Kingdom Hearts RPGConnexion
Kingdom Hearts Rpg
Nous sommes quatorze ans après les évènements de Kingdom Hearts 2. En tant d’années, les choses ont considérablement changé. Les dangers d’hier sont des soucis bénins aujourd’hui, et au fil du temps, les héros ont surgi de là où on ne les attendait pas. Ce sont les membres de la lumière qui combattent jour après jour contre les ténèbres.

Ce n’est plus une quête solitaire qui ne concerne que certains élus. C’est une guerre de factions. Chaque groupe est terré dans son quartier général, se fait des ennemis comme des alliés. Vivre dehors est devenu trop dangereux. Être seul est suicidaire. A vous de choisir.

La guerre est imminente... chaque camp s'organise avec cette même certitude pour la bataille.

more_horiz




Dans le nid du serpent



Je retournais à San Fransokyo encore une fois. Et pour recruter des gens, mais là c'est légèrement différent de ma première mission.

Je devais encore recruter quelqu'un -et pas uniquement une personne comme l'autre fois mais à peu prêt une vingtaine-. Et c'est là, que ça allait se compliquer. Je ne pouvais pas retourner à la société Krey, je me ferai jeter avant même de pouvoir me présenter à l'accueil.

C'est donc vers un endroit très éloigné de cette gigantesque tour que mes recherches vont commencer. Et je me souviens d'une information que l'on avait obtenu de 3DVO à San Fransokyo, il parlait d'un combat de robot. Peut-être qu'en allant là où s'était déroulé ce match, je trouverai mon bonheur... Mais je n'avais bien évidemment aucune idée d'où ça se trouvait.

Je décidais d'errer un peu sans but jusqu'à trouver quelque chose qui pourrait ressembler à cette fameuse « activité », mais ce n'est pas quelque chose finalement, mais quelqu'un qui me l'indiqua. Enfin pas à moi directement, mais plutôt une autre personne avec qui la première parlait.

- Et t'es sûr de ton coup ?
- Mais carrément ma gueule ! Ce coup-ci, mon robot va tous les déboiter !
- J'ai hâte de voir ta bestiole à l'action ! C'est dans combien de temps déjà ?
- Hey merde ! Dit-il après avoir regardé sa montre. On va être en retard. C'est dans un quart d'heure.


Je décidais de rester silencieux -du moins autant que je pouvais- pour les suivre et savoir s'il pourrait me mener à ce match de robot. Bien évidemment, ça aurait trop simple si ces guignols n'avait pas été en retard. Donc je pouvais dire adieu à la discrétion, ce qui fit bien remarquer ma présence à l'homme qui avait un robot de combat.

- Vous êtes qui ?
- J'adore les combats !
- Sérieux !?
- Oui ! Et comme je vous ai entendu en parler avec votre ami. Je me suis dis que je pourrai vous suivre.


L'homme me regarda de haut en bas, sûrement devait-il se demander si je mentais ou si une « gamine » pouvait vraiment adorer ce genre de choses.

- Ok. Mais s'il t’arrive quoi que ce soit, on ne se connait pas. D'accord ?
- Compris !


J'avançais désormais avec ces deux hommes mais préférais tout de même rester silencieux. Je voyais bien aux regards -que le comparse de l'homme au robot- me jetait. Il n'avait pas l'air d'avoir très envie de me voir avec eux.

Et pourquoi d'ailleurs ? C'est si dangereux que ça ? Ou quoi ? C'est un truc clandestin ? Ho et puis zut ! Je verrai bien par moi-même.


J'avais l'impression que le temps n'avançait pas et pourtant ils disaient qu'ils seraient en retard. Mais je retrouvais enfin le sourire en voyant que l'on s'approchait enfin d'une place assez vide... Hormis quelques personnes et deux ou trois objets que je reconnus immédiatement ; c'était des robots.

Ils se ressemblaient tous plus ou moins. Enfin, en partie. Soit la couleur changeait ou bien même une partie de leur mécanique. Je jetais un rapide coup d'œil à celui de l'homme qui m'avait accompagné jusque là.

Il était légèrement plus petit. Mais il fallait que son ami et lui le pousse pour arriver en face des autres robots. Contrairement à ses « concurrents » il semblai être beaucoup plus lourd.

Je jetais un rapide coup d'œil alentours avant de reculer le plus discrètement possible vers une ruelle assez sombre où se trouvait une de ces machines, seule, sans surveillance. Je tendis une main vers elle mais une autre vint attraper la mienne.

- Hey... Pas touche à ça, ma jolie !
- Je ne faisais que regarder !
- Et bah, tu regardes avec les yeux, pas avec les mains...
- Désolée. Mais pourquoi il est tout seul ? Il est à jeter ?
- Non, mais il faut que je répare. Répondit une voix venant de derrière moi.
- Ho. Qu'est ce qui s'est passé ?
- Je n'ai pas eu le temps de le terminer correctement, car j'ai été appelé en urgence pour travailler. Du coup, je l'ai mis à combattre et... Voilà son état.
- Pas de chance. Et c'est compliqué à créer ce genre de machines ?
- Sans entrer dans les détails. Il faut connaitre un peu le monde de l'informatique et de la mécanique.
- Ha. Et c'est vous qui l'avez crée celui-là ?
- Oui, avec l'aide l'homme qui t'as empêché de le toucher.
- Whaou ! Et vous avez mis combien de temps ?
- Pourquoi tu poses autant de questions gamine ?
- Je m'intéresse à ce genre de choses.


L'homme me regarda d'un air assez perplexe -et c'était tout à fait compréhensible- puis repris la parole mais ne me répondit pas et retourna voir les autres personnes présentes à ce combat de robots.

Je restai là à regarder cette étrange machine. Je ne pouvais m'empêcher de le regarder. Une sensation extrêmement anormale m'envahissait, je n'avais vraiment qu'une envie, celle de la toucher -voir même de l'effleurer du bout des doigts-. Je jetai un dernier regard autour de moi et pris mon courage à deux mains J'étais désormais totalement seul avec la machine, je m'avançai de plus en plus tout en tendant ma main vers lui. J'étais fébrile, je voyais mes doigts trembler de plus en plus tant je les approchais. L'instant fatidique arriva, je posais désormais ma main dessus.

C'était très étonnant. La machine était douce au toucher même si son apparence était affreuse. J'étais perdu das mes pensées. Je ne remarquai rien d'autre, à part entendre chaque pulsation de mon cœur battre. Une main attrapa mon bras et me retourna violemment.

C'était l'homme qui m'avait interrompu un peu plus tôt. Mais cette fois il ne se contenta pas de « m'interdire » l'accès à sa machine. Il m'attrapa à la gorge et je compris immédiatement que ma mission n'allait pas se dérouler aussi facilement.

- Ça t'arrive d'écouter ce qu'on dis !?


J'avais le souffle coupé. La pression que cet homme avait effectué sur ma gorge m'empêchait de sortir un quelconque son. Je pris une profonde inspiration -avec énormément de mal- avant de tenter de parler.

- Qui... Qui êtes... Vous ?

- Comment ça « qui je suis ? » À quoi tu joues !?


Même si je ne pouvais plus parler à la place de Milla, j'étais toujours capable de « voir » ce qui se passait autour d'elle -bien que ce soit très flou-. Cette pauvre fille se retrouvait dans un endroit qui pouvait paraitre glauque à cause de moi et elle était terrorisée, je le sentais bien. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine. Je ne pouvais plus contrôler ses mouvements, mais comme je pouvais encore percevoir certaines choses. Je décidais de faire une chose qui n'allait peut-être pas fonctionner, mais je tentais quand même ; faire appel à mes souvenirs pour aider Milla à se sortir de là.

Tu connais cet homme, tu l'as vu un peu plus tôt. Tu es juste intriguée par les machines.


Plus je me concentrai sur mes pensées, plus je sentais le cœur de Milla ralentir, elle se détendait.

- Pardon. Je... Je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça. J'étais juste... Je suis intéresser. Et c'est la première fois que je peux en voir d'aussi près. Je...

- T'es bizarre.

- Désolée.


Mon enveloppe charnelle avait toujours peur je le sentais, mais mes pensées fonctionnait sur elle. Autant continuer, lui « demander » de toucher la marque à con cou aurait pu paraitre encore plus étrange à la situation actuelle.

Renseignes toi sur lui. Ce qu'il fait à part créer des robots.


La vision toujours trouble, je pouvais quand même comprendre que Milla regardait partout autour d'elle. Quelqu'un lui parlait intérieurement et lui obéissait même si elle ne comprenait pas ce qui se passait. Cette fille m'avait sauvé et le faisait encore d'une certaine manière.

- J'ai découvert ces choses par hasard. Et je suis en adoration devant ça. C'est incroyable de voir que l'homme puisse créer des objets tels que ceux-là et... « leur donner la vie ».

- Ho... Heu, bah c'est surtout un passe-temps. Du moins, à la base.

- Comment ça ?

- Mon ami et moi, on est passioné de ce genre de choses. On a étudié à l'université ce domaine. Puis, on a arrêté après avoir trouvé un boulot dans l'armée. Et maintenant on est en quelque sorte obligé de le faire.

- Obligé ?

- Oui. Quand notre général a appris qu'on avait étudié la robotique, il s'est dit que ça pourrait être une bonne idée d'avoir des soldats si jamais on venait à entrer en guerre. Et ce serait que du bonus de ne as avoir de pertes humaines.

- Désolée.

- Hum ?

- Que votre passion devienne... Une sorte de... Contrainte.

- Ce n'est pas de votre faute.

- Oui. Mais je comprends du coup pourquoi vous ne vouliez pas que je touche à votre création.

- Vous ou quelqu'un d'autre ça aurait été le même effet.


Milla s'en sortait très bien. Du moins, c'est ce que je pensais. Elle avait énormément de compassion. Peut-être plus que moi. Mais pour elle ça pouvait paraitre encore plus compliqué. Elle n'avait plus de famille, mais elle n'avait désormais plus de vie à cause de moi.

Parfait. Continues sur ta lancée. Mais cet home et d'autres doivent nous rejoindre.


Milla posa une main compatissante sur l'épaule de l'homme qui s'était détendu aussi. Il faisait quelque chose avec son visage mais je n'arrivais pas à savoir quoi.

- Pourquoi vous souriez ?

- Je m'étais imaginé un truc stupide. Je pensais que t'étais une sorte d'espionne ou je-ne-sais-pas-trop-quoi.

- C'est compréhensible. Vous ne m'aviez jamais vu avant ce jour.

- C'est vrai ! D'ailleurs. Tu viens d'où ?


Ma petite blondinette à la mèche rebelle commença de nouveau à stresser. Et je pouvais le comprendre. Elle ne savait pas comment elle avait débarqué dans ce monde.

Tu viens d'un autre monde. Les habitants de celui-ci en ont entendu parlé dernièrement. Tu travailles pour la Coalition Noire. Tu es Commandante là-bas.


J'espérais pouvoir la calmer. Je ne pouvais vraiment contrôler ses mouvements, mais je pouvais le faire avec ses pensées. peut-être que ses émotions étaient aussi à ma portée. Je tentais en tant qu'esprit de la relaxer.

- Commandante ?

- Hein !?

- Pardon ! Je travaille pour la Coalition Noire. C'est un groupe dans un monde différent du votre.

- Ha oui, j'ai entendu dire qu'il y avait d'autres mondes. Et j'en déduis que vous êtes commandante. Vous faites partis de l'armée vous aussi ?

- Non, pas vraiment. Mais...


Nous en avons une.


- Nous en avons une.

- Ho. Mais pourquoi vous en avez une ?


Je dictais à Milla ce qu'il fallait lui dire. Ça pouvait ressembler à deux personnes qui trichent pour un examen. Mais c'était le seul moyen pour l'instant de pouvoir parler en tout tranquillité à cet homme, Milla avait un côté apaisant.

- Des rebelles. Qui nous posent problème. Et du coup, on essaye de se défendre comme on peut.

- Je comprends. Mais vous voulez aussi des robots pour vous défendre ? Vous pensez comme mon général en fait.

- Non ! C'est juste que je comprends ce que vous pouvez ressentir.

- Comment ça ?

- C'est compliqué de pouvoir agir pour le bien mais se sentir obligé de faire de mauvaises choses pour ça.

- Pardon. J'ai encore imaginé des choses. Mais...

- On pourrait croire que je cherche à vous faire travailler pour notre groupuscule... Mais vous n'avez pas totalement tort.

- Vous êtes donc venu ici pour trouver du monde.

- Je préfère être honnête.

- C'est important.


Je décidais de ne plus intervenir sur les « dialogues » de Milla. Elle savait quoi lui dire, elle pouvait l'amadouer sans même avoir besoin de moi. Je la laissais agir seule.

- Vous recruter quel genre de personnes au juste ?

- Des militaires avant tout.

- Uniquement ça ?

- Des créateurs de robots et peut-être une ou deux de ces choses aussi. Ça pourrait nous être utile.

- Pour combattre ?

- Pour défendre.


Tout se déroulait très bien pour elle. Je n'avais plus vraiment mon mot à dire sur ces actes, mais j'étais certain que cette fille avait un potentiel.

- Bon, il n'y a pas que les rebelles qui nous embêtent.

- Quoi d'autre ?

- Des sans-cœurs. Et...

- Et ?

- Un robot n'a pas de cœur, ils seraient donc un gros point fort pour nous. Les sans-cœur ne pourraient pas les plonger dans les ténèbres.

- Votre raisonnement est juste.

- Mais créer et réparer, ce n'est pas vraiment dans nos compétences.

- Vous aimeriez donc avoir en plus de robots et de militaires, des créateurs.

- Oui, sauf que ce n'est pas facile.


Milla resta silencieuse ainsi que l'homme avec qui elle avait réussi à nouer un lien. Mais, je ne voulais toujours pas reprendre le contrôle sur elle, du moins pas pour l'instant. Mais, je tenais tout de même à trouver quelque chose à faire dire à Milla.

- Il vous faudrait combien de personnes ?

- Heu... Je ne sais pas trop. Vous acceptez de m'aider ?

- Pourquoi pas. Alors ?

- Combien de personnes vous pourriez trouver à rejoindre notre cause ?

- Je ne peuxpas parler en leur nom. Mais quelques uns, c'est sûr.

- Merci.


L'homme repartit vers son ami et laissa Milla seule avec le robot, j'en profitais alors à cet instant pour reprendre le contrôle de la jeune femme et lui fit comprendre qu'elle devait toucher la marque à son cou, ce qu'elle fit.

Je n'en revenais pas, je pouvais toujours contrôler Milla même si ce n'était plus mes gestes, j'agissais toujours de l'intérieur.

- Désolé !
- Pas de soucis.
- Vous allez bien ?
- Oui. Pourquoi cette question ?
- Votre voix... Elle est légèrement... différente.
- Ho... Heu... J'ai un peu mal à la gorge.
- Pardon, c'est de ma faute. Lorsque je vous ai... Enfin...
- Ce n'est pas grave ! Vous vouliez me faire part d'autre chose ?
- Je vais demander à différentes personnes de mon entourage si elles peuvent vous aider dans votre cause. Et... J'aimerai le prendre avec moi. dit-il en pointant le robot du doigt.
- Bien sûr. C'est tout à fait normal ! Et je tenais à vous remercier de votre aide.
- Ce n'est pas encore sûr. Mais on pourra se retrouver où ?
- Près de la Station Shin-Ra.
- Parfait. À plus tard !


Je lui lançais un sourire avant de repartir de mon côté jusqu'à notre point de rendez-vous. Je continuais de penser à cet entretien avec Milla et cet homme. Je ne connaissais absolument pas son nom, mais au moins il ne se laissait pas faire, enfin... Il était loin d'être stupide.

Ce n'est qu'au bout de quelques heures que je lançai un nouveau regard vers l'horloge de la station. Je ne pensais pas qu'il était aussi tard et je commençai à me demander si l'homme n'avait pas dit ça juste par politesse.

Je commençais à perdre espoir et fouillais dans la botte pour retrouver mon billet pour le retour lorsque la voix de l'homme -que je reconnus aussitôt- m'interpella. Je me retournais et l'aperçu. Il était seul.

- Veuillez m'excuser pour le retard.
- Pas de problème. Mais vous êtes...
- Seul ? Oui. En fait mes amis ne pouvaient pas nous rejoindre ce soir. Mais ils pourraient accepter votre demande.
- C'est génial ! Et vous seriez combien ?
- Une petite vingtaine. À peu près. Bon, tout le monde chez les militaires n'est pas au courant de cette démarche, donc, j'ai fais ma demande « en secret ».
- Je vois. Mais vous avez demandé à qui ?
- Des personnes qui pensent comme moi, que « notre supérieur est un abruti fini » !
- Haha.
- Nous essaierons de vous rejoindre le plus rapidement possible.
- Faites attention à vous.
- Vous aussi.


Je le remerciai une dernière fois en lui serrant la main avant de rentrer dans le vaisseau pour me ramener au royaume de la Coalition Noire.















_______________________________
more_horiz
Alors, alors !

Que dire sur tout ça... Et bien avant tout, de tout les rp que j'ai lu de Pam ou de Milla confondu, c'est celui que je préfère. Je m'explique.

On ressent fort bien ta progression depuis un certain temps. Tu tiens comptes des remarques qu'on te fait et cela en devient réellement plaisant à lire. J'ai toujours eu un peu de mal avec ce que tu écrivais pour je ne sais quel obscure raison, mais ici j'ai été charmer du début à la fin.

J'ai aimer l'idée de faire participé des militaires aux combats clandestins du film. Ca lie les deux problématique de ta mission en une, mais c'est bien penser. Seul bémols je trouve, c'est la façon un peu simpliste de convaincre le type. J'ai été dans le même cas que toi, alors je sais que c'est pas simple  de trouver les bon mots.

Autre chose de bien dans ton rp, c'est la relation entre Milla et "Milla". J'ai bien aimer voir cette interaction entre les deux. On ressent bien leur lien, mais surtout leur différence.

Attention également aux fautes. J'en ai repérer quelqu'une, mais surtout d’inattention. Courage pour la suite.

Mission Accomplie

Normal : 20 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS. Les trois en psychisme.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum