Derniers sujets
Changement de planMer 20 Nov 2019 - 10:18Jack InèrsseBienvenue à la Ville d'HalloweenMer 20 Nov 2019 - 2:14Irelia AlishinaBallade Automnale au Jardin Radieux Mar 19 Nov 2019 - 12:27Arthur RainbowLe vent du jeuMar 19 Nov 2019 - 11:59LenoreDemande de notationLun 18 Nov 2019 - 23:46Chen StormstoutDia de MuertosLun 18 Nov 2019 - 22:16Arthur RainbowCourse à la transitionLun 18 Nov 2019 - 21:09Arthur RainbowL'immortalité saisonnière Lun 18 Nov 2019 - 19:12Arthur RainbowExcavation perverseLun 18 Nov 2019 - 16:03DeathJ'vous ai manqué ?Dim 17 Nov 2019 - 16:17VentusDans l'ombre d'un bouclierDim 17 Nov 2019 - 16:17VentusUn Temple en l'honneur des Arts - IIIJeu 14 Nov 2019 - 20:41Arthur RainbowO Rage devant un MiroirJeu 14 Nov 2019 - 17:42LenoreLe Corps est un Reflet de l'ÂmeJeu 14 Nov 2019 - 17:19LenoreLe Flou du MiroirJeu 14 Nov 2019 - 17:07Lenore
Abigail Underwood
Abigail Underwood
L'Assassin écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
Bienvenu au cours de torture de la Coalition ! Left_bar_bleue61/400Bienvenu au cours de torture de la Coalition ! Empty_bar_bleue  (61/400)

XP :

le Jeu 13 Oct 2016 - 18:08

Voilà quelques jours que la réunion entre les hautes instances du Consulat et de la Coalition s’est achevée. Tu n’en reviens pas d’avoir été conviée à cette assemblée, toi, une nouvelle arrivante dans les rangs de l’empire ténébreux. Enfin, bien sûr, tu as été extrêmement touchée et honorée d’y avoir participé. Tu y as rencontré de nombreuses personnes. Ormagëdon, un être singulier au paraître bizarre. Tu te dis qu'il faudrait que tu fasses attention à lui. Vesper Earl, une femme qui ne te laisse pas indifférente, mais tu ne saurais pas dire pour quelle raison. Pamela Isley, une magicienne que tu ne peux pas décemment apprécier. Au moment où tu l’aperçus, tu l’as détestée de toutes tes forces. Quant à Sauron et Génésis, tu ne saurais pas vraiment donner d'avis sur eux.

Les quelques légères marques de bronzages dus à ton séjour à Agrabah commencent déjà à s’estomper. Après ce temps d’inactivité et de récupération, tu te décides enfin à consulter le panneau de mission au rez-de-chaussée du Manoir. Tu laisses balader ton regard, à la recherche d’une affiche qui te sauterait aux yeux.

À la suite de cinq bonnes minutes, tu finis par tomber sur un avis sortant du lot. Un écriteau, portant l’intitulé « Vous sentez-vous l’âme d’un aventurier ? Vous n’avez pas peur d’employer des armes dangereuses ? Alors ce job est fait pour vous ! Contactez Death pour de plus amples informations. », retient ton attention. Tu saisis le tract et te diriges vers la véritable salle de briefing, la pièce à l'ouest du rez-de-chaussée afin de voir ton boss. En te voyant tendre le bout de papier, un légué rictus apparaît sur ces lèvres. Il est content que tu viennes le voir pour répondre présent à cette requête. Il t’indique que la tâche consiste en un test de diverses armes sur des prisonniers dans les cachots de notre quartier général. Si tu étais noble d’esprit, tu aurais tiqué à l’entente de ces simples mots, mais toutes ces années à tuer des gens et à servir le « mauvais côté » t’ont rendue plus détachée et froide face à ce genre de pratique. Sinon, que ferais-tu parmi la Coalition ?

Après avoir pris congé auprès du seigneur des lieux, tu sors de la pièce. Tu te dis, par contre, qu’il aurait pu te renseigner sur l’emplacement de notre laboratoire. Tu regardes autour de toi et n’aperçois que la réceptionniste. Tu t’apprêtes à prendre la parole quand soudainement, elle t’interrompt.

-C’est l’entrée en face de vous, premier escalier sur la droite, descendez deux étages et c’est la porte au fond du couloir, énonce simplement Géraldine comme si elle avait lu dans tes pensées.

Tu restes béate devant tant d’efficacité pendant un court instant et puis reprends ta marche. Tu suis l’itinéraire qu’on t’a indiqué et tu tombes sur une massive porte en bois de chêne, d’au moins deux mètres et demi et pesant au bas mot une demi-tonne. Tu l’ouvres, non sans peine et avec plusieurs essaient, et t’engouffres dans la pièce. Une foule d’ustensile scientifique et d’invention en tout genre apparaissent devant toi. Du simple conteneur à solution saline en passant par les objets les plus saugrenus qui soient. Tu te balades dans cet immense laboratoire, cherchant nonchalamment les outils qui te serviront dans ce test sordide. Le premier sur lequel tu tombes, c’est une petite fiole avec un vaporisateur étiqueté « Peur extrême ». Un peu plus loin, tu trouves le fameux fusil au pommeau de douche, le lance-kipet. Enfin, l’objet le plus singulier des trois se glisse sous ta main, le petit pot en terre cuite avec un panonceau annonçant « I.T.M. : Impulsion Ténébreuse de Masse ». Tu saisis les deux plus petits objets et les places dans deux poches distinctives à ta ceinture. Enfin, tu t’armes du fusil.

Tu remontes dans le hall et demandes ton chemin pour arriver à la base de la Garde Noire à Géraldine. Elle t’indique qu’elle se trouve dans le centre-ville, non loin de la sortie du trou dans le mur du circuit du trame. Tu t’y rends sans le moindre mal. Les personnes que tu croises dans la rue te montrent le respect qui est dû au membre de la Coalition, mais s’empressent de partir après t’avoir quitté de vue. Tu rentres dans le bâtiment et te diriges dans les geôles de la caserne. Un bruit sourd, telle une complainte d’un être au gouffre du désespoir, provenant de derrière une porte t’accueille quand tu passes l’entrée du bagne. Tu t’interroges sur l’auteur de ce cri et regardes par le judas. Un homme au physique incertain à travers ce petit trou de verre est suspendu à deux menottes solidement encastrées dans le mur. Tu n’as pas vraiment pitié pour lui, s’il va contre la coalition, c’est normal de se retrouver emprisonné de la sorte. Le verrou cède facilement et la porte s’ouvre dans un grincement strident. Le prisonnier lève la tête dans un mouvement lent et écarquille les yeux à ta vue.

-Ah, enfin on se soucie de moi ! s’offusque-t-il. C’est pas trop tôt. Ça fait des jours que je poirote ici, dans ce maudit cachot.

L’ignorant totalement, ta destination est la table non loin. Tu y déposes tes instruments de torture et les regardes attentivement. Soudainement, l’envie de t’amuser monte en toi. Pourquoi devoir faire ça comme une simple tâche sans y prendre un peu de plaisir.

-Bonjour, Mesdames et messieurs, et bienvenu à notre premier cours de torture made in Coalition ! scandes-tu à un public invisible.
-Que… ?
-Nous sommes en compagnie d’un jean-foutre qui à porté atteinte à notre très cher organisation, continues-tu en faisant le show. Et nous ne sommes pas très contents de son attitude. Il est donc normal que nous prenions notre vengeance.
-Tu te fous de ma gueule ?
-Pour ce faire, nous allons nous servir de ces trois instruments afin de lui donner la correction qu’il mérite ! Vous êtes d’accord pour débuter tout de suite ?


Tu te fais, cependant, arrêter dans ton élan par un crachat en plein visage de ton « patient ». La colère commence à naître en toi, mais tu arrives à garder ton sang-froid.

-Ecoute-moi, sale garce, tu vas faire ce que je...

Tu lui assènes une gifle comme tu n’en avais jamais donné pour lui faire payer son humiliation. Le bruit résonne pendant au moins quelques secondes à travers l’acoustique de la pièce.

-Ferme ta gueule, sale coprolithe. T’es rien ici. Personne ne sera là pour te sortir d’ici. assènes-tu posément.

L’arme à feu entre tes mains, tu tires dans sa direction. Ne sachant pas à quoi vraiment t’attendre, tu es relativement surprise quand une fumée brunâtre sort du canon dans bruit de pet. L’odeur qui s’en dégage est relativement insoutenable, elle te fait même te boucher le nez. Tu vois l’homme retenir un peu son souffle, mais finir par céder quelques instants plus tard. Les larmes lui viennent immédiatement aux yeux. Il suffoque en respirant le gaz pestilentiel, respirant à grande bouchée pour essayer de capter la moindre bouffée d’air frais. L’odeur méphitique est si forte qu’il en vient à s’évanouir.

Cinq minutes plus tard, jugeant que le captif s’est suffisamment reposé, tu lui balances un seau d’eau froide afin de le réveiller. Il grelotte devant toi, pestant et t’incendiant de tous les noms. Tu lui décoches un coup de poing dans le ventre qui le fait taire. Tu t’intéresses maintenant au diffuseur contenant le liquide incolore. Tu t’en saisis et glisses vers le malheureux. Au début, rien ne se passe quand il se fait asperger du fluide. Tu t’apprêtes à passer au suivant, pensant que celui que tu viens de tester doit être défectueux, quand, tout d’un coup, ses traits commencent à se tordre. Petit à petit, une peur exponentielle commence à se lire sur son visage. La terreur, puis l’effroi s’affichent sur son faciès. Rien dans la pièce ne devrait être la source de cette frayeur intense. Des cris envahissent la pièce. Il doit sûrement être piégé dans une espèce d’illusion mentale. Cet « envoûtement » paraît durer quelques minutes. Des cheveux blancs apparaissent par endroit. Il finit de beugler une fois que la totalité de sa tignasse est aussi claire qu’un nuage. Il halète et de la sueur perle en grosse quantité sur son front. Il te fixe avec un regard empli de pitié, souhaitant que tout ça prenne fin immédiatement. Mais tu le toises et souris de malice.

L’ I.T.M. en main, tu analyses l’objet dans son entièreté, cherchant un moyen d’activer son fonctionnement. Tu ne trouves aucun bouton, aucune manipulation extérieure. Il ne s’agit que d'une simple coque d’argile. Pourtant, une idée te vient. Tu t’approches de la porte en bois de la cellule, regardes une dernière fois l’homme, lances l’objet dans les airs et te barricades derrière la porte, comptant les secondes avant la retombée de la chose.

L’explosion est violente. Un bruit assourdissant retentit. La porte s’ouvre violemment sous le souffle de la déflagration ténébreuse, te propulsant vers l’arrière. Tu te relèves avec peine, tes muscles te faisant un mal de chien. Tu rentres de nouveau dans le cachot, tes yeux cherchant le prisonnier disparu. Soudainement, une forme incertaine sort du sol et fonce sur toi. Le coup de griffe que tu reçois te confère une ribambelle de marques sanglantes. Il s’agit d’une Ombre, le plus commun de tous les Sans-Cœurs. Le problème évident de la situation, c’est que tu ne possèdes aucune arme capable de les détruire ou de compétence quelconque qui pourrait t’aider. Tu te retrouves complètement démunie face à cette situation. La seule solution c’est de l’enfermé dans cette pièce. Bémol, c’est que la créature se trouve entre toi et la sortie. Il ne faut pas non plus qu’elle sorte, elle pourrait faire des dégâts certains dans les environs. D’instinct, tu places la main devant toi, comme pour attirer l’attention du sans-cœur. Ces petites antennes se trémoussent dans ta direction. La seule conclusion possible ici, c’est de le contourner et de fermer la porte au verrou. Pas le choix, tu l’élances vers lui.  Il fait de même et saute pour parcourir la distance. Tu glisses sous lui, essayant d’éviter la moindre attaque de ton ennemi. En te relevant, tu fermes la porte et enclenches la serrure supplémentaire. Tu n’espères qu’une chose, qu’elle ne sorte pas de là.




Dernière édition par Abigail Underwood le Jeu 13 Oct 2016 - 22:00, édité 1 fois
Death
Death
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Bienvenu au cours de torture de la Coalition ! Left_bar_bleue1392/0Bienvenu au cours de torture de la Coalition ! Empty_bar_bleue  (1392/0)

XP :

le Jeu 13 Oct 2016 - 19:57
Ainsi, ce clôture le cour de torture !

T’imagines bien, il s’agissait d’une mission de récapitulation afin de savoir véritablement l’arsenal de la Coalition Noire. En vérité, il s’agit de la série de missions que je donnais avec mon pnj avant que je sois intendant / boss du groupe. Et tu te rends compte que j’avais des idées quand je donnais ce genre de mission.

Après, je ne viens pas pour parler du passé. Passons à ta mission.

Pour ce qui est de mon appréciation globale, je suis vraiment satisfait de ta mission. Comme je le dis depuis pas mal de temps, j’aime vraiment bien ton style. Sauf qu’ici, il y avait un air enjoué dans tes phrases, un je ne sais quoi de rigolo. Ce que t’as écrit ici, c’est du comique de situation. Certains personnages, comme Ravness ou Vesper ne peuvent pas faire des blagues ou de l’humour gras. Genre, Ravness profite de situation comme le coup du seau d’eau au-dessus de la porte ou se pencher devant un lac pour provoquer une situation gênante. Sans aller dans l’auto-dérision pour ton personnage, tu nous instaures une situation comique par les interactions autour de toi.

L’exemple parfait ici, c’est simplement l’utilisation de la lance-kipet. Probablement que j’aime l’humour pipi-caca, toutefois, j’ai largement rigolé sur ce passage qui ne fait qu’un paragraphe. Et aussi, l’utilisation de Géraldine me faisait rien. C’est con, mais je lui ai donné l’image de la secrétaire dans Ghostbusters.

Vraiment, j’ai beaucoup apprécié la première partie de ta mission. Toujours dans ton style, mais très léger au final, comme une ballade dans laquelle nous nous laissons emporté. Bref, j’ai aimé.

Ensuite, le moment relatif à l’essai des armes. Ce qui est en soi, est le coeur de la mission. En te donnant la mission, je me suis dit que tu prendrais plutôt une gamme de prisonniers. Genre, tu prendrais trois femmes et deux gosses avec lesquels tu t’amuserais. Sauf que t’a joué la carte d’une seule personne, une personne que tu as décidé de développer et c’est assez plaisant. Il n’a pas de nom, mais on comprend déjà les grandes lignes de son caractère avec les quelques dialogues que tu installes. Comme je te l’ai dit dans mon commentaire précédent, il faut faire vivre ses pnj ! Et je suis content que tu suives ce conseil.

J’aime aussi l’idée de vrai résistant que tu installes, genre, le bon papy qui fait de la résistance. Le moment où tu désires faire ton spectacle, j’ai aimé de voir sa réaction jusqu’à ce que tu balances la baffe. C’est simple, bref, concis.

Plus je continue mon commentaire, plus je me rends compte que je n’ai pas de critique à te faire. Cette mission est vraiment très sympathique à lire, je suis content de la ligne que nous sommes en train de prendre avec la Coalition Noire grâce à toi et Red. J’attends avec impatience la suite ! Après, je vais te rajouter un truc à la suite de ma notation, un petit explicatif plutôt qu’une critique.

C’est simplement ce que tu dis à la fin de ta mission, relatif au sans-coeur. Je ne sais pas ça en rapport avec le fait que tu ne possèdes pas tes armes actuellement sur toi, ou si c’est parce que tu fais le lien avec la Keyblade. Je sais que, dans l’univers de KH, les Keyblades ont le pouvoir de vaincre les sans-coeur et de libérer les coeurs. Et comme le fait Léon, Youffie ou même les membres de l’organisation XIII, ils sont capables de tuer des sans-coeur mais ne libère pas le coeur. Tu vois ce que je veux dire ? Tout le monde sur le forum est capable de vaincre un sans-coeur, à la différence que tu ne pourra liber son coeur. Voilà, la petite précision !

Mission accomplie !

Facile : 12 points d'expérience + 110 munnies + 2 PS. Les deux en Défenses !

_______________________________
messages
membres