Jack Inèrsse
Jack Inèrsse
Le Chien noir

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
Planque Numéro III : Penthouse Left_bar_bleue80/400Planque Numéro III : Penthouse Empty_bar_bleue  (80/400)

XP :

le Lun 13 Aoû 2018 - 22:58
Un ascenseur, large et luxueux, tout de bois laqué, monte tranquillement un nombre incalculable d'étages. Deux hommes s'y tiennent côte à côte.

« C'est vraiment nécéssaire ? » Demande Jack, réglant nerveusement sa cravate pour la énième fois, incapable de l'ajuster à son goût et devant à tout prix s'occuper les mains.

« Vu la subtilité avec laquelle vous avez agis la dernière fois, je crains que oui. » Répond le soldat première classe Malkhouth, intraitable dans son ton. Celui-ci se tient droit comme un I, immobile et impassible, mains jointes dans le dos. Plus millitaire, tu meurs. « Il était prévu que nous l'appréhendions pour vous le remettre ensuite. »

« Je ne sais pas… » Se résignant à dénoué sa cravate, le coalisé à qui l'on confisqua toute arme préféra la garder dans sa poche en même temps qu'une de ses mains. Au cas où. Fatigué qu'il fut de ce bout de tissu qui ne lui rappelait que trop la corde nouée d'un pendu. Jack parlait bas, presque en murmurant malgré lui, l'impression d'étouffer dans cet ascenseur. Une cage qui monte et qui descend… si ça ne tenait qu'à lui, notre homme aurait préféré prendre les escaliers. Suffisait d'un incendie, d'une panne électrique ou de n'importe quel problème technique pour se retrouver dans de beaux draps. Et comment fuir hors de cette boite ? Si on cherchait à se débarrasser de lui, ca expliquerait pourquoi Malkhout tenait tout particulièrement à prendre l'ascenseur plutôt que l'escalier. L'excuse du gain de temps ? Monsieur n'était surement pas si préssé, le coalisé refusait de baisser sa garde. « …à la Coalition, nous intervenons dès que nous pouvons. »

Le soldat, qui jusqu'ici regardait devant lui, tourna son visage en direction de Jack. Son regard fut, le temps de sa réponse, dès plus insistant et lourd de sous-entendu.

« Notre ambassadrice en ce monde n'est pas du tout heureuse de cet incident et ca pourrait remonter en haut-lieu. Je risque certaines choses à cause de cette histoire… mais vous risquez probablement bien plus que moi. » Ca veut dire quoi, ça ? S'il sous-entend que les châtiments de la Coalition Noire sont bien plus sévères que ceux de la Shinra ou de n'importe quel autre groupe, bien sûr. Jack ne s'en sortirait pas si bien d'enfreindre les accords passés entre Death et Rufus, il le sait mieux que n'importe qui. En revanche, l'idée que ce soit une menace voilée… comme quoi Malkouth ou son groupe se chargerait eux-mêmes de Jack… l'idée l'irrita particulièrement. Le soldat cessa alors de regarder Jack qui lui, gardait les yeux rivés sur son escorte. « Et puisque j'insiste sur la discrétion de cet arrangement, il y a certains mots à bannir de votre language. »

Une main dans la poche tenant sa cravate, l'exécutant se gratta la nuque de l'autre, l'air soudain soucieux et comme gêné par une rage de dent. En effet, Jack ne pouvait nier être dans de sales draps à s'être fait remarquer la dernière fois. Death tenait tout particulièrement à conserver les avantages des accords passés avec la Shinra… et cette dernière, bien évidément, restait soucieuse de son image de marque.

« Ca ne se reproduira plus. »

« En effet. »

Jack rangea finalement sa deuxième main dans une poche, s'impatientant que l'ascenseur arrive enfin au dernier étage.

« J'espère que vous en aurez fini avec San Fransokyo, après ça. »

« Je l'espère aussi. Qu'a donnez votre enquête ? »

« Et bien. D'après nos fichiers, la première fois que votre homme a pris un de nos transports, c'était en partance de la Cité du Crépuscule. Je vous retourne donc la question. »

« Notre cher ami a reçu l'assistance de la rébellion avant de partir en catastrophe ; une décision intelligente de sa part. » Si l'air conditionné paraissait indispensable en cet été, le bruit incessant de ventilation tapait fortement sur les nerfs de l'exécutant. Lui qui se sentait si petit à côté de l'imposant et athlétique Malkouth, la jalousie l'envahissait, au point d'en devenir envieux. De mauvaises pensées parasitaient alors sa réflèxion au moment de devoir… accorder une importance toute particulière à ses paroles. La rétention d'information était capitale, ici. Et pourtant, la Coalition Noire se devait bien de jouer franc-jeu, un minimum. « Il a ensuite atterrit à Port Royal avant d'allez à San Fransokyo mais ça, vous le savez probablement déjà. »

« Tout à fait. Ce qui me rend curieux, c'est ce que notre ami en commun faisait chez ces pouilleux de mercenaires. » Nul n'ignore la tension entre le Centurio et la Shinra… tout le mépris de cette dernière transpira des paroles crachés par le soldat.

« On en sait bien peu, hélas. » Jack avait dit ça froid et neutre pour garder la face… mais s'il avait appris aussi peu, c'est bien parce qu'il fut trop peureux pour rester enquêter à Port Royal. « Je sais juste qu'il a passé un contrat avec des mercenaires qui lui ont fournis une planque. Me semble qu'il est partit sans prévenir ni payer mais… pour ce dernier point, je ne peux pas le confirmer. »

« Etrange. »

« Pas vraiment. Ces recherches demandent des moyens que l'on ne trouve pas à Port Royal. San Fransokyo est à la pointe, de ce que j'en sais. »

« A la pointe de la robotique et de l'ingénierie, pas de la biologie. »

« Ce n'est pas mon domaine d'expertise mais la biologie demande aussi des moyens techniques. J'imagine que faire joujou avec des fioles et deux-trois produits toxiques ne suffit pas à mettre au point un sérum aussi dangereux. »

« Certes. » Malkouth laissa son air impassible laisser place… à un air soucieux. Ce qui désarma Jack, pas vraiment préparé à ce que ce soldat coopère avec lui. Disons que ce qui suivait… c'était à la fois un très bon et un très mauvais mouvement. Notre coalisé restait méfiant mais pu se résoudre à... rester sage, pour le coup. Cette histoire prit avec les prochaines paroles du soldat… des proportions insoupçonnés. « Vous devez savoir que cet immeuble est la propriété de Monsieur Kaïwen. Un actionnaire et partenaire majeur de la sociétée Krei. »

« Ca ne me dit rien. »

« Ni plus ni moins que l'entreprise la plus prospère et la plus influente dans cette ville. Sans être à la hauteur de la Shinra, c'est l'équivalent local. »

Jack ne sut quoi répondre. Si on le lui demandait, il assurerait que la sociétée Krei cherche à... baiser la Shinra, pour être clair dans les termes. Et ça peut aussi expliquer le pourquoi de la coopération entre les deux hommes… qui certes tendus, se dessine pourtant peu à peu. Quoiqu'au final, en théorie, cette entreprise là fait bien ce qu'elle veut et si elle désire mener ses expériences sans que la Shinra ne soit au courant, c'est de bonne guerre. Et la sociétée Krei n'est sans doute pas au courant de l'accord passé entre Rufus et Death. Le scientifique n'étant pas recherché avant que la Coalition Noire ne se décide à le récupérer.
L'exécutant se… sentait presque mal de mettre l'entreprise la plus puissante des mondes dans l'embarras en interférant dans ses relations avec l'entreprise la plus puissante de son monde.

« J'imagine que si Krei est sous votre protection, nous ne pourrons pas grand-chose à leur encontre. » Une question hante l'esprit Jack, son visage fermé avec une expression réfléchie. Ce nœud d'intrigue ne lui plaisait guère. Est-ce que la Shinra s'est bien gardé de mentionner que Krei cachait l'homme que la Coalition Noire cherchait ? Non. S'ils en ont capables, ce n'est pas pour en parler maintenant. Ce qui veut dire que… la sociétée Krei a peut-être fait l'erreur de ne pas en parler à la Shinra et que soudainement, ça lui déplait. Pâle. Jack vit sa peau virer couleur calcaire. On connait tous cette phrase, souvent tourné dérision… si je vous le disais, je devrais vous tuez. « Est-ce que je dois comprendre que la Sociétée Krei a dissimulé un individu qu'officiellement, vous recherchiez ? »

« Oui. En d'autres circonstances, cette histoire aurait pu tourner de manière bien plus complèxe. Si la sociétée Krei avait coopérer en nous signalant qu'il dissimulait cet individu recherché, il serait du ressort de nos boss respectifs que de négociez cette histoire. Dans l'état actuel des choses, j'ai reçu pour ordre d'encadrer votre inspection ; non de l'interdire. »

Et tout ça veut surtout dire que la sociétée Krei a eu le temps de faire le ménage puisque mise au courant que leur homme était recherché par la Shinra. D'ailleurs… tant de choses étaient possibles, désormais. La Shinra pouvait très bien jouer double-jeu avec la Coalition Noire, marchant main dans la main avec la sociétée Krei. Quand à Jack, il n'excluait toujours pas la possibilité qu'on l'assassine purement et simplement une fois arrivée au fameux Penthouse. A force de tourner cette histoire dans touts les sens, Jack en perdait le fil et n'y comprenait plus rien. C'est Krei qui l'a fout à l'envers à la Shinra ? Ou ces deux-là qui bernent la Coalition Noire ?

Jack avait le regard d'un mort en sursis. Pire que tout, il comptait énormément sur des informations présentes dans la dernière planque… après ça, ne lui restait que deux options. Torturer lui-même le scientifique et lui faire cracher de quoi synthétiser le sérum… ou servir de cobaye. Ses options s'amoindrirent subitement, lui faisant perdre espoir et… effaçant malgré lui son ambition d'échapper aux tests cliniques.

« Je… » Sans s'en rendre compte, le coalisé battait du talon le rythme de son coeur apeuré. « …se-serais sage… » Ses doigts s'agitaient dans cette poche et dans son esprit, la cravatte avec laquelle il jouait… peu à peu, faisait plus que ressembler à une corde de pendue. « …vous transmettrez mes excuses à votre ambassadrice, si vous le pouvez… » Livide, Jack se consolait avec les informations obtenus. « …pourquoi me dire tout ça… au juste… ? »

« La Shinra estime remplir sa part du contrat. Selon comment cette histoire évolue, elle espère bien que vous remplirez la votre, potentiellement. »

Le coalisé sursauta, sous les yeux gênés du soldat, à entendre la sonnerie de l'ascenseur resonner comme sonne le glas. Vous vous doutez après tout ça que l'inspection du Penthouse n'a rien donné.

Sur le chemin du retour, assis sur le siège d'un tram spatial, Jack était les mains jointes en un poings sur ses genoux… repensant au sort de Booker… et à son enquête. Cette sensation d'avoir merdé lui écrasait ses épaules, affaissant sa posture en même temps que son dos courbé… c'est la triste marche des exécutants que de devoir allez déranger quelques puissants. En avait-il trop dit ? Ou trop entendu ? Qui de la Shinra, de Krei ou de la Coalition Noire pourrait avoir quelque chose à lui reprocher… ? N'aurait-il pas mieux fait d'être patient et simplement continuer la torture ?

Surtout en sachant que là… il doit encore en passer par les geôles pour remplir sa mission… et si le scientifique ne parle pas… Jack finira cobaye pour d'affreuses expériences. De celles qui vous transforment en monstres abominables si elles réussissent… ou en flots de chairs liquides si elles échouent ; ce qui n'implique pas forcément de mourir. S'il ne risquait que la mort, notre Coalisé s'estimerait bien heureux et sans souçi dans cette vie.
messages
membres