Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz

[MINI-SERIE]

As-tu le temps pour une histoire ? Elle ne sera pas longue, ne t’en fais pas. Elle a déjà une fin.

Il était une fois… ça t’ennuie que je te raconte cette histoire ? Elle est à la fois… commune et unique. Il n’y est pas question de dieux ni de créatures millénaires à la puissance inégalée. Il n’y a aucun chevalier en armure blanche, et pas même une princesse à sauver.

Il n’est question que d’une sorcière. As-tu le temps pour mon histoire ?

La sorcière venait d’un monde où le soleil ne se parait plus que de noir, et dont les habitants avaient appris, résignés, à faire taire leurs espoirs. Elle pour sa part, ne désirait pas rester parmi ces gens dont les larmes creusaient les joues et dont les maux entaillaient l’âme. Il y avait… tellement plus. Tellement plus à accomplir. Chaque soir, elle regardait le ciel. Chaque soir, elle pensait : chacune de ces lumières est un monde. Il y avait tellement plus, oui, que ce monde-ci où rien ne savait l’émerveiller.

Elle rêvait. Elle rêvait de faire sa place sur le sable chaud d’Agrabah et dans les bois délirants du Pays des Merveilles. Il était bien une voie qui le lui permettrait. Il était temps de délaisser le vieux livre que son oncle avait ramené de ses voyages. Il était temps d’apprendre, plus. De montrer de quoi elle était capable. La sorcière tendit le bras vers un sombre seigneur qui l’invita dans son manoir. Elle avait cru toucher ses songes du bout des doigts.
Mais l’obscur village où elle se trouva quelques semaines plus tard était loin de la combler. Un village perdu au fond d’une forêt sauvage. Dans un monde qui ne l’avait pas bercée.

Ashenti. Te souviens-tu de notre rencontre ? J’avais pu quitter, pour une fois seulement, ce monde gris. Combien de jours passés dans ce désert à chercher une breloque depuis oubliée ? Je ne me souviens que de tes chants graves le soir venu, et de ta violence sanguine face aux ombres. Mon coeur était déjà si obscur. Je me souviens, j’avais alors retenu Ciara et Fitz à mes côtés une fois leur mission dans la région de Valgris terminée. Au Palais des Rêves j’asseyais mon contrôle sur le village, petit à petit. Je voulais leur montrer à tous comme la Sorcière du Val était forte, comme elle était douée et à craindre. Dis-moi Ashenti, crois-tu qu’ils l’ont pensé, même un instant ? Crois-tu que Death se souviendra de nos noms ? Comme nous avons failli arracher ses ailes ? Ashenti je me souviens, depuis le début. Tu étais l’un des seuls que je pensais ne pas pouvoir utiliser comme un outil. Tu savais me lire si aisément, toi et Anthrisque. Toi et ma petite lumière.

Ashenti. J’ai peur.

Oublie la lumière qui s’est envolée. Oublie le loup sans meute qui hurle dehors, et celui qui bat les ombres autant que son coeur sa poitrine. Oublie celle qui est tombée. Oublie-les Ashenti. J’ai peur.

J’ai cru que nous ferions tant. J’ai cru que j’irais si loin.
Je n’ai régné que sur une horde de singes crasseux dans un monde misérable que le chaos rongeait. J’ai attendu le retour de la Mort. Des jours qui me semblaient des mois, et des mois qui me paraissaient des années. Je me préparais, plaçais mes pions. Tu m’écoutais. Tu étais prêt à me suivre. Tu me faisais confiance. Me fais-tu encore confiance ?

Je… dois reprendre mon histoire. Elle ne sera plus très longue. Car il n’y a plus rien à conter, tu le sais. La sorcière avait tant fait dans ce monde dont elle ne rêvait pas. Elle avait tant sacrifié. Elle avait renversé ceux qui s’étaient opposés à elle, et avait atteint même la Mort. Et pourtant.

Elle n’était pas le vilain de cette histoire.
Alors rien n’advint de tout cela. Comme les autres, elle sombra dans l’oubli.

Ce monde s’effondre, et je n’y ai pas même une part.

J’aurais voulu… tellement plus. Les entends-tu ? Entends-tu leurs griffes sur la terre meuble ? Entends-tu les ombres qui se meuvent Ashenti ? J’ai essayé… je te le jure. Mais ils n’ont pas de coeur dont je peux tirer les fils. Et tu ne peux tous les retenir.
J’ai peur Ashenti.

Serre-moi.

Oublie la lumière, oublie le loup, oublie les autres. Oublie la Sorcière du Val. Je mourrai Alena ce soir.

Ashenti. Regarde-moi.

Serre-moi. J’ai froid.

Ne les laisse pas attraper le peu qu’il me reste. Ne me laisse pas devenir un de ces êtres pitoyables. Une de ces bêtes sans âme et sans autre sensation que la faim. S’il te plaît… laisse-moi avoir une fin autre que celle-ci.

Prend mon coeur, avant qu’ils ne le fassent.

Ashenti.
Me crois-tu lorsque je te dis que je n’ai jamais joué de ton coeur comme j’ai joué de celui des autres ?
Ashenti.
J’ai confiance en toi.
C’est ma dernière demande. Mon dernier caprice.
Offre-moi ma fin.





Ashenti.


Merci.



— — —



Je l’ai entendu, je te le jure. Là où les mondes meurent, dans un bout de bois perdu dans les ténèbres, perdu des hommes. Il y avait sur un ilot un arbre dont le terreau était baigné de sang. Je me suis assis, je te le jure, sur l’une de ses racines.

Il y avait, sifflant entre ses branches, le chant grave des hommes du désert.
more_horiz
Mini-série accomplie.

Je préfère être honnête. Je n'ai pas tout compris. J'ai lu le rp et je me suis moi-même dit "C'est vraiment injuste que ce soit un mec qui comprend pas qui s'occupe de la notation" parce que ça ne te rend pas justice. J'espère donc que tu as eu des échos sur cet rp de personnes plus au courant que moi, parce qu'eux peuvent vraiment juger à sa juste valeur ton travail.
Après, ça fait partie du jeu. Les errants le savent, on fait une histoire logique, et parfois, un noteur différent vient donner son avis sans être au fait de tout. C'est mon cas, comme vous le savez, je suis une... nullité pour ce qui est de la fin de l'histoire du Palais des rêves, puisque je n'ai pas aimé cet arc dans l'histoire du forum. Du coup, ce que j'en sais ne me permet pas de comprendre ton rp comme je le voudrais.

Mais c'est très chouette, c'est vraiment bien écrit et c'est profondément triste, mélancolique. C'est un rp que j'aurais apprécié lire en temps normal, même sans devoir le noter.

Si j'ai une critique, elle ne va pas être très surprenante : Les questions qui s'adressent au lecteur, dans ce genre de registre, je n'aime pas ça. En fait, je peux apprécier quand il y a une sorte de cohérence. Genre : si le lecteur est lui-même potentiellement un personnage. Genre ici, c'est le cas. Je raconte une histoire à quelqu'un, possiblement un enfant ou quoi, qui existe peut-être dans le même univers que moi. (En vérité, il me semble qu'elle raconte cette histoire à Ashenti et c'est pas mal)

Mais je n'aime pas quand moi, j'ai l'impression qu'on me pose une question. Je lève les yeux, je trouve que ça fait racoleur, berk.

Donc ici, oui on a cette idée de "peut-être que je raconte cette histoire à quelqu'un, peut-être même à moi-même, à Ashenti, ou au vent." mais... en plein milieu, on oublie complètement et on s'adresse à un personnage, on oublie totalement le délire de l'histoire, ce qui rend les questions du début pas franchement sensées. Et alors clairement, j'ai adoré le moment où elle s'adresse à Ashenti. Mais j'ai pas compris la nécessité de raconter cette histoire. Bon je manque peut-être de sensibilité sur ce coup-là mais...

Si tout ça est une supplique, dommage de passer par des détails, des histoires. J'aurais aimé être directement dans la requête, dans le "Ashenti". J'aurais encore moins compris mais j'aurais préféré.

Après c'est un très joli rp.

Très facile ; 5 xp, 50 munnies et 1 PS en psychisme.

_______________________________
La Sorcière du Val Signatureprimus
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum