perdu et inquiet. Qu’est-ce que j’avais à perdre maintenant ? Sans comprendre tellement pourquoi, j’ai étreint son appendice… Une sensation étrange débuta à ce moment-là.

Ce n’était plus une main qu’il tendait, mais une sorte de tentacule comme celle d’un poulpe ou d’une pieuvre. Elle s’étendait et remontait de plus en plus, elle passait sous mes vêtements pour arriver devant mon visage. Une sorte de forme ovale ambrée commençait à briller au bout de celle-ci. Puis cet appendice monstrueux m’a enfoncé quelque chose dans le nez puis est ressortie.

Sous le choc, mes jambes ont cédé et je me suis retrouvé sur le plancher du bateau. J’étais terrorisé, c’était quoi ce truc ? Je suis dans un cauchemar ? Oui ! Ça doit être ça, tout ça n’est pas réel… Non… Impossible.

J’ai relevé les yeux vers le vieux marin. Il avait encore son bras immonde qui pendait sur sa gauche. Il souriait. Un sourire de monstre. Il s’abaissa légèrement devant moi tandis que je cherchais à éviter ses yeux de poisson et son visage atroce qui mutait de plus en plus.


« Il n’y a pas de différence nette entre le réel et l’irréel, Alan. Nous allons nous revoir très souvent désormais… Ta destinée sera glorieuse… Tu as pactisé avec un dieu, prépare-toi donc à ces jours meilleurs…
- Vous êtes malade !
- Ha ! Ha ! Ha ! Je suis un dieu et tu es un pauvre mortel. Soit heureux que ton destin ait pu être altéré par… Moi. »

Il éclata de rire un moment. Je ne pouvais pas le garder, chaque seconde où mes yeux se portaient sur son visage était une souffrance infinie. Il était monstrueux. Sa peau semblait faire pousser des écailles verdâtres tandis que sa tête devenait comme celle d’un crapaud avec des cheveux blancs et gras flottant derrière lui comme de petites vipères.

Il monta sur la rambarde, puis sauta à l’eau. Il me laisse seul sur le pont et j’ai perdu connaissance. Lorsque je me suis réveillé, j’étais allongé dans mon hamac avec Luc qui me regardait l’air inquiet… J’avais un mal de crâne pas possible…

Réel ou pas… Je doutais désormais encore plus du bien-fondé de la décision de nous placer ici… Et si cette créature, aussi horrible soit-elle, avait raison ? Non… C’était juste un cauchemar…

Juste un cauchemar.


***
Le germe est placé,
La fièvre va monter.
Il ne reste plus qu’à patienter,
Pour que l’idiot devienne fou à lier.

***
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Le Vieux Marin Left_bar_bleue1387/0Le Vieux Marin Empty_bar_bleue  (1387/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 14 Sep 2019 - 8:57
Bien bien bien, j’vais donc continuer les notations par cet rp ! Ouais, j’suis plus inspiré pour mes introduction. Il est tôt, en plus.

Donc, j’vais commencé par un truc avant d’enchaîner sur les critiques.

On en parlait déjà avec Xaldin, j’suis totalement pour l’idée de lié les rp. Ici, le Alan des rp de Naran et dans ton texte ici. Avec les mêmes références, mêmes dialogues et ainsi de suite. Ce qui est génial avec ça, c’est de savoir dans quel ordre les rp ont été pensés. Si c’est toi qui utilise le matériel donné par Naran ou que la discussion à été prise en amont et que vous attendiez le bon moment pour le montrer.

Bref, cette idée de remonter l’un et l’autre, utiliser les textes pour sa démarche ? Ouais, c’est clairement sympa.

Toutefois !!! C’est ici qu’arrive ma critique.

Est-ce que tout les textes peuvent devenir des matériaux pour ce genre d’effet ?

Pourquoi est-ce que j’dis ça ? Bah, disons-le simplement, ça tombe vachement bien que Yhl se retrouve avec l’un des charpentiers travaillant pour le projet du Centurio. Ce que j’veux dire par-là, Port-Royal fait partie des mondes les plus grand du forum et que c’est la personne sur… Un million ? Oui, j’vais taire l’ordre de mission pour garder une certaine « surprise », sauf que si l’on pose les idées à plat… C’est quand même bien tombé…

Donc, vient la question suivante : Est-ce que tout peut devenir utile pour une personne ?

Dans le cas présent, c’est une bête d’idée parce que ça rejoint les derniers agissement du Centurio. Et puis, j’imagine aussi que tu en avais parlé avec les intéressés avant de lancer l’idée. Mais, au fond de moi, j’suis en train de me dire (dans le cas où Yhl donne toute les informations à la Coalition Noire) que ça donne une bête d’avantage pour le groupe. Avec le blocus, ce monde totalement isolé avec ses répercussions divers et variés, les mercenaires avaient l’avantage de pouvoir faire « ce qu’il voulait » sous une certaine couverture. Ouais, clairement, c’est la question de savoir ce que les PJs peuvent ou ne peuvent pas savoir. Dans l’sens où, pour moi, à l’instant où l’attaque de Port-Royal aura lieu (seul l’avenir nous dira si ça arrivera) ? Ils sont perdre cette surprise.

Surprise IRP, j’parle.

Donc, voilà. C’est plus un questionnement que j’invite et les questions sont de savoir si cela en devient pertinemment pour le personnage ? Utile pour les groupes concernés et qu’est-ce que tout ceci apporte ? Des questions générales, en résumé.

Voilà, c’est vraiment ce à quoi me faisait penser le rp (que j’ai vraiment bien aimé) et j’me pose pas mal ce genre de question. Disons, c’est l’idée de « Est-ce que mon personnage peut ou non réagir à cela ? » mais dans un contexte encore plus grand. Dans l’exemple direct, comme si j’dois parler avec Irelia de la bague d’âme du mari du Huayan ou non. Enfin, c’est tout pour moi ! A vous les studios.


Normal : 21 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS. Deux en Symbiose et un en Défense !

_______________________________
messages
membres