Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
L'usine d'armement aux allures de sans-cœur métallique… et tout autour ? Des hangars ou ateliers qui y sont liés, des bars… puis énormément d'habitations, la plupart des ouvriers ou esclaves qui travaillent à l'usine vivent aussi à proximité. En toute franchise ? C'est le quartier le plus chaud à gérer pour les gardes noirs ; à chaque collecte, ca ne rate pas, ils causent des problèmes. Jack se plait à surnommer le quartier de l'usine le "port sans mer", que ce soit pour le jeu de mot insultant ou pour la comparaison avec des dockers. Le travail à l'usine d'armements et d'explosifs fait des hommes robustes travailleurs avec le caractère qui va avec, une épidémie d'alcoolémie s'abattant chaque jour un peu plus sur eux. Pas tous mais beaucoup sont bricoleurs, savants de leurs dix doigts et, à force d'un quotidien dans une fabrique d'armes, capable de s'armer plutôt aisément. Suffit de fouiller un peu pour retrouver des armes dans les appartements des différents intervenants de l'usine, sinon à l'exception de l'ingénieur de toute façon sous la protection des gardes noirs.
D'ailleurs, être armé est censé être le privilège des coalisés… mais ce trafique d'armes n'est pas trop bousculé jusqu'ici, sur ordre de Jack persuadé que ça débouche à un moment ou à un autre vers la rebellion.

En attendant, une grève des ouvriers et esclaves de l'usine ? Ce serait une merde pas possible à gérer alors… soit.

« Très bien Skinner… » Ca ne peut qu'être elle pour superviser la récolte du quartier de l'usine. Avec n'importe qui d'autre sinon Jack, ca partirait en vrille et… honnêtement… ? Aujourd'hui, le Chien Noir a bien la flemme de se taper la récolte du quartier de l'usine. « ...ca me va, s'ils coopèrent pour qu'on arrache les radiateurs et tuyauteries, on ne touchera pas à leurs précieux bars. A condition qu'ils aident au transport par contre. »

« Dans ce cas, de mon côté, je commence à ramener la ferraille au chantier. »

« Okay… parfait… » Jack a le coeur déchiré… elle fait un si bon travail mais… chaque minute le convint un peu plus qu'il doit s'en débarrasser. Surtout ces derniers temps où elle se fait plus discrète. Un truc cloche ! Et de toute façon, ça cloche depuis le début alors… disons que d'ordinaire, le Chien Noir se sait capable de gérer Skinner. Sauf qu'après un entrainement face à Lenore en personne… ? Ce n'est plus si certain qu'il soit en état de lui résister si elle s'y prend bien. Et honnêtement, Skinner a plus de soutien au sein de la garde noire qu'on ne pourrait le croire. A sa façon, à jouer ce jeu de sélèction naturelle à fond, elle met énormément de coeur à son travail. Jack ne veut pas s'en débarrasser mais peut-être le doit-il et… oui, il la matte. Pas de question de s'en enticher ou quoi mais… ca fait du bien d'avoir des jolies filles dans les parages. Puis au final, c'est si mal que ça d'avoir un danger pour le maintenir éveillé ?! « Ta position ?! »

« Au niveau du Collecteur, je l'escorte de près… » Et le ton grossièrement obséquieux de Skinner fait frissonner le pauvre intendant. « …selon tes consignes. »

Jack a l'impression de l'entendre le menacer de mort et affiche un visage furieux, le regard inquiet.

« La position du collecteur ?! »

« En ville, on se dirige vers le chantier dans la forêt. »

« Est-ce qu'un garde noir peut me confirmer ça ?! »

« Oui Chef, je peux confirmer ça. »

« Mon cul ouais, vous bavez tous sur les fesses de l'autre insolente ! »

« Non chef, on ne bave pas sur… »

« Bien sûr qu'ils bavent tous et toi aussi, Jack. »

« Hein… ?! Non ! Bien sûr que non ! » Jack est… incroyablement gêné et se sent si con… personne ne le voit rougir à travers la radio. Pourtant, l'aplomb justifié de Skinner a déformé sa voix comme un coup peut déformer le corps, figeant l'intendant. Soudain, il répond enfin après un silence suffisement long pour lui coller la honte, furieux au possible par peur qu'on ne le prenne plus au sérieux. « COMBIEN DE FOIS JE VAIS DEVOIR REPETER QU'ON NE POLLUE PAS LES COMMUNICATIONS RADIOS AVEC DES CONNERIES ! ET JE VEUX QU'UNE FEMME ME CONFIRME LA POSITION DE SKINNER OU BIEN JE LIBERE LE BEHEMOT DE SA CAGE ! C'EST COMPRIS ?! »

« Je confirme sa présence. »

« Tu me confirmes ne pas être lesbienne… ? Ca a été une habitude à la Coalition Noire, non… ?! J'veux dire… Abigail se tapait une secrétaire et des infirmières, me semble ? »

« … » Elle met du temps à répondre et Jack arque un sourcil, c'est quoi cette embrouille ? Pour un peu, Skinner s'est déjà tapé toute la garde noire au nez et à la barbe de l'intendant pour préparer une mutinerie ! Et alors que Jack ressort dans un état lamentable de son dernier entrainement ; la conspiratrice met son plan en marche, c'est certain. Après un soupir audible à la radio, la garde noire répond finalement à la radio sans cacher que ça ne lui plait pas du tout comme question. Bon… malgré son état un peu nerveux là tout de suite, le Chien Noir décide de rester un minimum gentleman… tant qu'elle répond comme il faut ! Y a des moments où, très sincèrement, Jack ne demande rien d'autre qu'à être rassuré. En soit, on ne saura jamais vraiment de quel côté nage cette garde noire parce que là… y a qu'une seule réponse à donner pour qu'elle ne se fasse pas étriper par ses collègues. « Non, je ne le suis pas. Par pitié ! Est-ce qu'on peut continuer d'escorter le collecteur maintenant ?! »

Ouf… bonne réponse ! Sincèrement, Jack ne demande rien d'autre qu'à être rassuré !

« Okay, très bien… je veux bien y croire pour l'instant mais… je vous ait à l'oeil, tous autant que vous êtes ! Je vous vois, à fourmiller comme des fourbes autour de moi comme si j'étais en sucre mais… ca n'en vaut pas la peine les gars, sachez-le !!! »

Le quartier de l'usine est un cas un peu part, il est… sujet à négociation, pour l'instant, le temps que Jack trouve les connexions rebelles qu'il est persuadé de trouver là-bas, bien caché. Et tout aussi sujet aux conflits violents, armés. Skinner n'a pas besoin d'en faire mention mais il y a systématiquement des coups qui partent. Tant que personne n'est mort ou en danger de mort d'un côté ou de l'autre, ça passe, va-t-on dire. Par contre, dès que les rebelles ont été trouvés… ce quartier aura besoin d'un petit rappel à l'ordre, rien de bien méchant. Sauf que ça demande une certaine finesse de juguler entre négociations et baffes, Skinner sait trouver cet équilibre.
Lamont, lui, est un peu trop nerveux pour ça alors il s'occupe du reste de la ville bien plus soumise et faible… bien plus facile à récolter, mécaniquement. C'est bien moins exigeant et ça permet d'y affecter n'importe quel tanche… c'est toujours facile d'aligner beaucoup de tanches.

Lamont travaille de nuit mais exceptionnellement ? Il a été réveiller et fait nuit blanche pour aider à la collecte de métaux réclamé par Death. Pas forcément mauvais, le Superviseur au Sourire Fou est un sinistre personnage façon Joker qui, cependant, donnait vaguement l'impression à Jack de se maitriser. Ce n'est pas le cas ; pas du tout. L'intendant a eu beau éplucher touts les rapports relatifs à la garde noire depuis sa création, jusqu'ici, Lamont bat le record de subordonné envoyé à l'infirmerie dont un qui a failli ne jamais en ressortir.
Et… il a tué Bach alors qu'il devait simplement l'engueuler pour avoir obéit à Kuro.

Peut-être que le priver de sommeil peut le calmer… ? Ou le rendre encore plus nerveux et violent que d'habitude ?! Stressé au possible, ne sachant plus pourquoi il a pris ce pari fou de privé de sommeil l'autre échappé d'asile… et pourtant, il doit le faire, doit l'appeller pour lui demander quel connerie il a encore fait. Prenant son courage à demain, Jack enclanche sa radio et se prépare au pire !

« Momo ?! Qu'est-ce qu'a dit la Shinra ?! » Non, Jack n'a pas encore le courage d'appeller Lamont pour apprendre ses exactions du jour.

« Elle a pas mal de ferrailles inutilisables mais qu'on pourrait faire fondre. Ils nous laissent les prendre à condition qu'on prenne le reste de leurs… » Momo insiste tout particulièrement sur le mot, dévoilant ainsi à Jack qu'il y a un sens caché. Sans savoir trop ce que Momo veut dire, l'intendant a une vague idée du délire. Forcément que la Shinra ne donne pas sa ferraille pour rien et pourrait très bien la faire refondre pour elle mais n'est surement pas à quelques métaux prêts. « …poubelles. »

« Je me doute bien que cette entreprise pollue comme pas deux et que leurs poubelles sont crades mais rassure-moi... on risque pas la lèpre non plus ? Je veux pas que nos gars tombe nez à nez avec un truc radioactif ou une connerie du genre. »

« Rien qu'on ne puisse pas gérer, nos poubelles à nous sont bien pires. »

Jack ne supporte pas l'idée de faire les poubelles de la Shinra et pourtant… si ça peut épargner quelques radiateurs de son monde natal, ainsi soit-il. On arrive sur le printemps en plus alors… les gens auront peut-être le temps de se mettre au chauffage par le bois d'ici cet hiver ? De toute façon, avec les activités rebelles et bestioles en vrac des égouts, les réseaux ne sont plus entretenus. Les ordres sont les ordres mais voilà… Jack ne peut nier ses remords même s'il a trop donné pour reculer. En attendant de vraiment pouvoir aider… il fait ce qu'il peut. Mieux vaut que ça ne s'ébruite, pour le principe, Death pourrait demander à ce qu'on arrache jusqu'au dernier radiateur pour bien faire comprendre qu'ici, on ne fait pas dans le sentiment.
Peu importe, Jack n'est pas un héro alors il n'a pas besoin que ça se sache plus que ça.

« Ok, organise moi ça. »

Ne reste plus que le cas de Lamont…

« Jack ! Jack ! » Celui-ci sursaute, rouvrant ses plaies pour des bandelettes quasi-instantanément imbibé de sang et le chien prostré de douleur… quoi ?! Lamont n'a pas l'habitude de cacher ses bêtises… pas plus que ça… disons qu'il se tait et attend de voir si ça passe ou pas… mais avoue presque sans nier. Ce qui plait à Jack, forcément mais l'inquiète un peu ; faut vraiment pas qu'il se fasse capturer tant il parle vite. Bref… pour qu'il… appelle… ?

« Qu'est-ce t'as encore fait ?! »

« Oh ?! Rien ! J'en suis à plus de la moitié de la récolte et les habitants sont coopératifs depuis qu'ils ont vaguement entendus un type hurler comme un dément à la radio ! »

« QUI HURLE SUR MA RADIO ?! Ah… »

« Le coup du béhémot, ca fonctionne bien Jack ! »

« Pourquoi t'appelles alors ?! »

« Nous sommes bien d'accords que… ce n'est pas très très légal de vénérer les Eternels chez nous… ? »

Dans le fond, on entendait depuis la radio geindre une famille bâillonnée. En attendant de vraiment pouvoir aider… Jack fait ce qu'il peut… et non, il n'a toujours pas assez souffert, pas encore. Il reste loin d'être puissant… vous voyez cette garde qui ne pouvait répondre que d'une seule façon à Jack ? Jusqu'à ce que sa puissance le permette… l'intendant doit obéir aux ordres. Qu'est-ce qu'il aurait voulu partir piller n'importe quel coin de l'univers plutôt que sa propre ville… et qu'est-ce qu'il aurait voulu épargner aux habitants leurs sauvages inspections.
Parce qu'il est né ici, ayant trop donner pour reculer, Jack se permet une larme ou deux alors que seul dans l'infirmerie, il lâche avec un murmure haineux. Pas tellement à l'encontre de quelques pauvres croyants mais à lui-même… ces gens pourraient vénérer une chèvre s'il le veule ! Ca lui serait égal tant que… tant que l'ennemi ne vénère pas cette chèvre aussi.

« Tu es vraiment sûr qu'il s'agit de ça… ? »

« Oui, sûr et certain, j'ai tout un petit autel caché dans le placard sous mes yeux !!! »

L'excitation de Lamont est palpable à travers la radio… cette famille va passer un sale quart d'heure avant de mourir et… Jack est préssé de se débarrasser de cette histoire.

« Fini ce que tu as commencé. »

Et après un rire sur fond de gémissement… sa radio s'éteint. Seul la douleur réconforte Jack face à ses remords et ses crises de consciences… la seule façon qu'il estime avoir d'obtenir une certaine légitimitée morale. Sauf que ça ne le console pas vraiment. Au final… Jack s'accorde à rester à déprimer sur son lit d'hôpital, passif et concentré sur sa récupération sinon en passant quelques communications radios pour organiser deux ou trois trucs. Les infirmières n'aiment pas qu'on touche à leurs patients et nombreux sont les gardes noirs qui sont ressortis avec quelques dents cassés pour avoir essayer… c'est plus ou moins l'endroit le plus sûr pour Jack.
Pourtant… Jack épie chaque infirmière qui passe… certaines rumeurs disent qu'Abigail couchait avec quelques unes d'entres elles. Ca suffit aisément à fournir un mobile pour un potentiel assassinat sur Jack.

Bref… malgré qu'il en meurt d'envie, Jack ne se permet pas de dormir et… refuse qu'on le soigne plus que ça n'est déjà fait. On aurait vite fait de l'empoisonner !
more_horiz
Très légère explosion. Oui, j’suis pas inspiré. Donc, cette mission ! Avant d’en parler plus en profondeur, j’vais juste dire un p’tit truc.

Quand j’regarde tes rp, ta trame de rp, j’trouve qu’il a toujours un truc qui ressort. Le fait que ce soit inégal. Dans l’idée, tu développes toujours pleins d’idée dans tes textes. Néanmoins ? C’est, au choix, génial ou pas ouf. Attention, prend pas mal c’que j’vais dire, mais j’trouve souvent qu’il y a un tels flots d’idées. Le problème, c’est que tu ne filtre pas ce flot.

Genre, l’idée du Jack dans son lit qui donne ses ordres par radio ? J’adore. C’est bon. Le docks avec les employés des usines ? Ça c’est une putain de bonne idée et sa renforce la ville. Par contre ? La liaison « Abi est lesbienne - la moitié de la Garde Noire et Skinner sont lesbienne », c’est à la limite du vulgaire. Ouais, j’crois que c’est vraiment le truc qui m’a déplu de ce texte là. Dans l’idée où ce n’était pas subtile et que ça sentait le « la blague pour la blague ».

D’ailleurs, c’est la critique un peu facile du irp influencé par le hrp. Tu parles à Abi sur la CB ? Juste après, tu parles d’Abi dans ton rp.

Enfin, c’est l’seul truc que j’ai eu envie de dire.

Sinon, oui. Le rp en tant que tel, j’ai vraiment apprécié. Il y avait un truc dans la narration à la radio que j’apprécie vraiment. Mon regret est peut-être d’avoir appris aussi tard que tu te trouvais dans l’infirmerie. Ça cassait un peu dans l’immersion, l’idée était que j’imaginais Jack dans le quartier de l’usine et pas là.

Mais ouais, c’était vraiment bon et j’ai pas grand chose d’autre à dire. Limite, j’me demande juste comment l’autre à deviné que c’était les Éternels. S’il connait, c’est qu’il en est ! Bref, voilà, j’ai bien aimé le déroulement de la mission et que ce ne soit pas un « voilà, j’arrache un radiateur ».

Mission accomplie !


Facile : 11 points d'expérience + 100 munnies + 2 PS en Défense !

_______________________________
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum