Le Cygne
Le Cygne
La Part de l'Ombre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Coulé dans le béton Left_bar_bleue187/650Coulé dans le béton Empty_bar_bleue  (187/650)

XP :

le Mar 19 Fév 2019 - 13:22

-Soldats, en formation.

D’un voix ferme, le supérieur se fait obéir. Je passe devant la ligne humaine qui borde la piste d’atterrissage du hangar. Pour recevoir l’ennemi, hors de question de l’amener dans la grande esplanade qui accueille la plupart des vaisseaux : les retours de soldats en mission ; les visiteurs rares mais souvent prestigieux. Pour les prisonniers, une entrée plus discrète —mais toute aussi bien gardée— existe dans une partie plus basse du « bâtiment ».

-Prenez garde, madame. Je vous recommande de rester en retrait.

Je tourne les yeux vers le soldat de première classe. Mon statut n’est en rien précis mais il fait montre d’un certain respect envers moi. Je hoche la tête et me positionne derrière les dix hommes armés — au repos, mais prêts à faire feu si la situation le nécessite.

-Soldat, je crois savoir que ce vaisseau nous vient de la Cité du Crépuscule. Vous a-t-on donné des raisons de douter d’un cadeau en provenance d’une des relations « amicales » du Président ?

En vérité, le lien qui unit la Coalition et la Shin-ra n’a jamais été défini clairement devant moi, mais les murmures qu’on entend dans la compagnie vont tous dans le sens d’une alliance.

-Madame, faire preuve de prudence est nécessaire lorsque le moindre corps étranger entre dans le vaisseau-mère.
-Très bien.
-En outre, nous avons reçu un rapport de dernière minute assez inquiétant.
-Poursuivez.
-Il semble que la cible a posé quelques problèmes à ses escortes. Si bien que bien qu’ayant quitté sa prison debout, la prisonnière a dû être « neutralisée » en chemin pour ne représenter plus aucune menace.
-Vous m’en voyez désolée.

Désolée, non, plutôt prostrée. Je le suis  de constater que nos alliés sont incapables de faire leur travail, avec tous les hommes qu’ils ont. Le soldat —du haut de sa fière quarantaine— ricane un instant puis reprend son sérieux. L’instant d’après, la porte du sas s’ouvre et les sirènes retentissent — signal que la manoeuvre d’atterrissage commence. Je prends un peu de recul pour observer.

Quelques minutes plus tard, la porte s’ouvre dans un soufflement bruyant et une rampe métallique se déploie jusqu’au sol. Aussitôt un soldat descend et vient rendre son rapport à son supérieur.

-Soldat, je vous écoute.
-Monsieur, nous avons bien réceptionné la prisonnière à l’heure convenue. Tout a été fait discrètement et en dehors de la vue de tous. Etant donné l’incident, elle a été neutralisée par plusieurs calmants, je crois qu’elle a reçu une bonne déconvenue également.

La voilà qui descend en chaise roulante, escortée par quatre autres soldats. Je contourne le rang, ainsi je suis mieux positionnée pour l’apercevoir. Je porte attention aux faibles battements de son coeur. Il est fort, à n’en pas douter, elle vivra.

-Elle a l’air bien assommée, en effet.

Sa tête ne semble plus tenue par son cou, elle balance de façon hasardeuse à mesure qu’on la fait  avancer.

-L’un des hommes qui nous l’a amenée nous a dit que dans une semaine elle serait remise de son anesthésie et qu’elle serait prête pour un interrogatoire.

De dos, le supérieur semble tiquer à cette remarque, il se raidit. Il tourne la tête dans mon sens. Un sourire moqueur mais peu étonné occupe mon visage.

-Qu’est-ce que ça peut leur foutre de ce qu’on en fait et dans quels délais on la réduit en pièce ?

Le ton est radicalement moins cérémonieux que quelques minutes plus tôt mais il aide à rappeler que « l’invitée » n’arrive pas dans un sanatorium. Le première classe se retourne aussitôt vers ses hommes toujours en garde.

-Soldats. Vous avez été triés sur le volet pour votre fiabilité.

Comprenez docilité.

-Il n’est pas nécessaire de rappeler que la venue de cette prisonnière doit rester secrète, que ce soit pour son origine, son identité, ou son apparence, même dans votre sphère la plus privée. Vous n’en parlerez à personne, sous peine de vous voir lourdement… pénalisés si l’on devait apprendre que vous en avez soufflé mot à qui-que-ce-soit.

Il insiste sur ces derniers mots, hachant chaque syllabe. En effet, pour la suite du programme, cette confidentialité pourrait être de mise et la Shin-ra n’est pas connue pour sa « mansuétude », elle.

Un des médecins du vaisseau-mère entre ensuite en scène. Impassible, il ausculte la jeune femme ; agitant une lumière après avoir soulevé sa paupière ; prenant ses constantes ; testant ses réflexes.

-Elle est encore bien endormie mais par mesure de sécurité…

Il enfonce une aiguille dans son avant-bras sans trop de cérémonie. Son coeur bat un peu plus vite rien qu’un petit instant.

-Je suggère de la droguer un peu plus, au moins le temps qu’on l’installe dans ses « appartements ». Bien qu’elle soit bien amochée, j’ai entendu dire qu’elle était plutôt résistante.

La formation d’hommes se met ensuite en cercle autour de la détenue et l’escorte peut commencer. Je reste en retrait avec le première classe.

-Votre venue…pourquoi, déjà ?

J’esquisse un faux sourire entendu.

-« Soldat, vous avez été trié sur le volet pour votre fiabilité »
-Ahah. Touché.

Nous suivons l’attroupement ordonné, bien que quelque peu superflu étant donné l’état de la patiente. Puis, nous arrivons dans une cellule individuelle où il n’y a…rien. Les murs sont en bétons armés puis il y a cette vitre blindée à travers laquelle on ne peut voir que de l’extérieur. Il n’y a rien pour s’asseoir ou se coucher, rien pour se laver. De tous petits trous ornent le plafond. Sans doute pour faire passer de l’eau… ou tout autre chose dans la pièce. Tout est infiniment gris et fade, à la frontière entre les ténèbres parfaites et la lumière aveuglante.

-Avec de la nourriture, elle se remettra d’elle-même. Inutile de lui livrer des accessoires qui lui permettraient de mettre fin à ses jours.

On l’extrait de sa chaise roulante, enlevant ses menottes, puis on la dépose sur le sol froid. Son corps ne réagit même pas. Elle est abîmée, et apparemment fracturée d’après ses plâtres, mais ni moi ni le médecin ni le première classe ne nous en inquiétons.

Les hommes sortent progressivement. Je m’approche un peu pour l’observer avec plus de minutie.

-Vous resterez là, à n’avoir que votre reflet en guise de spectacle, à ne rien pouvoir faire pour vous éviter. Vous vous briserez à force de vous voir décrépir.

Elle ne peut pas m’entendre mais j’ai plaisir à imaginer ce corps et ce coeur s’abandonner à des idées noires, des idées sombres jusqu’à se laisser posséder par l’éternelle beauté. La grande et sombre parallèle à cet univers, tout juste séparée de nous par un mince filet d’espoir.

-Comment ferez-vous pour l’approcher quand elle sera réveillée ?
-On peut toujours la calmer à distance, avec le gaz.

Il m’indique les petits trous observés un peu plus tôt.

-Je reviendrai en temps utile. 


Rufus Shinra
Rufus Shinra
Playboy Milliardaire

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Coulé dans le béton Left_bar_bleue286/650Coulé dans le béton Empty_bar_bleue  (286/650)

XP :

le Ven 29 Mar 2019 - 15:04
Héhé !

Ça faisait longtemps, tu ne donnais pas Cygne de vie.

C'était cool. Froid comme d hab mais cool quand meme. Je suis content que d un joueur a un autre le fonctionnement de la Shinra soit homogene genre vous vous contredisez pas les procedures sont les procedures etc. Je vous guide pas mais vous gerez sans explication préalable c est bien.

Bon comme pour D et pour Huayan je vais être concis comme j ai dit a D.Va je suis pas en conditions optimales je suis sur gsm. Tu comprendras.

Je trouve pas de réelle critique a faire. T aurais pu te.planter 1000 fois sur la façon de receptionner le colis mais non ca roulotte.

Pas de fautes, on a affaire a un bescherelle vivant.
Les interactions sont bonnes, authentiques...

Laisse tomber, je vais pas m amuser a balancer 5 paragraphes de c est bien j aime bien.

Tres facile cependant !

7 xp, 70 munnies et 1+1 PS. Les deux en rapidité !


_______________________________
Coulé dans le béton Signature
messages
membres