Kingdom Hearts RPGConnexion
Du 01/02 au 28/02
Jusqu'au dernier
Participer
L'environnement est totalement destructible.
Participer
A la fin du mois, l'étau se resserrera sur les candidats restants...
Participer
Interdit aux enfants de moins de 12 ans !
Participer
Aucune limite à la destruction.
Participer
Oubliez les statistiques, il n'y a que stratégie et endurance !
Participer
Chaque kill vous rapporte de l'argent. Achetez de l'équipement pour plus de destruction !
Participer

more_horiz
Tout en marchant dans ma super combinaison de pilote de méca, je souris aux gens que je croise en… les filmant, oui, sans gêne ! Beaucoup me rendent des sourires et est-ce que certains me regardent étonnés par ma tenue vestimentaire ? Oui forcément, certains ! Mais pas tant que ça !

« Comme vous pouvez le voir, dis-je en me filmant à nouveau, il y a des noirs, des blancs mais… la plupart ont des traits asiatiques ! Et ! Vous me l’avez souvent dit, j’ai des traits asiatiques ! Donc bon, j’ai réfléchi. Moi, c’est évident que je ne viens pas de la Terre des Dragons. Je ne sais pas d’où viennent mes ancêtres mais enfin… » Je tends mon bras et me filme en plongée tout en faisant un geste entendu de la main. « Ca me semble évident que c’est pas des Chinois. » Alors… ça parait méchant. Mais là, moi dans ma tête, pour l’instant, Chinois = Huayan Song. Et Huayan Song = Kirby, en terme de classe, d’élégance et d’intérêt. « Alors oui ! Vous allez me dire que Song, c’est un nom de famille qui fait un peu chinois. Mais on est sur ma vidéo, et sur ma vidéo, je suis D.Va et je suis sans doute descendante d’une très longue lignée de gens super cools de San Fransokyo ? Deal ? » Je fais un grand sourire à la caméra et recommence à filmer la rue. C’est bien simple, je filme sans commenter parce que tout est magnifique. Les gens, on a bien compris… si tu fais que du gaming, ils te rabaissent à une vidéaste pour jeunes ados. Alors que si tu fais du make up, des vlogs, du culturel, là, personne n’aura honte de te suivre ! Et moi je fais absolument tout parce que j’aime absolument tout le monde ! Et tout le monde adore les vidéos faites à l’arrache d’un gars ou d’une fille qu’ils aiment bien sur des rues, des musées, des « ce que tu veux »!

Je me dirige vers l’université. Je ne suis pas encore sûre de ce que je vais faire. Si ma mission est de me faire connaître des étudiants, de devenir une personne proche du peuple, alors je dois faire quelque chose de fort. Mais genre pas trop non plus. Faut qu’ils se disent « Ca c’est la shinra. Elle est cool mais elle m’oppresse pas par sa présence ! »
Pire idée du monde : Venir avec un macrophone et gueuler que je suis D.Va et que je suis là pour eux.
Voilà. J’ai pas d’autres idées à ne pas faire ou à faire. J’ai que ça, et je me dis que… réfléchir avant aurait été sympa. Ok ! Bon, je reviens sur l’idée initiale. Ici, je suis là, je vais à l’université pour un peu sentir l’ambiance, pour un rien, en gros. C’est pas maintenant que je vais commencer à taper gros. Ok !
Donc à la cool, Di.


« Nous voilà à la faculté de robotique, les amis. Le plus grand centre d’intérêt dans ce monde. Ah ça, le monde est cool mais c’est ici que ça se passe. »

J’entre sans problème et je vois le grand hall qui fait aussi office de salon, dans le genre… lieu d’exposition. C’est ici que tous les futurs étudiants montraient leur projet, quand je suis venue faire un briefing au Président de tout ce que ces jeunes proposaient. Et je vais directement me la jouer officielle. Si je commence à faire les choses ninja, on me reconnaîtra jamais dans la rue. Alors je vais à l’accueil et devant une femme noire de peau avec un serre-tête dans les cheveux, je commence !

« Bonjour mademoiselle ! Je suis D.Va, je représente la Shinra. » Je lui fais un grand sourire en la regardant dans les yeux pour lui ôter toute envie d’être stressée par tout ça. Le Président ne m’a pas exactement dit que je représentais la Shinra à San Fransokyo… il a dit que je DEVAIS représenter la Shinra aux yeux du peuple et des étudiants ! Mais dans les deux, il y a représenter la shinra, donc ça passe ! « J’aimerais beaucoup visiter l’université, plus précisément cette faculté-ci pour le moment. Rien d’officiel, rassurez-vous. La Shinra se sent concernée par le quotidien des étudiants et j’aimerais en savoir plus. »

« Oh euh… vous permettez que j’en discute avec le doyen ? »

« Bien entendu. »

Et me voilà à attendre. C’est normal, je comprends. Donc je prends un air patient, ravi et épanoui et je pense à autre chose, comme… ce que je vais faire demain pour vraiment prendre contact. Et à la fin de tout ça…

« Mademoiselle, c’est entendu. Le doyen serait ravi que vous visitiez nos locaux et que vous assistiez à certains cours. »

« J’aimerais aussi voir vos doctorants, vos chercheurs, le travail de toutes les personnes qui sont ici à l’université. Si c’est possible. » Je lui fais un nouveau sourire et nous voilà parties. Elle m’accompagne, j’ai envie de dire heureusement. Il faut que quelqu’un reste avec moi ou j’aurais l’air d’une étudiante paumée. Mais il faut quelqu’un d’accessible, pas un vieux prof qui donnera un aspect trop officiel à ma venue !

On entre très rapidement dans une petite salle, vraiment minuscule. Et ce n’est pas un tableau devant des rangées de tables, non. C’est une table ronde. Et à l’intérieur de cette table ronde qui est quand même bien bien grande, il y a le professeur qui écrit devant lui avec un stylet, sur une tablette, tout ce qu’il explique oralement. Et devant tous les étudiants, il y a un écran hologrammique où apparait tout ce que fait le professeur. Impressionnant. Franchement ça le fait. Je sais pas si c’est mieux mais enfin. 
Comme le prof est encerclé par des tables, la réceptionniste ne peut rien lui dire discrètement, donc…


« Monsieur Ito, voici une envoyée de la Shinra. Elle aimerait observer votre cours quelques dizaines de minutes pour rendre compte du quotidien de nos étudiants. »

« Ah et bien… je vous en prie, prenez place. Bienvenue. »

Les étudiants me regardent tous avec curiosité et là, si. Si, ils sont surpris par ma tenue. Oui, forcément, en rue, une jeune habillée sexy et spéc comme ça, on peut comprendre. Une employée de la shinra ? Là, ça fait spéc. Je leur souris. Purée, ces types ont presque mon âge et j’ai l’impression d’être cette inspectrice qui venait voir notre maîtresse, quand j’étais à l’école primaire… J’ai l’impression d’être puissante !

Je m’assieds devant un des écrans. Il n’y a pas beaucoup d’élèves. Perso, je sais à quel point le niveau requis est élevé donc ça ne me surprend pas.
Bon… j’essaie de me concentrer sur ce qu’il dit et écrit.


« La règle de combinaison des spins implique que le commutateur entre deux Q doit être une combinaison de termes des représentations (0, 0) et (1, 0). Toutefois, le seul générateur bosonique de cette dernière est la partie self-duale de Jµν, qui ne commute pas avec Pµ, ce qui… »

De ma vie. J’ai jamais autant rien compris un truc. De ma vie. Il m’a larguée en un instant. Je suis sûre qu’il l’a fait exprès pour m’impressionner. Je regarde l’étudiant à ma droite avec un sourire en haussant une épaule. Il me regarde distrait et note sur un genre d’ordi bizarre hyper high-tec ce qu’il vient d’entendre. Moui, alors…

«  C’est un cours de… 5ème année ? » demandé-je à la réceptionniste assise un peu en retrait derrière moi, en chuchotant.

« La plupart des étudiant dans cette classe doivent être en deuxième année. »

Je soupire. Je sais pas ce qu’ils leur donnent à manger pour qu’ils deviennent assez doués pour comprendre des trucs comme ça à 19 ans. J’essaie même plus d’écouter, je regarde les étudiants, fais semblant de m’intéresser à ce qui se dit. Ok ! Après une vingtaine de minutes, la réceptionniste, O’Hara, et moi nous éclipsons discrètement pour aller voir ailleurs ! Et me voilà dans un cours semblable, avec des étudiants un peu plus vieux. Et elle me dit que c’est un cours de quatrième année, mais bon, c’est tellement difficile que je vois plus en quoi c’est plus hardcore que ce que j’ai vu tantôt.

Et me voilà, deux heures plus tard, fatiguée de tout ça dans un cours manuel. Là, y a du bruit. Merci… merci ! Les étudiants doivent fabriquer une toute petite puce. J’en profite pour parler un peu à la réceptionniste tout en regardant de loin les jeunes.


« Ils sont en quantième, ceux-ci ? »

« Je crois que c’est un cours de deuxième année. »

« Ok mais… c’est pas un peu rasoir ? Je veux pas juger mais les cours-là qu’on vient de voir ? C’est à peine soutenable. »

« Je dirais que pour une grande majorité de nos élèves, qui ne sont acceptés qu’à condition d’avoir un niveau excellent ou d’avoir… beaucoup beaucoup d’argent… c’est une nécessité. Ils arrivent en première année en ayant déjà un niveau extrêmement élevé. Nous leur donnons les moyens d’atteindre un niveau encore supérieur. »

« Ok mais vous… parce que là vous me faites stresser avec votre niveau de fou. Vous, vous comprenez ce qu’ils racontent, leurs profs ? »

« Ah non pas du tout. »

Ouuf. Non mais à l’entendre, c’est cette planète entière qu’est dotée d’un cerveau surhumain. Donc j’ai besoin de rassurer mon esprit normalement intelligent !
Bon allez ! Je vais vers un des gars qui travaille sur sa puce, avec des loupes et tout, et des pinces minuscules. Je l’ai choisi intelligemment ! Plutôt pas mal, bien fringué, relativement distrait !


« Bonjour ! »

« Bonjour mademoiselle. » Il me regarde une seconde avant de se pencher sur sa puce.

« Tu peux m’appeler D.Va ! Tu fais quoi ? »

« Je dois agencer les différentes particules de cette puce exactement comme l’a fait le professeur. »

« Ca n’a pas l’air trop difficile. J’ai vu le niveau, vous faites des machines de folie avant même de commencer les cours. »

« C’est le but de ce cours, justement. Nous inculquer une discipline, respecter des plans, reproduire en laissant la créativité de côté. »

« Donc… pas cool ? »

« C’est ni cool, ni pas cool. Notre créativité n’est pas étouffée, nous devons juste apprendre à obéir parfois à une méthode stricte. »

J’acquiesce en souriant et je m’éloigne discrètement. Pas très marrant, ce gars. Entre nous, je sais pas si j’adore être ici. J’avoue que là, les deux dernières heures m’ont un peu refroidie. Je suis entourée de mecs et de filles beaucoup plus intelligents que moi, c’est pas vexant, c’est… déprimant. Est-ce que j’arriverais à me rapprocher d’eux ? Franchement, je commence à avoir des doutes.

« Salut ! » me dit un petit gars. Il doit avoir… 17 ans, je sais pas. Encore un méga surdoué ! Je vais vers lui et lui fais un grand sourire charmeur.

« Bonjour ! D.Va ! »

« Oui, je sais bien ! Tu fais des combats de robot ! Moi c’est It ! »

Ah et il me tutoie, c’est bien ! Bon, le côté combat de robots, j’aurais aimé commencé sur une autre base mais enfin, on a le public qu’on mérite.

« Ah comment es-tu au courant ? »

« Je regarde des diffusions sur internet ! T’as fait que trois combats mais… t’as déjà une belle réputation. »

« Oui et ça remonte déjà. On parle encore un peu de moi ? »

Il arrête son travail et m’invite d’un geste à regarder à travers sa loupe. Je vois les circuits, les petits objets dans son appareil. Ouais j’imagine que c’est sympa mais à part l’aspect précis du machin, je vois pas trop devant quoi je dois être impressionnée.

« De temps en temps, oui. Genre pour rappeler la tannée que s’était pris Doc. T’es au courant qu’il va y avoir un tournoi dans quelques jours ? Doc est l’un des favoris, pour l’instant. »

« Je sais pas, peut-être. » Je rabats une mèche derrière mon oreille. C’est bon à savoir, mon nom n’a pas été oublié dans le milieu. J’y ai été qu’une soirée mais j’ai fait mon numéro et suis entrée dans le game. Après, allez pas croire que je suis devenue un des grands noms. J’ai eu mon quart d’heure de gloire mais il me reste tout à prouver. Et bien sûr, je vais aller à ce tournoi.

« Y a des fêtes prévues, ces jours-ci ? »

« Des fêtes ? » Il rigole et met ses mains dans ses poches. « T’es quand même une drôle d’employée de la Shinra. Tu fais des combats de robot et tu veux sortir ? »

« Non… aller à des fêtes, ça m’intéresse pas ! Par contre… je vendrais un rein pour me rapprocher des étudiants, donc si je peux être l’organisatrice de fêtes la plus cool du territoire, je prends. »

« En robotique, on n’est pas tellement des fêtards mais… tente le coup ! »

On discute encore un peu, je refais un dernier tour et… quelques heures plus tard, me revoilà dans le hall d’entrée avec O’Hara.

« Merci beaucoup pour cette visite. Petite question avant de vous laisser : J’aimerais vraiment m’impliquer dans la vie estudiantine des étudiants. Et j’aimerais commencer demain après-midi en prenant contact vraiment avec eux. Puis-je réserver un auditoire pour cette rencontre ? »

Et voilà bim. Avec son accord, je quitte l’université. Je suis pas sûre d’avoir fait avancer mon combat aujourd’hui mais ne serait-ce que pour l’idée de la rencontre, je suis contente; Demain, ça va être pas mal. Je m’assieds sur les marches pour réfléchir et regarde les étudiants autour du campus tout en sortant à nouveau ma caméra. Je vais prendre un autre chemin pour le retour. Je me lève, me dirige vers une ruelle et…

« Oh ! »

Je percute une masse que je n’ai pas vue arriver et qui me déséquilibre complètement. Je suis à deux doigts de tomber mais une main saisit mon bras et me retient. Je rigole nerveusement et regarde le gars dans lequel je suis rentré.

« Vraiment désolée ! »

« Non, c’est moi. Navré, je… »

« Oh c’est… on se connait, je crois. » Je rabats une mèche derrière mon oreille et affiche un grand sourire en regardant cette nouvelle rencontre. C’est un asiatique pas bien grand, 1m74 peut-être, aux cheveux teints en bleu électrique. Elancé et tout, avec une petite cravate bleue mais à part ça, un style décontracté.

« Ah, je… vous êtes sûre ? »

« Oui oui, j’étais habillée en… civile, les cheveux attachés, une casquette sur la tête. Vous m’avez présenté votre invention pour le concours d’entrée à l’université ! »

« Ah ! Ah oui bien sûr, bien sûr ! Je… et bien j’ai été pris, figurez-vous ! J’ai même reçu une bourse d’étude de la part de la Shinra ! »

Je lui souris et ris légèrement. « Oui, je suis au courant. Je représentais la shinra. C’est moi qui ai présenté les différents concurrents au Président. En fait, aujourd’hui encore, je la représente. » J’adore dire ça, c’est une passion ! Le gars me regarde, tout choqué, la bouche-bée. Je vois ses yeux qui ne savent pas trop où regarder, je le vois même glisser sur ma combinaison. Je prolonge mon sourire en attendant une réaction.

« Je… je ne sais pas quoi dire, je… Je vous dois tellement. Avec cette bourse d’étude, je vais pouvoir me consacrer totalement à mon projet et. Tout ça grâce à vous ! »

« L’argent vient de la compagnie, donc gardez un peu de votre gratitude pour le Président ! »

Il rigole maladroitement, après une bonne seconde de blanc.

« Et si on se tutoyait ? Tu t’appelles comment déjà ? »

« Kotetsu Shudan ! »

« Ok moi c’est D.Va, j’ai été super contente de te revoir. Là, je t’explique, j’ai beaucoup de boulot pour demain mais… Tu sais quoi, demain. 15h30, Auditoire 4, j’aimerais parler à plein d’étudiants de la Shinra, répondre à des questions et tout donc. Franchement, viens avec plein de potes, ça me ferait super plaisir. »

« Oui sans faute, je vous… te dois tellement, je le ferai ! »

« Ca marche, merci ! A demain Kotetsu ! »

Bon allez, j’ai plein de courses à faire ! Je vais direct dans un grand super-marché. Quand je dis grand, je veux dire vraiment vraiment grand. Je fais le plein : chips, sodas, bières. Je prends des marqueurs, des rubans, des affiches, bref. Je me charge comme une mule mais c’est pas grave, je rentrerai en taxi.
Arrivée chez moi, je rallume la vidéo, tranquilloupipou, et je raconte mon super plan, mais… en bref. J’ai mille fois trop de travail pour le lendemain pour commencer à perdre ma soirée en explication. En gros, je veux faire des grandes banderoles à afficher partout, ainsi que des affiches pour expliquer le projet. Et voilà. Mais j’aime bien faire ça ! Colorier, écrire en grand, coller.

Et me voilà le lendemain, quinze heures plus tard après une sacrée ellipse. Je suis dans un des amphi, et j’ai genre… bien tout préparé. Toute la journée, j’ai affiché des papiers sur la séance que j’organisais ! J’ai été trouver les jeunes pendant qu’ils mangeaient pour leur dire ce que je faisais ici et du coup…
En voilà ! 15h30, à l’heure, déjà quelques groupes de jeunes qui arrivent ! Je me prépare pour le malaise à venir, viens vers eux, toujours dans mon uniforme et


« Bienvenue ! En attendant que tout le monde arrive, vous pouvez vous servir de ce que vous voulez et vous poser tranquillement ! »

Et là, c’est technique, je fais semblant de m’occuper. D’autres arrivent et imitent les premiers arrivés, un peu à se demander ce qu’ils doivent faire. Moi c’est pareil. J’ai un peu répété un semblant de speech mais je sais bien comment ça va se faire. Dans trois minutes, je vais improviser ma vie. Le fait qu’y ait plus d’étudiants maintenant me laisse un peu agir, j’aurais moins l’air en chasse si maintenant je vais déjà en trouver quelques-uns, histoire de. Alors je me lève, je fais mon plus grand sourire et je me dirige vers deux étudiants un peu isolés, oui, mais isolés ensemble.

« Salut les gars ! D.Va ! On se fait la bise ? » Faut direct que je montre le ton, c’est super important. Alors sans hésiter, je leur tape un bisou à chacun et d’un air resplendissant, j’attends qu’ils me disent leur prénom.

« Euh. Loulou. »

Ah ouais faut le faire.

« Kinute. Tu… es celle qui gères la réception ? »

« Ouais, c’est ça. Merci beaucoup d’être venus, j’ai vraiment beaucoup de choses à vous dire. En quelle année êtes-vous ? »

« En troisième tous les deux. »

« Et vos projets ? Je peux savoir ce que c’est ? »

Loulou répond d’un air un peu ennuyé, pas super agréable mais enfin… j’imagine qu’on leur a demandé mille-cinq-cent fois depuis qu’ils ont commencé dans cette faculté.

« Moi c’est vraiment très compliqué pour qu’une néophyte comprenne, sans vouloir te vexer. »

« Oh bah… tu dois avoir raison, tracasse. »

« Moi je bosse sur un drone. J’essaie de le rendre parfaitement indétectable, d’une furtivité encore jamais vue, mais j’ai beaucoup de concurrence. »

« Ah j’imagine bien. Les drones c’est genre un truc qu’on voit souvent. Allez je m’absente une minute, y a pas mal de gens qui commencent à arriver ! »

Je vais à l’entrée alors que de plus en plus d’étudiants entrent dans l’amphi. Ca va devenir confus donc… je leur souhaite la bienvenue les uns après les autres en leur disant les formules de politesse et autres lignes de dialogue scriptées et les renvoie au buffet. Et enfin, quand je vois que y a plus grand monde qui rentre, je me dirige vers l’estrade avec un micro et je commence, en attirant leur attention par un :

« Hurum, s’il vous plait ? »

Ils me regardent tous, levés ou assis sur une table. Au moins, on a l’ambiance décontractée que je voulais. Reste plus qu’à les convaincre.

« Alors salut, moi c’est D.Va, je suis Soldat au sein de la Shinra. Pas un Soldat très balèze, on va pas se mentir. » Je fais un sourire gêné en penchant un peu ma tête sur le côté. « mais suffisamment pour avoir combattu dans votre ville durant la Saint-Patrick ! Et en-dehors de ça, je suis une super grande fan de ce monde, c’est pour ça que le Président Shinra m’a envoyée ici, pour être la voix de la Shinra auprès de vous les jeunes. » Je les pointe d’un index. « Est-ce qu’il y a des étudiants qui ne sont pas en robotique dans la salle ? »

Il doit y avoir cent-cinquante personnes dans la salle, et j’en ai trois-quatre qui lèvent la main.

« Super, alors, clairement… je suis arrivée hier dans la ville, donc j’ai commencé par la faculté de robotique parce que c’était incontournable mais tout ce que je dis là, c’est pour tous les étudiants, pas juste pour ceux en robotique, même si… on va pas se le cacher, ils ont la classe ! »

Je reçois un léger rire. C’est pas borderlands mais voilà.

« Qu’est-ce que je fais là ? Pourquoi ils envoient une Soldat aussi mignonne et sympa que moi au lieu d’envoyer une diplomate ch’ais pas quoi ? Et qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire pour vous ? Qu’est-ce que la Shinra va pouvoir faire pour vous ? Ce sont des questions qui vous parlent ou vous vous en foutez ? »

Là, c’est un peu plus chantant. J’en ai pas mal qui font un truc qui ressemble vaguement à un « non non ça nous intéresse, continue, chica. »

« Ok. La Shinra, c’est une entreprise de dingue. Elle a démocratisé le voyage interplanetaire. On va pas se le cacher, elle a créé un empire incontournable. Et sa technologie dépasse celle de toutes les planètes connues. Toutes sauf la vôtre, SanFransokyo. Vous êtes le highscore de la technologie et nous, là, on peine à tenir la comparaison. » Voyant qu’ils sont attentifs et qu’ils ont l’air contents de tous ces compliments, je continue en ayant l’air de réfléchir à fond ! « Du coup, c’est plutôt cohérent que la Shinra s’intéresse aux inventeurs de ce monde. Et c’est complètement évident qu’elle s’intéresse au futur de la technologie, c’est-à-dire vous, qui saviez réparer un grille-pain avant de savoir marcher. Sans complexe, voyez mon patron… comme votre futur patron. » dis-je sans sourire avant de rire légèrement. Ca paraît super capitaliste, tout ce que tu veux mais voilà, c’est la loi du marché. « Votre créativité sera bientôt… une affaire de galaxie. Du Colisée de l’Olympe au Jardin radieux, on pourra dire… Woah. Ce grille-pain est d’une conception absolument parfaite. Et c’est normal, il a été créé par… »

Je tends mon micro vers une jeune fille devant mon estrade.

« Euh… San-James. »

« par San-James. » Je souris gentiment à la foule d’étudiants. « donc voilà ce que je fais ici. Je ne viens pas vous dire pourquoi dans dix ans, j’aimerais que vous travailliez tous pour la shinra, non. Je viens vous expliquer pourquoi vous êtes super importants pour nous, tous. Vous savez ce que le président a fait, récemment ? Donner des bourses, engager les recalés. C’était pas diplomatique, c’était pas marketing, c’était purement pratique. On a besoin de vous. J’ai… plein de choses à vous dire. Mais là comme ça, est-ce que vous avez des questions ? »

Je donne la parole à une jolie fille avec des dreadlocks qui, dès qu’elle parle, a l’air assez remontée. J’a-dore être la cible facile. Mais voilà, c’est aussi ça, représenter un cartel.

« Vous savez combien de fois San Fransokyo a été attaqué par des menaces qu’elle ne pouvait gérer elle-même ? »

« Non pas du tout, j’avoue. »

« Que je sache, une fois, justement lors de la Saint-Patrick. Alors c’est marrant, je trouve, que San Fransokyo ait presque remis les clés de la ville à votre compagnie pour nous protéger. Je pense que… ça va. On peut se gérer, à priori. »

Je rigole légèrement, d’un air sympa et je lui demande : « Et quelle est ta question ? »

« Je ne sais pas… comment ça se fait qu’on en soit arrivés à cette alliance ? »

« Honnêtement. Je comprends ce que tu dis, c’est vraiment… surprenant, tout ça. On s’incruste et  moi ça m’étonne pas que vous ne soyez pas forcément ravis. Pour te répondre, et je vais être honnête… même super honnête. Je suis sûrement pas censée le dire mais… c’est de la politique. Et ça me dépasse. »

« Donc… » reprend le copain de la fille aux dreads. « si je comprends bien, vous… »

« Franchement, tutoyez-moi, les gars. J’ai votre âge. »

« Oui. Tu nous dis que tu représentes la Shinra, que t’es là pour répondre à nos questions concernant la shinra, on t’en pose une et tu nous réponds que t’en sais rien et que tu t’en fous ? »

Beaucoup d’étudiants se retournent vers lui, même moi je suis bouche-bée. Le mec m’a complètement rekt. Franchement, déjà là j’arrive pas à comprendre comment j’ai pu me faire avoir en deux secondes.

« Non, je… vraiment. Ce que je veux dire, c’est que la Shinra, c’est peu de politique. La Shinra c’est 99,9% de personnes comme moi qui sont des personnes comme vous. Et c’est nous qui sommes dans votre ville, avec vous, pour vous défendre ou pour collaborer… pas le 0,1% restant, composé de gros patrons. Alors, moi je ne sais pas ce qu’il s’est passé, pourquoi votre maire nous a fait confiance ou plutôt… a eu besoin de nous faire confiance. Ce que je sais, c’est que moi, je ne suis pas venue à San Fransokyo pour rassurer les chefs de la ville, les patrons, vos professeurs, non. Le 0,1% de la Shinra qui décide m’a envoyée ici pour vous, parce que vous êtes leur préoccupation.
C’est vrai, oui, la Shinra s’intéresse de très près à San Fransokyo. On est là désormais pour vous protéger, c’est notre job. On va faire partie de vos vies. Mais pas pour… vous guider ou vous diriger mais pour un projet commun. Le progrès de toutes les planètes connues. »


Bon je donne la parole à un autre parce que les deux-là vont m’avoir encore une fois si je leur laisse encore une chance.

« Pardon mais t’as pas répondu à ta propre question. Pourquoi toi et pas un gars ou une fille qui bosse dans la diplomatie ou un truc comme ça ? »

« Ah. Je vais me répéter mais comme c’est le peuple et les étudiants qui intéressent mon patron, c’est plutôt logique qu’il envoie quelqu’un du peuple. Une fille qui a votre âge, qui vit vos galères, qui joue aux jeux vidéos, qui adore regarder des séries. Et puis tant qu’à faire ! S’il arrive une tuile, je vous défendrai bien mieux que n’importe quel diplomate ! »

« Et dans les faits, qu’est-ce que tu nous proposes ? »

« Oui merci pour ta question. En fait… donc la raison de ma présence, c’est faire en sorte que tous ces changements dans la vie de votre ville se passent bien et que vous vous sentiez en sécurité avec la Shinra. Voyez-moi comme l’intermédiaire en combinaison en latex entre le président Shinra et moi. Donc moi, je serai là… tous les jours pendant quelques heures, je ferai une permanence à la cool, dans un coin de placard à balai, et vous pourrez me demander n’importe quoi. Des infos sur la Shinra, des contacts avec des recruteurs, des scientifiques de notre entreprise, tabasser votre ex. Moi je suis là pour que vous compreniez tout ce que la Shinra peut faire pour vous. Et comme je suis… extrêmement volontaire, j’ai envie de faire plein de trucs. Je veux organiser des fêtes, je veux qu’on se détende. Comptez juste pas sur moi pour vous aider à réviser ! » Je marque une légère pause pour regarder quelques visages et je cherche une main levée… « une dernière question, parce que j’ai vraiment trop parlé et qu’on a tout le temps du monde ! »

« J’en ai deux ! Ton uniforme est vraiment spéc’ et… y a des marques dessus, tu nous expliques ? »

« Ah ! Merci de l’avoir remarqué ! Je suis pilote, en fait. De méca. Je vous explique pas ce que c’est ! Et les marques sur cette combinaison qui est tout sauf sobre, c’est parce qu’à Illusiopolis, je suis gameuse professionnelle et que j’ai plein de followers sur notre internet à nous. Je fais des tas de vidéos, notamment au boulot, et je peux me payer des trucs un peu cools grâce à mes sponsors. Voilà tu sais tout. J’espère que vous pourrez voir mes vidéos un jour, quand nos deux internets n’en feront plus qu’un !»

Je leur souris et descends de l’estrade, en éteignant le micro. Et de là, je me ballade entre les différents groupes. Franchement, à part quelques exceptions qui se rendent bien compte que je suis un peu là pour faire avaler une pilule, j’ai l’impression que j’ai plutôt bien fait ça ! La prochaine étape ce sera d’un peu moins parler de moi… et de vraiment me concentrer sur eux tous, histoire qu’ils soient à fond sûrs que je suis là pour eux.
Et je retrouve…


« Kotetsu ! »

Je lui fais la bise directement avant de saluer toute sa bande.

« Merci d’être venu, mec, c’est vraiment sympa ! »

« Ah c’est… normal. »

Il me sourit bizarrement, l’air un peu stressé. Yeah, je fais mon petit effet, malgré tout ce que je dois leur inspirer de politico-sérieux, à ces gars.

« Allez raconte-moi. Comment ça se passe, tes cours ? »

« Euh… honnêtement, très bien. Je suis dans mon élément et l’aide que m’apporte la Shinra est vraiment une aub…

« Ah ! » Je lui fais une petite tape sur l’épaule pour l’arrêter. « Arrête, vieux lèche-bottes ! Tu sais déjà que le Président voudra t’engager si tu finis tes études et que tu gères bien ton invention, c’est un investissement, qu’il a fait, tu ne dois rien à personne ! Tu es un génie, Kotetsu ! »

« Ahah merci. »

« Excuse-moi. » Je lui souris gentiment. « Je t’ai coupé, continue. »

« Euh… le niveau est élevé mais je me sens vraiment capable de faire tout ce qu’ils me demandent, pour l’instant. Je ne vais pas t’ennuyer avec les détails mais… je suis vraiment content de pouvoir travailler sur Emna, d’être encouragée à la perfectionner. »

Rien que de l’entendre, j’ai des étoiles plein les yeux. Son projet, je l’ai adoré. Le gars a développé une intelligence artificielle déjà très développée, capable d’écouter, de répondre, de conseiller. C’est pas parfait mais le potentiel est énorme ! J’ai parlé avec elle pour dire et c’était incroyable. C’est mon coup de coeur. Et visiblement son IA s’appelle Emna !

« Tes profs sont impressionnés par le niveau actuel de ton IA ? »

« Sans me vanter, oui ! J’ai eu droit aux éloges de notre professeur de programmation et de quelques autres professeurs. Certains de mes cours sont déjà validés, en fait. »

« Je suis… pas du tout étonnée. »

Je parle encore un peu avec lui et… en-dehors de son invention, je l’aime bien. Je peux pas dire que pour l’instant, j’ai une vision terrible de tous ces étudiants. Là c’est sûrement trop tôt, mais je suis… bah absolument nulle pour tout ce qui est matière et tout ça. Tout ce que je sais faire, c’est jouer aux jeux vidéos et monter des vidéos et forcément… je le sens la première. Je me sens bête quand ils commencent à me parler de leurs trucs et y a une petite part de moi qui les trouve un peu prétentieux. Ca va ! Kotetsu me donne pas cette impression donc… comme c’est une nouvelle vie pour moi, je pense pas que je vais le lâcher tout de suite, ce gosse !

Je les quitte, deux heures plus tard, pour rentrer dans mon appart et me reposer un peu. J’ai promis une permanence, je vais m’y tenir. Deux heures par jour, de 14 à 16h, par exemple, ça me semble bien. Et à côté j’aurais le temps de faire ce que je dois faire.

Prochaine étape : Revenir dans le game.

_______________________________
57 jours ?! Je ne vois pas de quoi tu parles !! Dvasign
more_horiz
C’est marrant, j’ai déjà donné mon avis sur cette mission il y a un peu moins d’une semaine et j’me retrouve à finalement taper le commentaire. Malheureusement pour toi, il va y avoir une réédition de ce que je t’ai dit. Histoire que les rares lisant les commentaires sachent ce que j’ai dit, comme mon avis n’a pas foncièrement changé.

Bref, en avant Guingand

J'dois dire que j'ai beaucoup aimé pour une erreur que tu n'as pas faite. Dans le sens où, tu ne prends pas les étudiants pour des cons. Ouais, ce sont censés être les plus grosses têtes de San Fronsokyo, comme ils sont dans l'université. Par ailleurs, comme le montre le film avec la bande a scientifique, ils sont très développés en terme de pensée "extérieur"... Des hippies !

Alors, sortir le couple qui se pose mille questions du pourquoi il se retrouve sous la Shin'ra après une seule attaque. C'est vraiment bon. De plus, cumuler ay personnage qui n'est pas un diplomate, ça donne l'intérêt de la présence de D.Va à San Fransokyo.

Aussi, un des deal à arranger, c'est de rendre ça intéressant. Là, tu puises dans l'historique de la Shin'ra pour faire le truc. C''est pas poussé à l'extrême donc ça passe. Dans le sens où ce n'est pas indigeste de devoir bouffer la piqûre de rappel. Ah oui ! Peut-être mon regret, c'est que dans une ville qui a son lot quotidien d'innovation, d'avoir des trucs qui pop tout les jours ! Donc, que l'on parle toujours de D.Va dans le circuit, j'sais pas, j’suis mitigé.

Un autre regret, peut-être, c'est de ne pas avoir autant de dialogue que d'habitude et que D.Va est moins « punchy » que ce à quoi nous sommes habitués. Bon, en sois, la mission ici ne le permet pas et ça aurait été une faute de chercher à faire du D.Va dans ce contexte après, le point fort dans la suite, c'est de voir la direction que tu prends. Tu ne choisis pas la facilité de « blabla j'vais faire un stream ou investir une salle d’arcade..? ». Non, tu attaques le problème à la source, c'est très bon.

Attention, c’est ici qu’il va y avoir une innovation !

Dans la direction que tu désirs prendre, j’imagine déjà les soirées d’étudiants avec la binouze et les chips dans une ambiance foncièrement folklorique. Ici, j’avoue être très curieux à savoir si tu t’apprêtes à faire une grosse fête dans le campus de San Fransokyo. Ou plutôt, j’ai en tête qu’il s’agit d’un défi plutôt sexy, un truc dingue à prendre en main.

S’il s’agit d’une fête étudiante, est-ce que nous allons avoir le cliché américain avec les gobelets en plastique et le punch gavé de rhum ? Ou un truc typiquement japonais ?

La réponse me semble toute trouvée, il va falloir mélanger les deux ! Et j’sais pas, cette « promesse » de voir le développement de cette fête, ça m’donne super envie de voir ce que ça va donner. Enfin… Si c’est ce que tu as prévu !!!

Ah oui, j’aimais aussi l’idée que D.Va parle du fait qu’elle viendrait aussi de San Fransokyo. Du moins, la réflexion est cool.

Mission accomplie !


Normal : 21 points d'expérience + 220 munnies + 3 PS ! Deux en Symbiose et un en Dextérité.

_______________________________
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum