Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
« Mh… » J’ouvre légèrement les yeux et je croise ceux d’un ourson. Je le regarde fixement. Pff… J’avais oubliiééééééééé. J’en ai trop marre. Alors je… fais un duel de regards avec ce truc hyper générique qui a du coûter trente gils, fabriqué par des petites mains, ou que sais-je ! C’est un peu fort de m’offrir ça. Y a des peluches à l’effigie de mon emblème, même des peluches qui me représentent, en vente sur mon site, alors bon ! Allez, un peu d’effort.
Je me tourne pour me coucher sur le dos, les yeux rivés sur le plafond et sur les lampes éteintes qui trônent sur la pièce. Des vieux gros néons d’hôpital, pour le plaisir des yeux. Et laissez-moi vous dire, vous les préférez éteints ! C’est… C’est un moustique qui vole autour de la lamp
«Ahh ! » Je mets mes mains devant mes yeux en criant alors que les néons s’allument brusquement. « Bonjour Hana Song ! » me disent deux robots bipèdes en entrant dans la pièce, avec exactement la même tête, exactement la même démarche et la même tenue : une tenue d’infirmière. Y a qu’une chose qui les différencie : la perruque. Une perruque qu’ils n’ont même pas essayé de bien arranger, non ! Elle est toujours de traviole et PURÉE ! Je supporterai pas une fois de plus cet allumage sauvage des lampes à 15 000 wats alors que je viens de me réveiller.

« Laissez-moi tranquille ! » Je ronchonne et je me cache sous ma couverture. Quelques secondes plus tard, je peux pas test, les deux robots me manipulent avec plus ou moins de délicatesse et me remettent droit dans mon lit, les deux mains jointes en prière. Foutue IA déréglée ! « Hana Song, il fait 18°C dehors. Le temps est ensoleillé. Il fait un temps idéal pour sortir se promener. »

Je regarde le robot infirmière qui porte une coiffure rousse lui tombant jusqu’aux épaules. Et je lui souris. « Donc je peux sortir ? »

« Non, Hana Song, votre tuteur est d’accord avec le médecin, vous resterez encore deux jours. »

« Mais… » Non ils vont peut-être arrêter avec ça ! « J’ai 21 ans ! J’ai pas de tuteur ! Je suis ma propre tutrice ! »

« Vous avez désigné Commor Noach comme responsable de v… » Je grogne et j’essaie de me recacher sous ma couverture, sans succès, retenue par l’autre machine. Purée. Je suis prisonnière. Mais oui. Mon coach, Commor, est… ahha… capable de reproduire ma signature mieux que moi-même, et me voilà, là, bloquée dans un lit d’hôpital, pour un traumatisme crânien que je ressens plus. Ca ne me fait plus mal. Bon allez j’abandonne ; Je laisse les infirmières m’examiner sous toutes les coutures, sans rien dire. Je suis leur objet. Quand elles veulent que je dise « ahhhhh », je dis « ahhhh ». Ma volonté est la leur.

Et dix minutes plus tard, me voilà libre. Purée, j’aurais dû demander au Vaisseau-Mère de me prendre en charge. Hm… Ouais non peut-être pas. Quand j’ai quitté le QG, j’étais personne, j’avais une célébrité très restreinte et, en gros, à la Shinra, personne savait vraiment qui j’étais. Sans vouloir me vanter, j’étais la petite habillée en moulant à côté de centaines de Soldats en uniformes. Et puis maintenant, je suis 1ère Classe aussi. Donc… arriver maintenant, en étant importante, enfin je crois. C’est chaud. T’imagine, je reviens et ils me font une haie d’honneur jusqu’à mon lit d’hôpital ? La tehon de l’extrême ? Parce que les Soldats 1ère Classe y en a pas mille, et que c’est des stars chez nous. Hum ! Enfin, je me fais peut-être des films.

Ouais puis… Non. C’est bien, au final. Ici, si t’oublies le personnel trop moderne, bah au moins, j’ai… reçu plein de cadeaux de mes fans ! Des fleurs, beaucoup. Ma chambre était blanche quand je suis arrivée, et maintenant c’est… un Shojo. Je m’imagine Kotetsu arriver avec la chemise négligemment ouverte, plus d’abdos qu’il n’en a, et des paillettes un peu, ici, là… Rolala, je m’ennuie. Et… je veux pas trop de mes potes dans ma chambre, en vrai. J’ai pas besoin de ça. En vrai, si y a un avantage à être ici, c’est d’être un peu seule. Sans les gosses, sans les mecs, sans les étudiants, sans la concurrence. Mais hey. Je dis pas que j’ai besoin d’une pause carrière, hein. Je suis pas du genre à me contredire ! Je suis pas comme tous ces mous qui ont de la célébrité et qui font comme s’ils en avaient pas voulue. Juste, là. J’ai mon truc, et j’ai un petit moment où personne va m’ennuyer.

Et ça me permet de me poser des questions, l’ennui, comme ça. Tu sais, y en a qui disent que dans ce genre de moment, tu dois te demander ce qui est essentiel dans ta vie, ce qui l’est pas, et… faire le ménage. Peut-être que c’est vrai !

Déjà, les trucs faciles !

Ma célébrité, donc… mes fans, mes activités genre live, vidéos, vlogs, tout ça. Les conventions, les rencontres. Ca c’est clair que non ! J’abandonne jaja. J’aime trop. Y a pas un jour où je le fais en mode c’est lourdingue. Zéro. J’aime trop. J’aime tellement que c’est peut-être la seule chose que je garderais si… si j’avais pas le choix. Je sais pas, peut-être !

Les enfants. C’est pas les miens, on va pas se mentir. Je les appelle souvent comme si c’était mes gosses mais voilà. Et de plus en plus, tu sais que je me pose la question de peut-être les adopter. Et… je sais pas. J’ai que 21 ans. Je suis pas prête à avoir quatre gosses, objectivement. Combien de fois je dois demander à Kotetsu de s’occuper d’elles pour une urgence ? La plus grande a un âge où on me laissait déjà seule chez moi, et elle est clairement plus débrouillarde. C’est pas des brebis, quoi, ils viennent d’Agrabah. Mais n’empêche. L’amour, je suis capable de le donner ? Non mais oui, je ressens un tas de trucs pour eux, et de l’amour aussi. Mais eux, ils le sentent ? Ca se trouve je les traite trop mal !! Après. Non. Bah non, je pourrais pas me passer d’eux, pas pour l’instant. Je vais voir. Je crois que je vais les adopter, si c’est possible mais voilà, on va voir !

Les Oh ! J’entends du bruit ! Je me cache sous ma couverture ! Le pire chez les infirmières robots, c’est pas qu’elles sont des vraies brutes, c’est leurs mains. Même à travers la robe d’hôpital, c’est glacial, c’est le zéro absolu, à peine supportable. J’ai jamais réussi à leur échapper, mais d’un autre côté, je ne me rendrai jamais ! Ok. Bon c’était pas pour moi… Je reste dans la chaleur de ma tente, les mains sur mon ventre.

Kotetsu, je sais pas. C’est chaud. Pas envie d’y réfléchir.

Et puis… Il y a les combats de robots. Ca, la vérité, je vais complètement laisser tomber. C’est pas en mode : J’ai perdu donc je rage et je reviens pas ! C’est juste que… c’est pas un milieu que j’aime bien. L’illégalité, tout ça, de base… Je suis entrée dans la Shinra pour combattre ça, pas pour l’encourager ! Et puis bon, je me sens pas aimée, là-bas. Et j’ai pas envie d’insister, vu les gros cassos que c’est. Donc c’est déjà une chose !

Et la question la plus compliquée, la Shinra. Ca, ça se pose. Et… j’y réfléchirai peut-être un jour. C’est qu’une étape, sans doute. Enfin, on verra !


Bon. Je sors de ma couverture et je prends mon téléphone. Je l’allume, assez naturellement, je le mets en contre-plongée et j’allume la caméra.
« Hello ! Comment ça va ? Moi… Eh bey… » Je regarde autour de moi, je montre ma robe de chambre de ma main libre et je fais une grimace. « On va dire que j’ai connu mieux ! Mais en vrai ? En vrai, j’ai la meilleure commu du monde. » Je me redresse, pousse la couverture en veillant à pas filmer le dessous de ma robe, vu comme ça a tendance à s’ouvrir sur le côté, ces trucs. « Regardez-moi ça ! » Je filme autour de moi, en changeant la caméra d’angle. « Des chocolats, des fleurs, des peluches et surtout… » je refilme mon visage, gros plan. « de l’amour. » Je rigole légèrement avant d’éloigner mon téléphone.

Je passe mes mains dans mes cheveux et baisse ma main pour me filmer plus normalement, en essayant de m’asseoir de manière plus confortable.


« Mauvaise idée ce genre de gros zoom. Ah là, vous me voyez, challenge no make up, no shampoo, la totale. » Bon, j’avais déjà fait des vidéos pas maquillées, mais y a rien à faire. Dans la rue, en live, et surtout quand je suis en uniforme, je suis quand même la plupart du temps maquillée ! « Normalement, je sors dans deux jours. La photo que j’ai postée et qui a fait un peu le tour, c’était il y a deux jours et… » Je montre ma tête. Il n’y a plus de bandages autour de mon crane, juste un pansement là où on m’a frappée. « En gros, je vous explique. J’étais au tournoi de combats de robots miniatures, vous voyez ? Bon et… là en quart de finale, j’affronte une miss d’Illusiopolis, Eglantine. Ouais non mais je balance. Un moment, tu m’attaques pas si tu veux garder ta bonne réputation. » Je fronce les sourcils et j’essaie de placer la caméra sur mes couvertures, sans boucher l’entrée son, et sans filmer des zones délicates de mon corps. « Donc, la fille. En gros… C’est une meuf d’Illusiopolis. Et elle a été élevée dans une décharge. C’est ce qu’on dit en tous cas. Et, elle a construit son robot avec tout ce qu’elle a trouvé. Donc tu vois, c’est… Elle a pas eu de chance, c’est clair. Mais du coup, je l’ai vaincue durant le combat, et par après, je lui ai parlé et… franchement odieuse, la meuf. Détestable. Bon. Et c’est elle qui m’a fait ça. Je me suis retournée et… deux coups de clé à molette sur le crane. C’est pas… » Je fais une grimace en ressentant un petit frisson. « C’est pas rien. J’aurais clairement pu mourir. Et honnêtement, je pense que son intention était de me tuer. » Je hausse les épaules et je soupire. « Franchement… j’espère que je vous ai convaincus de plus jamais vous approcher de trucs comme des combats clandestins de coqs, de robots ou de mercenaires. Ils ont l’air inoffensifs comme ça mais… » je souris à ma plaisanterie.

Mais allez, j’ai quand même raison. C’est chaud.
« D’ailleurs ! Petit message à certains viewers que j’ai croisés ! Je vous ai posé un lapin, j’étais censée vous retrouver pour dîner avec vous et bon, avec ça, je me suis retrouvée à l’hôpital et… bref. Je me sens coupable, donc contactez-moi, envoyez-moi une photo de vous pour que je vous reconnaisse et on se refait ça, si vous êtes prêts à revenir à SF. Moi ça me ferait super plaisir. »

Évidemment je me sens pas coupable, mais c’est toujours bien de le dire !!

« Bref. Pour vous donner un peu de nouvelles. Le tournoi, je l’ai perdu. Je suis arrivée en demi-finale en gérant tellement bien. Franchement c’était magique. Mais là, je suis tombée contre Alexandre, un genre de virtuose du combat aérien. Ca a duré deux secondes. Le type m’a juste défoncée ! Non, c’était… » super énervant. « Bref. Je suis super contente de pouvoir passer à autre chose. C’est pas mon game, j’ai pas envie d’être trop là-dedans. Et voilà ! Du coup, ici, je vais pouvoir me mettre à fond à de nouveaux projets, pour la ville, pour les étudiants, pour moi ! Et bon, là, c’est décidé, je vais vraiment lancer la rencontre avec les abonnés de la cité du crépuscule. J’ai trop traîné, je m’énerve. »

Je regarde la caméra. Non et puis, tant pis.

« Ok, bon. Comme ça, là, je viens de décider. Dans deux semaines. Dans deux semaines, rencontre abonnés à la cité du crépuscule ! Venez nombreux ! Je vous communiquerai le lieu et on se fait ça ! Juste, je rappelle, on va vraiment être réglos par rapport à la Coalition noire. On va faire ça bien pour qu’on puisse rien nous reprocher ! J’ai pas peur ! »

Je fais un clin d’œil à la cam’. « Allez. À tout à l’heure, je sens quand même que je fatigue ! J’ai une autonomie de deux heures en ce moment, c’est la cata ! Bisous partout ! »
more_horiz
Et de deux.

C'est marrant parce que malgré la taille j'ai lu assez vite !

Maintenant je cherche quoi dire. C'est un RP tout simple où D.Va fait du D.Va quoi. Y'a un peu d'introspection puis tu parles à ta commu comme tu le fais souvent. Ces passages là sont marrants parce que... ça ressemble vraiment à c'qu'on peut retrouver dans la vraie vie. C'est rythmé, tu vas a l'essentiel, boarf...

J'ai vraiment pas grand chose à dire. C'est ta zone de confort ça !

Très facile : 5 xp, 50 munnies, 1 PS en défense, convalescence oblige

_______________________________
Encore à l'hôpital ?!  Signature
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum