Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz
La statue de l’une des filles du roi Triton ainsi que Cypher s’avançait au travers des jardins du palais, il battait la cadence de sa nageoire pour donner le plus de distance entre lui et le bâtiment pour finalement s’arrêter derrière une série de coraux.

C’était la première fois qu’il utilisait ce sort, il ignorait combien de temps la malédiction pouvait durer. Dix minutes ? Une heure ? Une journée ?

Voilà peut-être la faille dans son plan, il aurait dû essayer cela sur un crabe ou un poisson avant de se lancer à l’assaut de la maison du roi. Il avait voulu faire la tête brûlée, trop confiant sur ses capacités plutôt que d’établir une stratégie comme il désirait le faire à la capitale des consuls. Enlevant le casque de son crâne, prenant une grande respiration, le Turk se laissait tomber contre le sol des jardins. Maintenant qu’il y était, il allait pouvoir se lancer à la suite de l’aventure. Il dégageait un haillon de sa sacoche et nouait celui-ci autour de la tête de la princesse aussi grise qu’une pierre. Au moins, elle n’allait pas hurler à son réveil.

Laissant son regard se perdre sur le bâtiment, il eut le temps de réagir quand elle revint à elle et ouvrit un regard complètement paniqué en observant l’homme en face d’elle. Celui-ci reprit sa concentration en glissant un sourire sur son visage avant de dégainer un pistolet à fléchette et il pointait Alana de son canon, en signe d’intimidation en même temps qu’il dressait son index devant ses lèvres.

- Enchanté, princesse. Disait-il d’un ton calme, à visage découvert. Si jamais vous vous posez la question, oui, vous n’êtes plus dans votre chambre au palais et vous êtes avec un inconnu.

La peur se lisait dans ses yeux alors qu’elle regardait d’abord l’arme et ensuite le visage de son ravisseur. Quant à lui, le Turk sortait alors son détonateur tout en faisant sauter la sécurité.

- La suite de notre discussion va être simple. Il divulguait la télécommande dans le creux de sa main avant de continuer. Ceci est une arme, reliée à des dizaines et des dizaines d’explosifs que j’ai décimées dans votre palais, cela, depuis des semaines. D’une simple pression sur ce bouton, et tout explosera derrière vous. Plus de maison, plus de papa, plus de soeurs.

Elle était peut-être bâillonnée, mais elle avait toujours ses mains libres. Dans une sorte de réflexe, elle tendait le bras pour chercher à attraper le détonateur, sauf que Cypher était trop rapide et il fermait son poing tout en collant le canon de son arme contre le torse de la sirène.

- Alors… Nous allons énumérer les règles maintenant. Il posait son pouce sur le bouton rouge, jouant avec celui-ci, même s’il mentait sur la quantité d’explosif présent. Vous essayez de fuir, de crier, d’aller contre ma volonté et je presse la détente. Que ce soit de cet objet ou de mon arme.
- Hum. Elle cherchait à parler, sans succès.
- Alors, maintenant, je vais vous permettre de parler et vous resterez bien calme ou chacune de mes menaces seront mise à exécution, d’accord ?

Elle était toujours craintive, mais au bout d’une minute, elle hochait la tête. Le Turk rangeait le détonateur et se leva pour défaire le haillon et revenir en face d’Alana, la pointant toujours de son arme.

- Mon père va… Cypher hochait vivement la tête de gauche à droite avant de l’interrompre.
- Ceci ne fait pas partie des règles, ne les oublier pas. Il baissait son regard un instant, fixant le pistolet à pression qu’il avait pour cette mission en plus du lance-harpon qu’il avait laissé dans sa cachette. Ceci n’est pas aussi puissant que les armes de la surface, cependant, je vous jure que vous n’aimeriez pas vous prendre une balle. Alors, je le redemande, sommes-nous d’accord ?

Elle fixait l’arme une seconde fois avant que ses épaules ne s’affaissent légèrement et qu’elle hoche la tête. Si elle voulait parler sans le sérum, c’était déjà un avantage.

- Parfait. Il désactivait le détonateur, il valait mieux éviter un accident. Avant que vous ne vous posiez la question, ma présence ici n’a rien à voir avec vous ou votre père. Encore moins avec le Consulat ou le Sanctum. Ici, il n’y a que moi qui désire quelque chose de chez vous, les sirènes.
- Il n’y a rien que les habitants de la surface puissent désirer. Disait-elle, faiblement. S’il vous plaît, dites-moi comment se porte Thomas ?
- Thomas ? Répétait le Turk, ne comprenant pas où elle voulait en venir. C’est qui lui ?

Elle refermait ses yeux, ils brillèrent plus de raison jusqu’à ce qu’elle s’effondre en pleurs sur sa queue, suppliant que cela ne soit pas vrai.

- Votre compagnon !? Il venait de comprendre. Il est en vie, si c’est ce que vous voulez savoir. Il ne mérite pas de mourir, il n’est rien d’autre que votre compagnon, pas l’un de mes ennemis.
- Comment puis-je vous croire. Sa voix était cassée, brisée. Vous menacez ma famille, vous m’avez enlevée de mon lit, il était avec moi !
- Princesse, plus un mot. Coupait-il clairement. Si j’avais besoin d’information, il m’est plus utile vivant que mort, autrement vous n’auriez pas de raison de me parler. Les règles sont établies, si vous m’aidez, vous le retrouverez ainsi que votre famille.

Elle levait le regard, elle ne savait que croire. Cypher continuait de la braquer, il attendait une réponse qui prenait du temps à venir.

- D’accord. Dit-elle dans un gémissement, le Turk souriant en baissant alors son arme.
- Parfait, nous n’avons donc plus besoin de cela pour l’instant. Il déposait l’arme sur le sol. N’essayez pas un seul instant de la ramasser pour me tirer dessus, ce serait une mauvaise idée.
- Oui…
- Alors, commençons, je n’ai pas toute la nuit devant moi. Il souriait à l’intention de la sirène. Première chose, pourquoi votre père conserve-t-il son arme dans son socle plutôt qu’avec lui.

Elle levait le regard, elle comprenait maintenant pourquoi cet homme venait de l’enlever et la menace au fin fond des jardins de son palais. Lui, il se riait de cette situation. Si elle ne voulait pas répondre, il n’aurait qu’à injecter un sérum et elle dirait toute la vérité. Ici, elle connaissait les risques que pouvaient avoir ses mensonges.

- Il… Personne d’autre que lui ne peut l’en dégager. Avouait-elle. C’est l’endroit le plus sûr pour son Trident, ou bien quand il le brandit.
- J’ai essayé, je le sais déjà. Répondit froidement le Turk, fronçant les sourcils. Donc, vous êtes en train de me dire que je n’ai d’autres choix que de forcer votre père à me le remettre ?
- Oui. Elle retroussait ses lèvres en prononçant ses mots, apeuré.

Lui, il perdait déjà patience. Il rageait intérieurement. Il ne voulait pas aller jusqu’à une prise d’otages et une demande de rançon, c’était le meilleur moyen pour qu’il tombe dans un piège et qu’il se fasse capturer. Ne masquant pas sa colère, il attrapait alors son pistolet que faisait sursauter la sirène.

- Bien. Il pointait son arme sur Alana. Son palais est sous la menace de mes bombes et j’ai une de ses filles. Mademoiselle, allons donc réveiller votre père et espérons que je n’ai pas à tout faire sauter pour obtenir le Trident. Levez-vous.
- Attendez ! Elle levait ses mains, comme pour se protéger de l’arme. Vous, vous ne pouvez pas, il va se mettre en colère et nous ne pourrons pas…
- Qu’il soit en colère, et il se retrouvera avec sept enterrements à organiser. Il attrapait déjà son casque et le remettait. Nous y allons maintenant, je n’ai pas une minute à perdre, bougez votre cul.
- Si je vous amène le Trident, jurez-vous de laisser mon père et mes soeurs tranquilles ? Elle venait d’attraper le poignet de Cypher qui reculait d’un coup de nageoire.

Il observait son regard, la mention des enterrements l’avait réellement fait peur et maintenant, c’était la détresse qui se lisait dans ses yeux. Dégageant la main de la sirène, le médecin s’approchait et coller son canon coutre la joue de sa captive.

- Vous vous moquez de moi, vous venez de dire que…
- Triton ou une de ses filles peuvent prendre le Trident de son socle. Elle était à deux doigts de craquer. Si je vais chercher et j’vous le ramène ici directement. S’il vous plait, je ne veux pas qu’ils meurent.
- Ahah. Il reculait et rangeait son arme dans son dos, fixant le casque sur sa tête. Vous croyez que j’ai confiance en vous ? Vous et moi allons nous rendre dans la salle de votre père et ramasser le Trident ensemble. Et là, vous aurez ma parole.

Il se retournait, dégageant deux pierres et d’autres morceaux de corail pour montrer la seconde armure qu’il avait subtilisée aux gardes du Consulat. Il l’attrapait et la jetait au pied de la sirène.

- Habillez-vous, il ne faut pas que nous attirions l’attention, il se fait tard… Princesse.

Dernière édition par Cypher le Dim 14 Jan 2018 - 11:42, édité 1 fois
more_horiz
Alors ! Cette troisième étape !

Bon, déjà... Y'a des soucis de tournure de phrases par moments. J'pense à cette erreur, qui revient plusieurs fois :

"D’une simple pression sur ce bouton, et tout explosera derrière vous"

Lis c'te phrase à haute voix. Tu verras d'où viens le problème. Tu nous mixes deux phrases en même temps.

"Une simple pression sur ce bouton, et tout explosera derrière vous"
et
"D'un simple pression sur ce bouton, tout explosera derrière vous".

Tu vois c'que j'veux dire ? T'as mixé, et ça rend pas spécialement bien ^^ Et pourtant c'est quoi ? Un mot de deux lettres qui fout la merde. Faut faire attention ^^

Donc le plan, et la globalité de la mission. Le mégalithe sur la sirène, ça va. C'est pas... spécialement le plus pratique et ça ressemble plus a du "hé regardez ! je possède cette technique !" qu'à une vraie utilté... mais, tu fais pas de conneries avec donc ça passe.

Là où j'suis pas convaicu, c'est quand tu vas dans le fond des jardins. Ok, il fait nuit, ok truc muche mais... merde ^^ Autant t'as précisé que les explosifs étaient pas estampillés Shinra, autant... tu fais ça dans le jardin ? Putain, mais si t'es pas grillé, c'est que les gardes sont myopes. De la représentation que je m'en fais, certes y'a des cachettes mais...J'sais pas. Alors oui, t'es pas grillé, c'est sûr. Mais... t'enlève quand même la fille du type badass du monde quoi... J'pensais que tu l'aurais emmené un peu plus loin que 2 mètres Very Happy

L'interrogatoire qu'on a ensuite... et qui constitue la majeure partie du RP. Eh bien... Mis à part qu'on passe d'un pistolet à fléchettes à un lance-harpon en plein milieu, et que tu amènes la question de son mec un peu tard... J'dirais que ça va ! Tu lui fais comprendre ; elle n'a pas le choix. Elle le sait, et elle fait tout ce qu'elle peut pour éviter que tu dynamites le palais. Ce qui... est compréhensible.

Maintenant... comme l'a dit Xaldin, les sirènes ont quand même pas mal vieilli. Peut-être sont-elles moins connes et naïves, mais ça, au contraire de leur âge, c'est sujet à interprétation. Donc non, j'dirais que ça va ! C'pas l'interrogatoire de l'année, mais il est pas mauvais ^^ Et puis... tu fais pas la connerie de donner ta confiance à la sirène. Si tu l'avais fait, putain j'aurai gueulé ! Smile

Donc !
Euh...

Normal ?
20 xp, 200 munnies, 3PS en vitesse.

_______________________________
Sauf votre respect... Dd736708773db3f50ba2
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum