Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
La Mini Aventure de Skinner !

Elle était là, bras croisés et ses tresses aux vents… incapable de se voir, la tireuse savourait pourtant de se savoir si magnifique alors que le vent caressait sa peau lisse. Pourtant, pas un sourire sur son visage si sérieux, la moue mécontente soignée pour ne pas déformer ses traits. Jack sait bien qu'elle reste son meilleur élément. Vald est très compétent, physiquement mais le pauvre fait penser à un homme, la main armée d'un marteau, qui voit des clous partout. Lamont est encore pire, trop nerveux et névrosé, incapable de réellement se maitriser. Three… ? Jack cherche encore à le former et pour cause, pas plus tard que ce matin, l'arbalétrière y était en personne pour s'assurer que tout aille bien avant de prendre son service "officiel".
Sur ordre du Chien Noir. On peut aussi parler de se filou de Momo, bien trop fébrile et hésitant pour l'instant.

« Je reviens d'ici quelques heures au maximum et ne croyez pas que je ne sais pas que vous vous rincez l'oeil ! » Leur dit-elle avec une colère maitrisé sans rien en savoir, jugeant le scénario crédible mais s'en fichant bien en réalité. Skinner n'allait juste pas rater une occasion de s'élever ; sans comprendre que rabaisser autrui ne fonctionne pas forcément tellement. Et si juste ça lui plait ? Dos à ses "soldats" déguisés en gardes noirs, leurs parodies d'uniformes bien trop… uniforme, justement, pour être crédible à un oeil avisé. « Protégez ce vaisseau au prix de vos misérables vies ! »

En plus d'être relativement dépareillés, les gardes noirs ne portent pas d'uniformes… mais des armures et tenues de combats. Peu importe, se dit-elle dans un soufflement agacé, sur le départ avec une démarche sciemment langoureuse ; après avoir parler de se rincer l'oeil, forcément qu'ils le feront malgré eux. Ce ne sont que des hommes, ils n'y peuvent pas grand-chose, hélas pour eux. Le résultat final et elle le note pour elle-même dans un coin de sa tête, un petit sourire en coin sur ce visage que Skinner refuse de dévoiler à son escorte.
Avait-elle tord lorsqu'elle parlait de ces "soldats" qui se rincent l'oeil ? La guerrière s'en fiche, et vous aussi, puisqu'à la fin elle a de toute façon.

Digne et fier, le port de tête haut ; noble. D'allure majestueuse et tout le blabla. Patiente, Skinner conserve cette attitude de mannequin en représentation un long moment ; bien loin de ces types qu'elle continue encore, au cas où. Patiente jusqu'au bout, inspectant les coins et recoins de forêt aux arbres carrés comme taillés par la main de l'homme. Personne ? Sûr ? Enfin seule, la tireuse peut lâcher ce qu'elle a sur le coeur au mépris de son image !

« Est-ce que tu sais d'où je vient et ce que j'ai traversé fils de **** ?! » D'un changement d'attitude si brusque que ca en a cassé l'air ambiant, un lapin figé avec des yeux grands ouverts et particulièrement expressif. Le petit animal a alors l'air halluciné, désespérément sous le choc de la scène. Skinner, qui s'imaginait alors lui parler, croit reconnaitre Jack dans le mammifère aux yeux exorbités ; sinon que le lapin a encore quelque chose de mignon, lui.
L'arbalète braqué sur lui en un éclair, Skinner renonce pourtant. Ca l'enrage si profondément d'être envoyé accomplir cette corvée au bout du monde… peu importe que ce soit le Q.G du Sanctum si ce n'est pas pour l'attaquer.

Vous savez ce qui rend Skinner dingue ? A la base, Death avait envoyé Jack au Domaine Enchanté récupérer trois cobayes pour Salazar ! Personne ne comprend le pourquoi du comment de cette mission sans queue ni tête, en vrai, les trois cobayes peuvent être trouver bien plus facilement dans des endroits bien moins dangereux. Et si c'est pour tourmenter le Sanctum un peu plus alors allons-y gaiement plutôt que de se trouver des prétextes ! Bref… Jack n'y est jamais allé, ne voyant pas l'intérêt de cette mission et restant un lâche par nature, peu importe à quel point il s'obstine à s'apprendre le courage. Et… ca remonte à l'époque où il était intendant, ou quasiment.
Death a probablement déjà oublié cette mission mais, au cas où, Skinner est quand même envoyé la faire alors que tout le monde sait que ça ne sert à rien.

« Je vais te la torchez en deux-deux cette mission moi ! » Et après avoir craché furieuse de mépris, Skinner se met en chasse, déjà parfaitement prête depuis environs la moitié du voyage en vaisseau. Trois cobayes à ramener les vivants… une radio à la ceinture et son arbalète en main, la native du Château de la Bête arpente la Forêt aux Etangs. Le relief y est bien plus rude que le Bois aux Loups… mais voilà, la faune y est beaucoup plus tranquille et sereine ; il ne règne pas un climat de guerre comme au coeur des Bois aux Loups. Tout y est si tranquille et serein que les herbivores du coin ne se dissimulent même pas…
…pitoyable. Qu'on ne s'étonne pas de voir le Sanctum se faire malmener à travers les âges et un beau jour exterminer. La sélèction naturelle n'a pas cours ici, les gens ne peuvent qu'y être faible ou à terme le devenir.

A croire que la chance lui sourit, Skinner finit finalement par tomber sur des promeneurs… mais il n'y a nul chance, ca fait plus d'une heure qu'elle quadrille les environs de son taxi. Parce que vous pensiez qu'elle allait transporter des gens inconscients ? Les "soldats" sont là pour ça et c'est bien pour cette raison que la tireuse s'est reliée par radio avec eux. Pour qu'au moment propice, les gars ramènent leurs culs et s'occupe de la manutention.

Mais jouer les princesses se méritent. De drôles arbres se dispersent, espacés à peines reliés de quelques fourrées, par ici. Le vaisseau avait besoin d'une zone relativement plate pour atterrir ; et Skinner d'un endroit susceptible d'y accueillir une présence humaine. A bonne distance de ses cibles… la distance où ses tirs ne sont plus tout à fait assurés ; la distance où la marge d'erreur la fait progresser. Sauf qu'ici, le sentiment de corvée la pousse à se rapprocher à pas de velours, furetant d'arbres en arbres à vive allure comme un écureuil ; accroupie au plus proche du sol.
Ils sont quatre et… ca ne l'arrange pas tellement. Le premier tir va toucher à coups sûrs mais après ? Hors de question de s'en remettre à la chance en espérant que les trois autres proies fuient groupés.

L'anesthésiant de Salazar mettait un peu de temps à agir… sur un béhémot venu d'Oerba. Le produit, répandu sur toutes ses armes et projectiles rangés dans des fourreaux ou un carquois parfaitement hermétiques, Skinner s'approche plus encore. Voilà qu'elle surgit de dérrière un tronc d'arbre pour planter une lame trempée de chimie dans l'épaule du prêtre ; il s'effondre immédiatement. Ca a été sa première cible, Jack lui ayant inculqué à elle comme aux autres gardes noirs une crainte profonde du surnaturel d'où qu'ils viennent.
Un gamin s'enfuit en courant… ne reste alors plus que deux hommes en armures, visiblement prêt à se battre. L'allure bien plus guerrière que les "soldats" qui attendent plus loin.

Des templiers… ? Ces fameux paladins… ? On ne sait quel sorte de combattants chevaleresque ? Difficile de croire qu'on lui accordera une quelconque galanterie après avoir planté un gars en toge. Puisqu'ils ne fuient pas… peut-être qu'elle le peut ! Bien plus vives avec son armure légère que les deux patauds encombrés de plates, ils n'essayent qu'à peine avant de se ruer sur le prêtre pour s'assurer de son état, sans doute ?
Déjà un carreau part dans la jointure à l'arrière du genou… mais la voilà avec un regard que ne renierait pas Jack lui-même : un morceau de métal massif vole en tourbillonnant jusqu'à elle !

La tireuse s'échappe d'une roulade sur le côté, à peine relever que le projectile revient dans son dos tel un boomerang. D'une impulsion qui la fait repartir sur ses pas en glissade, elle esquive à nouveau ce qu'elle comprend finalement être son bouclier. Le chevalier, ou l'équivalent de la religion locale, se tient là… fier et noble, son bouclier revenu en main, l'épée levé. Un pur guerrier de la lumière dans le texte, sur la défensive et seulement préoccupé par ses camarades.

« Qui es-tu ? Et que veux-tu ? Peu importe… sache que je me battrais jusqu'au bout ! »

« Je n'en doute pas. » Impérieuse, souriant hautaine, Skinner daigne répondre à ses questions comme une reine daigne jeter quelques pièces à un clochard. « Skinner aux Yeux d'Ors, de la Garde Noire. » Lorsqu'elle eut entendu dire que son collègue, Lamont, avait un titre parmis la populace… ? Ca l'a rendu verte de jalousie et bien décidé à corriger cela. « Je suis venu ici capturer trois personnes et les ramener en mon monde où ils subiront d'atroces expériences. »

« Ca a au moins le mérite d'être clair. Sir Geoffroy Du-Haut-Lac... paladin du Sanctum. »

« Bizarrement, je suis presque honoré de t'affronter. »

« Pas moi. »

« Pardon ? »

Profondément vexé, Skinner se décale d'un pas de côté et arrogante, se laisse frôler par une onde tranchante qui va pour défigurer un pauvre arbre à vie. Le laisse fendu en deux et croulant peu à peu sous son propre poids. Une sueur froide coule sur un visage qui se force à un stoïcisme méprisant face au paladin, des yeux déterminés lui promettant un bon combat. Skinner pensait naïvement avoir l'avantage de la distance mais entre son jet de bouclier et cette extension d'attaque tranchante ?
De ses yeux d'ors, Skinner dépèce d'un regard l'armure, y cherche la moindre faille dans lequel incrusté son poison.

Il charge alors… et à cette vision de la distance qui se casse brutalement ; elle se rapelle le jour où Jack la piétina sans pitié. Et les quelques leçons qui lui inculqua au passage.

Rageuse, Skinner recule… bondit si légère en hauteur, rebondissant du bout du pied dans le dos de son adversaire. Ayant déjà tiré en l'air, elle n'a besoin que de son ouïe pour savoir que le carreau a rebondi sur du métal. Chargeant l'autre en se retournant ; elle est stupéfaite moins d'un instant. D'un enchainement d'échappés en roulades instinctives, Skinner enchaine des esquives sans savoir ni trop où ni comment. Le bouclier a volé, l'équivalent d'un boeuf de métal a chargé et… une troisième chose ?
D'un seul geste, la garde noire se retourne et dévie la trajectoire de l'épée d'un coup d'arbalète. Paniquée, elle regarde d'abords l'état de son arbalète, horrifié avant de voir que finalement, ca va !

De profil face au chevalier qui charge de nouveau, Skinner jette du bras et pleine de rancune -le reste du corps immobile- une fiole sur le garde ! Et elle le fait avec un aplomb terrifiant, mimant l'assurance d'un Septimus qui lancerait un sort -ce fils de chien-. Genre il était trop bien pour cette mission corvée ?!
Quoique finalement, à voir le paladin s'arrêter net et se retrancher dérrière son bouclier plus massif qu'un mur, Skinner n'est pas si mécontente.

Finalement, le paladin est loin des deux corps inconscients… et d'entre ses tresses, la femme aux yeux d'ors sort une grenade dépouillée avec les dents ! L'explosif, simplement dévier d'un revers de bouclier, va ravager quelques arbres de plus et… bon sang ! C'était pas le projet de se faire remarquer.

Son regard brièvement détourné par l'explosion ; il n'y a pourtant rien à faire. Son épée chasse le carreau, le bras animé d'un mouvement comme automatique, couvrant son bouclier encore distrait avant même que ses yeux ne reviennent au combat. Doucement frustré, ca lui démange d'attraper sa radio et d'appeller du renfort… mais non. Fière de ses mauvaises habitudes, Skinner consacre ses deux mains à son arbalète et ses carreaux, au détriment de la radio.
Un jeu du chat et de la souris commence alors, jusqu'à ce que Skinner sente du bout de ses doigts que les carreaux viendront sous peu à manquer… pas un. Pas un seul tir qui ne fut encaisser ou défier, éraflant à peine cette armure brillante comme des chaussures cirées avec des attentions obséquieuses.

Pas vraiment net avec ces morceaux d'armures légères pillés ici et là, Skinner se savait pourtant bien plus classe que ce rustre. Bien plus terrifiante aussi. Le feu qui l'anime est bien plus dévorant que le sien ! Il va un jour le monde avaler tout entier entre ses crocs infernales !

« Ca s'éternise… » Lâche le paladin, l'air si déterminé mais pas du tout épuisé… face à la garde noire qui commence à sérieusement s'étouffe. S'emmêlant un peu les jambes à esquiver cette dernière onde tranchante, toujours les doigts occuper à farfouiller ses carquois. Du bout de ses doigts…

« C'est parce que tu te fais vieux ça. »

…elle en compte six. Ca aurait pourquoi pas atteins Vald… mais pas ce paladin, discipliné qui a profité de sa lame d'air pour s'approcher, atteignant finalement Skinner. Celle-ci, à la hâte, bondit et se propulse du bout du pied à même le coup de bouclier du paladin. Après une réception foireuse dont elle ne se remet pas bien, sa course tordue par le choc alors qu'elle file comme pour se cacher de honte, la garde noire disparait entre les arbres.

« Oh non… je sais cette forêt prête à se sacrifier pour t'annihiler, sorcière ! »

Le coup d'épée part dans un râle, plus percutant que la foudre dans la brume. Une attaque, tranchante, horizontalement qui déboise instantanément la zone… et ca y est, enfin, Skinner savoure sa victoire. Le privilège du tireur, c'est de savoir sa victoire à l'avance. A cette distance… couchée au sol un oeil fermé et la moue concentrée en véritable snipeuse ; au mépris de l'allure de son visage de poupée. Malgré ses allures de demi-dieu, le paladin reste un moment hébété à la recherche de son ennemi, encaisse un carreau dans la cheville.

Celui-ci s'acharne pourtant de quelques pas bien lourds et… tel un béhémot, dort les yeux ouverts en refusant de s'écrouler. S'en mordant les lèvres, Skinner reste prostré à attendre… et espérer… qu'il succombe à l'anesthésiant.

Quelle honte… puis elle se lève, furieuse de ne l'avoir emporté qu'à l'aide de poison. Qu'on le détèste, l'intendant a prouvé n'avoir besoin de nulles armes pour être là où il en est. Rassemblant le peu qu'il lui reste après ce combat, nottament ses carreaux qui trainent en masses par-ci par-là, un poignard encore dans l'épaule du prêtre… elle est à deux doigts d'appeller à la radio mais ne s'y résout pas. Pas encore, pas tout de suite. Skinner a encore besoin de lisser ses tresses, de reprendre un souffle et un teint serein… de chasser la poussière.
Quel est ce destin sordide ? Celui des gardes noirs ? Skinner n'est pas si égocentrique pour ne pas comprendre… elle a sa tragédie, n'a pas été forte et ainsi, ne le sera plus jamais assez. C'est le cas de touts les gardes noirs.

« Ramenez-vous. » Dit-elle, encore en train de se faire impeccable pour faire honneur à sa caste. Ce sont bien les seuls à encore pouvoir la comprendre. Les seuls avec qui elle peut encore se sentir un tant soit peu familier… et même un peu plus, si on s'ose à vaguement parler de Lamont.

L'oeil méprisant alors que les soldats trainent péniblement le prêtre et un gars en armure… mais Sir Geoffroy Du-Haut-Lac est partit s'écrouler quelque part plus loin. A deux doigts de se résoudre à suivre les traces, évidentes à ses yeux d'ors, de se gros lourdaud… Skinner apprend finalement que le gamin de tout à l'heure a fui dans la mauvaise direction ; intercepté par les parodies de gardes noirs. Ironiquement, Sir Geoffroy Du-Haut-Lac aurait volontiers échanger sa place avec ce garçon, malgré qu'il préfère survive et se battre un autre que de succomber pour une cause perdue.
A partir du moment où le produit fait effet… sa décision est la plus sage ; la seule qui peut produire un résultat peu importe l'objectif.

« Bon travail. Le compte est bon avec le gamin. » Lâche-t-elle, acerbe, alors que le chemin jusqu'au vaisseau pour le retour à la maison s'amorce. Un jour, peut-être, elle affrontera de nouveau le paladin et cette fois-ci, l'écrasera à la loyal. Elle soupire alors… savourant une nouvelle mission accomplie. « Vous avez gagner le droit de vous rincez l'oeil, on rentre. »
more_horiz
Avec ce rp, j’vois que tu retrouves tes mauvaises habitudes avec Auron ! Bon, tu connais la recette, j’vais donner le négatif avec l’positif.

Dans un premier temps, l’erreur de contexte ! C’est dis irp et pas mal de membre du Sanctum parle de cette reforme, les prêtes n’ont plus doit à avoir d’escorte de la part des Templiers ou Paladins ! Ce sont des sacs, ils doivent se défendre seuls. Donc, c’est p’tet ça qui est dérangeant dans le rp. Ensuite ?! Le Paladin. En soit, j’suis l’premier à dire qu’il faut tenter d’éviter de prendre tout les pnjs pour des cons. Néanmoins, l’gaillard qui t’rases quelques arbres d’un « Écho de l’âme » ! C’est un bon trente-six de Force que ça demande. L’gars, il est p’tet un poil trop vénère. Surtout en prenant compte qu’il doit avoir des PS ailleurs.

Voilà, j’ai que ça à dire pour être chiant.

Autrement, j’ai assez bien aimé le rp. Surtout dans l’idée de capture des prisonniers pour les expériences. Mon regret vient du fait que, nous n’avons rien sur le sérum alors que c’était le but de la mission.

Autrement, le combat en tant que tel est très dynamique et bien organisé. Le seul moment qui blesse, c’est le final ou Skinner tir son ultime carreau. Là, j’ai pas vraiment compris où elle se trouvait exactement. D’autant que, la force du rp, c’est pas ce combat avec le Paladin casseur-de-cul. Il s’agit du discours de Skinner par rapport à Jack. L’pauvre, il va devoir lui casser un peu plus la bouche pour lui apprendre le respect et qu’elle arrête de se la jouer en solo. Mais voilà, c’était cool.

Mission… Accomplie ?

Très Facile : 7 points d'expérience + 50 munnies + 1 PS en Dextérité !

_______________________________
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum