Kingdom Hearts RPGConnexion

Il y a toujours un chemin

more_horiz
Aqua releva le nez du livre dans lequel elle était plongée. Les bruits environnants qui avaient été atténués par sa concentration lui revinrent immédiatement. Le son des Keyblades qui s’entrechoquaient, occasionnellement quelques exclamations dues à l’effort... Le regard de la jeune femme se porta sur ses deux élèves. Alors qu’elle se trouvait à quelques mètres d’eux, assise au sol les jambes étendues sur le côté, Chen et Fabrizio s’affrontaient sur le terrain d’entraînement. Avec un sourire elle les observa quelques instants. Ils paraissaient bien s’en sortir ! Elle n’avait en tout cas pas encore eu besoin d’intervenir, mais la nature même de leur exercice prévenait le moindre débordement. Elle leur avait demandé de se mesurer l’un à l’autre en ajoutant toutefois une consigne : dans ce duel ils n’avaient pas le droit d’utiliser la magie. De cette manière ils continueraient de renforcer le lien qui les unissait à leurs Keyblades.

Tenant son arme à deux mains devant lui, Fabrizio para un coup avant de tourner sur lui-même, assénant une contre-attaque que Chen esquiva en reculant d’un bond. Aqua pencha sa tête sur le côté et son sourire s’élargit avec bienveillance. Cela faisait cinq jours qu’ils étaient arrivés à la Contrée du Départ, et même si les exercices qu’elle leur faisait pratiquer demeuraient basiques ils progressaient indéniablement. Chen semblait de plus en plus à l’aise, et Fabrizio… Fabrizio apprenait rapidement. L’avant-veille il avait éprouvé des difficultés à matérialiser sa Keyblade, mais il y était finalement parvenu de lui-même. Depuis ils s’étaient entraîné ensemble, jusqu’à ce qu’elle les estime prêts à s’affronter de nouveau. Leurs armes se rencontrèrent encore une fois dans un claquement métallique. A chacune de leurs frappes, elle les voyait faire un pas de plus dans leur apprentissage. A ce rythme, la jeune femme pourrait leur enseigner rapidement à exploiter le potentiel magique que leur conférait la Keyblade ! Mais pour aujourd’hui en tout cas elle ne pousserait pas la leçon plus avant. Elle allait les laisser s’entraîner encore un peu, puis elle leur accorderait un quartier libre afin qu’ils puissent prendre un peu de repos.

La Maîtresse de la Keyblade posa de nouveau les yeux sur le livre qu’elle tenait entre ses mains. Aussitôt ses sourcils se plissèrent studieusement. Ses élèves n’étaient pas les seuls à essayer d’apprendre quelque chose… Depuis qu’elle avait rencontré Fabrizio, Aqua réfléchissait fréquemment à un moyen de protéger le manoir. Elle avait déjà écarté l’idée de sceller le monde. Cette mesure n’était à appliquer qu’en dernier recours, et en transformant ainsi la Contrée du Départ elle aurait également affecté les personnes qui étaient venues vivre au pied des montagnes. Non, décidément ce n’était pas la solution. Alors elle avait cherché une alternative afin de limiter la présence d’intrus en son absence. Quelque chose qui dissuaderait quiconque de s’aventurer plus avant dans le manoir… Et en remontant loin dans ses souvenirs, il lui semblait connaître un sortilège convenant parfaitement à la situation. La jeune femme avait alors passé un temps fou dans la bibliothèque afin de mettre la main sur l’un des nombreux grimoires de magie qu’elle avait pu consulter bien des années plus tôt. Celui qu’elle était finalement en train d’étudier.

Les lignes et les illustrations dansaient sous ses yeux. La page était ouverte à la description d’un piège magique. Une énième fois elle relut l’ensemble. Cette technique consistait à enchanter un objet, à lui insuffler l’énergie d’un sort élémentaire qui serait libérée au moindre contact. En théorie, tout cela paraissait fort simple. En théorie. Mais la pratique se révélait bien plus subtile. Incanter un sort et modeler sa puissance était une chose, le canaliser pour l’associer à un objet et qu’il se déclenche à retardement en était une autre. Les lèvres d’Aqua remuaient doucement pour former des mots silencieux au fil de sa lecture. Elle n’était pas encore parvenue à un résultat satisfaisant, mais elle persévérait malgré ses nombreux essais infructueux. La jeune femme replaça une mèche de cheveux derrière son oreille. Peut-être fallait-il procéder autrement ? Certains aspects étaient similaires à la manière dont elle pouvait faire apparaître un champ de mines. Si elle s’en servait comme base et qu’elle mêlait cela à n’importe quel sort...

Afin de vérifier son hypothèse elle se saisit de sa Keyblade et se concentra, puisant légèrement dans sa magie, tâchant de la confiner pour qu’elle ne s’échappe pas brusquement lorsqu’elle la relâcherait. Enfin Aqua pointa le bout de son arme vers le grimoire, essayant de visualiser les pages dans son esprit pour y faire couler cette énergie. « Glacier. » murmura-t-elle avant que le bout de son arme ne s’illumine… Tout comme le livre qui s’entoura d’une aura de couleur froide, à sa grande surprise. Un sourire triomphant apparut sur son visage !... Et s’estompa aussitôt, de même que l’aura. Seul resta au sol le grimoire ouvert dont les formules continuaient de la narguer.

La Maîtresse de la Keyblade laissa échapper un soupir. Au moins, il y avait eu du progrès cette fois… Elle avait vraiment cru y arriver, mais il semblait qu’elle allait devoir continuer de l’étudier avant que ce ne soit un véritable succès. Pensive, elle se saisit du livre d’un geste absent pour l’amener vers elle…

Et subitement il y eut une détonation suivie d’un crissement cristallin ! Avant même qu’elle n’ait le temps de comprendre ce qui lui arrivait, la jeune femme sentit un choc parcourir tout son corps et fut projetée en arrière, volant dans les airs sur quelques mètres avant d’atterrir douloureusement sur le dos. Elle resta un moment immobile, les yeux grands ouverts perdus dans le vide. Quoi ? Ses membres endoloris la ramenèrent à la réalité… Et dire que l’infirmière en chef lui avait ordonné de prendre du repos. Aqua se releva péniblement. Au grand froid qui la parcourait, elle comprenait ce qui venait de se passer. Apparemment elle avait enfin réussi à maîtriser ce sortilège, mais il semblait aussi s’être regrettablement retourné contre elle. Ses deux élèves avaient cessé leur duel et avaient reporté leur attention dans sa direction, lui adressant des regards inquiets et peut-être - peut-être - vaguement perplexes suite à son vol plané. Promptement la jeune femme chassa quelques éclats de givre qui étaient restés dans ses cheveux légèrement décoiffés.

« Euh. Ce n’est rien ! » essaya-t-elle de les rassurer en dissimulant mal sa gêne « Vous pouvez continuer… »

Sans le moindre commentaire - mais leur expression en disait long - ils retournèrent à leur entraînement. Essayant toujours de garder une certaine contenance, Aqua se rapprocha du grimoire mais n’osa pas le toucher tout de suite. Au moins elle y était parvenu et avait même pu s’assurer de l’efficacité de ce piège… Elle préférait ne pas imaginer ce qui serait arrivé si elle avait utilisé un sort plus puissant.

En tout cas cela suffirait certainement pour protéger le manoir.
more_horiz

Alors, il faut vraiment que j’parle de quelque chose. L’truc ? C’est que j’suis ici sous la supervision de Maître Aqua, rien d’nouveau jusqu’ici. Toutefois ?! Depuis que j’suis arrivé ici, je n’ai fait que de m’entraîner ! Alors, autant vous faire comprendre le fait suivant : après avoir glander cinq années sans réelle entraînement, c’est v’là compliquer d’y survivre.

C’matin, quand Fabrizio était frais comme la rosée et prêt à m’rosser en profitant d’ma fatigue évidente, j’ai trouvé une échappatoire.

Rien d’fantastique ! J’me suis contenté de baratiner l’maître avec une histoire de magie et de méditation. Résultat ? Le seul effort physique de la journée sera de gravir les escaliers, ce qui est déjà une petite victoire ! Bon, j’dis ça, mais j’ai découvert des muscles dans ma cuisse et v’là l’épreuve de la mâtiné. Pour l’reste ? Ahaha ! Une journée à rester assis avec un livre dans les pattes. Sauf que moi, j’vais éviter à ce qu’il me pète à la gueule.

Enfin, j’reprends goût à quelque chose que j’ai plus vécu depuis du temps.

Jamais j’vais prendre le luxe de cracher sur l’Consulat, j’viens d’y vivre mes plus belles années… Enfin, j’dis ça comme si c’était la fin et qu’plus jamais j’y poserais un pied. Néanmoins, j’penses que ce serais mal d’rien y laisser de positif. Qu’ce soit le Moulin Rouge, ma brasserie ou même tout les autres consuls ? Eh bien, j’en suis ressorti différent. Plus gras, déjà ! Mais, tout les rencontre et c’que j’y ai fait ? Alors, j’en ressors grandi.

Comme j’vais redescendre de cette montagne avec quelques kilos en moins.

Enfin. D’un geste de la main, j’fais apparaître ma keyblade. Fiou, j’crois que c’est jamais arrivé aussi souvent. Il y a encore trois jours, c’était bizarre de faire venir mon arme d’un coup d’poignet. Avec ça ? Eh bien, j’crois que j’m’habitue à l’éclat d’lumière et au poids dans ma main. Plutôt… C’est certain.

Bon, c’pas pour toi ! Aujourd’hui, t’es en repos.
Ouais, j’parle tout seul. Aqua n’arrête pas d’dire qu’il y a un lien entre moi et la keyblade, ça m’semble pas si idiot d’lui prêter quelques mots. Bref, avec ça, j’la pose à côté d’moi et j’regarde le livre en rapport avec la magie. Un truc de plus évolué que l’torchon que j’ai découvert au Jardin Radieux ! Où plutôt, un truc en corrélation avec l’niveau que j’ai acquis.

J’parle de niveau, il n’faut pas s’imaginer un truc complètement dingue ! Quoi que, j’suis capable de créer une superbe brise, idéale pour les chaleurs d’été.

Bien, en attendant, j’suis pas l’gars ayant réussi à faire la moindre brise durant la totalité d’ma vie. Un coup d’oeil vers ma keyblade, ça m’aide à m’rappeler que j’y suis arrivé depuis son apparatition, il doit y avoir un lien. En attendant, j’ouvre le bouquin et on commence la lecture.



Jusqu’ici, j’ai pas vraiment appris quelque chose de nouveau.

« Blablabla L’énergie magique est présente chez tout le monde Blablabla Il vous suffit de vous concentrez Blablabla Rien qu’avec votre esprit, vous pouvez matérialiser les éléments Blablabla Certains personnes ont des affinités avec un élément Blablabla Manger cinq fruits et légumes par jour. »

Alors, j’fais pas de dessin, les six premiers chapitres était pas des plus intéressant. De l’histoire ? J’connais la plupart. Il n’y a pas deux jours ? J’ai d’jà réussi à faire bouger un tonnelet jusqu’à moi rien qu’avec la puissance d’ma brise. Bon, il faisait que deux litres, c’était pas la foire à la saucisse. Mais v’là l’histoire. J’sais bien ce dont j’suis capable.

Et c’est ça, l’problème.

D’puis le temps, j’arrive pas à faire plus. Deux battements d’paume, j’me concentre comme un dingue et ma brise dépasse pas l’transport de tonnelet sur deux mètres. Ah oui, et le brumisateur, mais l’eau en moins.



« Blablabla Certains pratiquant de la magie se sont illustré lors de différent évènement Blablabla Des maîtres, connu et reconnu selon leur tenue Blablabla Une image récurrente du sage avec son bâton Blablabla »

L’auteur de se livre manque d’un certain style, et il ne m’apprends pas grand-chose. P’tet que j’aurais dû demander une certaine lecture à mon maître, plutôt que de grimper les marches de bon matin. Enfin, il y a quand même un truc qui, après réflexion, me fait penser à un truc.

Il parle de bâton, hein ? Et Aqua, elle lance ses sorts autrement qu’en agitant ses bras.

J’renifle, j’passe le dos de ma patte sur ma truffe et j’regard ma keyblade qui n’a pas bougé d’un pouce. Et si ? Non, ce serait trop con. Sauf que… Bon. J’ai pas envie d’mourir idiot ! J’me r’lève et j’prend mon arme dans les mains.

P’tite respiration pour la forme et j’me rappel d’un truc.

T’inquiète pas, j’fais juste un test, j’te demande pas la lune. T’es en repos, de plus.
C’est bon pour le moral. Et j’me sens un peu plus proche d’elle.

Craquement d’cou et j’m’étire une seconde. Là, c’est d’la magie et j’vais tenter d’faire plus qu’une petite brise. Donc, on connaît tours l’chemin à faire. On s’concentre, on laisse filtrer cette énergie et on la guide. La différence et que j’fais tenter d’la faire passer dans ma keyblade.

Alors, ça bouge, j’sens l’flux qui s’ballade et v’là qui s’dirige vers ma patte droite.

P’tit reflexe, j’referme le poing à m’en faire blanchir les jointures et j’sens directement que l’fatras s’en va loin de moi. J’ouvre les yeux et j’vois clairement cette énergie qui s’balade, mais pas comme j’le veux. Qu’à cela n’tienne, j’vais pas m’arrêter sur ça.

Bien, on recommence et on dirige l’énergie une fois d’plus vers la patte. Là, j’fais bien attention à n’pas contracter mes muscles et j’balance !

Là, t’y crois ou pas… Mais j’vous clairement mon énergie qui s’faufille de la garde et s’dirige vers la tige d’mon arme ! Moment d’bonheur éphémère et j’ai l’vents qui s’engouffre tout autour de moi et m’frise le poil. Ah ! C’est déjà une grande victoire ! Mais est-ce que j’vais déjà reprendre le ch’min du manoir ?

On refait un essaie, dans l’doute, histoire d’arriver avec du concret.

Bon, on s’concentre et on fait mieux, t’es avec moi ?
Bon, Cherchevent m’reponds pas ou j’suis sourd. Donc ? On s’pose et on affirme ses appuis. La keyblade dans les deux mains et j’vais pour concentrer cette belle magie. V’là que ça avance, direction ma poigne et… Oui ! J’vois que ça grimpe le long d’la tige ! Pas d’froufrou, j’tends les bras et j’utilise la keyblade comme fusil avant que le sort ne se relâche à sa pointe.

Et là, t’y crois ou pas, mais j’viens de te faire la bourrasque qui agite les branches d’un arbre ! J’te parle d’agiter, pas d’faire frisonner.

Bon, la tentation est ultra-forte et j’ai bien envie d’viser les touffes d’herbes. Sauf que j’ai promis que c’était repos pour ma keyblade, j’vais pas déjà commencer à n’pas écouter mes propres paroles. Toutefois, j’ai pas obligation de descendre directement, on s’replonge dans la lecture, il me reste cinq chapitres.


more_horiz
Chen avait fui – le lâche. Fabri le comprenait un peu, se battre tous les jours pouvait devenir agaçant. Ca ne l'était pas pour lui et comme leur précédent combat avait terminé par sa défaite – pour cause d'utilisation de magie à ce qu'il paraissait, il avait envie d'une revanche.

Le sort était parti tout seul, c'était pas sa faute, merde à la fin. Ca comptait pas !

Revanche, donc. Mais pas aujourd'hui : aujourd'hui, Chen lisait un truc sur les keyblades et était absolument absorbé dedans. Aucun moyen de le faire bouger. Fabri avait vite compris qu'il l'ennuyait un peu – bon il n'aurait pas du le harceler de questions sur son bouquin d'abord. Mais ça avait été plus fort que lui. « Tu lis quoi, Chen ? », « Tu l'as trouvé où ? », « Tu as pas vu Maître Aqua, elle était là y'a une heure. » Chen ne le lui avait pas dit, évidemment. Pas où était Aqua, mais que ces questions le gonflaient. Bon, il ne savait pas non plus où était Maître Aqua... Toujours était-il que Fabri s'en alla, en quête de quelque chose d'autre à faire.

L'idée de Chen n'était pas mauvaise, en soi. Son livre venait probablement de la bibliothèque et il ne lui restait plus qu'à la trouver.

Le destin retrouvait donc Fabrizio Valeri dans les couloirs du manoir – qui avait l'air plus petit de l'extérieur, à la recherche de la bibliothèque. Il avait juré l'avoir vue lors de sa première inspection des lieux, alors qu'il n'était pas du tout invité bien au contraire. Le lieu l'avait intigué et, maintenant qu'il était désormais plus ou moins bienvenu dans ce monde si particulier, il pouvait y retourner. Etre dans un endroit où il n'était pas sencé être avait, après-tout, toujours eu un goût satisfaisant pour lui.

Partout, les mêmes dorures et larges fenêtres nimbées d'un calme plat, comme si le lieu était endormi. Le sience était seulement brisé par quelques sons lointains échappés d'une fenêtre laissée ouverte. Le lieu vivait – à son rythme.

Son cœur était en paix, son esprit, lui, frôlait l'exaspération.

Pas de murailles ? Des fenêtres aussi énormes ? Elles étaient très jolies, certes, laissaient entrer beaucoup de Lumière. L'endroit était spacieux, propre et calme. Mais qu'arriverait-il s'il était dans la liste des nouvelles acquisitions de la Coalition Noire ? - Tout pouvait arriver. Maître Aqua était sage mais pensait-elle que la Lumière allait garder ce lieu hors d'atteinte ? Le bâtiment flottait, retenu par d'énormes chaînes ; il l'aurait cru imprenable quelques années plus tôt, mais le temps, un dragon et quelques évènements de ce genre l'avaient rendu moins crédule.

Fini la bibliothèque. Il grimpa une volée d'escaliers, foutu pour foutu, autant terminer son exploration. En chemin, il vit la portée – entrouverte, de la bibliothèque. Ses étagères peines de livres reposaient là, dans le silence et il s'en éloignait. Une autre fois. Il avait le sentiment qu'il reviendrait. Il n'était pas sur le départ.


more_horiz
Aqua leva la tête, offrant son visage à la myriade infinie de points qui scintillaient dans le ciel nocturne. Ici, au sommet de la montagne, rien ne venait s’interposer entre elle et l’océan d’étoiles qui la surplombait. Des souvenirs fugaces passaient au fond de son esprit, des instants passés sous cette même nuit étoilée qui l’avait accompagnée tout au long de sa jeunesse. La première fois qu’elle était venue ici avec Terra; ils étaient encore enfants. Les soirs où elle y trouvait Ven assoupi dans l’herbe. La promesse qu’ils s’y étaient faite tous les trois. A chaque étoile elle aurait pu associer un souvenir différent, c’était certainement ce qui lui conférait cette nostalgie toute particulière. La jeune femme inspira profondément, s’imprégnant de cette sensation et de ce lieu une dernière fois.

Demain elle quitterait la Contrée du Départ.

Il était temps pour elle de retourner au Château Disney. Chen et Fabrizio repartiraient également chacun de leur côté. Pour autant, la Maîtresse de la Keyblade pressentait que ces montagnes, ce ciel et ces étoiles ne lui manqueraient pas longtemps. Elle avait la profonde conviction que tôt ou tard ils se retrouveraient ici, qu’ils apporteraient à nouveau de la vie au manoir. Les yeux de la jeune femme brillèrent à cette pensée. Elle attendrait ce moment avec une grande impatience.

Des bruits de pas se firent entendre, ainsi que des respirations haletantes. La Maîtresse de la Keyblade tourna la tête pour voir surgir à proximité ses deux élèves. Elle les accueillit d’un sourire. Ils avaient l’air épuisés ! L’ascension avait dû être compliquée. Ils n’avaient pas emprunté le sentier pour venir jusqu’ici. Un autre chemin permettait d’atteindre le sommet de la montagne, plus long, plus abrupte, plus périlleux... Et c’était là leur exercice du jour. Elle leur avait demandé de gravir ce passage pour la rejoindre ici. C’était un excellent entraînement physique qui demandait également rigueur et concentration. Et, bien entendu, elle les avait envoyés ensemble afin de les inciter à coopérer.

Ils s’approchèrent. Fabrizio arborait quelques égratignures, Chen aussi probablement mais elles étaient invisibles sous sa fourrure. Cela semblait donc s’être bien passé ! Mais elle n’en avait jamais douté. Elle ne les aurait pas soumis à cette épreuve dans le cas contraire. La mine réjouie et la voix légère, Aqua les félicita puis les invita à venir s’installer à ses côtés. Ce qu’ils firent de bon cœur en se laissant tomber au sol. Elle les laissa finalement reprendre leur souffle, se remettre de leurs efforts.

Le temps passa. Ils avaient entamé le récit de leur ascension, se relayant pour ajouter différentes anecdotes. La jeune femme ne put réprimer un léger sourire amusé devant celles de Chen qui grossissait un peu trop le trait pour être convaincant. Ce que Fabrizio ne se retenait pas de lui faire remarquer, manquant de la faire pouffer à chaque occasion. Quand ils eurent fini, la Maîtresse de la Keyblade les regarda avec bienveillance. Elle était fière d’eux, fière de ce qu’ils avaient réussi à accomplir ces derniers jours. Et eux aussi semblaient satisfaits, fourbus mais enjoués malgré tout.

Ils continuèrent de converser jovialement. Une heure, plus peut-être, s’écoula avant que leur échange ne retombe. Ils restèrent là, tous les trois, à observer le ciel silencieusement. Cette semaine avait été riche en évènements et enseignements. Mais, avant qu’ils ne se séparent, la Maîtresse de la Keyblade souhaitait leur adresser une dernière leçon.

« On m’a dit un jour qu’on ne combattait pas les ténèbres avec de la lumière, car la lumière crée des ombres. » Sa voix s’était exprimée calmement, rompant le silence. Elle sentait que ses élèves l’écoutaient attentivement. C’était la bonne fée du Palais des Rêves qui lui avait dit cela, autrefois. Ces mots ne l’avaient jamais réellement quitté, et après toutes ces années il lui semblait enfin en comprendre le sens profond.

Elle se redressa légèrement avant de poursuivre.

« Nous ne pourrons jamais faire disparaître les ténèbres. Mais nous pouvons les repousser. » Et non les éradiquer, ce n’était pas la solution. Il ne pouvait y avoir de lumière sans ténèbres. Elle avait accepté de lutter dans ce cycle en comprenait finalement qu’il ne pouvait être rompu. Mais à défaut de le briser, elle gardait l’espoir qu’à terme il soit possible de parvenir à l’équilibre entre les deux, que la balance soit rétablie entre le Royaume de la Lumière et le Domaine des Ténèbres.

Un sourire se dessina sur ses lèvres.

« Et nous n’avons pas toujours besoin de les affronter. » ajouta-t-elle tandis que son regard brillait désormais d’un éclat optimiste « La bonté, la bienveillance, la compassion, la sagesse… Ce sont les vraies lumières capables de dissiper les ténèbres. »

Aqua les regarda tour à tour. Si elle n’avait qu’une seule chose à leur transmettre, c’était celle-ci. Il y avait bien des moyens de lutter contre les ténèbres...

« Gardez cela à l’esprit quoi que vous fassiez, jusqu’à ce que nos chemins se rejoignent de nouveau. »

Leur formation était loin d’être achevée, mais avant qu’elle ne poursuive son enseignement il leur fallait voler de leurs propres ailes, apprendre à suivre leurs cœurs, découvrir par eux-même la voie qu’ils avaient choisi d’emprunter. Chaque épreuve qu’ils vivraient leur permettrait de grandir. La jeune femme leur adressa un sourire encourageant.

Elle croyait en eux. Leurs cœurs les guideraient.
more_horiz

Parfois, j’me demande si c’est dans l’cahier des charges d’un maître à parler en énigme. Dans l’sens, j’suis en train d’me poser la question si j’ai été comme ça les rares fois où j’ai donné cours à l’Académie.

J’critique pas, mais j’pense avoir jamais autant réfléchi que durant cette semaine.

Alors, ici, avec Aqua et Frabrizio au sommet de cette maudite montagne ? J’me fais la réflexion que ça vaut totalement le coup. J’parle pas de l’entraînement et des quinze ascensions pour arriver ici, c’plus profond que ça. Une sorte de mise au point alors qu’il y a la voûte céleste nous observant, nous jugeant.

Entendu, Maître Aqua.
Hop, p’tite révérence de circonstance et j’me permets de tourner un regard à Fabrizio.

Comme j’viens de l’entendre, il n’y a pas qu’une seule façon d’faire l’travail qui nous incombe. En l’voyant, juste à côté d’moi, j’me fais la réflexion qu’il doit sûrement mieux s’y connaître que moi. Bon, d’accord, la gueule ravagée par les flammes lui donne l’air belliqueux. Sauf qu’j’le regarde comme ça et j’me fais la réflexion qu’il doit résoudre bien plus de problème en parlant plutôt qu’avec son épée.

Enfin, j’dis ça, il n’était pas loin d’me foutre ma rouste plus d’une fois !

Pour preuve, il doit s’retenir pour éviter d’me blesser dans mon orgueil. Enfin, ça m’pousse à la réflexion de savoir comment que j’dois faire. Certes, nos chemins vont surement se croiser de nouveau et il faudra expliquer c’qui nous anime jusqu’à aujourd’hui.

Qu’est-ce que j’vais dire, à ce moment ?

Demain matin, j’prends l’premier vaisseau en direction d’la Coalition Noire pour foutre une rouste au premier gars que j’vois ? C’pas malin. On vient d’me dire que les ténèbres ne peuvent pas être éradiquées. Mais du coup, j’vais plutôt y aller avec une cantine et distribuer d’la soupe aux habitants d’la Cité du Crépuscule ? J’sais pas. Ouais, ils seront surement contents d’avoir à goûter ma soupe à l’oignon et au soja.

Mais est-ce que ça va réellement servir à quelque chose ?

J’ai envie d’y croire, j’ai vraiment envie d’me dire que bonté et ainsi de suite peuvent aider les citoyens des mondes.

Sauf que j’ai pas envie que ce soit insignifiant.

Trop longtemps, j’ai pas sorti la tête du sable. Aujourd’hui, j’ai envie d’voir le monde bougé et d’y parvenir avec c’nouveau pouvoir ! Ahaha, mais j’dois pas en abuser et devenir une parodie de moi-même.

V’là que j’suis encore en train d’me torturer l’cerveau avec cette histoire.

J’pense que, demain, j’vais simplement prendre le premier vol en départ de c’monde et trouver quelqu’un à aider. Pas dans l’sens d’lui construire une cabane dans les bois afin qu’il puisse vivre de fruit sec et de patate, mais réellement aider quelqu’un. Ouais, la frontière est mince et j’vais déjà devoir y parvenir.

Et tabasser des sans-cœurs, aussi. Là, j’me balade quand même avec l’truc qui est créer pour ça. Donc, j’vais plus rester les bras croisés devant c’genre de malheur !

Après deux jours à tenter d’parler avec la Keyblade, t’inquiète pas que j’vais l’écouter à l’instant où il faudrait faire parler l’fer. Bon, après, j’espère que ce sera pas la foire. Du genre, arriver dans un endroit et d’voir la population sans-cœur avec pour but d’me vriller la tête.

J’ferais tous ce dont j’suis capable pour y parvenir, d’quoi vous rendre heureuse.
Sourire entendu, pouce de la patte dressé et allure de gars en confiance.

Un jour, il faudra que j’arrête de douter d’moi et qu’j’fasse confiance à ce que les gens racontent sur moi. Aqua, elle ne m’a pas choisie sur un coup de tête. Par contre, elle m’a pas appris son truc avec la Keyblade alors qu’elle quittait le Jardin Radieux lors d’notre premiers rendez-vous.

Oh, c’sera pour plus tard.

En attendant, j’vais déjà apprendre à latter du sans-cœur et à aider les gens. Avec ça, j’en ai déjà pour un bon bout d’temps. Et puis, j’dois m’trouver une nouvelle maison maintenant que l’grand Chen Stormstout ne s’ra plus Maître Brasseur.

Ouais, place au sang-neuf. Aujourd’hui, j’serais l’Vent Nouveau !


more_horiz
Jusqu’à ce que nos chemins se croisent de nouveau.

Quand ? Où ?

Son esprit bien trop obtus n’avait compris qu’une fraction de seconde trop tard que cette affirmation ne comprenait pas de réponse claire. Il se trouva bête. Et même s’il sut en l’instant que le silence était une bonne réponse, ce ne fut que plus tard, dans le vaisseau du retour, qu’il se dit que quelques réponses étaient aussi possibles.

Autre que de regarder Aqua avec son air énigmatique (à elle) et passablement con (à lui) et écouter la réponse (de Chen).

Il avait survécu au décollage – la plupart des accidents arrivaient au décollage. Le vaisseau avait poursuivi une lente ascension au-delà des plaines herbeuses de la Contrée du Départ. S’éloignaient manoir et chaînes ainsi que ponts et les si caractéristiques lampadaires qui rendaient les nuits de ce monde moins sombres. Maintenant dans l’espace et à destination du Domaine Enchanté, Fabri n’avait plus que le ronflement calme des moteurs du vaisseau pour lui tenir compagnie. Sur cette ligne, il n’y avait personne – pourquoi la tenir, alors ? La Shin-Ra ne semblait pas faire de petits profits.

La bonté, la bienveillance, la compassion, la sagesse… Ce sont les vraies lumières capables de dissiper les ténèbres.

Ils étaient en guerre. La Coalition pouvait-elle éprouver de la bienveillance ?

Immédiatement, quelque chose d’autre vint à son esprit. Non, bien sûr, et c’est en éprouvant de la bienveillance qu’il pourrait les écraser. Logique. Imparable.

Si la stupidité pouvait tuer il serait déjà mort rien qu’en pensant de cette manière.

Fabri n’était pas vraiment inspiré par les étoiles, bien trop préoccupé par le vide qui les séparaient chacune. Chaque étoile était un monde, rempli de milliers de vies, d’existences, de tristesses, d’amour. Une toute nouvelle perspective qui, bien qu’ayant probablement toujours existé, lui était maintes fois venue à l’esprit, n’était jamais jusqu’à là venue résonner à son cœur d’une aussi forte manière.

C’était cela que Maître Aqua voulait dire, quand elle disait d’écouter son cœur.

Aussi bien que la réalisation qu’il n’était pas bien grand, dans l’immensité de l’espace, il y eut celle que les choses avançaient. Plus figurativement, que la terre tournait. Il avait nettement moins peur de l’espace, sans vraiment pouvoir se l’expliquer. Moins d’explications, c’était peut-être la clef de tout ça. Le bruit du moteur du vaisseau l’endormait petit à petit ; il restait encore quelque temps avant d’arriver au domaine, de toutes manières.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum