Derniers sujets
D.Va
D.Va
Petit Lapin

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Quart de finale : Inarrêtable ! Left_bar_bleue146/500Quart de finale : Inarrêtable ! Empty_bar_bleue  (146/500)

XP :

le Mar 23 Avr 2019 - 23:58
Suite de : Huitième de finale, que le meilleur gagne !

Je rejoins Nakada et Kotetsu, un petit sourire aux lèvres, après être passée dans une foule en colère, en joie, en beaucoup trop de choses pour moi seule ! « Bravo ! » me dit Kotetsu qui retient à peine sa joie. Nakada prend mon sac à dos dans lequel Bunny-D est. « Je pourrai le réparer, mais seulement après ton prochain match, là on doit réfléchir. » Je hoche la tête. Ouais je suis contente mais mon sentiment bizarre, à être mitigée tout le temps, s’en va jamais. Ce que je sais, c’est que Keigo était le vainqueur de l’édition précédente et que je l’ai battu alors qu’il était clairement favori. C’est pas rien, c’est même bon pour moi, pour ma crédibilité. J’aurai plus l’air d’une grosse arriviste qui est là juste par politesse, ou pour faire plaisir à la Shinra. Bon, je resterai quand même Miss Shinra à leurs yeux mais ça c’est pas grave.

« T’es contente ? » me demande Kotetsu alors que sa main vient toucher mon coude affectueusement. Je le repousse un peu avant de sourire timidement. J’ai beau être super tactile, comme lui c’est mon copain, forcément c’est pas pareil. Je veux surtout pas que ça se sache. « Oui. »

« Bon allez. Viens, on n’a pas beaucoup de temps. Kotetsu, tu restes ici. »

« Pourquoi je reste ? » demande-t-il, les sourcils froncés, l’air vexé.

« Faut qu’on sache quel va être l’adversaire de D.Va, tiens. Ca va être Eglantine contre Hidemi. »

« On sait très bien qu’Eglantine va l’emporter. »

Hm. Pas sûr. Hidemi est bien plus expérimentée. Mais de toutes façons, c’est du flan. Nakada veut faire son petit plan pour me rebooster, là, je m’attends au pire, et en vrai… que Kotetsu soit pas là, qu’y ait un minimum de gens pour me voir parler à mon reflet dans le miroir ou taper dans un ballon, bah je préfère. « Reste ici, s’il te plait. Quelqu’un doit nous représenter au cas où on veut parler à notre équipe. » Ouais. Notre équipe. Purée moi-même ça me fait bizarre de dire ça. J’ai toujours joué en solo. Par contre je sais reconnaître qu’il me faut de l’assistance pour ce que je sais pas faire. Mon agent. Mes sponsors. Mon président. Et ici, j’ai besoin des deux frères Shutan, je vais pas le nier.

Je suis Nakada qui commence à traverser la foule, en portant Bunny-D et Mr Smile, son propre robot, alors que moi je porte LaD. que j’ai repris à Kotetsu. Purée ce que c’est lourd ces machins-là ! On arrive à la scène, qu’on contourne, alors qu’Eglantine et Hidemi ont commencé à se bagarrer. Bien sûr, je préférerai mille fois combattre Hidemi, même si je connais rien de son style. Eglantine, c’est… je la crains pas autant que Maheta, l’électriseur qui a battu le robot de Doc en moins d’une minute, mais qui n’a pas un mauvais pressentiment à propos d’elle ? Au bout d’un moment, on arrive en coulisses et il me montre une échelle sur un des murs du hangar, qui mène à une trappe dans le plafond… Boooooooooon. Allez. Je commence à monter devant lui et arrivée au plafond, je pousse la trappe pour monter sur le toit. Et je vois… une nuit à San Fransokyo, charmante, oui. Mon D.Rigeable est au-dessus de nous en featuring, on peut voir les lumières de la ville. Ok. Ok mais non. Si le « Just do it ! » de Nakada, c’est une bêtise genre regarde où on est, regarde la chance que nous avons d’être ici, je fais le prochain combat en 1v2, je me passe de lui.

Ouais. Je l’oublie presque mais le prochain combat, peut-être contre Eglantine, c’est un 2v2. Chaque personne dans ce tournoi a pu prendre un allié pour CE combat. D’où la présence de Nakada, si vous vous souvenez. Tout a commencé parce que je devais me trouver un allié. Et en fait, sans cette contrainte, même Kotetsu, ce serait qu’une simple connaissance. Nakada monte enfin l’échelle, super à l’aise. Lui et la hauteur, c’est un délire.


« Coach ! »

Hein ? Je me tourne et je vois l’un des compétiteurs. Torse nu avec juste un dessus de Kimono défait, alors que son visage est couvert d’une moitié de masque de Catcher. Il est en train de bidouiller l’Irlandais, son robot méga castard. Nakada commence à marcher sur le toit, vaguement arrondi mais on peut marcher sans perdre son équilibre. Je le suis un peu curieuse. « Ah. L’étoile montante. » Coach s’esclaffe et commence à se lever. Il est vieux, genre cinquante ans, mais il est en forme, clairement. Par contre… étoile montante ? Ouais on va dire soixante ans. Je lui serre la main en lui souriant. « Timide ? Ah ! J’aurais pas cru ! »

Je fronce les sourcils et mes mains sur mes hanches. « Pas timide. Je me demande juste ce que je fais là. »

« Coach va t’aider, D.Va. C’est son truc d’accorder du temps à tous les jeunes qui veulent apprendre. »

Je souris légèrement mais intérieurement ? Beaucoup plus. Je respecte le Coach mais il a perdu au huitième de finale, je vois pas trop comment il pourrait m’aider. « Je ne veux pas un autre binôme que toi, Nakada. »

« Ah ! Tu ne voudrais pas d’une victoire assurée ?! » crie limite le Coach. Ouais alors… il parle un peu trop fort. « Ce sera avant tout ma victoire. »

« Ouais ok… Di, calme-toi, Le Coach veut t’aider, je te dis. Mais pas pour ça. »

« Ah ouais. »

Le Coach se met en face de moi, croise les bras. Je peux voir un tatouage de trèfle à quatre feuilles en-dessous de son cou. Purée, le type est aussi irlandais que moi. « Ouais. » Je le regarde droit dans les yeux. Ca me plait moyen de me faire materner, je crois. « T’as peur de quoi, petite fille ? »

« T’es fou ? » Je croise mes bras sous ma poitrine et fais une moue boudeuse. « J’ai peur de rien, Coach. Tous ceux qui sont ici, je les mate en trois secondes. »

« Alors c’est quoi ton problème ? Mr Smile me dit que tu sais plus ce que tu veux » je sourcille à la mention de Mr Smile. C’est le robot de Naka, donc j’imagine qu’il parle de lui, de son ancien nom d’joueur. « que t’arrives plus à mettre autant d’énergie dans ta vie ici qu’avant. »

« J’ai quatre gosses à charge. » Je détourne les yeux, maintenant ma pose, et regarde la ville en faisant semblant de pas l’écouter. « Arrête, Di. »

« Tu… » Je me tourne vers Nakada et prends son menton entre mon index et mon pouce. « J’en ai vraiment marre de tes ordres. Le bail, c’est que je fais ce que je veux. Même un Président d’une méga compagnie pourra pas m’contraindre à écouter quelqu’un si je veux pas le faire. » Je lâche Kotetsu et fais volte-face, laissant mes cheveux voler au-dessus de mes épaules. Je regarde à nouveau le Coach. « T’es arrivée dans ce monde, t’as fait ton petit marché, t’as attendu que les gens s’habituent à toi et maintenant tu veux tout désavouer ? »

« Les gens s’habituer à moi ? J’t’en prie. » Je dresse un index vers le Coach. « J’ai largement donné. »

« Et San Fransokyo t’a sortie de ton trou, petite fille. »

« Mon trou ? » Je m’approche du Coach, largement plus grand que moi mais ça me fait pas peur. « À Illusiopolis, j’étais déjà quelqu’un. »

« Et ton dirigeable pour te flatter jour et nuit, c’est Illusiopolis qui te l’a donné ? »

« C’est moi. Tu veux me vexer, Coach ? Si tu veux savoir qui gagnera à ce jeu, spoiler, ce s’ra moi. »

Il sourit mais me regarde avec une de ces condescendances !! « Tu culpabilises parce que t’as reçu énormément de cette ville mais qu’elle commence à te lasser. »

Je me tourne vers Nakada avec un regard de feu. D’où il se permet de dire ce genre de chose à la concurrence ?

« Non. Je m’ennuie parce que je m’ennuie. SF y change rien. »

« Il n’y a plus d’enjeu pour toi ? »

Je hausse les épaules. « Aucun défi. Si je continue dans ma lancée, dans un an je peux espérer une grosse promotion et me retrouver gouverneure du Nord si ça me chante. »

« Mais de quoi tu parles ? »

« C’est une référence. » Je tapote mon casque avec mon index.
« Je serai pote du maire, n°1 streameuse de très loin, chouchou du Président Shinra et je parie pour une personnalité préférée de SF. »

« Avec cette attitude ? »

Je siffle entre mes dents et fais un sourire radieux avant de faire un cœur avec mes doigts. « Les gens aiment les divas, pas les vieux sidekicks loyaux et costauds. » Je redeviens normale, donc bougonne. « Tu n’as pas envie d’expliquer ton humeur. »

« Non. »

« Ta vie n’est pas assez palpitante. »

« Tss. » N’imp’. Je fais tout. Y a pas une personne qui vit autant de vies en une seule que moi. Mère, bientôt actrice, soldat d’élite, pilote de méka, star des réseaux sociaux, joueuse pro, je porte des fringues pour des marques, j’ai un copain, un D.Rigeable qui diffuse des photos de moi en maillot de bain à toute une planète et bientôt une keyblade. « Pourquoi est-ce qu’elle serait pas palpitante, ma vie ? »

« Tu ne »

« Non mais LOL quoi ! Tu veux m’inventer des problèmes ? Me faire croire que ma vie est monotone ? » Ca… mais ça m’énerve ! « C’est ça ton but ?! Que je te prouve que ma vie est folle ? Écoute-moi bien, le Coach, ce tournoi, je le gagne, et direct après je fais comme d’habitude, je me trouve un autre projet de dingue, tout le monde sera scotché et tu pourras plus me cracher tes conneries. »

Je me retourne. Ca suffit. S’ils veulent que j’aie de la motivation, c’est réussi. J’ouvre la trappe et descends sans écouter leurs remarques. J’ai juste pas besoin d’eux. Non mais ils croient quoi ? Je leur donne un peu d’espace dans ma vie et ils pensent que j’aurais pas réussi sans leur aide ? N’imp ! J’ai tout fait seule. L’aide que j’ai eue, je l’ai méritée, je l’ai payée parce que je déchirais, parce que j’ai toujours déchiré ! C’est pas un sponsor, un agent ou un président qui me soutiennent ! C’est trois gars qui comprennent que je suis juste un filon en diamant, et que s’ils me ratent, ils seront contre moi !

Je retrouve même pas Kotetsu, je regarde le combat sur les écrans. Purée. La deuxième manche a commencé, Mizu contre Maheta. Mais ça, on le disait. Maheta perdra plus tard, en demi-finale, c’est impossible qu’il tienne. Et tant mieux, j’ai rien contre ce genre d’adversaire.
J’attends… longtemps. Saurien affronte Binaire. Épatant. Le binôme de Saurien et lui contre Binaire et… et rien. Binaire est là, du haut de ses treize ans et demi, en train de manipuler avec une seule manette de fou, ses deux robots… en même temps. Et ça fait sensation. Ok. Et juste après le combat de Binaire et du Saurien… C’est moi.
Nakada est avec moi. On rejoint l’arène en silence. Elle a changé. Plus de gouffre, maintenant c’est juste un grand cercle à terre.


« À présent, le troisième combat de cette deuxième phase. D.Va, qui a battu précédemment Keigo, le vainqueur de l’année passée, va combattre avec son robot LaD. Elle sera accompagnée de Mr Smile. Ce dernier a concouru il y a quelques années lors d’une précédente édition et était arrivé plus ou moins à ce stade. En face… Eglantine. » Elle est là. Son débardeur couvert de taches d’huile, ses cheveux roses, son casque  et son regard fou. Purée on dirait qu’elle a jamais mangé de sa vie. « Elle a vaincu Hidemi sans le moindre problème avec son robot, Nicolas. » Purée ce nom de robot. « Elle sera accompagnée de Mech et de son robot, Le T87. » Et à côté d’elle, une fille, franchement… elle paie pas de mine. Cheveux lisses et très longs, noirs, qui tombent, tout cassés, sur un tablier de scientifique. Et elle paie pas de mine parce qu’à côté du charisme sauvage d’Eglantine ?... Et puis son robot. Il a la taille d’une main et il… a l’air juste nul. Par contre, Nicolas, le robot d’Eglantine, c’est… comme on le pensait, un vrai délire. Le robot qui a l’air de sortir ailleurs, et pour le coup, c’est le cas. Du fer et de la rouille. Un horrible tas de ferrailles tenues à cinquante mètres du sol sur quatre grandes pattes d’araignée ! On peut voir ses câbles à l’intérieur de sa carcasse. Chaque mouvement semble être une souffrance et… un sifflement aigu me fait sursauter quand Nicolas rejette de la vapeur. Sérieux, de la vapeur. Tellement rudimentaire qu’il en fait peur.

LaD. et Mr Smile, que je préfère appeler Nauti, s’animent. LaD, la fragilady de ce tournoi, conçue pour se battre comme Peach dans Smash. Je l’aime… presque trop pour la faire risquer sa jolie robe de métal et son parapluie rose dans un tournoi aussi violent ! Elle est juste la fleur de ce monde de brutes, tenant son parapluie comme une enfant, sur son épaule, se dandinant. Et Nauti, un petit bonhomme qui semble fait en boite de conserves, avec deux grandes mains au bout de cables. Franchement c’est le duo le plus mignon. Et voilà notre arme secrète, mais ça je vais pas trop en dire : la petite loupiotte qui pend au-dessus de la tête de Nauti mais… ah ! Surprise ! En tous cas, celle-là, je la perds pas.

Le signal est lancé. Le T87 s’active et s’éloigne pour aller juste au bord de l’arène. Nicolas, le robot araignée commence à tapoter le sol de ses pattes de plus en plus vite. Nakada est juste assis à côté de moi, manette en mains. L’araignée s’approche de Nauti, LaD. s’interpose, lève son parapluie et l’abat devant elle. La bête lève une patte pour parer le coup, les deux armes s’entrechoquent mais LaD. maintient la pose, essaie d’écraser Nicolas… Je bourrine la touche carré pour mettre plus de pression, tout en jetant un œil à Eglantine en face, les sourcils froncés, les joues rouges. Elle crie un truc à sa coéquipière. T87 s’anime, commence à voler, c’est… une grosse mouche nerveuse qui produit de l’électricité avec ses ailes. Je fais un signe de tête à Naka sans le regarder. Nauti avance, contourne Nicolas et se met entre lui et le T87. La mouche hésite, je bourrine encore. L’araignée commence à ployer sous mon parapluie de fer !
« Allez ! » LaD. relâche brusquement la pression sur son parapluie, tourne sur elle-même et se jette, postérieur en avant, sur Nicolas. Un gros BONG se fait entendre, Nicolas est propulsé jusqu’aux pieds de Nauti. « Vas-y ! » Nauti se retourne, fait dos à T87, et se rue avec ses petites jambes sur Nicolas. Il attrape ses pattes, se retourne, soulève l’araignée avant d’agrandir de deux bons mètres la taille de ses bras et de frapper, marton-pilon style, la carcasse de métal rouillé sur le sol en pierre. Des pièces se tordent, je souris.

Nicolas se relève. Un cri me fait sursauter !
« Tu fous rien !! Tente un truc ! » Je lève les yeux sur Eglantine, furieuse, qui se lève presque pour dominer sa coéquipière de son corps. « C’est pas fini, crétine !! » Ah ça c’est pour moi. Je regarde Nakada avec un sourire. La base du jeu en équipe. Si je sais au moins une chose, c’est ça : acharne-toi sur un des joueurs, comme ça il pète les plombs, reproche à ses alliés de pas l’aider ou se fait engueuler par ses teammates parce qu’il se donne à l’ennemi et… super mauvaise ambiance dans l’équipe adversaire = plus grandes chances de victoire.

« Allez ! » Eglantine crie encore. Et… difficile à voir mais l’araignée commence à fermer ses… soupapes ? C’est ça le mot ? L’endroit d’où sortait la vapeur jusqu’ici se bouche par un clapet de métal. L’araignée recommence à marteler le sol de ses pattes. Et elle tremble. De plus en plus. Ses gestes sont plus violents, plus forts. Et elle avance à nouveau, mais plus vite et dans un de ces vacarmes ! « Naka ? »

Il me répond, agité. « Je sais pas ! » Ouais. Mais qu’est-ce qu’elle fout ? C’est quoi ce robot trop zarb ? Bon ! LaD., à toi de jouer ! L’araignée charge, encore une fois Nauti, et encore une fois ma petite dame s’interpose parce que c’est une bête d’équilibre, de défense et d’élégance ! Juste avant que le corps de l’araignée de la heurte, LaD. ouvre son parapluie devant elle comme un bouclier, les deux mains solidement agrippées au manche. Nicolas parvient seulement à faire reculer de quelques pas mon robot, rate sa charge. « Vas-y ! » LaD. se penche, referme son parapluie. Nauti essaie alors de grap l’araignée avec une de ses mains, allongeant son bras mécanique ! Bim. Sans problème. Il attrape la patte mais au lieu de l’attirer vers lui, il rétracte le câble de son bras et se projette lui-même vers Nicolas. En plein vol, son autre main agrippé LaD. par la taille et comme un seul robot, les deux heurtent comme un boulet de canon Nicolas qui se fait à nouveau expulser !

« On le finit ! »

Nauti allonge son bras et grap une nouvelle fois Nicolas par la patte. Celui-ci essaie de se dégager mais… j’entends le magnifique bruit des bottes de métal de Nauti qui se cramponnent au sol par super magnétisme ! « Allons corriger les grouillots, MiLaD. ! » crié-je alors qu’elle s’approche, distinguée, d’une araignée prise dans notre toile ! Elle brandit son parapluie et l’abat une première fois. « Foutue Shinra ! Attends que… » LaD. frappe une deuxième fois. « Vas-y ! Ca me fait rien ! » Je hausse les épaules. LaD. lève une nouvelle fois sa batte et l’abat. Et ça touche, bien sûr !

« Ahaha ! » Mais… Purée. Je bourrine L1 pour que LaD. lève une quatrième fois son arme mais ça marche zéro ! Je regarde Nakada, puis Eglantine qui me sourit d’un air carnassier. Mince. « Regarde LaD. » me dit Nakada. Et oui. Mais pas qu’elle. LaD. et Nicolas sont immobilisés et semblent pris par un même bug. Et de temps à autre… des petites étincelles jaillissent.

« Ca suffit ! » crie Eglantine à sa coéquipière. Mais elle a fait quoi, celle-là ! Je vois pour la première fois T87 décoller de la carcasse de Nico. Sérieux ! Quand il s’est accroché, ce parasite ?! LaD recule en titubant. Je lui dis de s’immobiliser, elle continue d’avancer, y a encore et encore des étincelles. « Sérieux ?! » Purée à moi de m’énerver ! « C’est pas du combat de robot ça ! Bêtement le court-circuiter ! C’est moche ! » Eglantine rigole. Et Nico se relève. D’où lui a l’air indemne ? Non en fait c’est plus que ça. Il a l’air survolté et… ses soupapes ne se sont pas encore ouvertes. Si… Si c’est le seul robot qui en a dans le game, c’est parce que c’est le seul qui en a besoin. Il compte… s’auto-dét « Il surchauffe. Pour maximiser ses performances. Il fonctionne comme un hybride… à la vapeur et à l’électricité. »

Mince. Bon ça change rien, faut que je reprenne le contrôle de LaD. Et… dès que j’appuie sur une touche elle commence à se tortiller. Purée !!! « Laisse-la un peu ! Touche plus les commandes ! » Mince. Je laisse ma manette à terre. Nicolas vient heurter super violemment LaD. et la renverse. « Et je peux rien faire ?! » Nakada répond pas. Nauti réussit à agripper une nouvelle fois Nicolas, se propulse jusqu’à lui et lui fout un bon coup de poing. Ils commencent à se bagarrer au contact. Bon allez ! L1 ? Et ça grésille. L2 ? Ok ! X ?

Au bout d’une vingtaine de secondes, LaD. se relève avec plus ou moins ses capacités revenues. C’est pas définitif, pour cause : c’est un robot conçu par des pros ! LaD. revient au combat ! Et purée, Nicolas est quasiment rouge de chaleur. Nauti est dans un sale état. Il est solide, heureusement. En s’approchant, pas le temps de réagir, Nicolas commence à s’agiter comme un fou. Il tremble comme jamais, on dirait qu’il va exploser ! Et en moins de temps qu’il faut pour dire quidditch, Nauti et LaD. se retrouvent une nouvelle fois projetés par la grosse carcasse de Nicolas. Il s’approche de LaD., lève une patte et… je fais rouler LaD. sur elle-même pour qu’elle esquive. La patte traverse le sol comme du sable. Ouais… Nicolas réessaie à plusieurs reprises d’embrocher LaD. qui continue de rouler sur elle-même vers le bord de l’arène comme une petite fille dans l’herbe. Et au bout d’un moment… poursuivie par cette mygale de fou, elle arrive au bord. Pas le choix faut se défendre. Je parviens à la faire se redresser, elle ouvre son parapluie en guise de bouclier devant elle. Les pattes viennent heurter celui-ci avec violence une fois, deux fois. La peinture est complètement griffée et… de plus en plus, les pattes s’enfoncent dans le métal, pénétrant toujours un peu plus la défense de LaD.
« Dégage ! » Mon robot ferme son parapluie et tente un homerun en avant. L’araignée esquive et recule.

« On doit lancer notre ulti. » murmuré-je à Nakada à côté de moi. « Je pourrai pas aller en demi-finale avec LaD. si son parapluie est brisé. » Bon ! C’est moi qui décide de toutes façons ; Et comme pour me donner raison, Nicolas s’immobilise. Ses soupapes s’ouvrent et… un max de vapeur s’en dégage pendant de longues et longues secondes. « Donc il va… se refroidir là ? » Nakada hoche la tête. Bon, on s’en fiche. Ca fera moins chaud à toucher ! LaD. se déplace et se met juste devant nous, vraiment… la plus proche possible. Nauti se déplace dans l’arène, profitant de la baisse de régime de Nicolas, et se place juuuuuuuuste au centre, de façon à ce que, LaD. devant nous, on ne puisse pas bien voir Nauti. Et… la petite loupiotte de Nauti a commencé à vibrer.

LaD. a ouvert son parapluie. L’araignée a commencé à bouger. Et… la loupiote de Nauti a commencé à s’illuminer. En deux secondes, c’est devenu une lumière aveuglante, un méga spot, un petit soleil ! Tout le public a commencé à se couvrir les yeux, aveuglés, et nous ?... Protégés de la lumière par le parapluie/parasol de LaD… aucun souci ! La lumière s’est éteinte. Tout le monde est méga aveuglé, Eglantine en fait.. des tonnes et commence déjà à crier à la triche ! Allez !  

Nauti s’agrippe encore une fois sur une araignée qui commence à faire n’importe quoi, emportée par la furie de la gameuse, mais au lieu de se propulser sur elle, Nauti lance son deuxième poing sur une autre patte, se cramponne au sol et la choppe.
« Araignée immobilisée ! » LaD. s’approche et commence à bastonner Nicolas. « T87 s’approche. Ils vont te refaire la même. » Ah. Oui je le vois. LaD. brandit une nouvelle fois son parapluie pour l’abattre sur Nicolas mais… avec un bon timing et une certaine maîtrise du Mario Superstar Baseball ? LaD. fait un tour sur elle-même et homerun T87, le brisant en un coup et l’envoyant à l’autre bout du terrain.

« Idiote ! » crie Eglantine. Et là commence la dernière phase ? Alors qu’il se fait marrave, Nicolas referme ses soupapes, commence à s’agiter comme un fou, toujours immobilisé par les deux grappins de Nauti. Il faut pas quinze secondes avant qu’il devienne rouge, beaucoup plus nerveux, beaucoup plus violent ! Purée… son robot, même s’il me battait, jamais il tiendrait la demi-finale avec un tel traitement ! « Je vais vous lyncher ! »

« Bon ça suffit. » LaD. s’écarte. Nauti commence, tout en gardant sa prise, à reculer à pas très lent. Il désactive et réactive son magnétisme à ses semelles dès qu’il soulève sa jambe pour reculer et… petit à petit, l’araignée en furie est trainée au milieu du terrain. LaD. vise Nico avec son parapluie comme si c’était une mitraillette et… un bruit sec retentit, la hampe se détache du manche, juste retenue à celui-ci par un fil de fer, fuse, dépasse Nicolas et… le parapluie s’ouvre dans les airs avant de tomber à terre. J’appuie sur la touche rond, le câble qui lie le manche au reste du parapluie commence à se rétracter, la toile métallique du parapluie revient doucement vers moi, attrape la carcasse de Nicolas entre ses baleines jusqu’à former à son tour un troisième grappin.

« Vas-y, je le retiens, la prise est bonne. »

L’araignée, son corps retenu d’un côté par le parapluie de LaD, voit deux de ses pattes tirées de l’autre côté par les poings de Nauti. Et surchauffe ou pas, le seul réel point où Nauti est imbattable, c’est la force de traction de ces câbles. Aucun équivalent. Les pattes de Nicolas s’arrachent bruyamment. Du liquide commence à couler de la carcasse. Je me lève et souris à Eglantine. « Trop dégoûtant pour une LaD. » Clin d’œil. On achève cette horreur et on passe en demi-finale ?
Rufus Shinra
Rufus Shinra
Playboy Milliardaire

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Quart de finale : Inarrêtable ! Left_bar_bleue286/650Quart de finale : Inarrêtable ! Empty_bar_bleue  (286/650)

XP :

le Mer 24 Avr 2019 - 22:36
Alors !

C est cool, déjà je nique le suspens. Mais y a un truc qui m a fait tiquer. Genre... je sais que t es au tournoi, et que y en a eu une mais... j aurai bien aimé une scène ou deux de plus de trucs qui se passent en dehors. J ai pas trop compris le truc du coach, surement qu il voulait la venere pour la gonfler a bloc ? Ouais.

Sinon a côté de ça le combat est bien decrit, cette fois ci tu m as pas paumé comme la derniere fois. C est long sans l'être ça se lit bien, et j ai l impression que les participants sont des avatars de dresseurs ennemis dans Pokémon Very Happy

Nan, j ai rien de tres negatif a dire en fait ! T as corrigé par rapport au RP précédent c est bien, manque peut etre juste un peu d interaction avec l equipier et un petit peu de backstage Very Happy

Normal : 20 xp 200 munnies 3 PS en... vitesse

_______________________________
Quart de finale : Inarrêtable ! Signature
messages
membres