Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Famfrit était arrivé à Hill Valey, et la première surprise qu'ils eurent fut la chaleur épouvantable sous cette armure. À vrai dire, la température devint si douloureuse pour eux qu'ils décidèrent d'enlever leur casque pour pouvoir respirer sous cet air sec et aride.
Après être arrivé sur les lieux, Famfrit rendit visite au shérif pour collecter quelques informations, sur les assaillants du forgeron, pour se préparer à une protection plus efficace.

Trentes minutes s'étaient écoulées depuis que le sentinelle parti de Hill Valey, et ils étaient arrivé devant une vielle forge, isolée par les étendues arides et les plaines de solitude. Famfrit entendait le bruit du fer qui s'entrechoquant, de la forge qui soufflait à plein régime ; ils étaient maintenant sûrs d'être arrivée à destination.

Ils n'eurent pas à attendre avant que quelqu'un vienne ouvrir la porte. Ils ne furent pas surpris, la personne devant eux était comme ils l'avaient imaginé, peut-être un peu plus jeune que dans leurs pensées.
" Et bin ? ! J'vous vois vous diriger d'puis tout à l'heure jusqu'ci, vous allez mourir d'chaud avec c't'armure, entré donc, 'y fait bien froid d'dans !"
Famfrit ne refusa pas l'invitation, tout en saluant le forgeron. En entrant, ils enlevèrent de leurs dos lance et bouclier, et les déposa sur dans un coin de la salle, près de la porte d'entrée.
" Et bin ! En v'la un belle équipp'ment, vous pouvez vous asseoir sur l'fauteuil là-bas si vous v'lez. alors, qu'est-ce qui vous amène ici mon brave".

Sur cette question, le chevalier sortit une lettre, marqué du sceau de la lumière, tandis que son hôte lui offrait une gourde remplit d'eau.
"T'tenant, d'quoi vous rafraîchir mon pauvre ! Et bin ! Vous v'nez de la coalition d'la lumière, où j'sais plus trop quoi ? J'suis pas s'vent intéresser par c'genre de chose, avec toute c'tes guerres, m'enfin bon, j'vais quand même lire... alors, recrutement, nécessaire pour construction d'temple... besoin de main d'œuvre compétente... Rien ne bien surprenant pour l'moment... Logé et nourrit, sous protection d'la lumière... si nécessaire, protection accordée par l'lieutenant Famfrit, chargé de vous donner c'te lettre."

Tandis que le lieutenant a terminé la gourde qui lui fut offerte, et remercia une nouvelle fois le forgeron, en lui rendant sa gourde.
"V'la qui change, d'hab'tude, on vient m'voir armé en m'menaçant et j'doit fuir, et la vous v'lez m'offrir une protection, y'a pas d'menace si j'refuse, hin ? "

Le colosse lui fit comprendre dans son silence que cela serait très contraignant, mais qu'aucune violence ne lui sera faites dans tous les cas, tandis que la cible de la mission eue de longue réflexion.
"A vrai dire, j'veux bien f'nir ch'vous, mais avant, j'aimerais un p'tit service de votre part. J'aimerais bien que vous m’escortez jusqu'à une d'mes anciennes demeures, à quelques lieux d'ici, des bandits m'ont attaqué pour que j'leur forge des armes, et en fuyant, j'eu oublié d'récupérer quelques biens, principalement des souvenirs d'familles ou d'héritage."

Si ce n'était que ce qui était nécessaire pour le bon déroulement de sa mission, Famfrit acquiesça assez rapidement, se levant pour récupérer son équipement, pour escorter et assurer la protection de la cible. Après tous, ils étaient d'accord que faire un détour, pour d'aider le forgeron, n'était que nécessaire au bon déroulement de la mission.

Encore une heure de marche sous cette armure et cette chaleur, mais le temps passait plus vite avec un peu de compagnie bavarde, et même malgré les sujets de discutions sans importances, cela les divertissait toujours. Mais la balade était finit, un petit nombre de bandits les avaient repérés et s'avançait vers eux. Cependant, Famfrit n'attendu pas que les hors-la-loi arrivent a proximité pour se mettre en garde, lance et bouclier à la main. Les adversaires avaient l'avantage du nombre, mais les Visâmes avaient une lourde protection et une force brute exceptionnelle. Au premier contact visuel avec les ennemis, ce fut une pure Vague de Domination provenant du colosse, paralysant sur le coup l'adversaire pendant deux secondes. Deux suffisantes secondes, ayant permis au chevalier de se mettre au contact des malfrats.

Pour les malfrats, la tension était importante, pour eux, un géant, sortit de nul part, se trouvait maintenant encercler, de son plein gré. Ils dégainèrent immédiatement des revolvers, et firent feu sur leur opposant. Personne n'était armé pour ce combat, mais Famfrit avait les compétences pour renforcer la situation, ils voyaient qu'ils ne pouvaient pas atteindre les bandits, alors ils attendirent sous ce déluge de balle, tandis que les chocs sur l'armure devenaient de plus en plus violent. Mais le nombre de coups parés avec leur bouclier était important, et en un large mouvement, tous les chocs furent renvoyer sur ses opposants. Ils profitèrent de ce moment pour enchaîner les bandits restants avec des attaques à longue portée à l'aide de sa lance.

Une fois les bandits neutralisés, le forgeron, qui jusque-là avait prit ces distances de sécurité, remercia le lieutenant, et alla récupérer ce qu'il était venu chercher. Sans plus tarder, ils partirent en vitesse ; la précipitation soudain de Famfrit interrogea leur cible, mais maintenant, le temps devenait précieux, ils sentaient, depuis tant d'années, ce sang froid couler de leur blessure, sous leur armure, camouflant plaies et blessures.
more_horiz

Alors ! C'est la première de tes missions que j'ai le plaisir de noter, petit Famfrit !

Je vais pas tourner autour du pot. J'adore ce que tu as écrit, mais j'y ai tout de même trouvé quelques défauts. En premier, ce qui m'a attirée c'est l'utilisation du pluriel pour Famfrit. Ils. Pourquoi ils ? Comme j'ai une cervelle de moineau, je vais trimballer mes petites fesses jusqu'à ta fiche de présentation ! Après lecture, j'ai tout compris !

Passer du pluriel au singulier est une chiure, surtout pour un seul personnage. Le français est assez ennuyeux avec ça, en réalité. Je crois que bien des langues le sont. Le pluriel et le singulier ne sont pas utilisés pour se mélanger, d'ordinaire, c'est pour ça qu'à certains endroits, la narration semble quelque peu étrange. « Famfrit rendit visite » : on parle donc de Famfrit, le personnage. Mais Lorsque tu ne le nommes pas, il devient « ils ». On a aussi « le sentinelle » ; je me demande du coup s'il s'agit d'un parti-pris, de changer du féminin au masculin. C'est quelque chose que j'ai déjà vu, donc je me demande si c'est intentionnel !

Les descriptions sont simples et efficaces, il n'y a pas d'ambages. On sait où ton personnage se trouve, ce qu'il fait, on ressent ce qu'il ressent. C'est bien écrit.  Il me manque la description du forgeron, cependant ! « comme ils l'avaient imaginé », certes, mais il n'y a rien pour illustrer tout ceci. Par défaut, je pense au forgeron de Dark Souls, celui qui tape sur son épée sans arrêt.

On retrouve encore une tournure de phrase étrange avec « ils enlevèrent de leurs dos lance et bouclier et les déposa » ; sans compter la petite typo juste après (« sur dans un coin »). Ils enlèvent quoi ? Ils enlèvent la lance et le bouclier. Donc c'est « déposèrent ».

Alors je te cache pas que je vais probablement aller demander à quelqu'un parce que je ne suis pas sûre, je me réserve donc de commentaires plus poussés !

Famfrit va droit au but ; j'aime bien ce que tu parviens à faire, un chevalier mystérieux et surtout très silencieux, malgré le fait que le forgeron parle et parle et re-parle derrière.

Il y a toujours ces quelques petites erreurs de temps et de conjugaison qui se baladent. Des terminaisons aussi, « était finit », tu devrais te demander « qu'est-ce qui est finie »', la ballade, donc « fini » prend un e au lieu d'un t.

Et là, on arrive au combat. Utiliser la Domination c'est vraiment cool d'entrée de jeu. Le « Personne n'était armé pour le combat », et bien je me demande qui pense ça. Est-ce que c'est une description concernant les malfrats ? Ou est-ce que c'est Famfrit qui le pense ? Ta phrase aurait le mérite d'être un peu plus claire !

Se battre à la lance est une idée géniale. J'ai vraiment apprécié le combat ; il est concis, précis. La grosse difficulté de ce rp, c'est décrire les actions de Famfrit, qui est, si j'ai bien compris, plusieurs âmes dans un corps. Tu t'en es très bien sorti et pour une première mission que je lis, je suis très contente du résultat.

20 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS : 1 en force, 2 en défense !
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum